jeudi 8 juin 2017

Pensées 08 juin 2017

Bonjour à toutes et à tous

Quand nous sommes branchés sur les mystères de la vie, nous contemplons le temps, la matière, l'énergie et l'amour. Quand nous sommes centrés sur la vérité, la beauté et la dignité de notre humanitude, nous communiquons avec le silence, l'infini, le divin en nous. La vie nous propose quelquefois d'ouvrir notre esprit à toutes ces choses. « Il n'est qu'un esprit lézardé pour avoir des ouvertures sur l'au-delà. » ( Emil Michel Cioran, Syllogismes de l'amertume ) Nous croyons que notre esprit n'agit jamais seul. Il est toujours uni et ne fait qu'un avec notre Ps. Cette force est inspiratrice du renouveau dans nos vies, de la vie, de toute vie. Elle nous met au monde comme être spirituel en quête de notre humanité. Il s'agit aujourd'hui de redécouvrir un nouveau mode d'être et d'agir qui a déjà été le nôtre au départ, dans notre tendre enfance. Et c'est ainsi que nous collaborons à Son œuvre, et en ce faisant, notre Ps irrigue et transforme notre humanité – corps, psychisme, cœur profond – et dynamise nos relations, nos activités, notre métier, et toutes les situations de notre quotidien. Pour ce faire, il y a plusieurs chemins :

  • devenir une terre d'accueil et d'ouverture d'esprit par l'honnêteté
  • revitaliser nos relations
  • reconnaître Son œuvre dans chaque situation et chaque événement
  • découvrir dans Sa lumière l'amour et notre mission propre à chacun.

« Ce que je vous demande, c'est d'ouvrir votre esprit, non de croire. » ( Jiddu Krishnamurti ) Pouvons-nous tirer de notre expérience d'aujourd'hui une leçon qui nous permette de croître, de continuer notre progression et d'aider les autres à progresser pour se rapprocher de leur image personnelle de Dieu ? Nous avons fait un peu de ce que les membres des groupes d'entraide nous ont suggéré et nous avons reçu le double don de l'abstinence et de l'éveil à la présence d'une Puissance supérieure à nous-mêmes. Il nous suffit de croire qu'avec Son aide nous sommes changés, et cette simple conviction nous rend prêts au changement, malléables. Et curieusement, d'une manière incompréhensible, le changement se produit. Il ne se produit pas de la même façon chez chacun. « Mais lui, veut-il cesser de boire ? Prendra-t-il toutes les mesures nécessaires pour y parvenir, est-il prêt à tout pour se rétablir ?» ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. chap.10 Aux employeurs, page 161 )

« Pour bénéficier de l'application de cette Étape (6e) pour d'autres problèmes que l'alcoolisme, il nous faudra faire une toute nouvelle expérience d'ouverture d'esprit. Nous devrons viser la perfection et consentir à marcher dans cette direction. Nous aurons rarement à nous inquiéter du rythme de notre démarche. L’important est de savoir que nous sommes prêts. » ( 12x12, 6e Étape, page 76 ) Notre cœur ne peut pas vraiment se fermer à la grâce Dieu, de notre Ps, puisque c’est Lui qui l'ouvre, puisque telle est Sa volonté. « (…) Nous devons être prêts à vivre tous les jours selon les Douze Étapes afin de pouvoir conserver notre rétablissement. C’est ce que nous voulons dire par ‘être prêts à tout’. ( Les voix du rétablissement, page 321 )

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

mercredi 7 juin 2017

Pensées 07 juin 2017

Bonjour à toutes et à tous

Curieusement, tous les mammifères, dont l'être humain, sécrètent des larmes. Le liquide lacrymal est un fluide biologique salé, secrété par les glandes lacrymales au niveau des yeux. Ce liquide nettoie et protège l'œil en facilitant l'évacuation non seulement des corps étrangers (poussière, insecte) mais aussi des toxines qui pourraient s'y trouver. Nos larmes trahissent le plus souvent un état de désespoir, de tristesse ou de douleur, mais peuvent aussi apparaître en d'autres circonstances émotionnelles : joie, rire… Pleurer est pour chacun de nous un acte réflexe, devant des circonstances provoquant la tristesse.

La composition des larmes évacuées à la suite d’une émotion est très différente des larmes créées en permanence. Les pleurs à la suite d’émotions contiennent en effet plus de protéines, d’hormones, dont la prolactine et aussi la leucine encéphalique qui agit sur la douleur. Dans ces larmes, se retrouvent également les molécules responsables du stress ou des toxines apparues sous l’effet du stress. Une étude a même calculé que pleurer diminuait la tristesse ou la colère de 40% environ.

« Riez et le monde rira avec vous,
Pleurez et vous pleurerez seul,
Car le triste vieux monde doit emprunter sa joie,
Mais il a bien assez de soucis en propre. » Ella Wheeler Wilcox, Solitude

Grâce au mode de vie, nous réalisons maintenant que pleurer n'a jamais été un signe de fragilité. En fait, c'est tout le contraire. Exprimer notre chagrin en sanglotant, en gémissant, en nous lamentant, cela nous permet de libérer notre douleur pour que nous puissions ainsi soigner nos blessures. Ça nous permet de ressentir vivement que nous sommes bien en vie. Ça donne la permission aux autres de faire de même. « Si tu veux que je pleure, il faut d'abord que tu pleures. » ( Horace) « Pour faire pleurer les gens, vous devez pleurer vous-mêmes. Si vous voulez les faire rire, vous devez garder un visage sérieux. « ( Giacomo Casanova, Histoire de ma vie )

« S'il vous plaît, Seigneur, apprends-nous à rire, mais, mon Dieu, ne nous laisse jamais oublier que nous avons pleuré. » ( Bill Wilson ) Avec l'aide de notre Puissance supérieure et grâce au contact conscient qu'Elle nous invite à entretenir avec Elle, nous pouvons probablement trouver la réponse à n'importe quel problème que nous vivons. L'aventure dans les groupes d'entraide devient richesse, la compréhension devient vérité, les rêves deviennent réalités et aujourd'hui devient toujours.

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

mardi 6 juin 2017

Pensées 06 juin 2017

Bonjour à toutes et à tous

Afin de composer avec notre désespoir et notre trouble intérieur (une suite de réactions à la peur, à la colère, à nos sentiments désagréables, à notre honte, à notre haine ou au ressentiment contre les autres ou contre des situations), nous avons dû cesser de blâmer la vie et développer une nouvelle façon de penser. Grâce au mode de vie de Douze Étapes et à notre Puissance supérieure, nous avons appris que nous pouvions tranquillement accepter les autres tels qu'ils sont et pleinement consentir à ce que Dieu tel que nous Le concevons élimine nos défauts et manques de toutes sortes mêmes virtuels. Nous avons appris que nous n'étions pas des victimes de la vie. Nous sommes plutôt des choyés, des privilégiés de la vie. « Tu ne dois détester personne. Mais si vraiment tu ne peux empêcher ton coeur d’haïr, alors déteste la haine qui règne dans ton coeur. » ( Magghilej Doha )

Si telle est Sa volonté, nous ouvrons la porte afin d'accueillir ce que le Divin nous offre chaque jour : laisser aller nos attentes, nous ouvrir aux messages du quotidien, effectuer une deuxième lecture des évènements comme dans un court inventaire quotidien ou sur le vif (épreuves, deuil, séparation, maladie, rites de passage), vivre l'instant présent inconditionnellement, nous retrouver au bon moment, au bon endroit avec les bonnes personnes, saisir les opportunités de l'ici et maintenant. Renoncer à nos vieilles croyances permet une lecture éclairée de notre vie sans même comprendre les passages qu'elle nous propose à travers l'émergence de coïncidences, de synchronismes ou de messages de vie qui nous permettent de cheminer.

'On ne peut voir la lumière sans l’ombre, on ne peut percevoir le silence sans le bruit, on ne peut atteindre la sagesse sans la folie.' (Carl Gustav Jung) Reconnaître que le lâcher prise est une opération intérieure impossible. Lâcher cette illusion de prise est une invitation à cesser de nous cramponner aux choses, aux gens et aux événements. C'est cesser toutes contraintes, toutes luttes, toutes résistances. C'est ouvrir la ou les mains pour relâcher quelque chose, quelque idée à laquelle nous tenions mordicus. Nous sommes souvent désespérément accrochés par l'esprit à nos préjugés, nos espoirs et nos aspirations secrètes. Lâcher l'illusion d'avoir prise signifie devenir transparent et vivre avec nos peurs et nos angoisses. La tranquillité, l'intuition et la sagesse ne surviennent que lorsque nous vivons la totalité du moment présent sans avoir besoin d'y retenir ou d'y rejeter quelque chose ou quelque idée. Un jour nous perdrons tout ce que nous possédons. Tenons ce que nous possédons délicatement entre nos mains comme si nous y avions une petite plume d'oiseau prête à être emportée par le vent ou par le temps.

'La synchronicité est une réalité présente pour ceux et celles qui ont des yeux pour la voir.' (Carl Gustav Jung) La synchronicité, les coïncidences nous amènent à des moments privilégiés dans la vie, des pierres de gué, comme, par exemple, tomber amoureux, d'autres tout aussi ou plus douloureux, comme le deuil, mais tout autant privilégiés en ce qui a trait à la volonté et au désir de notre gPs. Dans ces moments, il me semble que tout ce qui fait partie de nous, mémoire, identité, rêves, angoisse, délires, utopies, tout cela se synchronise et permet notre rétablissement. Quand nous n'avons plus rien à perdre, quand c'est absolument un bas-fond, la vie fait de nous des privilégiés. La vie synchronise notre savoir, nos sensations, nos émotions et toutes les énergies qui travaillent en nous (mentale, spirituelle, physique), de manière à ce qu'il y ait une cohérence de notre désespoir avec son immensité de douleurs, de notre humilité devant la vie qui est apparemment et évidemment impersonnelle.

« En effet à moins d'accepter nos problèmes et de les résoudre, nous ne pourrons rien faire pour nous mettre en règle avec nous-mêmes, avec le monde qui nous entoure et avec Celui qui règne sur nous tous. » ( 12x12, 12e Étape, page 141 ) La participation à des rencontres de groupes d'entraide nous invite à nous accepter de plus en plus et à avoir de plus en plus de tolérance envers les autres, de tendresse et de passion envers notre bien-aimé et d'amour envers soi. Nous savons toutefois qu'il nous est impossible d'accepter inconditionnellement tous et chacun en tout temps. Ce qui est possible cependant, c’est de nous aimer tels que nous sommes, d’accepter inconditionnellement tout ce que nous sommes et d'aimer tous les jours davantage les autres par la grâce de Dieu un jour à la fois.

Aujourd’hui, c’est le début du Ramadan, une période de jeûne, de spiritualité et de prières pour les musulmans au Québec ! Nous nous souhaitons un mois de paix, d’amour et de générosité qui nous permettra de nous rapprocher tous et chacun de notre Ps. As-salam alaykom.

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

lundi 5 juin 2017

Pensées 05 juin 2017

Bonjour à toutes et à tous

« Qu'est-ce donc que toute notre tendresse ? Rien — qu'une petite vague qui racle sur la terre et s'en retourne à la haute mer. » ( Léon-Paul Fargue , Poèmes « Tendresse » ) C'est ce qu'il advient lorsque le cœur de l'homme ou de la femme devient sensible, vulnérable. C'est lorsque le cœur de pierre devient cœur de chair ( Ézéchiel 36,26 ). Chair, cœur et tendresse ont cela de commun : la vulnérabilité. La tendresse est aussi promiscuité et rapprochement. Elle est aussi porteuse des palpitations impressionnantes de la vie comme la palpitation du partage de l'intimité qui s'établit entre deux êtres humains. Le désir et la tendresse s'entretiennent mutuellement. L'autre est alors chair et cher (chère) en même temps. La tendresse introduit dans une relation amoureuse une dimension nouvelle des gestes et des paroles, une relation de cœur, d’être plus que d’agir. « Fais-moi la tendresse » de Ginette Reno, ici accompagnée de Marc Hervieux : voir le merveilleux vidéo — https://www.youtube.com/watch?v=CNnD_MlsvZ4 et aussi voir à la fin la prière d’une femme qui compulse dans la bouffe souvent.

Tout ce qui nous arrive se produit comme une grâce, c'est-à-dire comme un cadeau, gratuitement de notre Ps. La tendresse n'est pas l'amour. C'est une façon de l'exprimer. Même si la tendresse est souvent un des surnoms de l'amour, elle demeure un sentiment. L'amour, au sens plénier, est une orientation, un acte, un vouloir. « Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse. » ( Coco Chanel )

L'amour, c'est la vie qui s'exprime dans toute chose. Nous sommes cette vie, nous sommes cet amour. Notre Ps nous donne aujourd'hui la permission de caresser et de célébrer l'amour. Il ou Elle nous laisse charmer, apprivoiser, être séduit, ému. Comme êtres humains, nous sommes remplis d'émotions. Cet être magnifique, lumineux que nous rencontrons dans la vie, radie cette lumière, ce rayon précieux des cieux, qui guide nos actes, nos murmures, nos troubles, nos frissons. Laissons-nous caresser par ce partage, toucher par la tendresse qui s'exprime ainsi, effleurer par le sourire qui vient du cœur. « Dieu n'a pas créé l'homme et la femme l'un après l'autre. Il a créé deux corps jumeaux unis qu'il a tranchés depuis le jour où il a créé la tendresse. » ( Jean Giraudoux )

« Il se trouvait en présence de la Puissance et de l'Amour infinis. ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. chap.4 Nous les agnostiques, page 64 ) Les Douze Étapes, le mode de vie des groupes d'entraide, nous suggèrent d'ouvrir notre corps, notre âme et notre cœur à une Puissance supérieure à nous-mêmes qui nous comble entre autres d'amour, de tendresse et d'acceptation. Nous pouvons ensuite étendre cet amour à un partenaire : « Il n'y a rien de plus complet qu'un couple qui traverse le temps et qui accepte que la tendresse envahisse la passion. » (Marc Levy, Et si c'était vrai...). Nous pouvons par la suite partager cette dimension nouvelle de notre être aux autres un jour à la fois.

C'est la journée mondiale de l'environnement aujourd'hui. Comment pouvons-nous exprimer cette tendresse, cet amour qui nous habite envers notre environnement ?

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

dimanche 4 juin 2017

Pensées 04 juin 2017

Bonjour à toutes et à tous

Nous sommes la partie réelle et vivante de la vie. Tout ce que nous percevons autour de nous c'est la vie qui se déploie dans une variété infinie et merveilleuse. Il n'y a pas de lacunes, pas de pauses, pas d'espaces vides. Quand nous reconnaissons Son œuvre, nous pouvons faire le plein de Son amour. S'Il est partout alors même l'illusion de séparation, de vide est pleine. Vivre le moment présent, c’est être réel dans notre peau, vrai dans notre coeur.

La vie est là, tout autour, avec nous. La vie est ici, dans ce coin précieux de l'homme et de la femme, au cœur de leur âme. La vie nous est donnée pour que nous puissions la célébrer avec le sourire de l'enfant, le rire dans ses yeux, son regard coquin et malicieux parfois. Tous, enfin presque tous les membres des groupes d'entraide, ont dans les yeux cette étincelle qui anime leur être tout entier. Ils partagent sans ambages, ni ambiguïtés, la générosité, celle qui n'attend rien, qui dit oui ou non juste pour aujourd'hui. Nous avons vu dans leurs témoignages exempts de tour de passe-passe, sans tour de magie, par contre une seule lueur d'alchimie… Lueur, qui respire le désir de vivre, l'énergie d'une Ps.

« La souffrance nous semble nécessaire jusqu'à ce que l'on se rend compte de son inutilité. » ( Eckhart Tolle ) Nos chemins croisent ceux et celles qui nous aident à constater l'inutilité et parfois l'utilité de nos souffrances et nous guident dans notre cheminement et notre rétablissement en nous révélant l'objet ou la signification de l'une de ces souffrances. Et nous faisons un petit bout de route ensemble. Chacun prend du temps sur ses temps libres, pour partager la libération de cet esclavage et de l'amour de la vie qui nous habite maintenant. Ces partages nous ont ouverts des portes, colorés nos horizons, nous ont permis de ressentir l'invisible. Cet invisible, qui ne s'explique pas, nous donne la force, nous montre la voie, nous invite à poursuivre la quête de ce Graal qu'est notre contact conscient avec notre Être suprême, nous fait effleurer la grâce, le ciel, la profondeur en nous-mêmes, cette étincelle : L'amour... celui qui donne des ailes, qui nous emporte, nous étreint sans nous restreindre, qui, du bout de ses doigts, nous tient si fort la main. « L'ultime finalité du monde n'est pas dans le monde lui-même, mais dans sa transcendance. » ( Eckhart Tolle ) Nous croyons que la transcendance nous habite, que nous ne sommes pas séparés de notre Ps.

« Notre impuissance nous posait un véritable dilemme : il fallait trouver une force grâce à laquelle nous pouvions vivre, et ce devait être une Puissance supérieure à nous-mêmes. Évidemment. Mais où et comment trouver cette Puissance ? » ( Les Alcooliques Anonymes, chap.4 Nous, les agnostiques, page 51 ) Plusieurs membres des groupes d'entraide nous suggèrent de trouver une force intérieure, à regarder au-delà du visible, à entreprendre cette quête du Graal, de la transcendance et à nous centrer sur la recherche de l'invisible, du divin en nous et dans la vie. Nous recevons autant d'amour, de tolérance et de compréhension de cette Puissance supérieure à nous-mêmes que nous en donnons aux autres membres de ces groupes et aussi aux membres de notre famille élargie. L'implication dans les services de tous et chacun nous procure ces grands bienfaits. Notre implication dans les services et notre confiance en notre Dieu d'amour qui s'y exprime nous révèlent chaque jour la profondeur réelle de notre rétablissement.

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

samedi 3 juin 2017

Pensées 03 juin 2017

Bonjour à toutes et à tous

Il arrive que nous considérions notre parcours spirituel comme étant un peu stagnant, comme pris dans la lise. Peut être croyons-nous faire du surplace et ne voyons-nous pas progresser dans notre rétablissement. Nous « n'arrivons » pas simplement à l'accomplissement ou à la plénitude spirituelle. Lorsque par son témoignage un membre agnostique ou athée raconte son parcours à travers même quelques-unes des 12 Étapes, sa relation avec un Dieu d’amour ne cesse de s’approfondir malgré lui, et c’est la plupart du temps la clef d’une vie vibrante et satisfaisante. Tous les membres qui témoignent ainsi de leur libération en parlent souvent d’une même manière. « Soulagés de leur obsession alcoolique et incapables d’expliquer la transformation dans leur vie, ils en sont venus à croire en une Puissance supérieure et, dans la plupart des cas, à mentionner le nom de Dieu. » ( 12x12, 2e Étape, page 30 ) « En réalité, nous n’avions pas vraiment fait maison nette pour permettre à la grâce de Dieu d’y entrer et d’en chasser l’obsession. » ( 12x12, 2e Étape, page 35 ) « Tout le monde est en mesure de constater que chaque membre des AA devenu abstinent a été libéré de cette obsession si tenace et virtuellement fatale. On peut donc dire que tous les membres des AA ‘ont pleinement consenti’ à ce que Dieu élimine de leur vie cette manie de l’alcool. Et c’est exactement ce que Dieu s’est occupé de réaliser. » ( 12x12, 6e Étape, page 71 )

Nous ne comprenons pas vraiment la différence qui existe entre les œuvres de Dieu et les voies de Dieu. Mais Il nous fournit cette explication : Les œuvres de Dieu sont les choses qu'Il accomplit dans notre vie – par exemple, nous voyons notre Ps répondre à nos besoins même non exprimés. Les voies de Dieu sont, par contre, les motivations, les raisons et les principes qui nous poussent à agir comme nous le faisons. Notre Ps permet que nous vivions et traversions certaines épreuves. Toutefois, même si nous ne comprenons pas Ses voies, une grande partie de notre confusion se dissipe si nous Lui faisons confiance. Les situations qui suscitaient en nous de la peur ne nous troublent plus parce que nous savons que Dieu nous accompagne dans ces soucis, tracas ou arias même si nous ne pouvons voir les motifs ou intentions qui sous-tendent Ses actions.

Nos différentes croyances poussent tout le monde à ne pas être du même avis et à emprunter des directions divergentes. Dieu veut bien que nous soyons différents. En nous faisant connaître Ses voies, notre Dieu d'amour, toute bonté et bienveillance, nous permet de connaître la vie à son meilleur, et nous allons transmettre le message de rétablissement des Douze Étapes et attirer d'autres personnes à vivre et partager avec nous ce beau mode de vie.

La voie de Dieu que nous découvrons comme suggestion dans les groupes d’entraide est un chemin fait de principes spirituels (12+12+12 = 36, certains, plus généreux, vont jusqu’à les multiplier 12x12x12 = 1728) qui nous permettent de fonctionner en tout temps. Il y a de ces superbes principes, plus de cinquante en fait, qui se cachent tout au long des chapitres que certains nomment comme les chapitres 'perdus’ ou bien souvent 'écartés’ : Aux conjointes (8) et La famille et le rétablissement (9) du Gros Livre. Nous remercions notre Puissance supérieure de nous guider vers les personnes qui peuvent nous donner ce dont nous avons besoin et de nous accorder la compassion nécessaire pour aimer ceux et celles qui nous ne croyons pas encore en mesure de le faire pour aujourd’hui.

Allégorie : Les voies de Dieu sont impénétrables
C’est l’histoire de deux anges, un vieux et un jeune, qui se sont introduits dans le monde des hommes déguisés en mendiants. Ils frappent, d’abord, à la porte d’une riche demeure afin de demander asile. Le couple, les hôtes visiblement contrariés par cette intrusion, se résignent, après beaucoup d’hésitation, à les laisser entrer. Malgré le luxe de leur maison et l’abondance de leurs biens, ils décident d’installer les visiteurs au sous-sol en leur donnant les restes du repas…
Or, au milieu de la nuit, sous les yeux ébahis du jeune ange, voilà que son mentor s’attelle à une étrange besogne. Il s’est mis à calfeutrer et à réparer les trous se trouvant sur un des murs de la cave. Malgré son grand étonnement, le jeune ange décide de ne rien dire. Le lendemain, c’est chez un couple très démuni que les deux anges décident de s’inviter. Leurs hôtes possèdent, eux, une toute petite maison avec une seule chambre et ont, pour seul bien, une maigre vache. Par ailleurs, ces derniers accueillent leurs invités très chaleureusement et leur offre leur unique repas ainsi que leur unique lit. Le réveil se fit, pourtant, avec les pleurs du jeune couple qui venait de perdre, pendant la nuit, leur seule ressource qui était cette vielle vache.
Devant cette injustice, le jeune ange révolté ne pouvait plus retenir sa colère : « Pourquoi ? Pourquoi ? Interroge-t-il le vieil ange. Pourquoi passer la nuit à réparer le mur du sous-sol du riche couple qui nous a si mal reçu et si mal traité et laisser mourir le seul bien de ses pauvres gens qui nous ont, eux, si généreusement accueilli ? » Le vieil ange lui répond alors : « Sache mon petit qu’en réparant le mur du sous-sol j’ai empêché ces mauvaises gens de trouver, un jour, le trésor qui se cachait derrière. Quand à ces pauvres gens, si j’ai laissé leur unique vache mourir c’est parce que j’ai dû négocier avec la Mort qui allait, pendant la nuit, prendre la femme et laisser seul son mari qui l’aime tant. »
Voilà donc une histoire qu'il fait bon entendre raconter dans les moments plus ou moins difficiles… ça peut même aider quelquefois à mieux vivre avec notre simple réalité puisque telle est Sa volonté.

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

vendredi 2 juin 2017

Pensées 02 juin 2017

Bonjour à toutes et à tous

Le cadeau de la vie ( texte de Brigitte Leblanc )

Tous les chemins que l'on prend chaque jour
Vers un destin qu'on voudrait plein d'amour
Sont des chemins qu'on choisit sans savoir
Comment tournera l'histoire

L'important c'est de croire au cadeau de la vie
Qu'il n'est jamais trop tard pour gagner la partie
On a tous quelque part quelque chose à bâtir
Quelque soit ton histoire l'important c'est d'y croire

L'important c'est d'y croire au cadeau de la vie
Vivre autant que tu peux toujours vers l'infini
On a tous une force que parfois on oublie
Il est plein de merveilles le cadeau de la vie

Tous les abîmes qu'on ne peut pas éviter
Tous les chagrins qui veulent nous déchirer
Quand ils nous blessent et nous laissent la vie
C'est là que commence le défi

L'important c'est d'y croire au cadeau de la vie
Les beautés de la terre les amours, les amis
J'ai les yeux grands ouverts jusqu'au fond de mon cœur
Et je vois la lumière du cadeau de la vie

L'important c'est d'y croire au cadeau de la vie
L'univers de l'espoir oui c'est en toi qu'il grandit
On a tous une force que parfois on oublie
Il est plein de merveilles le cadeau de la vie

L'important c'est d'y croire au cadeau de la vie
Qu'il n'est jamais trop tard pour gagner la partie
On a tous quelque part quelque chose à bâtir
Quelque soit ton histoire l'important c'est d'y croire

L'important c'est d'y croire au cadeau de la vie
Les beautés de la terre, les amours, les amis
J'ai les yeux grands ouverts jusqu'au fond de mon cœur
Et je vois la lumière du cadeau de la vie

L'important c'est d'y croire au cadeau de la vie
Vivre autant que tu peux toujours vers l'infini
On a tous une force que parfois on oublie
Il est plein de merveilles le cadeau de la vie
L'important c'est d'y croire au cadeau de la vie

Cette journée est un cadeau de la vie, de notre Puissance supérieure. Chaque jour, nous remercions notre Puissance supérieure pour ces cadeaux inestimables que sont l'abstinence, la paix, l'amour et la sérénité. Les Douze Étapes, les Douze Traditions et les Douze Concepts nous offrent des possibilités infinies de progresser, et notre vie est vraiment pleine de promesses (12) et heureuse. Merci mon Dieu pour tous ces cadeaux même ceux qui sont parfois mal emballés et pour ce beau et grand tour de manège !

Nous devons pour nous rétablir en secourant les autres qui souffrent comme nous avons souffert. « La seule chose qui compte, c'est qu'il est un alcoolique en possession d'un moyen de retrouver la sobriété. Leurs souffrances et leur rétablissement constituent un héritage que les alcooliques peuvent facilement se transmettre l’un à l'autre. « C’est le don que Dieu nous a fait et la transmission de ce don à nos semblables est le seul objectif qui anime aujourd’hui les AA dans tout l’univers. » ( 12x12, 5e Tradition, page 171 ) Et c’est ce qui anime aussi tous les groupes d'entraide qui suggèrent d'utiliser ce mode de vie pour se rétablir et dont les membres partagent les plus beaux cadeaux de leur abstinence. (Voir à la fin un extrait de la revue Oasis : « Le corps est un cadeau »)

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

jeudi 1 juin 2017

Pensées 01 juin 2017

Bonjour à toutes et à tous

Toute femme et tout homme ont habituellement besoin de lumière pour poser leurs pas, pour mettre leur chandail ou leurs bas à l'endroit, voir leurs amis ou voisins sous leurs vrais jours, travailler ou aider qui que ce soit à sortir de l'ombre. Cette lumière n’est pas que celle d'un simple rayon de soleil ou d'une lampe de chevet. Cette lumière est un rayonnement de l'amour de Dieu tel que nous Le concevons. Habituellement, Il nous veut récepteurs, propagateurs et partenaires de cet amour. Dieu n'a pas d'attente, Il est patient ! En se mettant à genoux dans notre jardin intérieur, en y observant les belles fleurs de nos plates-bandes, en y retirant sous Sa guidance les quelques plantes que nous appelons « mauvaises herbes » qui vont devenir un riche compost, nous y découvrons la plénitude de ce mystère : Dieu est Amour. Nous sommes créés à l’image de Dieu : aimons-nous comme Il nous aime. « …, car au plus profond de chaque être humain, homme, femme ou enfant, repose l'idée fondamentale de Dieu. » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. chap.4 Nous les agnostiques, page 62 )

Le mode de vie des groupes d'entraide nous invite à nous évaluer honnêtement et avec réalisme, à remercier notre Être suprême de toutes ces pensées dont celle de l'amour de Dieu pour nous, de nous permettre de nous accepter tels que nous sommes et d'accepter les autres tels qu'ils sont à chaque jour. Dieu est tout aussi présent chez ceux et celles qui nous entourent qu'Il l'est en nous. Où que nous soyons, Dieu tel que Le concevons est avec nous. Une sensation de paix et de sérénité nous enveloppe et nous nous détendons au simple rappel de Sa présence. Avec ce réveil spirituel, nous nous sentons apaisés, courageux et aimés. Nous pouvons faire presque tout ce qui nous est demandé aujourd'hui puisque notre source d'amour est intarissable et nous comble jusqu'à nos plus petites et profondes radicelles.

« 07 Où donc aller, loin de ton souffle ? Où m’enfuir, loin de ta face ? 08 Je gravis les cieux : tu es là ; je descends chez les morts : te voici. 09 Je prends les ailes de l’aurore et me pose au-delà des mers : 10 même là, ta main me conduit, ta main droite me saisit. » ( Ps. 138, 7 – 10 ) Aucun lieu n'est privé de Dieu ; pour nous, il n'en est aucun qui ne soit en Lui. Il est avec nous quand Il nous amène au paradis dans les bras de notre bien-aimée, Il est aussi là quand nous descendons dans l'enfer de notre compulsion. Au-dedans Il nous habite, Il déborde aussi des autres. Ainsi Il n’est enfermé dans rien, et il n’est rien où Il ne soit. Mon premier parrain me disait que 'peu importe où tu vas, toi, tu es là’. « La vie se rétracte ou se dilate à proportion de notre courage. » (Anaïs Nin) Nous sommes là avec le courage que notre Ps nous donne.

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

mercredi 31 mai 2017

Pensées 31 mai 2017

Bonjour à toutes et à tous

« Une simple pensée de gratitude dirigée vers le ciel est la plus parfaite des prières. » ( Gotthold Ephraim Lessing ) Nos prières sont simples et n’ont pas à être parfaites. Nous exprimons notre gratitude pour toutes les choses que la vie nous apporte. Nous remercions notre Ps de nous donner le courage et la sagesse de faire Sa volonté. Nous obtenons des solutions à nos problèmes, une capacité à faire face aux frustrations de la journée avec une sérénité que nous ne croyions pas possible et la force de mettre en pratique les principes du mode de vie dans notre quotidien.

En nous levant le matin nous disons : Merci la Vie, Merci mon Dieu. C’est une prière assez courte merci. La prière ne change pas l'attitude de Dieu envers nous, mais souvent elle change notre attitude personnelle envers Dieu si telle est Sa volonté. Quant à la méditation, c'est un moment magique de calme et de silence qui procure une détente physique, un calme émotif, une centration et la conscience spirituelle. Une bonne manière de maintenir la communication et d'améliorer un contact conscient avec Dieu tel que nous Le concevons, c'est d'adopter une attitude reconnaissante. Les jours où nous sommes reconnaissants, il semble se produire de bonnes choses dans notre vie. L'un des plus précieux dons que peuvent nous apporter la prière et la méditation, c'est sans doute le sentiment d'appartenance que nous en tirons. Nous savons que Dieu veille avec amour sur nous. Nous savons qu'en nous tournant vers Lui, ça ne change rien sinon en nous et tout va bien pour nous, ici-bas et dans l'au-delà. Il n'y a pas de séparation là aussi.

À même la sagesse des Étapes, des principes et des outils du mode de vie des groupes d'entraide nous apprenons à découvrir ce qui fait obstacle à notre croissance personnelle, tels que les conséquences de notre maladie et nos multiples défauts. Au cours de ce cheminement, nous sommes guidés par une Puissance supérieure à nous-mêmes. Ce cheminement ne dépend pas vraiment de quelque consentement inconditionnel de notre part à laisser Dieu nous soulager de tous nos défauts. Souvent nous avons l'illusion que plus nous nous acharnons contre nos défauts, plus grande est leur emprise sur nous ou plus nous réussirons à en venir à bout. Nous sommes tout aussi impuissants devant nos défauts que devant notre dépendance ou notre codépendance. La Sixième Étape nous demande de dire « oui » au miracle qui est déjà en cours et à la série de métamorphoses qui l'accompagnent. « Il n’y pas de joie sans gratitude. » ( Brene Brown, voir https://www.ted.com/talks/brene_brown_on_vulnerability?language=fr) La sagesse des Étapes nous invite à identifier, avouer et corriger nos faiblesses. Cette vie est graduellement redressée par notre Ps. « Le regret sincère des injustices faites, la gratitude pour les bienfaits reçus, et le désir de tendre demain vers des résultats meilleurs, telles sont les valeurs permanentes que nous voudrons rechercher. » ( 12x12, 10e Étape, page 106 )

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

mardi 30 mai 2017

Pensées 30 mai 2017

Bonjour à toutes et à tous

Être présent dans notre moment tout aussi présent, c’est nous éveiller à la dimension de notre entité spirituelle et à la vérité de la Vie. C’est être catapultés ou propulsés dans ce qu’il plaisait à Bill W. « d’appeler la quatrième dimension de l’existence » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. chap. 1 L’histoire de Bill, page 10 ). Si nous pouvons demeurer en cet instant silencieux et assez présents avec ce qui est vraiment ici maintenant, il n’y a pas de moment autre que ce moment-ci. Nous nous sommes éveillés dans ce petit bout d’éternité. Dans ce coin de paradis, nous pouvons y demeurer et y 'découvrir le bonheur’. Plusieurs croient que quand on est dans un espace difficile où tout semble coincer et être souffrant, qu’on est dans l’illusion. Et ces mêmes quand tout va bien, que la vie coule, et même si on a de la peine à le croire parce qu’on n’y est peut-être pas encore habitué, nous sommes dans notre réalité, connectés à notre centre, à notre coeur. Que ça aille bien ou non, nous sommes mêlés par cette illusion de séparation avec notre prochain et avec notre Ps. « Nous sommes ici pour nous éveiller de l’illusion de notre séparation. » ( Thich Nhat Hanh )

Si nous sommes fondamentalement éveillés et présents dans l'ici et maintenant, nous vivons alors sans jugement, sans peur ou désir. Nous vivons dans un état de gratitude. Nous vivons et ressentons l'amour dans le monde qui nous entoure. L’illusion de la séparation a disparu. Nous vivons avec un sens d’unité avec toutes les choses et sommes sensibilisés à la dimension impersonnelle et éternelle de nos existences. Nous voyons les autres comme des êtres égaux éveillés, même si eux-mêmes n’en sont pas conscients. Ça comprend aussi le royaume de la nature comme au coeur de notre jardin qui nous entoure. Nous sommes compatissants et nous agissons le plus souvent avec intégrité. Il y a quelque chose à l’intérieur de nous-mêmes qui nous pousse à vivre honnêtement.

Nous savons que nous pouvons être mêlés par l’illusion de la séparation. L’expérience de vie que nous sommes en train de vivre ne nous appartient pas vraiment. Au beau milieu de cette métamorphose amorcée qu'est notre rétablissement, nous savons que notre Être suprême nous guide dans ce processus. Nous ne pouvons pas arrêter nos pensées. L’effort même de chercher à arrêter nos pensées peut ne sembler qu’un renforcement de notre mental. Tout ce que nous arrivons à faire c’est souvent de nous détendre et de vivre dans le présent avec ce tout qui est déjà présent. Si nous pouvons voir, entendre, ressentir, goûter, toucher en ce moment, alors nous sommes dans le moment présent et nous pouvons faire l’expérience d’un profond sentiment de paix et de silence qui peut émerger alors. Comme notre esprit se repose dans le calme et le silence, une porte intérieure s’ouvre laissant entrer un silence infini et éternel. Ce silence infini et éternel est l’essence même de notre Être. C’est notre vraie nature. C’est l’essence de toute existence. C’est le « JE SUIS ».

Dans leurs témoignages, les membres des groupes d'entraide nous racontent comment le chaos est venu traverser le seuil de leur porte, mettre leur âme sens dessus dessous, puis comment ils ont appris tranquillement à vivre avec le calme et le silence et à se rétablir. Et ça se produit souvent, pour ne pas dire tout le temps, en engageant une relation avec une Puissance supérieure qui peut, nous aussi, nous aider à combler cette illusion de vide et de séparation que tous et chacun nous ressentons ou avons ressenti dans notre cœur. Et cet enfer, cette illusion nous a amené à vouloir geler cette souffrance qui en était générée. Si nous sommes qui nous sommes aujourd’hui, c’est grâce à cette maladie qui nous a amené à ces excès de gel et ensuite à notre dégel et rétablissement grâce à notre gPs et tout ça dans le calme. « Si nous parlons avec calme, franchise et sans rien cacher, les résultats sont satisfaisants. » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. chap.6 À l’oeuvre, page 88 ) — « Et pour en donner rapidement la preuve , le parrain décrit volontiers, avec simplicité et sans prétention, ses propres défauts anciens et actuels. Cette façon de faire calme et pourtant réaliste de faire son inventaire est extrêmement rassurante. » ( 12x12, 4e Étape, pages 50-51 ) — « Une réflexion calme et attentive sur nos relations peut nous aider à nous connaître plus en profondeur. » (12x12, 8e Étape, page 90 ) Calme et détendu ! Cal-me et dé-ten-du !

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

lundi 29 mai 2017

Pensées 29 mai 2017

Bonjour à toutes et à tous

Les rituels de prière nous aident à accéder à la signification personnelle et universelle de symboles et de métaphores même dans l'absurdité ou la confusion. Nous avons parfois besoin de ces moyens avec lesquels nous cherchons l'ordre dans le chaos. Nous donnons ainsi une voix à notre expérience humaine et spirituelle. Les rituels sont la langue de la collectivité et en même temps de l'âme. Ils suscitent la vérité, l'honnêteté, le respect et un sens de l'ordinaire à travers une expérience extraordinaire de la vie au jour le jour. N’est-ce pas étrange que tant d’êtres humains, indépendamment de leur société d'origine, soient engagés dans des rituels de prière ? Et depuis quelques temps, la pratique de la prière a pris une autre dimension. Elle est devenue plus simple, plus flexible.

Soeur Jeanne D’Arc Bouchard, a.m.j. a donné cette prière du matin toute simple à plusieurs alcooliques qui ont passé par l’Hotel-Dieu de Roberval : ‘Mon Dieu, donnez-moi la grâce de vivre ma vie, celle pour laquelle Tu m’as créée, et, sans condition… donnez-moi la grâce d’enlever les peurs de mon coeur et de ne jamais douter de Toi.’ Nous pouvons aussi dire ‘…merci de me donner' plutôt que ‘donnez-moi'.

« Mon secret est simple. Je prie. » Mère Térésa Le mode de vie nous invite à communiquer avec une Puissance supérieure et nous suggère de faire l'expérience de la prière. Au cours des réunions, nous sommes invités à vibrer au rythme des battements du cœur de notre fraternité. La prière est tout simplement une conversation de tendresse et de gratitude. Cette conversation avec Dieu tel que nous Le concevons peut se faire à voix haute ou peut être silencieuse, simple ou compliquée. Parfois, nos sentiments sont profonds et ne peuvent s'exprimer facilement avec des mots. Notre Ps comprend ces sentiments et ces craintes. Nous pouvons simplement «être » et nous en remettre à la présence de Celui ou de Celle qui ne se soucie pas vraiment de nous. La guérison spirituelle est alors enclenchée. En faisant « comme si », nous apprenons tranquillement à faire confiance à Dieu. La prière est la nourriture de l'âme ou est-ce vice versa si l'âme est bien nourrie, c'est là que la prière fait son apparition. Nombreux sont ceux et celles qui ont trouvé un terrain de croissance spirituelle par cette simple nourriture. Pour nous, c'est un doux appel de gratitude envers Dieu qui nous invite à Le remercier par la prière. C'est merveilleux d'être en cette présence de Dieu ou est-ce vice versa Dieu nous invite tout simplement à « être » en Sa présence. C’est seulement sur une belle table de banquet où cette nourriture de l’âme est étalée ! Voir la prière de la grenouille d’Anthony de Mello à la fin, un souvenir de notre intensif pour hommes seulement à St-Damien et regarder ce vidéo qui parle de conscience du même auteur si vous en avez le temps : http://www.rentrer.fr/archives/2014/07/03/30332627.html .

En nous adonnant à l'écriture d'un journal, nous pouvons commencer à nous nourrir de ces conversations avec Dieu et apprécier ses douces réponses et un sentiment d'appartenance à Dieu. Quelquefois, nous cherchons à imposer à Dieu notre façon de voir le monde. Nous pouvons être tellement occupés à parler ou à répéter des paroles suggérées que nous manquons d'écouter la petite voix calme. Dans le calme et le silence, nous pouvons entendre aisément le murmure divin. Dieu tel que nous Le concevons aspire à nous parler assez souvent dans cette quiétude.

Les groupes d'entraide sont entre autres des endroits où nous pouvons recevoir l'amour, l'amitié et la nourriture spirituelle, tous ces cadeaux que la volonté et la grâce de Dieu tel que nous Le concevons ont prévu pour nous aujourd'hui. À mesure que nous progressons dans notre rétablissement et que notre foi en notre Puissance supérieure grandit, nous allons accueillir la vie avec toute sa palette de couleurs et avec toutes les émotions qu'elle nous offre. « De la même manière, si nous nous détournons de la prière et de la méditation, nous privons d'un soutien vital notre esprit, notre coeur et notre inspiration. … Nous avons tous besoin comme d’une lumière de cette réalité de l’existence de Dieu, de Sa force comme d'une nourriture, et de Sa grâce comme de l'air vivifiant. » ( 12x12, 11e Étape, page 109 )

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

dimanche 28 mai 2017

Pensées 28 mai 2017

Bonjour à toutes et à tous

Les Douze Étapes rédigées au printemps de 1938 par William Griffith Wilson (Bill W.) constituent l’aboutissement d’une aventure humaine extraordinaire, vécue par ce brillant courtier de Wall Street qui cherchait désespérément à s’arracher de l’enfer de ce besoin impérieux d’alcool. Le trajet personnel de Bill W. est en lui-même un genre de rite d’initiation : de la souffrance destructrice à une prise de conscience majeure, à un éveil spirituel. Bill W. a raconté son expérience spirituelle dans de nombreux témoignages qui se retrouvent dans plusieurs publications des AA dont Transmets-le. Lois, sa femme, nous a fait aussi le récit de leurs aventures dans Lois se souvient. Le film Quand l’amour ne suffit plus raconte aussi les ravages de la maladie familiale qu’est l’alcoolisme. À l’automne 1933, Bill se retrouve au Towns Hospital de New York pour une nouvelle cure de désintoxication. Dans cet hôpital, travaille le Dr Silkworth qui envisage de traiter l’alcoolisme comme une manifestation d’allergie. Pour les personnes atteintes par cette allergie, la consommation d’alcool, sous quelque forme que ce soit, est strictement exclue : « Une fois l’habitude créée, écrit le Dr Silkworth, on ne peut plus la briser. S’enchaîne alors la perte de confiance en soi et en l’humanité. Dès lors, les problèmes s’accumulent et deviennent étonnamment difficiles à résoudre ».

Pour la première fois, quelqu’un parlait de l’alcoolisme non pas comme d’un manque de volonté ou d’un défaut moral, mais comme d’une maladie, trouble reconnu par la recherche médicale un peu plus tard. Ce discours frappe Bill W. à tel point qu’il fera de l’aveu d’impuissance de l’alcoolique devant l’alcool le fondement de la première des Douze Étapes, avec son corollaire : l’abstinence totale — car, comme disent les AA : « Pour nous, un verre c’est trop, mille jamais assez !». Une force qu’il décrit lui-même comme une forme de déraison, « une démence insidieuse » lui fait régulièrement reprendre ce premier verre, bientôt suivi de beaucoup d’autres, qui enclenche un processus de terreur, de haine, de dépression et de pensées suicidaires. « Le seul remède que nous pouvons conseiller est l’abstinence totale. » (Dr W. D. Silkworth, Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. L’opinion d’un médecin, page xxxiii ) — « Il y a trois ans, lorsque le Dr Silkworth , notre directeur médical, souleva l’idée d’utiliser une méthode spirituelle pour aider les alcooliques, j’ai pensé que c’était une idée de fou, mais j’ai changé d’avis. » (12x12, 2e Tradition, page 154) — « Cependant, lorsque le courtier lui a donné la description de l’alcoolisme et de sa nature désespérée, telle que le Dr Silkworth la voyait, le médecin s’est mis à chercher une solution spirituelle avec une détermination jamais démontrée auparavant. ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd.avant-propos de la 2e Édition, page xvii )

« Le bonheur n’est pas une destination c’est un mode de vie. ( Anonyme ) Ils ont défini ensemble ce mode de vie suggéré maintenant par plus de 552 différents groupes d’entraide (en 2008) qui nous offrent une méthode simple pour trouver qui nous sommes réellement. Nous découvrons nos qualités et nos défauts, ce que nous aimons à propos de nous-mêmes et, également, les choses dont nous ne sommes pas si fiers. Grâce à ce pouvoir guérisseur des Douze Étapes, ce mode de vie spirituelle, nous commençons à comprendre que nous sommes des individus, créés pour être ce que nous sommes par notre Puissance supérieure telle que nous La concevons.

Si vous en avez le temps, voyez ce long vidéo clip (45 min.) d'un partage que Bill W. a donné à Toronto en 1965 : http://www.youtube.com/watch?v=XQQ2g6ZjDEQ

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

samedi 27 mai 2017

Pensées 27 mai 2017

Bonjour à toutes et à tous

La majorité d'entre nous vit des hauts et des bas. Dans notre vie quotidienne, nos problèmes semblent bien réels. Selon notre perception de ce monde, notre Puissance supérieure peut prendre l'aspect de ce que nous voulons la voir prendre. Il en est de même pour notre corps. Il ne peut être que ce que l'esprit veut qu'il soit, et plusieurs affirment que le corps n'a pas de conscience propre. Nous lui faisons porter le poids de notre culpabilité et de nos peurs et nous lui demandons de combler le manque, cette illusion de vide intérieur qui nous pousse à tous les excès tant physiques qu'émotionnels comme la « rumination » qui mène à la déprime. Dans ces conditions d’abus ou d’excès répétés, la maladie se manifeste.

Le corps est la manifestation physique de l’illusion de séparation, il est l’habit que revêt l’homme depuis ses premiers jours sur terre, moments où dès lors il a senti et sent depuis une séparation d'avec Dieu. Au coeur de cette illusion, l'ego fait de ce corps, sa demeure. Et le monde est né, créé de cette pensée. Dieu pour sa part ne voit pas de séparation entre Lui et son enfant. Tant que nous persistons à croire en cette séparation, nous avons la certitude que ce que nous vivons ici est la seule réalité possible et que Dieu nous a abandonné à ce monde hostile. La solution de Dieu pour nous éveiller, c'est de passer par la maladie et l'illusion de séparation, de manque, puis de nous inviter à changer notre mode de vie. Notre Dieu d’amour va nous éveiller doucement ou brusquement, lentement ou rapidement, et va même jusqu'à nous donner le désir de cet éveil. « La Douzième Étape rappelle également que chacun de nous a connu, comme résultat de la pratique de toutes les Étapes, ce qu’on appelle un réveil spirituel. » ( 12x12, 12e Étape, page 119 )

Les membres des groupes d'entraide nous apprennent à être attentifs à nos émotions, à les nommer comme sentiments ou ressentiments et à les exprimer lorsqu'ils ou elles nous partagent leur expérience, leur force et leur espoir. Ces apprentissages nous apprennent à bâtir un pont entre les aspects morcelés de chacun de nous-mêmes ( notre ego malade ), notre Puissance supérieure, et la totalité de notre être ( notre identité et notre personnalité ). Nous ne pouvions imaginer que nous avions perdu la raison, entre autres parce que nous nourrissions l'illusion d'une séparation entre nous-mêmes et Dieu.

« La plus grande chimère dans ce monde est l’illusion de la séparation. » ( Guru Pathik ) Plusieurs croient que l’homme est moralement et essentiellement séparé de Dieu, que l’homme est la création de Dieu, que la création est distincte et séparée du Créateur pour toujours. Certains s'imaginent que le mal est le résultat du péché de l'homme et de sa rébellion envers Dieu, c'est-à-dire de sa séparation d'avec Lui. Pour nous, l’homme n'est pas séparé de Dieu et qu'il n'a pas besoin réellement de repentir, si ce n'est pour dégonfler l'orgueil de cet ego 'malade'. Une fois que la séparation avec Dieu est reconnue comme une illusion, nous pouvons alors croire en l'unité avec Dieu, en Son pardon et Sa miséricorde. Et peut-être qu'il n'y a pas de réelle séparation entre nous et les autres ? Voyons-nous le monde tel qu’il est ou tel que nous le croyons être… un moment d’éternité, ce plus ou moins grand morceau de gâteau virtuel, cette parcelle de joie que la vie nous offre ?

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

vendredi 26 mai 2017

Pensées 26 mai 2017

Bonjour à toutes et à tous

L’angéologie décrit 72 anges dont les noms originels s’inspireraient du sens caché d’un extrait de l’Exode (XIV, 19-21), un passage de la Bible qui décrit la traversée de la Mer Rouge par Moïse et le peuple hébreu. Ces trois versets seraient la source du nom des soixante-douze anges représentant les pouvoirs et qualités divines auxquels s’ajoutent un suffixe -el donnant une force dite d'élévation et masculine et par le suffixe -iah lui accordant une polarité dite réceptive et féminine. Les anges (du grec 'aggelos' : messagers de Dieu) sont sensés être des créatures intermédiaires qui servent de messagers entre la divinité et l’homme. Quant à la nature des anges, l’Église catholique les regarde comme des substances incorporelles, intelligentes, supérieures et gardiennes de l’âme de l’humain. Le judaïsme a aussi sa part de magie, de démons et d’anges. Tout comme pour le judaïsme, la référence aux anges est fondamentale dans la tradition musulmane. C’est par l’intermédiaire de l’ange Gabriel (en arabe Djibril), l’’envoyé illustre’ que le prophète Mohammed reçut la révélation du Coran dans la grotte de Hira, dans la montagne de la lumière (Jabal An-Nour) située à 4km de la Mecque.

Les amis que nous nous faisons et qui sont membres de ces groupes d'entraide, ces fraternités ou mouvements qui nous proposent 12 étapes comme mode de vie pour nous sont des anges, une forme terre-à-terre d'entités non éthérés et purifiés qui malgré tout nous soulèvent quand nos ailes ne se rappellent plus comment voler... comme voler au secours d'une personne qui souffre encore. « Si les anges volent, c'est parce qu'ils se prennent eux-mêmes à la légère. » ( Gilbert Keith Chesterton )

Ces anges « sur deux pattes » ou terrestres nous transmettent et nous apprennent l’amour, la dignité, la bonté, etc. Une façon d'être bien en paix, de se sentir apaisé, se trouve au centre de chacun de nous. C'est notre ouverture d'esprit aux points de vue des autres et à la volonté de Dieu qui nous garde en vie et nous permet d'être bien, heureux et utile. Merci, mon Dieu pour les inspirations et les expériences de vie que nous partagent les autres, ces « anges » que tu choisis pour nous guider. La pratique des Étapes et ce cadeau divin que sont l'abstinence et l'amour nous rattachent à la vie et dissipent toute illusion de séparation.

« Selon toute probabilité, nos handicaps les plus sérieux nous auront laissé quelque répit. Par moments, nous connaissons une véritable paix d'esprit. Pour ceux d'entre nous qui n'avaient connu jusqu'ici que l'agitation, la dépression ou l'angoisse — en d'autres mots pour nous tous — cette paix toute neuve arrive comme un présent inestimable. » ( 12x12, 7e Étape, page 83 )

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

jeudi 25 mai 2017

Pensées 25 mai 2017

Bonjour à toutes et à tous

« Voir, entendre, toucher, sont des miracles et chaque partie et chaque particule de moi-même est un miracle. » ( Walt Whitman, Feuilles d'herbe ) Notre généreuse Puissance supérieure agit dans notre vie quotidienne en faisant de nous des miracles et, d'une certaine façon, grâce à Lui ou à Elle, nous nous métamorphosons, nous nous rétablissons. Nous aidons aussi les autres à se rétablir. Nous aimons notre Dieu d'amour, tel que nous Le concevons et aussi nous aimons et servons nos frères et sœurs de ces fraternités — c'est cette spiritualité qui vit en nous ! Notre gPs vit et s'exprime dans nos vies et nous invite à rencontrer les personnes et les gens qui nous entourent grâce à notre propre rétablissement de tous les jours, à nos témoignages et à notre écoute.

Dieu tel que nous Le concevons vit en nous. Il est important pour nous et donne un sens à nos vies. Nous savons que cette gratieuse Puissance supérieure agit en nous et nous La remercions et souhaitons qu'il en soit ainsi pour toute la journée aujourd'hui si telle est Sa volonté.

« Il n'y a que deux façons de vivre sa vie : l'une en faisant comme si rien n'était un miracle, l'autre en faisant comme si tout était un miracle. » ( Albert Einstein ) Le mode de vie des groupes d'entraide nous suggère après avoir admis que nous avions probablement perdu la raison, (le contrôle et la maîtrise) dans beaucoup de domaines de notre vie, d'en venir à croire qu'une Puissance supérieure peut nous redonner la raison puis quand c'est le cas, de lui confier notre vie et notre volonté. Notre abstinence comme le courage et la foi qui nous font confier à Dieu la conduite de notre vie sont de véritables miracles d'aujourd'hui. Le plus grand miracle de notre vie, c’est d’avoir retrouvé et la raison et un sens à la vie, grâce à l’amour. « …nous ayant réduits à cet état d’impuissance absolue, vous nous annoncez que seule une Puissance supérieure peut nous délivrer de notre obsession. Or, il s’en trouve parmi nous qui refusent de croire en Dieu, d’autres qui ne le peuvent pas, et d’autres encore qui croient sans doute que Dieu existe mais doutent sincèrement qu’Il veuille accomplir ce miracle. » ( 12x12, 2e Étape, page 27 ) « Pour que les changements que nous désirons accomplir se produisent, nous devons laisser aller nos motifs déraisonnables mais toujours confortables, de la même façon dont les arbres modifient leurs couleurs, et finalement laissent aller tout leur feuillage. » ( Marie Lindquist )

Nous sommes conscients que la vie spirituelle est une forme de miracle. Nous n'avons pas besoin d'aller nulle part, si ce n'est régulièrement dans une réunion de notre groupe d'entraide, pour avoir accès à la lumière et à la sagesse divine, pour faire cette expérience de l'éternité. Chaque moment présent est animée par l'énergie spirituelle. Chaque particule d'énergie divine est présente dans tout ce qui vit. Nous ne pouvons pas nous sortir ou nous séparer de notre Ps même si nous le voulions. Que nous sentions ou non cette présence, cette vérité existe toujours. Le temple où réside notre Être suprême est en chacun de nous. Le contact avec le Divin se produit dans n'importe quel endroit ou activité. Cette spiritualité implique une révolution, car elle dissout tous les dogmes et les hiérarchies, toutes les séparations entre la vie ordinaire et spirituelle, le sacré et le profane, tout ce qui est banal et mystique. Que nous le sentions ou non, Dieu tel que nous Le concevons est présent intimement, normalement et consciemment en toutes choses, toutes activités et dans tous les miracles de chaque jour.

Voyez ce vidéo clip en anglais de la meilleure définition d'un réveil spirituel que le Père Joseph Martin décrit comme un miracle : http://www.youtube.com/watch?v=zrFMEX32iBk&feature=related. Father Martin est l'auteur de la plus simple description de l'alcoolisme (et de toutes les dépendances) : « Quand ça dérange peu importe quel domaine de votre vie, c'est ça votre problème. » La solution qui nous a été offerte est un mode de vie qui consiste en 12 Étapes et qui a comme résultat « un triple miracle : physique, émotif et spirituel. » ( 12x12 OA, 12e Étape, page 117 )

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

mercredi 24 mai 2017

Pensées 24 mai 2017

Bonjour à toutes et à tous

De la même façon que la graine germe toujours en direction de la lumière, notre GPS (grande ou gentille Puissance supérieure ) ou notre boussole qui s'appelle Ps nous indique une voie vers la sagesse : celle qui nous amène à vouloir aimer et à progresser, c'est-à-dire à devenir plus matures, sobres et abstinents. La sagesse nous place devant deux grands défis : celui du rétablissement et celui des relations (l'amitié et l'amour sous toutes leurs formes). Pour bien s'orienter vers la lumière, le premier pas consiste souvent à se tourner vers notre enfant intérieur. Évidemment, cet enfant dans notre corps d'adulte est encore très vulnérable et rempli de besoins auxquels il nous faut porter attention pour lui permettre d'évoluer, de grandir. Notre identité (notre vrai moi, cet enfant intérieur, doué et divin) est le centre de notre conscience et nous conduit parfois à l'état de victime, car cet enfant a été blessé, a survécu et aujourd'hui cherche à se rétablir. Si l’enfant intérieur doit passer par ces rites de passage ( voir cet exemple magnifique au bas de la page — rituel cherokee ), c’est que toute notre entité a besoin de cette vulnérabilité pour changer et plus tard pouvoir aider les autres qui se présentent avec les mêmes blessures. Notre gPs sait que nous avons besoin de ces souffrances pour mettre fin à ce combat et cette résistance, pour nous abandonner à Sa volonté.

Nous pouvons reprendre contact avec notre enfant intérieur, l’accueillir dans ce qu’il a à dire et à exprimer. En écoutant ses peines comme ses besoins, nous pouvons découvrir ses talents cachés et sa créativité. Nous pouvons aussi accomplir des actes d’amour afin d’apaiser ses blessures et de l’aider à grandir ...

  • ... en redécouvrant cet enfant intérieur qui siège en chacun de nous, qui réagit et nous mène dans ce qui semblent des impasses, souvent à notre insu,
  • ... en l’honorant, en l'accueillant et en apprenant à lui donner tout l'amour dont il a le plus manqué pour guérir ses blessures,
  • ... en l’aidant à franchir les étapes de croissance qu’il n’a pas pu franchir ou que la vie l'a invité à sauter pour survivre,
  • ... en redonnant aussi la parole à l’enfant divin, joueur, spontané, créatif pour qu’il retrouve une place saine dans la vie de l’adulte à l'intérieur duquel il habite,
  • ... en réinventant les rôles respectifs de l’adulte et de l’enfant en soi,
  • ... et en contribuant ainsi à ce que chacun soit à sa juste place, celle qu'il occupe aujourd'hui.

... pour atteindre le but ultime de ce processus : éclairer, enrichir et faciliter la vie de chaque jour.

« C'est leur foi ingénue qui amena les frères Wright à croire qu'ils pourraient construire une machine volante. Et ils réussirent. Sans cette confiance, ils n'auraient rien accompli. … Lorsque d'autres nous ont montré qu'ils s'en étaient sortis par la puissance de Dieu, nous avons commencé à nous sentir comme ceux qui prétendaient que les frères Wright ne pourraient jamais voler. » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. chap.4 Nous les agnostiques, pages 59-60 ) Cette confiance nous permet d'être enseignantes, vulnérables. Dans les réunions des groupes d'entraide nous apprenons à devenir vulnérables, à prendre ce risque, à exprimer nos émotions honnêtement et ouvertement. Nous sommes nourris et encouragés par l'amour inconditionnel de nos compagnons. Dans la mesure où nous pratiquons des principes spirituels comme les Étapes et les Traditions, nous trouvons la force et la liberté, tant en nous-mêmes que chez ceux et celles qui nous entourent, notre conjoint, notre famille et plus. Nous devenons capables d'être nous-mêmes et d'apprécier la compagnie des autres, capables d'être heureux, joyeux et libres. N'est-ce pas là un miracle en soi ?

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

mardi 23 mai 2017

Pensées 23 mai 2017

Bonjour à toutes et à tous

« Il nous est suggéré de pleinement consentir à tendre vers la perfection. Un certain délai, notons-le, peut être excusé. » ( 12x12, 6e Étape, page 77 ) Pour certains, c’est plus long en effet. Nous ne sommes pas parfaits, nous sommes des êtres humains en rétablissement et en progression. Reconnaître nos faiblesses et avouer nos défauts nous permet de commencer ainsi à recouvrer notre santé spirituelle si telle est la volonté de notre Ps. Nous faut-il accepter nos défauts (mieux, les assumer) ou bien les ignorer nos faiblesses (les fuir) ? Dieu lui-même, tel que nous Le concevons, nous aime-t-il plus sans nos faiblesses ou moins avec nos défauts ? Il n'attend pas que nous devenions des saints, Il nous compte déjà parmi Ses enfants. Son dessein, Sa volonté s'accomplit à travers nos limites ou malgré elles. « L'homme n'amène pas son propre malheur, et si nous souffrons, c'est par la volonté de Dieu, bien que je n'arrive pas à comprendre pourquoi il se croit obligé de tellement en remettre. » ( Woody Allen, Pour en finir une bonne fois pour toute avec la culture )

Une certaine tradition religieuse prédominante pendant bien des années nous a habitués à penser que nous devons être absolument irréprochables pour être de vrais fils et filles de Dieu, pour être aimés de Dieu. Notre société elle-même, par sa culture de la performance, a fini par nous convaincre de la nécessité de cette recherche de perfection et continue, par toutes sortes de moyens, de nous encourager dans cette quête effrénée de l'être parfait. Difficile, dans ces conditions, d'avouer nos faiblesses et nos défauts ! Difficile d'être nous-mêmes, sans que les autres nous jugent, nous « catégorisent » et nous tiennent pour des excentriques ou des vauriens... D'où le besoin de chercher à être parfait, le besoin de posséder, le besoin de recevoir des chirurgies esthétiques (incluant l'injection de botox) ou bariatriques (incluant la liposuccion), le besoin de renier notre passé, notre famille lorsqu'elle nous fait honte, etc. Cette honte qui est comme une tache de goudron qui même lavée laisse une trace indélébile de son pourtour. La réalité nous rattrape un jour ou l'autre. « L'homme n'est ni ange ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l'ange fait la bête. » ( Pascal )

La bonne forme spirituelle ou la santé spirituelle est belle et bien présente même lorsque nous sommes incapables de remercier Dieu tous les jours de nous éclairer, de nous faire voir Sa volonté et de nous donner la force de l’exécuter. C’est Lui qui met aussi les remerciements dans notre esprit et sur nos lèvres, qui nous donne la lumière et l’énergie et cette Source est sans fin. Heureusement, Il a mis fin à cette illusion de séparation que nous croyions entretenir avec notre Dieu d’amour.

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

lundi 22 mai 2017

Pensées 22 mai 2017

Bonjour à toutes et à tous

ATTENTION ! Une épidémie mondiale est en train de se propager à une allure vertigineuse. L'O.M.B. (Organisation Mondiale du Bonheur) prévoit que des milliards de personnes seront contaminées dans les dix ans à venir.

Voici les symptômes de cette terrible maladie :
1- Tendance à nous laisser guider par notre intuition personnelle (par une Puissance supérieure à soi) plutôt que d'agir sous la pression des peurs, idées reçues et conditionnement du passé.
2- Manque total d'intérêt pour juger les autres, nous juger nous-même et nous intéresser à tout ce qui engendre des conflits.
3- Perte complète de la capacité de se faire du souci (cela représente l'un des symptômes les plus graves).
4- Plaisir constant d'apprécier les choses et les êtres tels qu'ils sont, ce qui entraîne une disparition de l'habitude de vouloir changer les autres.
5- Désir intense de nous transformer nous-même pour développer nos potentiels de santé, de créativité et d'amour.
6- Attaques répétées de sourires, ce sourire qui dit « merci » et donne le sentiment d'unité et d'harmonie avec tout ce qui vit.
7- Ouverture sans cesse croissante à l'esprit d'enfance, à la simplicité, au rire et à la gaieté.

Si nous voulons continuer à vivre dans la peur, les conflits, la maladie et le conformisme, évitons tout contact avec des personnes présentant ces symptômes. Cette nouvelle maladie est extrêmement contagieuse. Si nous présentons déjà des symptômes, sachons que notre état est probablement irréversible. Les traitements pharmacologiques peuvent faire disparaître momentanément quelques symptômes, mais ne peuvent s'opposer à la progression inéluctable du mal. Aucun vaccin anti-bonheur n'existe. Comme cette maladie du bonheur provoque une perte totale de la peur de mourir qui est le pilier central des croyances de la société matérialiste moderne, des troubles sociaux graves risquent de se produire, tels que grèves de l'esprit belliqueux, rassemblements de gens heureux pour chanter, danser et célébrer la vie, cercles de partages et de guérison, crises collectives de fou rire.

Le mode de vie des groupes d'entraide nous invite comme résultat de ces étapes à connaître un réveil spirituel, et de tels réveils sont tout aussi contagieux. La meilleure chose à faire est de se rapprocher de ces personnes qui manifestent ces symptômes : une tendance à penser et à agir spontanément, une diminution de la tendance à juger et à interpréter les actes des autres, une évidente capacité de savourer chaque moment, et de fréquentes « attaques » de sourire.

Comme la vie contenue dans la semence enfouie dans la terre fertile de notre jardin, nous sortons de notre dormance hivernale lorsque la terre se réchauffe. Une soudaine prise de conscience peut déclencher chez chacun de nous un éveil spirituel si telle est Sa volonté. Notre itinéraire de rétablissement est un cheminement intérieur qui commence par une étincelle, par magie. L’appel à cette vie spirituelle vers laquelle notre Ps nous amène et que nous proposent les Douze Étapes provoque une prise de conscience assez particulière chez l’alcoolique et souvent chez les autres membres de sa famille s’ils entrent eux aussi en rétablissement. « La famille sera peut-être obsédée par l’idée que tout bonheur à venir ne peut se construire que sur l’oubli du passé. » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. chap.9 La famille et le rétablissement, page 140 ) Certains membres de la famille en arrivent à se souvenir et à ne plus souffrir en se remémorant ce qui les a amené à cet instant présent… à pardonner. « Ce qui préserve le présent de la plupart des hommes, c’est l’oubli du passé. ( Adrienne Choquette )

Nous vivons de plus en plus de fréquents épisodes d’une immense reconnaissance, une plus grande réceptivité à l'amour prodigué par les autres membres, par notre conjoint et ou famille et un incontrôlable besoin de redonner de cet amour. Nous remercions ces anges, ceux et celles qui sont en rétablissement, qui partagent et entretiennent cet éveil spirituel et ce bonheur. Nous remercions ces anges qui sont aimants, aimables et merveilleux.

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

dimanche 21 mai 2017

Pensées 21 mai 2017

Bonjour à toutes et à tous

Si nous sommes reconnaissants, nous allons valoriser ce que les autres font pour nous et nous voulons leur montrer d’une manière ou d’une autre notre gratitude. Nous avons eu le courage d'affirmer que nous ne pouvions pas y arriver seuls et que nous avions besoin de l’aide des autres. Cela demande habituellement de l’humilité et une grandeur d’âme qui ne sont pas ou peu là au départ. Ce sont souvent les humiliations qui nous amènent à reconnaître notre impuissance comme des gens privilégiés qui cheminent depuis qu’ils ont admis leur propre incapacité à faire tout tout seuls. Cette affinité crée des liens solides.

Nous formons tous des liens affectifs, qu'ils soient familiaux, amicaux, ou amoureux. Ces relations que nous développons sont des liens qui se sont établis et ces liens sont pour la plupart des liens de cœur et de tendresse. Si nos parents nous ont donné des preuves d'affection, d'amour, d'attention, de reconnaissance, nos relations dépendent de ce que nos cellules, notre inconscient et notre conscient, gardent en mémoire. Nous portons en nous cet héritage, ces marques de souffrances, de douleurs, de nos parents et de la façon dont eux-mêmes ont été éduqués, élevés, par leurs propres parents. Plusieurs croient que ça se répète, et à moins que nous voulions rompre avec ces vielles coutumes ou habitudes qui nous embêtent la vie littéralement, elles reviennent sous forme différente et toujours cachée.

Nous sommes tous des miroirs, les uns pour les autres. Quelques soient nos liens affectifs, ils nous renvoient quasiment tous vers nos limites les plus profondes. Car notre âme est friande d'évolution et choisit toujours la ou les personnes avec lesquels des liens seront possibles afin de soigner ce qui nous ronge au plus profond. Les hommes nous renvoient souvent à l'image du père ou de notre partie masculine qui est en nous et les femmes nous renvoient habituellement à l'image de la mère ou de notre partie féminine qui est également en nous. Nous avons tellement tissé de liens autour de nous depuis notre plus jeune âge qu'il paraît impossible de tous les répertorier. Si nous regardons d'un point de vue spirituel, tous nos liens n'ont fait que servir un but, celle de notre âme à la recherche d'une forme d'harmonie, de rétablissement et d'amour. Notre âme est toujours attirée vers des personnes qui correspondent à nos vieux démons, à nos schémas familiaux ou à des archétypes ancestraux. C'est pour cette raison (plusieurs disent déraison) que nous sommes charmés ou séduits par telle ou telle personne, des personnes qui n'auront rien à voir avec nous, ou avec nos goûts, mais, tout simplement parce que ce n'est pas que notre personnalité qui choisit, mais bien tout simplement notre Ps. Et toujours cela s’inscrit dans une démarche de rétablissement de notre ego malade, de dégonflement de notre personnalité, notre « faux moi », et du regain de notre identité, notre « vrai moi ».

En cheminant avec le mode de vie des groupes d’entraide, nous découvrons cette Puissance supérieure, qui nous guide vers des relations qui vont nous aider à développer notre plein potentiel, notre moi divin. Merci pour ces relations qui parfois nous choquent et nous réveillent, qui enfin nous mettent en valeur et deviennent ces relations remplies d'égalité, de respect, de dignité et d'amour. Merci de nous donner parmi ces résultats concrets, qui sont énumérés dans notre liste de bienfaits : cette estime de nous-mêmes et de donner à nos amis leur pleine valeur qu’ils ou elles découvriront avec le temps. « Lorsque nous assistons aux réunions des AA, ce n’est pas seulement pour notre profit personnel mais aussi pour apporter à d’autres le réconfort et le soutien de notre présence. Lorsque vient notre tour de parler dans une réunion, c’est une autre façon de porter le message des AA. » ( 12x12, 12e Étape, page 124 ) Merci pour ces occasions de donner ce que nous avons reçu. Merci pour ces liens amoureux et affectifs où chaque jour nous pouvons mettre le mode de vie en pratique, et où nous pouvons prendre conscience de nouvelles vérités à notre sujet. Merci de les accueillir la plupart, comme notre Ps nous les présente, car c’est à leur contact que nous apprenons qui nous sommes et que nous changeons. Toute personne ou tout événement qui nous montre qui nous sommes nous est profitable dans la mesure où notre Ps nous permet aussi d’être « enseignante » et de saisir Son message. « Les pensées sont comme les fleurs, celles qu’on cueille le matin se conservent le plus longtemps fraîches. » ( André Gide ) Merci la Vie !!! Gilles

Lire la suite...

samedi 20 mai 2017

Pensées 20 mai 2017

Bonjour à toutes et à tous

« Un jour à la fois » est un slogan de presque tous les groupes d’entraide qui utilisent les Douze Étapes. Cette stratégie très efficace de considérer la vie à court terme, comme de petites séquences ou tranches de vie, permet de composer avec notre réalité, celle de la journée, de l'heure ou de la minute qui nous presse ou nous envahit. La mer roule les galets une vague à la fois et en produit un sable fin après de milliers d'années de ce manège incessant. Est-ce qu'il a déjà eu un philosophe ou un humoriste qui a posé la question aux galets pour s'informer s'ils étaient tannés de se faire rouler ?

Un jour à la fois ( auteur inconnu ) Peu importe le but que l’on poursuit dans la vie, peu importe les efforts à déployer, on est sûr d’arriver au sommet si, chaque jour, on fait son petit trajet. Quoi qu’il arrive, il ne sert à rien de regarder au loin, mieux vaut rassembler ses forces chaque matin et faire de son mieux au quotidien.

ou voir le vidéo clip d'André Breton qui chante Un jour à la fois : http://www.youtube.com/watch?v=n0pM7RQDX38

Le slogan Vivre un jour à la fois est utilisé par les membres des groupes d'entraide qui reconnaissent que le rétablissement de leur maladie se fait un jour à la fois et plusieurs disent même un moment à la fois. L'individu qui tente de se sevrer d'une substance aussi toxique que peut le devenir l'alcool, le contrôle, la colère ou le sucre peut réussir à traverser seulement une journée et ne pas tenter d'envisager sa vie entière sans ces substances ou comportements toxiques car cette pensée risquerait d'être trop envahissante. Une journée sans ces substances ou comportements toxiques est une victoire, un pas de plus d'abstinence et de sobriété.

Cette philosophie de vie peut être utilisée lorsque nous tentons de remettre de l'ordre dans notre vie. Elle peut nous aider à traverser des moments très difficiles en nous permettant d'obtenir de petites victoires à chaque jour. Elle implique également que nous vivions dans le moment présent et non dans le passé ou l'avenir. Pour les plus jeunes, ça nous libère du poids de toutes ses années à venir à faire des meetings, à partager avec son parrain ou sa marraine.

« Il faut que, jour après jour votre protégé et vous marchiez ensemble sur le chemin du progrès spirituel. » ( Les Alcooliques Anonymes, chap.7 Au secours des autres, page 113 ) Les membres des groupes d'entraide nous suggèrent de vivre un jour à la fois et c'est probablement la meilleure façon d'atteindre notre objectif à long terme : l'abstinence et cette dernière n'est atteignable qu'en vivant ensemble un éveil spirituel et ne maintenant que tous les jours un contact conscient avec notre Ps. Les membres abstinents nous partagent comment recevoir, accepter, utiliser et remercier ma Puissance Supérieure pour la force et la sagesse dont Il/Elle nous fait grâce. Merci la Vie !!! Gilles

Lire la suite...

- page 2 de 84 -