Pensées et réflexions

Fil des billets

mardi 1 mai 2018

Pensées 01 mai 2018

Bonjour à toutes et à tous

Plusieurs d'entre nous croyons que nous avons tous un « côté sombre », côté pervers, givré ou gelé qui peut nous conduire à faire des choses cruelles, agressives, violentes physiquement ou psychologiquement. Souvent l'accomplissement de cet acte donne l'illusion d'assouvir vengeance, haine, rancœur, stress, agressivité, peine, peur, etc. un instant et c'est après que nous nous rendons compte de la portée négative, exagérée, gratuite, futile, etc... Mais pourtant, tous et chacun nous l'avons fait... Certains de ses actes répréhensibles sont considérés comme « un coup de folie passagère ». « Choisir de guérir nos blessures du passé, c’est éviter à nos enfants et aux générations suivantes d’avoir à les porter. » ( Auteur inconnu ) Même les gentils explosent voir à la fin le texte du Dr George R. Bach et Dr. Herb Goldberg tiré du livre L'agressivité créatrice.

Notre côté sombre n'est pas mauvais : c'est une partie de nous que nous concevons comme être humain. Dieu fait son œuvre au travers de notre côté sombre pour accomplir ses buts et pour réaliser Son Plan. Nous pouvons examiner en profondeur nos motivations, ainsi que les peurs et anxiétés qui accompagnent notre quotidien. Nous ne pouvons remettre à Dieu nos motivations injustes et nos craintes. Nous pouvons juste reconnaître que telle est Sa volonté. Nous pouvons aussi réaliser qu'aucun niveau de succès ou d'épanouissement personnel ne peut combler les fausses croyances ou illusions de trous créés par nos besoins non satisfaits d'amour et d'affection.

Si dans notre côté sombre nous y découvrons d'autres tendances compulsives, nous pouvons réaliser que notre Puissance supérieure c'est Dieu et qu'Il gouverne totalement notre vie personnelle, ainsi que les circonstances qui entourent notre vie. Nous pouvons faire confiance à notre Être suprême pour tous les détails de notre vie, même les plus petits. Si dans notre côté sombre nous y découvrons des tendances narcissiques : nous pouvons réaliser qu'aucune dose de réussite ou de reconnaissance de la part des autres ne peut étancher notre soif intérieure permanente de savoir que nous sommes à la hauteur et de satisfaire notre besoin d'être estimé, aimé. Si dans notre côté sombre nous y découvrons des tendances paranoïdes : nous pouvons faire confiance à Dieu qui est notre protecteur, et qu'Il sera notre rempart ou forteresse contre toutes les présumées attaques qui se lèvent contre notre rétablissement (réelles ou imaginaires). Si dans notre côté sombre nous y découvrons des tendances codépendantes : nous allons apprendre que nous ne sommes pas responsables des attitudes et des réactions des autres, et que faire plaisir à Dieu est plus important que recevoir l'approbation des gens qui nous entourent. En tant que codépendants, nous n'avons pas la responsabilité de répondre aux attentes de tout le monde, nous ne pouvons pas toujours sauvegarder la paix. À certains moments, allez savoir pourquoi, nous sommes utilisés par Dieu pour que les gens se sentent mal à l'aise avec certains comportements inacceptables. Si dans notre côté sombre nous y découvrons des tendances passives-agressives ( Une personnalité passive-agressive n'exprime extérieurement son agressivité qu'à travers une façade passive. Par exemple, ce type de personnalité exprime la colère principalement de manière subtile, par des insinuations ou des comportements non-verbaux, souvent niés si ces comportements sont explicités par le sujet qui les subit. Il s'agit d'un mécanisme de défense qui, le plus souvent, n'est que partiellement conscient. ), nous allons apprendre qu'une motivation issue d'une vision inspirée par Dieu est plus efficace que la manipulation des autres. C'est en suivant ce processus d'apprendre à mieux nous connaître et à progressivement accepter notre côté sombre que plusieurs d'entre nous croyons pouvoir éviter son paradoxe destructeur. Avec le temps, nous pouvons nous rétablir tout aussi aisément, alors que nous cheminons calmement et par la grâce de Dieu.

« J'allais découvrir le bonheur, la paix et une raison d'être grâce à un mode de vie qui se révèle incroyablement plus merveilleux de jour en jour. » — « J’ai éprouvé une impression de victoire suivie d'une sensation de paix et de sérénité que je n'avais jamais ressentie auparavant. » ( Les Alcooliques Anonymes, chap.1 l’histoire de Bill, page 10 et page 16 ) « Il n’y a point de chemin vers le bonheur, le bonheur est le chemin. ( Lao Tseu ) Et en amalgamant tout ça pour notre rétablissement, nous pouvons dire que le mode de vie mène au bonheur, et que la quête du bonheur nous y a mené. La quête du bonheur est comme ce symbole du printemps : un brin de muguet fait d’une clochette d’amour, d’une autre d’instant présent, de bonne volonté, d’honnêteté, d’amitié et d'une autre mêlée de folie et de sérénité. « Ne sois pas trop gourmand dans ta quête du bonheur et qu’il ne t’effraie pas. » ( Lao Tseu )

Le mode de vie des groupes d'entraide nous invite tous et chacun à examiner notre côté sombre et ainsi nous rétablir par la grâce de notre gPs, et aussi soigner dans ce processus notre esprit et notre cœur. C'est là, la route de la liberté. Nous pouvons (Certains disent : « Nous devons...») marcher dans le noir pour trouver la lumière, nous pouvons cheminer dans la peur pour atteindre la paix. Nous pouvons cesser de combattre qui que ce soit ou quoi que ce soit et nous permettre un petit brin de « folie » rafraîchissante aujourd'hui. Wow !

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

lundi 30 avril 2018

Pensées 30 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

« La méditation consiste à être conscient de chaque pensée, de chaque sentiment ; à ne jamais les juger en bien ou en mal, mais à les observer et à se mouvoir avec eux. En cet état d'observation, on commence à comprendre tout le mouvement du penser et du sentir. De cette lucidité naît le silence. » ( Jiddu Krishnamurti ) Le silence de Dieu semble un défi à notre raison. Certains d'entre nous avons parfois la prétention de vouloir tout comprendre. Pourtant il y a toujours des questions auxquelles nous n'aurons peut-être jamais de réponse. Dans ces situations, il nous faut ou faudra un jour passer par l’acceptation, si nous voulons continuer à vivre en paix. Nous ne pouvons que, si telle est Sa volonté, lâcher notre illusion de contrôle, de prise et attendre tout de Dieu… Le silence de Dieu nous renvoie à notre finitude humaine et fait appel à notre confiance en la toute-Puissance de Dieu. Nous ne comprenons pas notre situation, les gens, les événements et le silence de Dieu dans tout ça n'est pas son absence, mais plutôt Sa toute-présence. Devant ces sous-entendus silences de Dieu, nous prenons conscience de nos limites, de notre place d'être humain. Nous retrouvons aussi Dieu à sa juste place. Allons-nous nous accrocher à nos questions et surtout à nos « pourquoi » en pensant qu'un de nos droits est d'avoir une réponse de Dieu ? Ou allons-nous accepter Sa gouverne sachant que nous sommes entre Ses mains et que ce Dieu d'amour que nous avons choisi est un Dieu bienveillant et plein d'amour ?

Puissions-nous avoir le désir d’avancer sans peur, confiant et d'être pionnier sur des chemins très peu fréquentés. Ayons aussi le désir d'abaisser nos vieilles barrières défensives et de jouir de la lumière qui y pénètre : trouver l'unité avec notre Être suprême — réapprendre à marcher et à parler avec ce Dieu d'amour comme c'était pour plusieurs d'entre nous dans notre enfance et renaître en Son esprit et en Sa vérité. Puissions-nous aussi revêtir joie et gratitude. Nous pouvons devenir pleinement conscients de Sa réalité et de Sa divine présence, et réjouissons-nous car Son royaume n'est pas là, mais bien ici et maintenant. Nous ne pouvons laisser Sa paix et Son amour nous remplir et nous envelopper, car elle nous envahit déjà. C'est ça, Sa présence. Nous ne pouvons élever notre cœur, notre Dieu d'amour l'a déjà empli de Son amour. Nos remerciements s'expriment en une louange et une gratitude profondes, et nous sommes parfaitement en paix à mesure que nous avançons dans cette journée, que nous faisons Sa volonté et marchons sur ce chemin en nous rétablissant.

« Si nous nous accrochons encore à quelque chose dont nous ne voulons pas nous départir, nous demandons à Dieu de nous aider à y renoncer. Quand nous sommes prêts, nous Lui disons quelque chose qui ressemble à ceci : 'Mon Créateur, je suis maintenant disposé à ce que Vous preniez tout ce que je suis, bon ou mauvais.' » ( Les Alcooliques Anonymes, chap.6 À l’oeuvre, page 85 ) Nous avons connu le chaos, cette tempête qui décrit tout. Celle qui nous éloigne de notre cap et fait dévier le bateau que nous croyions gouverner. Si notre Ps tient la barre, nous n’avons pas pris la mauvaise direction. Il a fallu aller jusqu’à perdre son âme pour retrouver un sens à tout ça. 'Le chaos ne porte pas de sens. Il est une porte vers la découverte d’un nouveau sens.' ( Noelia Aradas )

Que ce soit « Laisser faire et laisser faire Dieu » ou « lâcher prise et m’en remettre à Dieu », ça veut dire que notre Puissance supérieure faisait une belle job puisqu’Elle nous amené à nous poser cette question et à réfléchir à cette réponse. Nous pouvons aujourd'hui rendre grâce car les souffrances de notre maladie nous ont montré qu'il ne fallait pas essayer de changer le monde, les autres, les événements ni même nous-mêmes. Nous faisons notre part et nous laissons les changements à notre Puissance supérieure. Aujourd'hui, le chaos ne nous fascine plus autant, nous préférons vivre notre vraie vie sans la farcir de drames. Une façon pour nous de nous rétablir, c’est de montrer à d'autres que ce partage nous fait grandir ensemble dans la grâce d'une Puissance supérieure, non en route vers mais bien au cœur même de cet heureux destin.

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

dimanche 29 avril 2018

Pensées 29 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

Le proverbe français « Être comme poisson dans l’eau » décrit le confort d’être à son aise en quelque lieu que ce soit. Son inverse coréen « Un poisson hors de l’eau » décrit l’inconfort d’une personne hors de son environnement habituel, donc de son impuissance et d'être hors du lieu où nous voudrions être. « Chercher son bonheur, c'est chercher une île déserte et minuscule dans une petite barque inconfortable munie d'une seule rame. Le malheur, c'est de perdre la rame. La sagesse, c'est comprendre que l'île n'existe pas... » ( Romain Werlen ) Une fois que nous ayons senti l’inconfort et souvent réalisé que nous avons cru perdre notre âme et parfois même notre gouvernail, nous découvrons que nous ne sommes plus seuls dans cette frêle embarcation, qu’ensemble nous pouvons nous rétablir et que cette esquif nous amène même vers notre heureux destin. C’est un peu comme Clancy I. qui nous offrait de ramer dans une barque invisible vers l’Île Sérénité. (en anglais seulement : https://www.youtube.com/watch?v=kHpky-P7f8Y) Melody Beattie raconte cette allégorie dans son livre Vaincre la codépendance — Elle vient de l'orateur itinérant Clancy Imislund, qui gérait la Midnight Mission et vivait à Venice, Californie. Vous pouvez la retrouver à a fin de cette page.

Nous ne pouvons perdre du temps et de l'énergie à nous débattre comme un poisson hors de l'eau puisque nous ne pouvons être hors de l'eau. Nous ne pouvons nous en prendre aux autres pour les conditions et les circonstances dans lesquelles nous nous trouvons. Sachons simplement que tout est entre Ses mains ! Par conséquent nous ne pouvons rectifier les choses nous-mêmes sans Son aide et sans Son désir. Lorsque nous prenons le temps de retrouver la paix et la tranquillité intérieures, nous ne pouvons que Le servir. Aucune chose ne nous est cachée et inaccessible que si telle est Sa volonté. Nous ne comprendrons probablement ce qu'est Sa volonté que lorsque nous apprendrons à être tranquille et à regarder en arrière ce qui s'est passé par Sa grâce. N'essayons pas de toutes nos forces à lâcher prise. Nous n'avons pas prise. Détendons-nous et retrouvons cette paix dans notre cœur et notre esprit, cette harmonie qui ouvre toutes les portes et révèle la lumière de la vérité. Très tranquillement, servons-Le et laissons les choses couler librement et naturellement sans aucun effort de notre part autres que ceux qu'Il nous demande, et ainsi épanouissons-nous dans l'ombre et la lumière de Sa perfection.

« Assurez-vous que vos relations avec Dieu sont bonnes et de grandes choses se produiront pour vous et pour un nombre incalculable d'autres personnes. Pour nous, c'est cela, la Grande Vérité. … Nous serons avec vous dans la Communion de l'esprit, et nul doute que vous croiserez quelques-uns des nôtres lorsque vous marcherez courageusement sur le chemin de l'Heureux Destin. D'ici là que Dieu nous garde et vous bénisse ! » ( Les Alcooliques Anonymes, chap.11 La vie qui vous attend, pages 115-116 ) Les groupes d'entraide nous apprennent à croire en nous et en notre capacité d'apporter une contribution à notre propre vie, à ne plus répéter nos erreurs et à réparer le tort que nous avons causé et celui que nous causons dès que nous nous en apercevons. Il n'est plus nécessaire de vivre constamment dans un climat constant de désastre et de crise, dans le chaos quasi permanent, dans le drame pour progresser. Aujourd’hui sur la grand-route du rétablissement, nous n’avons plus qu’à cheminer (ou ramer) et accomplir ainsi la volonté de Dieu. Ce que notre Puissance supérieure nous réserve pour aujourd'hui est le meilleur que nous pouvons vivre aujourd’hui. C’est le présent de la Vie.

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

samedi 28 avril 2018

Pensées 28 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

« — Ainsi s'exprimait la conscience de groupe. Le groupe avait raison et j'avais tort : la voix dans le métro n'était pas celle de Dieu. C'est ici qu'elle s'exprimait vraiment, dans ce cri du cœur de mes amis. J’ai écouté et Dieu merci, j’ai obéi. » ( 12 x 12, 2e Tradition, page 156 ) Bill W. a répété maintes fois que « …le bien est souvent l’ennemi du mieux » ( 12 x 12, 2e Tradition, page 156 ) Avec le temps, nous nous sommes aperçus que le mieux était aussi l’ennemi du bien comme le suggère l’aphorisme « Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras. » que Jean de La Fontaine a popularisé dans sa fable Le Petit Poisson et le Pêcheur. L’un est sûr, l’autre ne l’est pas. et Voltaire a écrit que 'Le mieux est l’ennemi du bien'. Pour certaines personnes en rétablissement cette citation justifie la recherche constante de la perfection. Pour d’autres, elles rationalisent leur inaction.

Les groupes d'entraide nous suggèrent un mode de vie très simple plein de solides motivations et riche en valeurs morales et en principes très valables ; et cette philosophie de la vie peut s'appliquer presque partout, même pour des gens très compliqués comme nous. Pour respecter ces préceptes, il nous suffit de méditer et de prier pour connaître Sa volonté, de nous préoccuper de chaque être humain comme d'un frère ou d'une sœur et de l'écouter, puisqu'en nous partageant ses joies et ses peines, cette personne nous parle de nous. Et si c'était notre Ps qui se servait de cette personne pour nous chuchoter à l'oreille ce que notre cœur a besoin d'entendre... Certains appellent ce phénomène la petite « voix intérieure » et d'autres disent que c’est notre intuition. D’autres encore émettent une autre hypothèse bien merveilleuse et délicieuse qui prétend que cette voix que nous entendons est en réalité la voix d’un guide spirituel, d'un être de lumière, d'un ange ou plus communément, et moins ésotérique, de notre Ps .

« La conscience est cette petite voix douce qui, parfois, résonne trop fort à notre goût. » ( Bert Murray ) Et cette petite voix nous demande parfois : Trouves-tu une joie réelle dans tout ce que tu fais et dans la vie que tu mènes ? Ton cœur est-il « amoureux » dans et de ce que tu fais ? Es-tu conscient de faire tout pour notre Dieu d'amour ? Notre petite voix ce n’est pas que nous qui nous parlons, pour certains c'est un ami imaginaire, pour d'autres une entité spirituelle ou pour plusieurs, une Puissance supérieure à nous-mêmes qui nous habite…

Accomplissons tout ce qui nous est suggéré et qui doit être fait avec joie et amour, et ce n'est pas très compliqué, cela inclut tout ce que nous faisons, de la tâche la plus superficielle à celles qui sont d'importance vitale. Veillons à ce que notre attitude soit juste dans tout ce que nous entreprenons par Sa grâce. De plus, nous allons nous surprendre à aimer de plus en plus toutes ces tâches, à découvrir plein d'énergie pour les accomplir.

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

vendredi 27 avril 2018

Pensées 27 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

« Pourquoi tant insister sur la nécessité pour chaque membre des AA de toucher son bas-fond ? Parce que sinon bien peu de gens entreprendront sincèrement de mettre en pratique le programme des AA. La pratique des onze autres Étapes des AA oblige à des attitudes et à des gestes que ne sauraient imaginer la plupart des alcooliques qui boivent encore. … Qui s’intéresse le moindrement à une Puissance supérieure, sans parler de la méditation et de la prière ? … Non, l’alcoolique, généralement égoïste à l’extrême, n’a aucune inclination en ce sens — à moins d’y être obligé pour sauver sa propre vie. » ( 12 x 12, 1ère Étape, page 26 ) Pour plusieurs, il nous faut remercier la maladie qui nous a amené aux groupes d’entraide et c’est là que nous avons découvert que nous étions malades et que la solution apparaissait dès que nous étions prêts à nous libérer de ces obsessions. « Ce que l’homme ne veut pas apprendre par la sagesse, il l’apprendra par la souffrance. » ( Melkisédech )

« J’ai découvert un paradoxe. Si vous aimez jusqu’à la douleur, il n’y plus de douleur, seulement plus d’amour. » ( Mère Teresa ) Les groupes d’entraide nous invitent à vivre une vie remplie, une vie où chacun de nous s’aime et s’occupe de la personne qu’il est, tout en s’occupant sainement des autres. Dieu veille avec amour sur chacun de nous. Nous ne pouvons que nous tourner vers Lui pour Le remercier dans la prière et la méditation, puisque tout va bien pour nous, dans le meilleur des mondes, ici et maintenant, puisque telle est Sa volonté. Nous sommes les enfants de Dieu, d'une Puissance Supérieure parfaite et nous sommes dignes de beauté, de dignité, d'amour, de respect et de joie. « Dieu est l'ami du silence. Les arbres, les fleurs et l'herbe poussent en silence. Regarde les étoiles, la lune et le soleil, comment ils se meuvent silencieusement. » ( Mère Teresa )

Le silence intérieur auquel nous nous ouvrons pendant la méditation est rempli par la présence de Dieu. Tous les moments de la journée sont tout aussi remplis. Ce n’est pas nécessairement une présence tout le temps sentie. La prière comme la méditation n’est pas réellement dans le faire mais aussi dans l'être. Nous ne créons pas le vide dans notre esprit. La répétition d'un mantra ou d'une courte prière nous tient éveillé, centré et libre de toute sorte d'illusion de vide. La prière comme la méditation ne sont nécessairement basées sur la foi et nous croyons que ce n'est pas vraiment cette foi qui nous garde attentifs à la présence de Dieu. Sa présence comme le silence surtout dans la méditation est un don de Dieu et tout ce que Dieu demande c’est de nous remettre entre Ses mains, en Son amour. En nous centrant sur Sa présence, ce n’est pas le vide que nous trouvons là mais bien Dieu et Son amour. Le chemin qui nous mène là c’est celui qu'Il veut bien nous guider vers. Dans le silence de la prière et de la méditation, nous pouvons être ouvert à la voix divine qui est en nous. « Je me suis rendu compte que j'avais de moins en moins de choses à dire, jusqu'au moment où, finalement, je me suis tu. Dans le silence, j'ai découvert la voix de Dieu. » ( Sören Kierkegaard )

Prier et méditer, c'est souvent retrouver le sens du silence, la simplicité de l'instant, c'est une rencontre avec notre enfant intérieur dans la confiance et dans la joie. C'est pour cet enfant un moment exceptionnel retrouver son Père, la paix et l'harmonie de ce contact conscient. Attentifs à ces instants d’ouverture et de disponibilité de notre âme, remercions notre Ps d’ouvrir nos cœurs à cet « enseignement de la grâce ». Avec simplicité et amour, nous partageons à ceux et celles qui nous entourent les fruits de ce qui nous a été offert dans le silence ou dans un témoignage.

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

jeudi 26 avril 2018

Pensées 26 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous,

'Hélas' marque l’affliction, le regret ou la déception, exprime une plainte, de la douleur, composé de hé et de las, au sens ancien de malheureux. « Chasser le mot ‘hélas’ comme une poussière tenace et faire place au mot ‘heureusement’ parce que, grâce à lui, tout brille. » ( François Garagon ) Tout est vibration divine, tout est Son énergie ! Toute prière (et méditation) nous permet d’avoir accès et de percevoir cet apport non interrompu et inestimable d’énergie divine ; cet apport divin accélère notre évolution, notre purification, notre rétablissement, un des chemins qui mènent à l’amour. « Hélas! Les vices de l’homme. si pleins d’horreur qu’on les suppose, contenaient la preuve ( quand ce ne serait que leur infinie expansion !) de son goût de l’Infini. » ( Charles Baudelaire ) Voici un autre chemin dans cette direction de Soren Kierkegaard : « Hélas, la porte du bonheur ne s’ouvre pas vers l’intérieur, et il ne sert à rien de s’élancer contre elle pour la forcer. Elle s’ouvre vers l’extérieur. Il n’y a rien à faire. » Et cet autre de Jacques Salomé : « La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. » Notre bonne volonté, c’est la clé.

Plusieurs nomment ce constant apport divin — la Divine Providence. Chers amis présentement en rétablissement, la Divine Providence — notre Dieu d'amour — nous réserve bien d’autres merveilles : notre moment présent n’est qu’un début, grandiose certes pour beaucoup d'entre nous, et chacun de ces moments d'éternité nous apporte d’autres manifestations de la magie divine. Merci mon Dieu pour ta Lumière irradiante qui remplit notre vie d'amour et d'abondance. Nous sommes comme des feuilles de thé vert qui au contact d'une eau divine à plus ou moins de 85° expriment tout ce qui les habite : leur expérience, leur force et leur espoir.

Les groupes d’entraide nous suggèrent entre autres de mettre en pratique les douze Étapes. Ce simple processus de rétablissement nous invite à admettre notre impuissance devant notre dépendance, à développer une vie spirituelle et à nous accepter nous-mêmes. Certains principes spirituels de ce mode de vie, comme l'abandon, l'honnêteté, la foi et l'humilité contribuent à nous soulager du fardeau de nos erreurs passées. « Hélas » porte en lui le regret du passé. « Heureusement » porte l'acceptation et la gratitude envers ces cadeaux qui envahissent notre quotidien. Dans notre vie de tous les jours, notre attitude change avec l'application de ces principes spirituels. L'acceptation de soi grandit en nous à mesure que nous progressons dans notre rétablissement par la grâce de notre Puissance supérieure à nous-mêmes, en Son temps et en Son lieu, et c'est heureusement grâce à cette magie divine et souvent illogique que les miracles se produisent.

« Les Douze Étapes des AA sont un ensemble de principes de portée spirituelle qui, mis en pratique comme mode de vie, peuvent chasser l’obsession de boire et permettre à la personne atteinte de mener une vie heureuse, pleine et utile. » ( 12x12, Avant-propos, page 15 ) Il y a un membre qui partageait qu’il s’est aperçu qu’il vivait une expérience spirituelle quand il n’a pas plus eu d’obsession. Nous savons que nous avons vécu un réveil spirituel quand nous nous apercevons que nous n’avons plus d’obsession de boire avec excès et hors contrôle, de manger compulsivement, de nous geler ou de jouer et que nous ne répétons plus nos comportements toxiques. Et pour garder notre rétablissement, nous nous devons de le partager. « Les grands coeurs hélas ont les plus grandes peines.» ( Théophile Gauthier )

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

mercredi 25 avril 2018

Pensées 25 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

La plupart d'entre nous sommes en rétablissement. Notre relèvement qui est l'œuvre de notre Ps est-il vraiment en continuum victoire — réussite — défaite, abstinence — sobriété — rechute ? Hélène Rioux a écrit dans son livre Un sens à ma vie — Victoires et défaites : « Les guerres se ressemblent toutes, les victoires des uns sont toujours les défaites des autres, rien de tout cela n'a de sens. » Tout ce qui est divin n’a aussi pas grand sens à nos yeux et nous apparaît de prime abord quand ce n’est pas tout le temps illogique. Et c’est souvent pour ça que plusieurs disent que ça ne se peut pas que ce soit l’oeuvre de Dieu ou Sa volonté puisque ça n’a pas l’air d’avoir aucun sens. Et même cette déduction n’a pas de sens.

La spiritualité est considérée comme une orientation générale que nous pouvons donner à notre vie. La spiritualité est un choix de vie essentiel au rétablissement que notre Ps nous invite à faire. Charles Whitfield (Charles L. Whitfield, Alcoholism, other drug problems, & spirituality: A transpersonal approach. Baltimore, MD, The Resource Group, 1985 ) faisait remarquer que le rétablissement physique, mental et spirituel était une façon pour tous les humains de nous sortir de souffrances inutiles. La spiritualité a trait à notre capacité à nous relier, par nos attitudes et nos actes, aux autres, à nous-mêmes et à Dieu tel nous Le concevons. Ce lien spirituel nous renvoie à des pratiques, des états d’âme influencés par des forces qui englobent toute notre personne et nos expériences personnelles, interpersonnelles et transcendantes et invitent chacun d’entre nous à les dépasser. « Nous pouvons supprimer les blocages qui provoquent l’illusion d’une séparation avec notre Puissance supérieure en éprouvant nos émotions et les nommant (y compris vivre dans le 'Ici et Maintenant'), en nous rappelant nos bons et mauvais coups, en nous pardonnant et en capitulant (ces cinq réalisations peuvent être considérées comme étant finalement les mêmes). Les pratiques spirituelles régulières nous aident dans cette réalisation. » ( Charles L. Whitfield ) 'Reconnaître que l’on est blessé intérieurement et laisser cette vérité éclater au grand jour peuvent mener à la libération de la douleur accumulée et de la souffrance inutile.' ( Charles L. Whitfield ) Charles L. Whitfield a publié un livre tout aussi magnifique que son auteur : L'Enfant en soi. Le concept de « Child Within » fait partie de la culture mondiale depuis au moins 2000 ans. Carl Jung l'a appelé «enfant divin» et Emmet Fox a appelé « Wonder Child ». Les psychothérapeutes Alice Miller et Donald Winnicott l'appellent « vrai moi ». Rokelle Lerner et d'autres spécialistes du traitement des toxicomanies l'ont appelée « Inner Child ». Le terme « enfant en soi » fait référence à un esprit plein de vitalité, de dynamisme, de créativité et de contentement au plus profond de notre cœur. C'est notre vrai soi, notre vrai moi. Et le faux moi est celui de notre personnalité que nous avons édifié pour geler nos blessures.

« À notre avis, l'aspect spirituel de notre programme ne devrait poser de difficulté à personne. La bonne volonté, l'honnêteté et l'ouverture d'esprit sont les éléments essentiels pour le rétablissement. Ils sont même indispensables. » ( Les Alcooliques Anonymes, Appendice II l'expérience spirituelle, page 634 ) Ce sont les qualités de notre enfant en soi... Les Douze Étapes des groupes d'entraide nous suggèrent d'admettre notre défaite et, depuis, par la grâce d'une Puissance supérieure à nous-mêmes, nous vivons une grande et merveilleuse libération quotidienne ! Notre cœur entend désormais ce que notre raison n'avait pas voulu entendre : Nous sommes impuissants devant une foule de choses et ce n'est pas un drame, ni la fin du monde. Un des cadeaux de notre rétablissement est de vivre et de profiter de la vie telle qu'elle est réellement, amoureusement, chaleureusement, spirituellement ( et religieusement pour certains ). Aujourd'hui, embrassons la réalité et notre spiritualité, l'abstinence et la sobriété dans tous les domaines de notre vie, si telle est Sa volonté. Et j’ai vu ma première hirondelle du printemps, ce matin...

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

mardi 24 avril 2018

Pensées 24 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

Afin de baigner dans la paix, il est nécessaire que notre Dieu d'amour lève les voiles de nos illusions. La paix émerge alors de notre intérieur à mesure que le processus de rétablissement se développe en nous. Elle est indispensable à chacun de nous. La paix est plus qu'absence de conflit puisque les conflits sont inhérents à la vie. La paix est une sérénité qui n'est pas touchée par un conflit. Plusieurs croient que c’est comme si nous retrouvions notre nature profonde et divine, nature que nous n’avons jamais perdu. « C’est une triste chose de savoir que la nature parle et que les hommes ne l’écoutent pas.» ( Victor Hugo ) Pour aujourd’hui, nous avons l’immense chance de vivre une belle vie en paix, à l’écoute de ce que notre Ps a à nous dire, à nous apprendre.

Comment nous libérer de tout ce qui nous empêche de vivre malgré la présence de conflits ou d'en faire les composantes d'une belle vie : manque de confiance, souffrances, peurs, préjugés, rancœurs ? Comment faire autres choses que vivre pleinement et harmonieusement tous les aspects de notre vie ? Comment être en paix avec nous-même et nous épanouir dans tous les domaines – impersonnel, émotif, spirituel ? Comment, ensuite, faire de la Vie notre meilleure amie ? Par l'amour. La Vie nous aime et ne demande qu’à nous combler de ses bienfaits… Les membres des groupes d'entraide nous apprennent comment devenir notre propre meilleur ami, puis à nous aimer nous-mêmes, enfin à tendre la main aux autres et à les aimer. « Un ami, c'est à la fois nous-mêmes et l'autre, l'autre en qui nous cherchons le meilleur de nous-mêmes, mais également ce qui est meilleur que nous. » ( Joseph Kessel )

« Dès qu'un être humain est mû par ses instincts, il n'y a plus de paix possible. Mais le danger ne s'arrête pas là. Chaque fois qu’une personne fait porter déraisonnablement le poids de ses instincts sur les autres, les ennuis ne tardent pas à suivre. » ( 12 x 12, 4e Étape, page 48 ) Les membres des groupes d’entraide nous aident à retrouver la paix et le meilleur en nous-mêmes, à vivre une nouvelle vie, heureux, joyeux et libres. « On a deux vies et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une. » ( Confucius )

Les Douze Étapes offrent une façon simple de transformer notre vie du tout au tout alors que bien souvent notre vie avant notre rétablissement était plutôt du tout ou rien. En restant en contact avec notre Ps et si telle est Sa volonté, ces changements se produisent par Sa grâce. Nous remercions notre Dieu d'amour de temps en temps parce que nous savons que c'est uniquement grâce à Lui si nous accomplissons quoi que ce soit. « Ne doutez jamais qu'un petit groupe d'individus conscients et engagés puisse changer le monde. C'est même de cette façon que cela s’est toujours produit. » ( Margaret Mead ) — « Ceux et celles qui sont assez fous pour croire qu’ils peuvent changer le monde sont en réalité ceux qui le font. » ( Steve Jobs )

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

lundi 23 avril 2018

Pensées 23 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

« C'est une belle harmonie quand le faire et le dire vont ensemble. » ( Montaigne ) Les bottines et les babines. Chacun de nous recherche en soi la paix et l’harmonie. Pour plusieurs d'entre nous, c'est précisément ce dont notre vie à certains moments semble être dénuée. Nous passons tous un jour ou l'autre par des moments d'agitation, d'irritation, de disharmonie. Lorsque nous sommes affligés dans tous ces états émotifs, nous ne les gardons pas pour nous-même. Souvent ils se répandent aussi sur les autres qui nous sont proches. Cette condition malheureuse gagne toute l'atmosphère alentour. Comment se fait il que certaines personnes s’approchent de quelqu’un qui est ainsi malheureux et deviennent à leur tour affectées ou contrariées et d'autres, ça ne le perturbe pas du tout ? « La beauté plaît aux yeux, la douceur charme l’âme. » ( Voltaire ) Il en est de même lorsque nous vivons en paix avec nous-même, et en paix avec autrui, dans l'amour. Comment ces personnes peuvent-elles vivre paisiblement, alors que le chaos fait rage tout près ? Comment demeurer en harmonie avec soi-même, et conserver paix et harmonie autour de nous pour que les autres aussi puissent vivre paisiblement et harmonieusement ? Il ne peut y avoir aucune harmonie s’il n’y a pas paix totale ! La paix intérieure, c’est tout d’abord ne plus être en dualité avec soi-même, être en parfaite unité. Pour arriver à cette parfaite unité, il faut que notre Ps désire que nous nous sentions en parfaite unité avec Elle.

Lorsque nous sentons comme dans le creux de la vague et que nous désirons être soulagés de notre condition malheureuse, il n'est pas nécessaire d'en découvrir la raison, la cause à la base de cette souffrance. Si nous examinons le problème, il devient clair qu'à partir du moment où nous croyons engendrer quelque négativité ou à nous sentir séparés de notre Ps, nous nous sentons alors forcément malheureux et souffrants, probablement que telle est Sa volonté.

Nous n'avons qu'un seul choix : prendre tous les moyens pour favoriser notre sobriété, même si ça veut dire pour certains d'aller jusqu'à aller chercher de l'aide à l'extérieur du mouvement. Les Douze Étapes des groupes d'entraide ne sont peut-être pas un remède universel, pour régler tout. Ce mode de vie peut être le centre de notre vie sans nous geler, sans anesthésier nos émotions. Il peut être aussi la palette de couleurs de notre vie, l'expression de notre vitalité, de la paix et de l'harmonie qui réside dans nos cœurs à travers nos larmes et nos rires. Pensons à cet homme qui a dit cette prière de la 11e ( « Seigneur, fais de moi un instrument… — 12x12, pages 110-111) « Avant tout, il voulait devenir ‘un instrument’. Puis il demandait la grâce d'apporter l'amour, le pardon, l'harmonie, la vérité, la foi, l'espérance, la lumière et la joie au plus grand nombre possible de personnes. » ( 12 x 12, 11e Étape, page 112 )

« La beauté, c'est l'harmonie du hasard et du bien. » ( Simone Weil, La pesanteur et la grâce ) Pour trouver la paix intérieure, c'est plus simple que nous ne posions plus aucun jugement sur nous ou sur les autres. C'est plus simple si par la grâce de Dieu, nous vivons la vie avec la joie au cœur, si nous acceptons toutes les expériences qu'Il met sur notre chemin et Le remercions pour ces expériences, pour tout ce qu’Il a mis au menu de cette journée pour nous. Remercions notre Dieu d'amour pour tout ce qu’il nous donne d’amour, de beauté et de joie ! Et d'harmonie ! Elle nous revient de droit divin car nous avons tous en chacun de nous une partie de la divinité, une partie de ce Dieu d'amour. C’est de cette partie divine que nous vient toutes ces énergies. Nous trouvons cette force à l'intérieur de nous-mêmes quand notre Ps nous invite et nous permet de plonger au plus profond de nous, puisque profondément dans l'océan, les vagues et les vents ne bousculent plus personne. C'est là qu’apparaît la sérendipité, ce fameux 'heureux hasard' divin : « J’ai découvert qu’une grande part des données que j’ai recueillies ont été acquises en cherchant quelque chose et en trouvant autre chose en cours de route. » ( Franklin P. Adams )

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

dimanche 22 avril 2018

Pensées 22 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

Presque tous les enfants vivent tout le temps au moment présent. En grandissant, les évènements de la vie nous amènent à oublier ce moment et ce présent. Les peurs et les regrets sont aussi des facteurs importants dans nos absences du moment présent : la peur de ce qui va arriver, le regret de ce qui n’est pas arrivé, etc. Lorsque nous vivons dans la peur, nous sommes projetés dans l’avenir, nous redoutons ce qui s’en vient, nous imaginons toutes sortes de scénarios pour une telle ou telle situation et le mental se retrouve constamment sollicité. L’idée de remettre à demain est une façon de vivre dans le futur, tout comme le fait d’attendre de ne plus avoir de dettes pour voyager, pour prendre sa retraite, etc. Le fait d’assouvir un désir ou de réaliser un rêve donne l’énergie nécessaire pour continuer dans la vie. Vivre le moment présent apporte beaucoup plus encore. Lorsque nous vivons cet instant présent, nous sommes beaucoup plus aptes à voir et entendre ce qui se passe autour de nous, nous sommes plus à l’écoute de notre petite voix intérieure. Nous sommes en Sa présence.

« Ce qui s'étend derrière nous et ce qui s'étend devant nous n'est pas important, en comparaison avec ce qui se trouve en nous. » ( Ralph Waldo Emerson ) Bien des personnes veulent avoir une vie spirituelle. Il s’agit d’une recherche d’intériorité, de profondeur, une découverte de son essence divine, une plongée vers l’unité dans tous les domaines de nos vies. Notre Puissance supérieure (ou Dieu tel que nous Le concevons) continue de nous offrir sans condition quotidiennement Son amour et l'héritage de Son amour. Dieu nous a invité à participer à des groupes d'entraide et nous avons pris racine dans ce sol nouveau, le sien, celui de la vie spirituelle. Et nous y avons trouvé de belles expériences à vivre comme la bienveillance, la compassion, l'amour, et aussi l'humour.

Un critère d’authenticité d'une expérience spirituelle réussie réside dans les résultats : en sommes-nous devenus chacun plus patient, humble, modeste, à l’écoute des autres, compatissant, généreux, sachant que la seule chose importante sur terre est de vivre dans l’amour désintéressé et de faire le plus de bien possible autour de nous ? En mettant en pratique les Douze Étapes, notre Ps nettoie notre esprit, nous libérant du même coup pour centrer notre attention, notre énergie et notre amour sur le moment présent, cette parcelle unique d'éternité. « La foi doit accomplir son oeuvre vingt-quatre heures sur vingt-quatre en nous et par nous, ou nous périrons. La plupart d'entre nous croient qu'ils n'ont plus à chercher l'Utopie. C'est ce que nous avons, ici, maintenant. » ( Les Alcooliques Anonymes, chap.1 L'histoire de Bill, page 19 )

Le plus beau moment de notre vie, c’est ce MOMENT PRÉSENT en ce jour de la Terre, notre mère à presque tous ( Il y a quelques extraterrestres dans le lot ). En ce 22 avril 2018, le Jour de la Terre fête son 48e anniversaire ! 48 ans de changements climatiques, de perte de biodiversité et de dégradation des milieux de vie. Chaque jour, nous faisons encore la guerre à notre planète. En ce 22 avril, nous pouvons cesser le feu ! Et donner à nos enfants autre chose que des polochons ! Pouvons-nous capituler en ce sens ! Quels petits pas dans ce sens, Dieu va-t-il nous suggérer aujourd'hui ? « Le paradoxe du moment présent, c'est qu'il ne se laisse saisir qu'une fois révolu. » ( Jean-Bertrand Pontais, L’amour des commencements ) Est-ce que ce sont de tels cadeaux que nous sommes en train de laisser à nos enfants ? N'oubliez pas : « La grenouille ne boit pas tout l’eau de l’étang dans lequel elle vit. » ( proverbe Sioux )

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

samedi 21 avril 2018

Pensées 21 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

Un jour à la fois, Ô mon Dieu… (paroles d’André Breton )
Allez voir le clip d'André Breton: http://www.youtube.com/watch?v=4G0mbo8r0Hk ou celui de Chantal Pary : https://www.youtube.com/watch?v=ghNT8OYtT9g ou d’autres sur YouTube.

Je n'suis qu'un homme, rien qu'un pauvre homme
Aide-moi à croire à c'que je peux être, à ce que je suis
Montre-moi le chemin pour progresser
Mon Dieu, pour mon bien guide-moi toujours un jour à la fois.
Refrain
Un jour à la fois, ô mon Dieu c'est tout ce que je demande
Le courage de vivre, d'aimer, d'être aimé, un jour à la fois
Hier, c'est passé, ô mon Dieu et demain ne m'appartient pas
Mon Dieu aide-moi, aujourd'hui guide-moi un jour à la fois.

Tu m'as tout prêté, la vie, la santé, je veux croire en Toi
En toutes tes bontés pour l'humanité
Une voix pour chanter, une âme pour aimer
Aide-moi à vivre, oui, aide-moi à vivre un jour à la fois.
Refrain
Un jour à la fois, ô mon Dieu c'est tout ce que je demande
Le courage de vivre, d'aimer, d'être aimé, un jour à la fois
Hier, c'est passé, ô mon Dieu et demain ne m'appartient pas
Mon Dieu aide-moi, aujourd'hui guide-moi un jour à la fois.
Mon Dieu aide-moi, aujourd'hui guide-moi un jour à la fois.
(André Breton)

Un jour à la fois, nous pouvons continuer d'abandonner notre impuissance à Dieu (si telle est Sa volonté) et, en retour, recevoir la liberté de jouir de la plupart des bonnes choses et des merveilles de la vie comme les émotions, la beauté, la tolérance, le pardon, le service et la sérénité. Dans l'ordre parfait du monde de notre Puissance Supérieure, toute chose est merveilleuse. « Il faut que, jour après jour, votre protégé et vous marchiez ensemble sur le chemin du progrès spirituel. » ( Les Alcooliques Anonymes, chap.7 Au secours des autres, page 113 ) Et le Dr Bob a écrit : « Agir aisément signifie que tu dois prendre les choses un jour à la fois. » ( Dr Bob et les pionniers, chap. XXIII, Les prescriptions de Bob en matière de sobriétépage 282 )

« L 'amour est le remède miracle. S’aimer soi-même fait les miracles dans nos vies. » ( Louise Hay ) Lorsque nous ressentons de l'amour envers nous-mêmes, lorsque nous réussissons à atteindre cet état d'âme par la grâce de Dieu tel que chacun de nous Le conçoit, des miracles se produisent dans notre vie. Un jour à la fois, atteindre cet endroit particulier à l'intérieur de soi est vraiment un miracle, un cadeau du ciel. Nous méritons d'être aimés puisque nous sommes des enfants de notre Dieu d'amour que certains appellent « Notre Père ». Nous sentons la plupart du temps l'énergie de l'amour qui est en nous. Toute notre existence repose sur le processus de métamorphose que l’amour divin, l’éveil spirituel opère en nous présentement.



Aujourd'hui, nous disons Merci la Vie. Nous savons que chaque fois que nous inspirons, le souffle de vie, cette puissante énergie de guérison nous envahit, et chaque fois que nous expirons, la détente se produit. Nous abandonnons l'anxiété, les tensions et toute la négativité qui nous empêchaient de nous sentir bien. Aujourd’hui, nous ne crions pas « Aide-moi » mais plutôt « Merci de nous aider !», nous ne disons pas « Guide-moi » mais plutôt « Merci de Ta gouverne !» « Le manque d’amour est la plus grande pauvreté. ( Mère Teresa ) Merci de nous permettre de sentir Ta présence et Ton amour.

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

vendredi 20 avril 2018

Pensées 20 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

Nous tenons la vie pour sacrée et essayons d'éviter la violence, les conflits puisque nous reconnaissons ce petit quelque chose de Dieu en tous et chacun. Lorsque nous faisons souffrir les autres, nous nous faisons du mal également à nous-mêmes. Prenant Dieu comme guide, nous tentons autant que possible, de trouver des solutions non-violentes à nos conflits et différends humains, et d'aider les autres par des petits gestes empreints de bienveillance dans la vie de tous les jours. Les services que nous rendons sont destinés à nous soutenir mutuellement dans le partage de cette « étincelle divine » ou « lumière intérieure » en chacun de nous. Nous pouvons donner ce que nous avons reçu de façon si bienveillante.

« La tranquillité de deux mondes repose sur ces deux mots : bienveillance envers les amis, tolérance à l’égard des ennemis. » ( proverbe persan ) Le partage de cette étincelle à travers la bienveillance, c’est aussi veiller au bien, prêter attention avec gentillesse. C'est plus qu'un comportement vis à vis de quelqu'un ou de quelque chose, c'est la disposition du cœur visant à favoriser le bonheur de tous les êtres qui nous entourent. La bienveillance est un art de vivre, c'est une attitude intérieure qui se cultive. La bienveillance se présente comme une disposition favorable envers quelqu'un (y compris soi-même) qui facilite la résolution des problèmes. « La bienveillance est le langage qu'un sourd peut entendre et qu'un aveugle peut voir. » ( Mark Twain )

La bienveillance c’est... :
de savoir nous émerveiller comme un enfant
de rire de bon cœur en agréable compagnie
de savoir dire « Je t’aime »
de souhaiter bonne fête à une personne qui a pris beaucoup de place dans votre vie
de nous autoriser des moments de tendresse
d’avoir assez de grandeur d’âme pour pardonner
de regarder un bon film et de laisser libre cours à nos sentiments
de regarder ce qui a été accompli et non ce qu’il nous reste à faire
de posséder l’humour nécessaire pour surmonter les difficultés de la vie
de donner un sens à notre vie.

Ainsi, l'expérience de la bienveillance que faisons et de ce petit quelque chose indéfinissable et divin en chacun de nous, nous amène à comprendre que cette présence divine nous invite à rentrer en nous. Tout être humain, partout dans le monde, peut avoir une expérience directe de Dieu. Nous apprenons à remercier Dieu tel que nous Le concevons de nous guider dans nos pensées et surtout de libérer notre esprit tout mobile malhonnête ou égoïste. Nous avons aussi appris avec notre mode de vie ce qu’est l'honnêteté et à la mettre en pratique dans nos vies, à être progressivement de plus en plus humbles et généreux par la grâce de Dieu. « D’après Ed, Bob expliquait la prière en racontant comment les chameaux d’une caravane s’agenouillent le soir afin d’être déchargés aux chameaux d’une caravane s’agenouillent le soir afin d’être déchargés de leur fardeau. Le matin, ils s’agenouillent de nouveau et on les recharge. C’est la même chose avec la prière disait Dr Bob. Nous nous agenouillons le soir pour nous décharger et le matin, nous nous mettons de nouveau à genoux pour que Dieu nous donne juste la charge que nous pourrons porter toute la journée. » ( Dr Bob et les Pionniers, page 229 )

Pour nous, notre Dieu d'amour dirige nos pensées. Nous croyons qu'Il nous guide tout au long de la journée. C'est alors facile de nous retrouver en paix avec cette Puissance supérieure, avec nos voisins et avec nous-mêmes. C'est vrai que c'est en nous-mêmes que se trouve la mesure de chacune de nos victoires et de tous nos échecs, puisque c'est là que notre Ps habite.

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

jeudi 19 avril 2018

Pensées 19 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

Dans la vie, tout nous attire à l’extérieur : de belles photos dans un PPS, sur FB, nos sens, les autres, une relation affective. Ces belles expériences extérieures ne sont que de pâles reflets de ce qui nous habite. C'est en nous que nous pouvons trouver la paix, la relaxation profonde, le calme et le véritable amour. La méditation nous amène en nous et n'a rien à voir avec la vie de moine ou ascétique qui cherche à se couper du monde. Ce n'est pas non plus une croyance ou une religion. Nous n'avons pas besoin de changer notre vie pour nous ouvrir à la méditation. La méditation est une qualité en nous qui est curieusement et simplement un détachement et en même temps une vigilance intérieure et une pleine conscience du moment présent.

Nous ne pouvons voir chez les autres que ce que nous voyons en nous-mêmes. Nous n'avons donc rien à reprocher à qui que ce soit. Nous pouvons nous adonner à la louange et aux bénédictions et mieux encore, au silence. Non pas à un silence rageur, mais bien à un silence recueilli et harmonieux. Il arrive parfois que tout semble se précipiter et aller assez vite. Sachons quelquefois nous mettre sur une voie d'évitement le temps qu'il faut et laisser passer le train. Tel est le sens des Douze Étapes : penser, méditer, penser. « À notre réveil, nous pensons au vingt-quatre heure devant nous et nous regardons nos projets pour la journée. Nous demandons d'abord à Dieu de nous guider dans nos pensées et surtout de libérer notre esprit de l'apitoiement comme de tout mobile malhonnête ou égoïste. Ainsi disposés, nous pouvons sans inquiétude nous servir de nos facultés mentales car après tout, Dieu nous a donné un cerveau pour nous en servir. Nos pensées seront plus élevées si notre esprit est débarrassé de tout motif nuisible. ( Les Alcooliques Anonymes, chap.6 À l'oeuvre, pages 97-98 )

La méditation n'est pas une tâche ardue. « La contemplation de la nature fait les poètes ; la méditation de la destinée fait les penseurs. Le poète et le penseur regardent chacun un côté du mystère. Dieu est derrière le mur. » ( Victor Hugo ) La méditation est une rencontre simple et honnête avec notre Puissance supérieure. C'est un cadeau énergisant et merveilleux. Merci ! Tout ce que nous avons à faire, c'est d'aller à cette rencontre, de s'arrêter si la vie nous le permet quelques instants. La peur de ne pas mériter Son amour inconditionnel est souvent tout ce qui nous sépare de ce contact avec Dieu, tel que chacun de nous Le concevons. Comme la peur est une illusion, ce sentiment de coupure, de séparation l'est aussi. Nous ne pouvons nous rapprocher vraiment — nous n'avons jamais été désuni. Dieu nous invite à nous retrouver avec Lui en Un et à nous sentir combler de Sa présence.

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

mercredi 18 avril 2018

Pensées 18 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

L'émotion habituellement n'émerge pas à un rythme tranquille : l'émotion explose et prend vie en un instant, et elle semble toujours être prête à agir ou réagir. Il faut aussi avoir foi, faire confiance à notre senti ; autrement notre faculté d'agir raisonnablement sera toujours vacillante. Et rappelons-nous que nous avons perdu la maîtrise de notre vie et que seule une Puissance supérieure à nous-mêmes pouvait et peut encore nous rendre la raison.

« …il existe une autre sorte de gueule de bois que tous, buveurs ou pas, connaissent par expérience. Elle se situe au plan émotif et résulte directement d'un excès de sentiments négatifs vécus la veille ou parfois le jour même : colère, peur, jalousie, etc. » ( 12 x 12, 10e Étape pages 98-99 ) Dans les groupes d'entraide, nous avons appris à demander l'aide d'une Puissance supérieure pour enfin faire tout ce que nous pouvons raisonnablement faire aujourd'hui, pour passer tout de suite à l'aveu et à la correction de nos erreurs et ainsi liquider notre passé. Nous l’avons remercié de nous aider à nous arrêter, à nous détendre, à attendre, à patienter et, même dans les moments difficiles, à être conscient que notre Dieu d’amour continue à S'occuper de nous. « Nous devons toujours être vigilants pour éviter l’égoïsme, la malhonnêteté, le ressentiment et la peur. Lorsque ces tendances veulent se manifester, nous demandons à Dieu de nous en délivrer tout de suite. » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. Chap.6 À l’oeuvre, page 95 )

Blaise Pascal affirmait : « La foi est différente de la preuve ; l'une est humaine, l'autre est le don de Dieu. » C'est de cette foi que Dieu lui-même met dans notre cœur, dont la preuve ou la raison est souvent l'instrument. Cette foi n'est pas que dans le cœur, elle est partout, dans notre corps et dans notre esprit. « Une balade décontractée dans l’asile d’aliénés montre que la foi ne prouve rien. » ( Friedrich Nietzsche )

Tout ce qui est ordonné vers une fin suppose un esprit. Or, toutes les choses naturelles semblent être ordonnées vers une fin. Il doit donc y avoir un esprit, un Dieu d'amour par lequel tous les êtres naturels et dont les êtres humains sont harmonisés vers une fin et pour plusieurs d’entre nous, cette fin est le plan de Dieu tel que nous Le concevons.

Plusieurs affirment qu'ils ou qu'elles ont de la difficulté à y voir de l'harmonie, de l'amour avec tous les conflits et difficultés que plusieurs semblent vivre. Pour nous, le plan de Dieu est bien ce qui se manifeste. « La foi est un oiseau qui sent la lumière et qui chante quand le jour n’est pas encore levé. » ( Rabindranath Tagore ) Notre perception de ce qui est n’est que notre réalité, celle que Dieu tel que chacun de nous peut le concevoir désire pour nous aujourd'hui.

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

mardi 17 avril 2018

Pensées 17 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

René Descartes (le même qui nous a sorti le Cogito ergo sum qui signifie « Je pense, donc je suis » en latin) affirmait : « Il n’y a pas d’autres voies qui s’offrent aux hommes, pour arriver à une connaissance certaine de la vérité, que l’intuition évidente et la déduction nécessaire » ( XIIe règle ). Il reconnaissait ainsi l'importance de l'intuition. Et pourtant, toute intuition n'est pas forcément évidente tant qu'elle n'est pas partagée et vérifiée.

L’intuition (du latin intuitio, désignant l'action de voir une image comme dans un miroir ) désigne un mode de connaissance immédiat, ne faisant pas appel à la raison. Une intuition n'est jamais la conclusion d'un raisonnement conscient. Elle prend la forme d'un sentiment d'évidence quant à la véracité ou la fausseté d'une proposition, que nous ne pouvons pas toujours justifier. L'intuition, comme mode de dévoilement de l'indicible, est un phénomène quasi mystique. Les tenants de la médecine holistique nous affirment que le raisonnement et la logique proviennent du cerveau gauche (le cortical, siège du langage) alors que le cerveau droit (le limbique, domaine du senti) est plus porté à l’intuition et l’imagination. La lobotomie est une façon soit d’altérer la substance blanche à l’intérieur d’un lobe, soit de séparer nos deux lobes du cerveau.

« L'intuition est une vue du cœur dans les ténèbres. » ( André Suarès, Dostoïevski ) Dans tous les moments intuitifs, de grande ou petite simplicité, d'éternel présent, réside Dieu, le divin, tel que chacun de nous Le concevons. Dans les groupes d’entraide, c'est là que se manifeste la conscience éclairée et notre Dieu d'amour. « En tout homme résident deux êtres : l’un éveillé dans les ténèbres et l’autre assoupi dans la lumière. » ( Khalil Gibran ) Il faut probablement passer par les ténèbres de la compulsion pour se retrouver dans la lumière d’un réveil spirituel.

Cette conscience éclairée est-elle cette petite voix qui est souvent embrouillée, ces désirs, pulsions ou envies passagères ou déraisonnables, cet instinct infaillible dominé parfois par des angoisses ou des fantasmes ? La personne qui manifeste une ouverture à la spiritualité même minime y voit émerger tout doucement la présence de Dieu. Découvrons en notre cœur et notre âme que Dieu est nous, que nous sommes Dieu et... que l'amour, cette nourriture de l'esprit, émane de cette relation. « Que l'amour l'emporte ! » ( Aline ) « Un homme a besoin d'un peu de folie, ou bien il n'ose jamais couper la corde et être libre. » ( Nikos Kazantzakis, Zorba le Grec ) Nous pouvons ajouter aux paroles de Zorba que nous avons tous et chacun besoin aussi d'amour, et que la corde n'est pas coupée, elle est juste plus longue. Nous assistons à des réunions dans les groupes d'entraide pour toutes sortes de raisons (ou parfois de déraisons). L'une de ces déraisons est cette obsession : « La grande obsession de tout buveur anormal est qu'un jour, il ne sait trop comment, il parviendra à se contrôler et à prendre plaisir à boire. Il est renversant de constater à quel point cette illusion peut persister. Nombreux sont ceux qui s'y accrochent jusqu'aux portes de la folie ou de la mort. » ( Les Alcooliques Anonymes, chap.3 Autres données sur l'alcoolisme, page 34 ) Parfois nous allons à une réunion pour partager notre expérience, notre force et notre espoir avec d'autres membres. Parfois nous y allons pour voir nos frères et sœurs qui se rétablissent et qui y partagent leur joie de vivre, abstinents et sobres. Et parfois, nous y allons simplement parce que nous avons besoin que quelqu'un nous accueille tels que nous sommes, nous prenne dans ses bras et nous témoigne l'amour fraternel d'un autre être humain. Merci pour tout cet amour.

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

lundi 16 avril 2018

Pensées 16 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

Avec la mise en pratique des Étapes, notre participation à des groupes d'entraide nous a appris que nous sommes dignes d'amour, (aussi de sobriété, de beauté, de bonté, de joie et de pardon, entre autres) indépendamment de ce que pense, a pensé, dit ou a dit qui que ce soit. Nous n'avons pas à nous engager dans un débat, un scandale ou un esclandre. « Comme par instinct, les AA ont appris dès le début qu’ils ne devaient jamais, malgré toutes les provocations, prendre position dans un débat public, même s’il en vaut la peine. » ( 12x12, 10e Tradition, page 199 ) Notre rétablissement dépend de l’unité de notre groupe, de notre district, de notre région et de ne pas nous mêler de controverses publiques.

En effet, la première Tradition renferme ce sentiment d'unité qui se manifeste habituellement par de l'amour inconditionnel. Si nous entretenons l'idée que le même esprit, le même Dieu d'amour réside en tous et chacun, nous serons capables d'aimer tout le monde ou presque. Nous allons nous apercevoir que nous sommes tous dignes d'amour. L'amour embellit nos cœurs et nous permet de le saupoudrer aux autres en nous reconnaissant tous comme des étincelles du Divin. Nous sommes remplis de gratitude d'avoir la chance que nous avons là d'apprendre à nous aimer et à nous apprécier. Notre rétablissement passe avant les gestes ou paroles désagréables de qui que ce soit et quoi que ce soit comme événement ou traumatisme.

Dieu est amour et Son amour est probablement assez différent de l'amour humain. L'amour de Dieu est inconditionnel et n’est pas fondé sur des sentiments ou des émotions. Il ne nous aime pas parce que nous sommes dignes d’être aimés ou parce que nous lui apportons quoi que ce soit. Il nous aime parce qu'Il est Amour. Il nous a créés pour que nous puissions avoir une relation d'amour avec Lui. Nos défauts sont ce que la petite Thérèse appelait « sa petitesse... » Et pour elle « C’est la confiance et rien que la confiance qui doit nous conduire à l’amour. »

L'humilité que nous donne notre Ps permet de nous faire « tout petit », de mettre à l'ombre nos qualités et de regarder à travers Sa lumière nos défauts, de nous affranchir de l'emprise de notre personnalité, de nous protéger contre tout assaut de notre maladie. L'humilité peut être comparée à une fleur. Telle la fleur, elle a la beauté de la couleur, la suavité du parfum et l'espérance de produire un fruit. « Quand je vois une fleur, j'espère en le fruit ; ainsi, quand je vois un humble, j'espère en sa béatitude céleste ». ( Saint Antoine )

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

dimanche 15 avril 2018

Pensées 15 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

« Rien n’avait plus d’importance que d’être précis et honnête. » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. chap.5 Notre Méthode, page 74 ) Notre méthode ne nous propose quasiment que la rigoureuse honnêteté : faire ce que nous avons à faire, exécuter un jour à la fois de petites tâches indispensables, et laisser notre Puissance supérieure prendre soin de tout, gérer tout ça, c’est un peu en résumé ce que représente un plan d’action, le 9e outil de rétablissement des Outremangeurs anonymes.

Parfois, il y a une forme de violence verbale qui se cache sous un masque de rigoureuse honnêteté. Certaines paroles peuvent être blessantes tout en étant toujours rigoureusement honnêtes. Le problème avec ces paroles n’est pas qu'elles sont « rigoureuses » mais plutôt qu'elles tentent d'être « honnêtes ». Lorsque nous blessons les autres par nos paroles c'est qu'elles sont le reflet de notre hostilité, de notre envie ou de notre jalousie, plutôt que notre honnêteté. Les personnes blessées, visées par ces propos souvent non sollicités, par ces paroles inutilement cruelles et prétendument franches, réagissent avec vigueur. Nous aggravons parfois la situation en ajoutant : « Qu’est ce qui te prend ? C'est pour ton bien et je cherche à être rigoureusement honnête », laissant sous-entendre par là, que nos remarques auraient dû être accueillies avec gratitude.

L’honnêteté et l’intégrité vraies sont à la base d’une saine relation. Elles gagnent à être utilisées avec tact, empathie et sensibilité. Comme le dit Patrick Huard dans un de ses monologues au sujet de ses relations avec les femmes, quelquefois c'est mieux « de fermer sa gueule ». La « prétendue » honnêteté ne fait pas que masquer nos ressentiments, notre envie et notre jalousie, elle est aussi quelquefois une justification pour la cruauté mentale et elle corrompt les relations de couple et amicales. Il n’y a pas beaucoup de façons d’émettre notre avis sans nécessairement blesser d’aucun. L’humoriste Mariana Mazza se sert du Ferme ta yeule avec un style tout aussi provocant. Parfois, il est préférable de filtrer avec notre parrain ou notre marraine avant de nous adonner à la rigoureuse honnêteté. Lorsque notre relation est saine, nous pouvons oser être vulnérable avec notre partenaire de vie, c'est l'amour à l'état pur pour soi et l'autre qui s'exprime alors. Bien souvent, la vie de couple nous fait faire des choses que seul, nous n'y arriverions pas ou peu.

Notre maladie, notre dépendance et/ou notre codépendance ont réussi à nous convaincre que nous n'avions plus de problèmes, malgré l'évidence pour tous et chacun dans notre environnement. Notre personnalité dépendante et/ou codépendante, qui souffre de ce mal de vivre nous transporte constamment dans l'illusion d'hier et de demain même lorsque nous sommes en rétablissement. Dans le continuum entre l'harmonie et la discorde, notre maladie semble nous diriger vers le chaos, un bas-fonds nécessaire. Entre la solution et le problème, le déni, ou quelquefois l'ivresse mentale, nous cachent toute résolution possible. Notre tête raisonne et semble cacher le problème, le cœur a mal et cherche une solution. La souffrance profonde issue des blessures du passé qui ne sont pas soignées revient continuellement à la surface. C'est comme la bulle d'air qui cherche à atteindre la surface, la boule qui nous étouffe qui ne cherche qu'à sortir de nous, qu'à s'exprimer. Et devant ces crises, nous ne savons plus où donner de la tête. C'est alors que nous allons essayer des méthodes plus faciles, plus douces. La ruse de notre personnalité et de notre maladie, c'est de nous avoir fait vivre de l'irréel et de nous attirer vers un fun que nous avons eu en consommant, en nous gelant, en adoptant et en répétant des comportements toxiques qui nous ont amené vers l'évasion et vers la fuite. N'oublions pas que ça se peut que ce soit une tactique de notre Ps qui veut bien ainsi attirer notre attention par la souffrance et nous ramener à nous centrer et à reconnaître notre impuissance et à rétablir notre lien spirituel jusqu'à un éveil nécessaire, et voilà déjà un beau plan d'action qui se dessine et auquel notre Ps nous invite à souscrire. C’est aussi comme la bulle d’air de cet outil de mesure qui cherche l’équilibre entre deux points et qui nous aide à vérifier si le plan horizontal est droit, surtout quand nos yeux nous jouent des tours parce qu’ils sont atteints d’astigmatisme.

Merci la Vie !!! Gilles

Lire la suite...

samedi 14 avril 2018

Pensées 14 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

Il était une fois une petite hirondelle bien gentille alors qu'elle volait vers le Sud pour l'hiver, prit froid et tomba raide sur le sol. Et pour tout arranger, voilà qu'une vache lui chie dessus. Mais la bousse de vache était toute chaude, si bien qu'elle fut ranimée. Et elle était bien, étendue là et toute réchauffée. Elle était folle de joie et se mit à chanter. Mais voilà qu'un chat qui passait par là, dégage un peu la bousse et découvre la gentille petite hirondelle et n'en fait qu'une bouchée. La morale de cette histoire : c'est qu'il ne faut pas croire que parce que quelqu'un vous chie dessus, qu'il est votre ennemi ; en revanche, une personne qui vous sort de la merde n'est pas nécessairement une amie. Et quand on est au chaud et parfaitement heureux, on a intérêt à fermer sa gueule. (Allégorie racontée par Electra, rôle interprété par Julianne Moore dans le film ASSASSINS)

L’hirondelle c’est l'oiseau de l'espoir, c'est aussi le symbole du printemps. « Ils peuvent tuer toutes les hirondelles, ils n'empêcheront pas la venue du printemps. » ( Proverbe afghan ) Et Dieu sait combien d’hirondelles et d'hirondeaux sont mortes en Afghanistan ? Les groupes d’entraide nous apprennent à être soi-même, à partager le désir de vivre à nouveau, de l’amour pour nos semblables, le courage de faire face à n’importe quelle situation difficile, la sérénité nécessaire pour accepter certaines réalités, et pour plusieurs, l’espoir en l’avenir.

« Le printemps s'annonce toujours plein de promesses, mais lui au moins les tient. » ( Félix Leclerc ) Le printemps est une saison de l'espoir. Nous souhaitons que chacun puisse croire en sa bonne étoile, que chacun en ce bas monde ne puisse à aucun moment être persuadé qu'une profonde solitude l'isole de tout être humain. Il y a toujours quelque part un être qui est capable d'écouter, d'être simplement là, pour que le premier ait le sentiment d'exister pour quelqu'un. Il y a toujours cet espoir qui se trouve dans le partage, dans le témoignage. Il y a toujours une présence, une âme qui se dévoile et qui nous montre le chemin.

« … vous pouvez parler de l'aspect irrémédiable de l'alcoolisme parce que vous proposez une solution. » ( Les Alcooliques Anonymes, chap.7 Au secours des autres, page 105 ) Nos efforts de communiquer le message à un nouveau sont des éléments vitaux de notre rétablissement. Nous parcourons ensemble la route vers le rétablissement. Nous suivons les traces laissées par ceux et celles qui sont passés avant nous, qui n'ont pas hésité à sortir de leur petit nid douillet, au chaud et heureux, pour nous transmettre le message. À notre tour, nous laissons des traces de pas pour ceux et celles qui viendront ensuite.

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

vendredi 13 avril 2018

Pensées 13 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

Notre ancien mode de vie (entre autres… 'un, ce n’est jamais assez’ — le déni comme « Je bois pour oublier que je bois » ( Joe Lewis )) et la recherche effrénée du confort nous ont poussés à aller toujours plus vite, toujours plus loin. Plusieurs de nos habitations n'auront plus de naturel que les pots d'épices et de géranium sur le balcon. Nos maisons sont en train de devenir des gouffres d'énergie et de grands coffres de polluants. De cette recherche effrénée du confort découlent une atteinte à notre environnement et parfois un danger pour notre santé.

« Pour bénéficier de l’application de cette Étape (6e) pour d’autres problèmes que l’alcoolisme, il nous faudra faire une toute nouvelle expérience d’ouverture d’esprit. Nous devrons viser la perfection et consentir à marcher dans cette direction. Nous aurons rarement à nous inquiéter du rythme de notre démarche. L’important est de savoir si nous sommes prêts. » ( 12x12, 6e Étape, page 76 ) En fait, chaque être humain cherche le bonheur.  Il le trouve dans des satisfactions familiales, professionnelles, intellectuelles ou autres.  Ce terme satisfaction est rattaché à un sentiment de bien-être, de confort et d'aisance.  La plupart de nos actions sont bien souvent sous-tendues par ce désir.  Bien-être, confort et aisance sont reliés à un mouvement d'ouverture.  Cette ouverture est au cœur même de la spiritualité dont le but est pour plusieurs de relier l'homme à sa source.  Comment faire puisque que l'homme n'est pas divisé ou séparé de sa source ?  Si nous explorons la nature du désir, nous sommes ramenés au désir de « bonne heure », de quiétude qui est déjà présent dans notre quotidien.

L'amour est le principal ingrédient de la vie, ce qui rend tout le reste valable. « Il y a des êtres qui ont le pouvoir de nous émouvoir, non pas par ce qu’ils disent, mais par la simplicité et la pureté de leur âme, par la grandeur et la beauté de leur coeur, par l’humilité et la sagesse de leur essence, des êtres d’exception qu’on ne crois pas tous les jours . » ( Christine Gonzalez ) Nous pouvons jouir d’un confort extrême, avoir accès à toutes les commodités et bien d’autres, mais si nous sentons que l'amour est absent de notre vie, nous allons nous sentir comme perdus, vides et même « rejet ». « Les cicatrices parlent plus fort que la lame qui les a causées. » ( Paulo Coelho, Le manuscrit retrouvé ) Nous pouvons croire être victimes ou même réellement abandonnés, mais dès nous avons l’impression que notre Ps ajoute l’amour à notre quotidien, tous les jours, tout à coup la vie a un sens nouveau. Sur le plan personnel, la formation de notre caractère peut représenter un objectif désirable en soi. En nous rétablissant, ces changements sont souvent progressifs, quelquefois ils sont spontanés. Ils sont alors rarement le fruit de nos efforts personnels ou lorsque nous sommes plongés dans une recherche effrénée de confort ou de bonheur. Notre Puissance supérieure la plupart du temps tranquillement, par petits pas nous invite à faire de l'honnêteté, de la tolérance et du véritable amour de l'homme et de Dieu la base quotidienne de notre vie. « L'amour et la tolérance envers les autres, voilà notre code. » ( Les Alcooliques Anonymes, chap.6 À l’oeuvre !, page 95 )

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

jeudi 12 avril 2018

Pensées 12 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

Pour moi, chaque être humain est un ensemble plongé dans de plus grands ensembles vivants, comme un tissu fait de milliards de cellules. Du plus petit au Grand tout, ces ensembles sont en évolution et se développent sans limite. En grandissant, nous développons notre intelligence émotionnelle et nos émotions deviennent nos guides. Nous améliorons nos communications avec les autres, en étant attentifs aux signaux de toute sorte que notre environnement nous envoie. Nous apprenons à écouter les autres et ainsi, à écouter notre enfant intérieur. « Nous devons écouter l’enfant que nous avons été un jour et qui existe encore en nous. Cet enfant comprend les instants magiques. Nous pouvons étouffer ses pleurs, mais nous ne pouvons pas faire taire sa voix. » ( Paulo Coelho )

« Grand est celui qui n’a pas perdu son coeur d’enfant. » ( Meng-Tsen ) Que l’étendue de notre vie soit en grandeur soit en âge. « Qui garde son âme d’enfant ne vieillit jamais. » ( Abraham Sutzkever ) Et inévitablement, nous vieillissions tous et Georges Brassens l’a bien exprimé ainsi : « Qu’importe ma vie ! Je veux seulement qu’elle reste jusqu’au bout fidèle à l'enfant que je fus. »

Il nous reste souvent des brides de notre passé à nettoyer. Nos parents, nos lignées familiales vous ont laissé des empreintes qui traversent les générations. Nous pouvons consacrer du temps, aujourd'hui ou jamais, à établir notre génogramme, un drôle d'arbre généalogique qui tient compte et collige les dépendances de tous et chacun. Les générations qui nous ont précédé ont hypothéqué notre monde. Les conditionnements dont nous avons hérité restent nos maîtres tant que nous les ignorons. Mieux connaître ce qui nous constitue permet de nous servir des forces qui sont bloquées dans les non-dits, secrets, traumatismes, comportements toxiques et fausses croyances. Nos familles sont des systèmes complexes où les changements se heurtent aux répétitions, à la petite routine et au poids des traditions. Ça se manifeste assez souvent lors des rassemblements ou des fêtes familiales.

Notre Ps en nous amenant dans les groupes d'entraide nous invitent à vivre cette aventure à travers les Douze Étapes qui provoquent en nous une belle expérience spirituelle, profonde et inattendue. Nous sommes constamment soumis à un processus de rétablissement certains disent que c'est le rétablissement de notre ego malade, son dégonflement, d'autres disent le rétablissement de notre ego, de notre faux moi — de notre personnalité (la façade que nous avons érigé pour nous protéger) —, tout en devenant plus conscients de la croissance de notre vrai moi — de notre identité (notre enfant intérieur, blessé, doué et divin). Tout ce processus n'a pour but que de libérer notre corps, notre esprit et notre âme des chaînes du passé. Et cette libération vient de notre Ps. « Pourtant, nous avions assisté à un autre genre de décollage, celui d’une libération spirituelle de ce monde, de personnes qui se sont élevées au-dessus de leurs problèmes. C’était grâce à Dieu, disaient-ils, et nous nous sommes contentés de sourire. Nous avions été témoins d’une délivrance spirituelle mais nous préférions ne pas l’admettre. » ( Les Alcooliques Anonymes, chap.4 Nous les Agnostiques, page 62 )

Merci la Vie !!!
Gilles

Lire la suite...

- page 1 de 99