Pensées 12 mars 2017

Bonjour à toutes et à tous

Sur un plan spirituel, c'est notre Dieu d'amour tel que nous Le concevons qui seul est capable d'attirer l'humanité à Lui, d'apporter l'étincelle de vie à un cœur comme le nôtre. Il revient à Dieu de communiquer la flamme et d’embraser (ou embrasser comme vous voulez et seulement si elle le désire ) la femme ou l’homme ou est-ce vice versa, de communiquer avec l’homme et la femme et que le brasier s’allume ensuite… D’une manière ou d’une autre, le salut est accessible à tous parce que l’initiative est toujours d'origine divine.

La vie spirituelle est une longue marche qui ne demande pas persévérance, abnégation, courage, endurance un peu comme un marathon. Sur une longue distance, une course intelligente ne consiste pas à partir le plus vite possible mais bien de prendre son temps en fonction de la longueur. C'est un peu comme la vie. Certes, il est fondamental de prendre un bon départ dans notre rétablissement avec cette Puissance supérieure et de se rapprocher de Lui même si c'est suite à une émotion, à une bénédiction, à une illumination ou à un sentiment de mieux-être. Bien sûr, Dieu dans Sa grâce nous permet de ressentir des sensations agréables de Sa présence, de Son pardon, de Son réconfort, de Sa bonté et de Son amour. Nous croyons que Dieu aussi dans Sa grâce nous permet de vivre des événements désagréables, des tremblements de terre et des tsunamis physiques ou émotionnels.

Paul alors prisonnier, lié et enchaîné, a quand même réussi à écrire à Timothée : « C’est pourquoi, je t’exhorte à ranimer la flamme du don de Dieu que tu as reçu... Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais (un esprit) de force, d’amour et de sagesse. » (2 Tm 1.6,7) Les dons spirituels sont les compétences que notre Ps nous accorde en vue du service, du rétablissement. Nous pouvons les voir comme des talents naturels ou des aptitudes cultivées. Mais plus souvent qu’autrement, les dons spirituels nous permettent d’abord de confier notre vie à Ses soins, de répondre à nos besoins et de relever les défis qui se présentent dans notre quotidien. « Dieu n’appelle pas les gens qualifiés. Dieu qualifie les gens qu'Il appelle. Est-ce que je suis à l’écoute ? » ( De l’espoir pour aujourd’hui, page 101 )

Remercions tous les jours notre Puissance supérieure telle que nous la concevons, Dieu (pour plusieurs) de ranimer en nous la flamme de Son amour, pour qu'un amour radieux et clair illumine nos pensées, nous libère de nos chaînes, de notre Pearl Harbor personnel et nous fait voir dans tout ça Sa volonté. Dans le 12x12 à la page 111 tout de suite après la prière (de St-François), il a une simple suggestion de médiation : « Détendons-nous, comme si nous étions allongés sur une plage ensoleillée, respirons profondément l'atmosphère spirituelle dont nous enveloppe la grâce de cette prière. Disposons-nous à nous laisser prendre, à être tonifiés, à être soulevés par ce vif courant d'énergie spirituelle, de beauté et d'amour que transportent ces paroles magnifiques. Contemplons maintenant la mer et méditons sur son mystère ; levons les yeux vers l’horizon lointain, dépassons-le pour découvrir toutes ces merveilles encore inexplorées. »

Merci la Vie !!!
Gilles

----------------------------------------------

Qu'est-ce que l'humeur d'une autre personne, son ton de voix ou son état d'ébriété ont à voir avec ma façon d'agir ? Rien, à moins que je n'en décide autrement.
Par exemple, j'ai appris que me disputer avec une personne ivre équivaut à me frapper la tête contre un mur de briques. Néanmoins, jusqu'à tout récemment, je replongeais toujours tête première dans les disputes, parce que c'était ce que semblait vouloir l'autre personne. Dans Al-Anon, j'ai découvert que je n'ai pas à réagir uniquement parce que j'ai été provoqué et que je n'ai pas à prendre à cœur des paroles blessantes. Je peux me rappeler qu'elles sont dites par une personne qui souffre probablement et je peux essayer de faire preuve d'un peu de compassion. Je ne suis certainement pas obligé de permettre à ces paroles de m'inciter à faire quelque chose que je ne veux pas faire.

Pensée du jour
Le détachement avec amour signifie que je cesse de dépendre de ce que les autres font, disent ou ressentent pour déterminer mon propre bien-être ou pour prendre mes décisions. Quand je suis confronté à l'attitude et au comportement destructeurs des autres, je peux aimer ce qu'ils ont de meilleur et ne jamais craindre ce qu'ils ont de pire.

« ...le détachement ne signifie pas de m'occuper moins de l'alcoolique, mais de m'occuper plus de ma propre sérénité. » ...dans tous les domaines de notre vie

Al-Anon, Le Courage de Changer, 12 mars, page 72

----------------------------------------------

La pensée négative est une force destructive, mais c'est pour moi un mode de vie. Si je me sens fatigué, malade, tendu ou si je m'ennuie, j'ai tendance à me concentrer sur ce qui ne va pas. Parfois, je ne suis pas content de moi ou de quelqu'un d'autre. Parfois, je n'aime pas ma situation. Que je me plaigne tout haut ou que je souffre en silence, une attitude négative invite l'apitoiement et le mécontentement. Avec l'aide d'Al-Anon, j'ai appris que je peux vaincre cette force redoutable. Qu'importe à quel point je me sens découragé, je peux toujours trouver quelque chose à apprécier, aujourd'hui.
J'ai un calendrier ayant d'un côté la photo d'un paysage et de l'autre les jours de la semaine. Il y a juste assez d'espace pour inscrire chaque jour une phrase ou de courtes expressions. Après avoir lu ma réflexion quotidienne Al-Anon, j'inscris sur le calendrier une chose pour laquelle j'éprouve de la gratitude. Si le soleil brille, j'apprécie sa lumière et sa chaleur. S'il pleut, je me rappelle que la terre desséchée a besoin d'humidité. Parfois, un nouvel oiseau se pose sur le perchoir dans la cour, ou j'aperçois un chevreuil en revenant du travail. D'autres jours, j'apprécie une bonne réunion ou de pouvoir utiliser mon programme pendant une situation tendue à la maison.
Je découvre inévitablement que je me suis concentré sur mes problèmes en oubliant toutes les belles choses qui se sont produites. En inscrivant les bonnes choses qui m'arrivent sur mon calendrier, un jour à la fois, j'ai fini par dresser une liste de bienfaits inspirants. Maintenant, quand je me sens déprimé, je lis quelques pages de mon calendrier de gratitude. Cela me rappelle que, malgré la souffrance et les problèmes, la vie est belle.

Pensée du jour
Je peux recommencer ma journée à tout moment. Trouver une raison d'éprouver de la gratitude, c'est une merveilleuse façon de le faire.

« Aujourd'hui, je suis reconnaissante de tout, même de choses qui me surprennent... » Le Forum, juin 1998, page 7

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 12 mars, page 72

----------------------------------------------

Programme de la journée

À notre réveil, nous pensons aux vingt-quatre heures devant nous et nous regardons nos projets pour la journée. Nous demandons d'abord à Dieu de nous guider dans nos pensées et surtout de libérer notre esprit de l'apitoiement comme de tout mobile malhonnête ou égoïste. Les Alcooliques Anonymes, page 79

Tous les jours, je demande à Dieu de ranimer en moi la flamme de son amour, pour qu'un amour radieux et clair illumine mes pensées et me permette de mieux faire sa volonté.
Tout au long de la journée, alors que des événements extérieurs viennent abattre mon enthousiasme, je demande à Dieu de me faire prendre conscience clairement la possibilité de recommencer ma journée à n'importe quel moment, cent fois si nécessaire.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, 12 mars, page 80

----------------------------------------------

Comment rester calme après un tel coup ?

Le jour où le désastre de Pearl Harbor a frappé les États-Unis, un grand ami des AA marchait le long d'une rue à St-Louis. Le Père Edward Dowling n'était pas un alcoolique, mais il avait été l'un des fondateurs d'un groupe dans sa ville. Comme beaucoup de ses amis non alcooliques avaient entrepris de s'enivrer pour oublier les conséquences du désastre de Pearl Harbor, le Père Ed. se disait avec angoisse que les membres de son groupe, qu'il chérissait tant, feraient probablement la même chose.
C'est alors qu'un membre, abstinent depuis un an, arrêta et une conversation animée s'engagea entre eux, surtout sur des sujets reliés aux AA. Le Père Ed. constata avec soulagement que son compagnon était parfaitement sobre. « Comment se fait-il que tu ne me parles pas de Pearl Harbor ? Comment peux-tu rester calme après un tel coup ? » « Écoute, a répondu l'autre, chaque membre des AA a déjà vécu son Pearl Harbor personnel. Alors pourquoi nous affoler devant celui-ci ? » Grapevine, janvier 1962

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 71

----------------------------------------------

12 mars - Pensée A.A. pour aujourd'hui
L'enfant prodigue « partit en voyage vers des pays lointains et dépensa son héritage au cours d'une vie déréglée ». C'est ce que nous faisons, nous les alcooliques. Nous dépensons notre héritage dans une vie déréglée. Quand il revint à lui-même, il dit : « Je me lèverai et je retournerai vers mon père ». C'est ce qu'un alcoolique fait dans le mouvement A.A. Il revient à lui-même. Son « moi » alcoolique n'est pas son véritable « moi ». Son moi sain, sobre et respectable est son vrai moi. C'est pourquoi nous sommes si heureux chez les A.A. Suis-je revenu à moi-même ?

Méditation du jour
La simplicité est l'idée maîtresse d'une bonne vie. Choisissez toujours les choses simples. La vie peut devenir compliquée, si vous la laissez le devenir. Vous pouvez être noyé dans des difficultés de toutes sortes, si vous les laissez prendre trop de votre temps. Chaque difficulté peut être ou résolue ou ignorée, et on peut lui substituer quelque chose de mieux. Aimez les choses sans éclat. Ayez du respect pour les choses simples. Votre idéal ne doit jamais être l'idéal de ce monde, qui est celui de la richesse et du prestige.

Méditation du jour
Je demande d'aimer les choses simples de la vie. Je demande de garder ma vie simple et libre.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 73

----------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Je me suis fait beaucoup de tort dans le passé mais maintenant je veux me faire amende honorable à moi-même. Un des meilleurs moyens pour ce faire est de parler continuellement en bien de moi. Pourquoi suis-je porté à croire que j'ai le droit de me dénigrer moi-même par des paroles sévères à mon égard, par exemple : « Je ne suis pas bon, je ne suis pas capable, je suis un faible, personne ne se soucie de moi, etc. » ? Sans malhonnêteté ou vanité, je peux toujours parler positivement et avec espoir à mon sujet. Aujourd'hui, je veux être mon meilleur ami.

MÉDITATION DU JOUR
Je demande à Dieu de me souvenir qu'il y a des gens qui m'aiment et qui me chérissent et que ça les blesse comme ça me blesse quand je dis des choses négatives à mon sujet.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Je ne suis pas parfait mais d'une certaine façon, je suis formidable.

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 12 mars

----------------------------------------------

Sortir de l’ornière

« Nos vieux cauchemars reviennent souvent tout au long de notre rétablissement. Il se peut que la vie redevienne sans signification, monotone et ennuyeuse. » Texte de base, page 96

Quelquefois il nous semble que rien ne change. Nous nous levons et nous nous rendons au même travail tous les jours. Tous les soirs, nous dînons à la même heure. Nous assistons aux mêmes réunions à chaque semaine. Ces rituels du matin sont identiques à ceux d'hier, d'avant-hier et d'avant-avant-hier. Après l'enfer de la dépendance et les montagnes russes émotionnelles des débuts de notre rétablissement, cette vie stable peut comporter un certain attrait... pour un temps. Mais, un jour ou l'autre nous nous rendons compte que nous voulons quelque chose de plus. Tôt ou tard, nous nous lassons de l'ennui et de l'affolante monotonie de notre vie.
Il y a certainement des moments où nous nous sentons vaguement insatisfaits de notre rétablissement. Nous avons l'impression que, pour une raison ou une autre, il nous manque quelque chose, mais nous ne savons ni quoi ni pourquoi. Nous établissons notre liste de gratitudes et trouvons littéralement des centaines de raisons d'être reconnaissants. Tous nos besoins sont satisfaits ; notre vie est plus remplie que nous n'aurions jamais pu l'espérer. Alors, qu'y a-t-il ?
Peut-être le moment est-il venu de pousser notre potentiel au maximum. Nos possibilités ne sont limitées que par l'étendue de nos rêves. Nous pouvons apprendre quelque chose de nouveau, nous donner un nouveau but, aider un autre nouveau ou nous faire un nouvel ami. Si nous cherchons bien, nous sommes sûrs de trouver quelque chose d'intéressant, et la vie deviendra de nouveau significative, riche et satisfaisante.

Juste pour aujourd'hui, je briserai ma routine et je pousserai mes possibilités à leur maximum.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 12 mars, page 76

----------------------------------------------

Y a-t-il solitude plus grande que la méfiance ? George Eliot

Même si je ne parlais pas de méfiance, quel était ce sentiment qui m'obligeait à me tenir constamment sur mes gardes, ne disant que ce que les autres voulaient entendre, n'osant parfois rien faire de peur de déplaire ? En ces temps-là, je marchais à pas timides.
La porte de la confiance s'est ouverte quand j'ai franchi les trois premières Étapes : à partir du moment où je l'ai confiée à Dieu, ma compulsion a disparu. Aujourd'hui, je m'ouvre à la sagesse, à l'intégrité et à la force des autres, qu'ils soient ou non membres OA. Parce que j'ai confiance dans le programme OA, ma façon d'être au monde a changé.
Quand une réunion me déçoit et que je me dis : « C'est tout ce que l'on m'offre ?», j'accepte cette déconvenue comme faisant partie de la vie. Loin de me faire perdre ma confiance dans le mode de vie, mon agitation me rappelle ce qu'était ma vie avant de connaître les OA. Les réunions ne m'apporte pas toujours ce que je souhaite, mais la certitude que j'y suis à ma place reste aussi inébranlable que ma foi dans les principes du programme et ma confiance en Dieu.

Pensée du jour : La confiance nous libère de la peur, et c'est une des promesses du mode de vie. Pour augmenter ma confiance, je peux consacrer une partie de ma journée à écrire mes expériences dans ce domaine.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 65

----------------------------------------------

« Il semble que nous ayons tant souffert de notre problème de poids que, jusqu'à ce que nous ayons maigri, plusieurs d'entres nous n'avons pas été conscients des problèmes qui sous-tendent notre compulsion alimentaire. » So You've Reached Goal Weight, Now What ? page 1 (dépliant, édition épuisée, remplacé par Maintenir son poids santé) Avant d'arriver chez les OA, j'étais un expert dans l'art de perdre du poids. Je connaissais tous les moyens rapides pour y arriver. Mais chaque fois que je perdais du poids, je finissais toujours par le reprendre sans trop savoir comment. Lorsque j'ai mis en pratique le programme de rétablissement des OA, j'ai dû patienter longuement avant de maigrir ; j'ai découvert la satisfaction à retardement. Chez les OA, je dois me donner du temps pour que mes émotions et ma croissance spirituelle soient en harmonie avec ma nouvelle taille. Je dois maigrir un jour à la fois et laisser ma Puissance supérieure décider du moment où j'atteindrai mon insaisissable « poids idéal ». En mettant le programme OA en pratique, j'arrive à me départir honorablement de mon excès de poids. De plus, aujourd'hui, l'amaigrissement est un résultat de ma croissance spirituelle. En maintenant un contact conscient avec une Puissance supérieure à la mienne, je suis enfin capable de me sentir en paix tout en m'abstenant d'outremanger compulsivement.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 12 mars, page 72

----------------------------------------------

Pensée du jour
L'enfant prodigue « partit en voyage vers des pays lointains et dépensa son héritage au cours d'une vie déréglée ». C'est ce que nous faisons, nous les joueurs. Nous dépensons notre héritage dans une vie déréglée et sans but. Quand il revint, il dit : « Je me lèverai et je retournerai vers mon père ». C'est ce qu'un joueur fait quand il vient au mouvement J.A.. Il revient à lui-même. Son « moi » joueur n'est pas son véritable « moi ». Son « moi » sain, sobre et respectable est son vrai « moi ». C'est pourquoi nous sommes si heureux chez les J.A. Suis-je revenu à de meilleures valeurs ?

Méditation du jour
La simplicité est l'outil idéal pour arriver à une vie meilleure. Choisissez toujours les choses simples. La vie peut devenir compliquée, si vous la laissez le devenir. Vous pouvez être noyé dans des difficultés de toutes sortes si vous les laissez prendre trop de votre temps. Chaque difficulté peut être ou résolue ou ignorée, et on peut lui substituer quelque chose de mieux. Aimez les choses sans éclat. Ayez du respect pour les choses simples. Votre idéal ne doit jamais être l'idéal de ce monde matériel, qui est celui de la richesse et du prestige.

Prière du jour
Je demande d'aimer les choses simples de la vie. Je demande de garder ma vie simple, libre et sereine.

Joueurs Anonymes, 12 mars

----------------------------------------------

12 mars

Sache sans l'ombre d'un doute que tu es parfait, comme JE SUIS parfait, et qu'il n'y a aucun défaut en toi. Commence dès maintenant à voir le meilleur en toi-même, et, de ce fait, tire le meilleur de toi-même. Il est là au plus profond de toi, mais il est devenu si dissimulé qu'il est difficile à voir. Quand tu prendras du temps pour réaliser que nous sommes un, tu verras le meilleur en toi-même, tu cesseras de te dévaloriser et banniras toutes les fausses images de ton vrai toi. Répète-toi sans cesse toujours et encore : moi et mon Bien-Aimé sommes un, jusqu'à ce que cela signifie quelque chose pour toi. Lorsque tu te sens très bas, répète toi cela tranquillement, et sens-toi sortir progressivement de cette enveloppe de dépression et de pitié pour toi-même. Continue jusqu'à ce que tu connaisse la réalité de ses mots et que tu vois la globalité de toute vie et sache que tu fais partie de cette vie.

La Petite Voix, Eileen Caddy

----------------------------------------------

Pour ceux et celles qui veulent en savoir plus sur les services que nous offrons, visitez notre site : http://www.centredelavie.qc.ca
Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
Au Centre de la Vie n'est pas affilié à aucun groupe d'entraide. Par contre, l'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

----------------------------------------------

12_mars_solitude_mefiance_GE_A.jpg