Pensées 18 mars 2017

Bonjour à toutes et à tous

« Désirer l’impossible, être insensible à la peine des autres, voilà deux grandes maladies de l'âme. » ( Bias de Priène, philosophe, avocat et homme d'État grec du VIe siècle av J-C ) Nous avons souvent cherché l'impossible comme nous battre contre notre dépendance et nous acharner à retrouver un contrôle perdu depuis longtemps. « Il est impossible de se déplacer plus vite que la lumière, et ce serait idiot car on perdrait son chapeau en route. » ( Woody Allen ) Nous avons déjà perdu notre chapeau et tout ce qu'il couvrait dans notre course vers l'amour et la lumière. La place de l'imagination dans le désir peut sûrement expliquer l'impossibilité et la veulerie de certains désirs. Pour la plupart d'entre nous, la satisfaction recherchée par le désir et apportée rarement par le désirable est assimilable au bonheur ou au plaisir. Ceux et celles qui veulent imposer le possible comme limite au désir ne semblent pas connaître la vraie nature du désir et de l'imaginaire. Le désir va au-delà d'un simple besoin et même d'un manque. En réalité, le désir suscite par lui-même un état de douleur ou de crise permanent tant qu'il est présent et non satisfait. « Lorsqu'ils se trouvent abattus par les coups redoutables que leur inflige l'alcool, la grâce de Dieu peut pénétrer en eux et chasser leur obsession. Leur puissant instinct de survie peut ici travailler de concert avec le désir de leur Créateur de leur donner une vie nouvelle. » (12x12, 6e Étape, page 71) Un désir en amène un autre. « Le grand bonheur vient du ciel. Les petites joies viennent des hommes. » (proverbe chinois)

« Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu. » — « Ce qui est illogique aux yeux des hommes est probablement divin. » — « Ce qui est logique aux yeux des hommes est probablement humain. » ( Gilbert Blanchette, thérapeute décédé ) Ouvrir son cœur à une Puissance supérieure à nous-mêmes, c’est le renoncement à l’orgueil qui nous enfermait si bien dans l’incrédulité, et l’acceptation d’une condition d’enfant dans la dépendance radicale de l’amour gratuit d’un Père ou d’un Dieu d’amour, tel que nous Le concevons. C’est difficile de nous reconnaître incapables de rien par nous-mêmes pour accueillir la grâce qui nous est accordée inconditionnellement, surtout quand nos valeurs familiales incluaient « Ne fais confiance à personne », « Avec de la volonté, on peut y arriver ». Gilbert Blanchette affirmait : « Que nous y croyons ou non, Dieu aurait déjà fait l’impossible pour nous. » Il appelait ça le principe christique de la rédemption où Dieu pardonne tout. Nous le constatons tous les jours à nouveau et ça réside dans le mystère et l'ambivalence de notre résistance à la grâce et de la patience de Dieu, dans l'illusion de séparation entre le Père et le Fils, entre notre Ps et nous.

« Soyons des hommes de désir et de prière… Ne croyons rien impossible. Dieu peut tout. » ( Charles de Foucauld ) Les groupes d'entraide nous suggèrent de confier nos craintes face à la conduite de notre vie à une Puissance supérieure (3e Étape : Nous avons décidé de confier notre volonté et notre vie aux soins de Dieu tel que nous Le concevions. Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. page 66 ) Nous sommes alors en mesure d'agir efficacement là où nous le pouvons. Nous faisons ce qui est possible sous Sa gouverne, avec l'énergie qu'Il nous donne et nous laissons Dieu s'occuper de l'impossible. Remercier notre Puissance supérieure chaque jour nous est aussi nécessaire que de respirer. C'est aussi tout aussi simple.

« Ici, le possible est déjà fait, l’impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai de 48 heures ! » (proverbe français) Dieu a déjà fait l’impossible pour nous dans les premiers pas de notre rétablissement dès que nous reconnaissons notre impuissance. Et pour le miracle de notre complète métamorphose, il faut un délai, et c’est le mystère de notre résistance à la grâce et de la patience de Dieu. Et ce jour arrive pour quiconque confie sa volonté et sa vie à cette force, à cet Être suprême duquel nous allons nous rapprocher ( bien que ne soyons éloignés ). Ainsi vient une nouvelle liberté et un nouveau bonheur, ces résultats promis et offerts à tous ceux et celles qui mettent en pratique ce mode de vie spirituel. « Soudain, nous constaterons que Dieu fait pour nous ce que nous ne pouvions faire pour nous-mêmes. » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. page 94 )

Merci la Vie !!!
Gilles

-------------------------------------------

Notre Huitième Tradition suggère que notre travail de Douzième Étape devrait toujours demeurer non professionnel. Cela signifie qu'en tant que membres Al-Anon, notre expérience personnelle, notre force et notre espoir sont tout ce dont nous avons besoin pour nous aider les uns les autres à nous rétablir de l'impact dévastateur de l'alcoolisme. Si notre programme était dirigé par des professionnels, je n'aurais pas été libre de transmettre le message Al-Anon à autant d'autres personnes.
Cette Tradition m'encourage à aider ceux qui veulent vraiment être aidés. J'ai consacré tellement de temps et d'énergie à essayer d'aider des personnes qui ne voulaient pas d'aide, que l'occasion de contribuer au bien-être de quelqu'un qui y consent m'est très précieuse. Aujourd'hui, à cause de mon expérience face à l'alcoolisme, je suis plus en mesure de comprendre les autres et d'avoir de l'empathie. Je suis reconnaissant que quelque chose de positif soit ressorti des périodes les plus difficiles de ma vie.
J'apprends à donner et à recevoir sans culpabilité. Je n'ai pas à me sentir redevable envers les membres qui m'ont aidé, sauf que je me dois de transmettre aux autres ce qui m'a si bien servi. Et en donnant, je reçois.

Pensée du jour
Je constate que partager mon expérience, ma force et mon espoir avec d'autres, sur un pied d'égalité, est un des plus grands cadeaux d'Al-Anon.

« Les seules personnes parmi vous qui seront vraiment heureuses sont celles qui auront cherché et trouvé une façon de servir. » Albert Schweitzer

Al-Anon, Le Courage de Changer, 18 mars, page 78

-------------------------------------------

Je ne suis pas responsable d'être né dans un milieu alcoolique où je ne pouvais pas clairement distinguer mes choix. En tant qu'adulte, toutefois, j'ai maintenant la responsabilité d'assumer les conséquences de mes décisions antérieures. Plusieurs des amendes honorables que je dois faire tournent autour du lâcher prise à l'égard du passé. Il est temps de me donner une deuxième chance ainsi qu'aux autres. Les personnes avec qui j'ai grandi ont changé, tout comme moi. Nos rapports peuvent être différents, si je le veux bien. Cela veut dire que je dois modifier mes actions et mes attitudes. Dans Al-Anon, j'ai appris à prendre soin de moi lorsque je suis en présence de personnes avec qui je partage un lourd et pénible passé. Je peux abaisser mes attentes envers moi et envers les autres, choisir de me satisfaire du progrès, non de la perfection. Je peux affirmer mes besoins et respecter les autres quand leurs désirs diffèrent des miens. En cas de désaccord, je peux utiliser mon programme pour m'aider à prendre une décision que je n'aurai pas à regretter.
Aujourd'hui, mes yeux sont ouverts aux choix dont je dispose, et je choisis de me comporter d'une manière qui me permet de me respecter.
Je sais que je peux demander l'aide de ma Puissance Supérieure devant ce processus de lâcher prise. Il m'est déjà arrivé d'obtenir ce dont j'avais besoin plutôt que ce que je voulais. Lorsque cela s'est produit, je me suis senti comblé comme jamais auparavant. J'ai graduellement appris à faire confiance à ma Puissance Supérieure. Aujourd'hui, je choisis d'être bon envers moi et d'aimer sans conditions tout en me détachant du passé. Prendre ce risque, c'est faire un pas énorme, et je sais qu'il me sera infiniment bénéfique.

Pensée du jour
Quel comportement pourrais-je modifier, aujourd’hui, pour nous donner une deuxième chance, à moi et aux autres ?

« Par la pratique du programme Al-Anon, les enfants d'alcooliques commencent à changer les attitudes et les comportements qui ne concordent plus avec une façon de vivre enrichissante et productive. » Al-Anon : témoignages d'enfants adultes d'alcooliques, page 1

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 18 mars, page 78

-------------------------------------------

La vraie indépendance

... plus nous acceptons de dépendre d'une Puissance supérieure, plus nous devenons vraiment indépendants. Les Douze Étapes et les Douze Traditions, page 42 Je commence par faire preuve d'un peu de bonne volonté en acceptant de faire confiance à Dieu, et Dieu renforce cette bonne volonté. Plus j'ai de la bonne volonté, plus j'ai confiance, et plus j'ai confiance, plus ma bonne volonté croît. Ma dépendance envers Dieu croît au même rythme que ma confiance en lui. Avant de faire preuve de bonne volonté, je dépendais de moi-même pour tous mes besoins et je me trouvais limité par mes déficiences.
Lorsque j'accepte de dépendre de ma Puissance supérieure (que j'appelle Dieu) tous me besoins sont comblés par quelqu'un qui me connaît mieux que moi-même, qui connaît même des besoins que j'ignore encore ou qui n'apparaîtront que dans l'avenir. Seul quelqu'un qui me connaît aussi bien pouvait m'amener à être moi-même et m'aider à combler chez quelqu'un d'autre des besoins que je suis seul à pouvoir combler. Il n'y aura jamais personne d'autre exactement comme moi, et c'est cela la vraie indépendance.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, 18 mars, page 86

-------------------------------------------

R. S. V. P.

Nous avons comme principe de ne pas éviter la fréquentation de lieux où l'on sert de l'alcool si nous avons une bonne raison de nous trouver là. Ces endroits peuvent être des bars, des boîtes de nuit, des soirées dansantes, des réceptions de mariage ou autres, et même les joyeuses réunions mondaines courantes.
Vous remarquerez que nous avons apporté une importante restriction à la fréquentation des endroits où vous serez en contact avec l'alcool. Par conséquent, à chaque occasion, posez-vous la question : « Ai-je une bonne raison, sociale, professionnelle ou personnelle, d'aller à cet endroit ?» « Est-ce que j'espère trouver une espèce de substitution du plaisir d'autrefois dans l'ambiance qui règne là ? » Si vous êtes à l'aise avec votre réponse, vous n'avez pas à vous inquiéter. Allez-y ou n'y allez pas, comme bon vous semble. Assurez-vous toutefois que vous êtes spirituellement solide et que vos motifs sont vraiment valables. Ne pensez pas à ce que vous allez retirer de l'événement ; pensez plutôt à ce que vous pouvez y apporter.

Si vous doutez de votre santé spirituelle, vous feriez mieux plutôt d'aller porter secours à un autre alcoolique ! Les Alcooliques Anonymes, pages 93-94

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 77

-------------------------------------------

18 mars - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Lorsqu'un homme vient aux A.A. et apprend qu'il doit passer le reste de sa vie sans prendre d'alcool, il se dit souvent que c'est une solution trop difficile. Alors les A.A. lui disent d'oublier l'avenir et de ne s'en tenir qu'à une journée à la fois. Tout ce que nous avons réellement, c'est le moment présent, maintenant. Nous n'avons ni passé ni avenir. Comme le veut le proverbe : « Hier est disparu, oublie-le ; demain n'arrive jamais, ne t'inquiète pas ; aujourd'hui est ici, agis. » Tout ce que nous avons, c'est le présent. Le passé, c'est de l'eau sous le pont et l'avenir n'arrive jamais. Quand demain sera arrivé, ce sera aujourd'hui. Est-ce que je vis une journée à la fois ?

Méditation du jour
La persistance est nécessaire, si vous voulez avancer dans le domaine spirituel. Par la prière et par la confiance persistantes, fermes et simples, vous fabriquez les trésors de l'esprit. Par l'action persistante, vous pouvez avec le temps obtenir la joie, la paix, l'assurance, la sécurité, la santé, le bonheur et la sérénité. Rien n'est si grand, dans le domaine spirituel, que vous ne puissiez l'obtenir si vous vous y préparez avec persistance.

Prière du jour
Je demande de faire mes exercices spirituels avec persistance chaque jour. Je demande de faire tous mes efforts pour obtenir la paix et la sérénité.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 80

-------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
La façon dont on se parle à soi crée ce qu'on ressent. Combien de fois nous disons-nous que nous sommes affreux, que ce qui arrive est terrible ou que nous devrions être différents, que les circonstances devraient l'être. Cependant nous sommes ce que nous sommes et la vie est ce qu'elle est. L'acceptation de nous-mêmes comme nous sommes et de la vie comme elle est ne vient pas facilement. Continuellement nous luttons pour être ce que nous ne sommes pas et pour rendre les choses extérieures à nous différentes de ce qu'elles sont. Nous utilisons de l'énergie précieuse et nous ne nous sentons pas meilleurs à cause de l'effort investi.

MÉDITATION DU JOUR
Je demande à Dieu de parler de moi-même et de la vie avec plus d'acceptation. Le cadeau que je recevrai est la paix.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Je ferai attention à la manière dont je me parle.

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 18 mars

-------------------------------------------

Le message complet

« C’est un sentiment très spécial pour les dépendants de découvrir qu’il y a d’autres personnes qui partagent leurs difficultés, passées et présentes. » Texte de base, page 69

La richesse de notre rétablissement est trop grande pour la garder pour nous seuls. Certains d'entre nous croient que, lorsque nous parlons dans les réunions, nous devrions « penser au nouveau » et toujours essayer de transmettre un message positif. Il peut cependant arriver que le message le plus positif que nous puissions transmettre soit de dire que nous passons par une période difficile dans notre rétablissement et que, malgré cela, nous demeurons abstinents ! Oui, c'est gratifiant de transmettre aux nouveaux un message rempli d'espoir. Après tout, personne n'aime les pleurnichards. Pourtant, il nous arrive parfois des choses douloureuses, et la vie, telle qu'elle est, peut créer des ondes de choc, même dans le rétablissement d'un membre de longue date de Narcotiques Anonymes. Si nous sommes munis des outils du programme, nous pouvons traverser la tourmente et demeurer abstinents pour le raconter.
Le rétablissement ne se produit pas d'un seul coup ; c'est un processus continu, parfois même un combat. Quand nous diluons l'ensemble de notre message en négligeant de partager les moments difficiles que nous traversons dans notre cheminement, nous ne donnons pas aux nouveaux la chance de voir qu'eux aussi peuvent demeurer abstinents quoi qu'il arrive. Si nous partageons complètement notre message de rétablissement, nous ne saurons peut-être pas qui en profitera, mais nous pouvons être certains que quelqu'un en tirera profit.

Juste pour aujourd'hui, je partagerai honnêtement tant les bons moments que les périodes difficiles de mon rétablissement. Je me rappellerai que mon expérience passée dans l'adversité peut profiter à un autre membre.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 18 mars, page 82

-------------------------------------------

Se tenir sur une jambe pour prouver l'existence de Dieu, c'est bien différent que de s'agenouiller pour Le remercier. Sören Kierkegaard

J'étais que je ne pourrais jamais croire en l'existence de Dieu tant que quelqu'un ne m'en donnerait pas la preuve. Personne ne l'a encore fait, mais le réveil spirituel que je connais chez les OA rend une telle preuve inutile. Remercier Dieu chaque jour m'est aussi nécessaire que de respirer. Même si mon idée de Dieu venait à changer, cela modifierait bien peu ma façon de mettre les Douze Étapes en pratique. Peu importe ma conception de Dieu, je continuerais de tout Lui confier : mes soucis, mes peurs, mes défauts, ma famille, mes amis, le sort de la nation et celui du monde entier. Est-ce à dire que je peux désormais me reposer sur mes lauriers ? Loin de là. En confiant à Dieu les craintes qui me rongent, je suis en mesure d'agir efficacement là où je peux. Je fais ce qui est possible et je laisse Dieu faire l'impossible.

Pensée du jour : Je n'ai pas besoin de preuve de l'existence de Dieu pour Le remercier de m'avoir donné l'abstinence et de m'avoir libéré de la compulsion alimentaire.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 78

-------------------------------------------

« La faiblesse constitue l'étonnant succès de ce programme. C'est la faiblesse et non la force qui lie les membres entre eux et aussi à une Puissance supérieure, et nous donne de façon mystérieuse la capacité de faire ce que nous sommes incapables de faire seuls. Nous avons découvert que les membres OA nous aiment non pas pour notre force, mais pour notre faiblesse et pour notre désir sincère de la partager avec les autres. » Outremangeurs Anonymes, Deuxième édition, page 5

Combien de fois ai-je eu peur de partager mes difficultés avec les autres ou de leur dire que mes anciens défauts avaient refait surface, parce que j'avais honte de ne pas être parfait et de ne pas toujours avoir le dessus ?
Chaque fois que je rassemble le courage nécessaire pour partager ce que je vis, je constate que les autres m'acceptent beaucoup plus volontiers que je ne l'ai jamais fait moi-même. Les membres OA partagent mes victoires et les applaudissent, mais c'est leur capacité à accepter mes faiblesses qui me garde dans la Fraternité.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 18 mars, page 78

-------------------------------------------

Pensée du jour
Lorsqu'un homme arrive à J.A. et apprend qu'il doit passer le reste de sa vie sans jouer, il se dit souvent que c'est une solution trop difficile. Alors les J.A. lui disent d'oublier l'avenir et de ne s'en tenir qu'au moment présent, aujourd'hui. La seule chose que nous possédons est le moment présent, c'est-à-dire maintenant. Nous n'avons ni passé ni avenir. Comme le veut le proverbe : « Hier est disparu, oublie-le ; demain n'arrive jamais, ne t'inquiète pas; aujourd'hui est ici, agis maintenant ». Tout ce que nous possédons, c'est le présent. Le passé n'est pas encore arrivé. Quand demain arrive, c’est aujourd'hui. Est-ce que je vis une journée à la fois ?

Méditation du jour
La persistance est nécessaire si vous voulez avancer dans le domaine spirituel. Par la prière et par la confiance persistantes, fermes et simples, vous fabriquez les trésors de l'esprit. Par l'action persistante, vous pouvez, avec le temps, obtenir la joie, la paix, l'assurance, la sécurité, la santé, le bonheur et la sérénité. Rien n'est trop grand dans le domaine spirituel pour que vous ne puissiez l'obtenir si vous vous y préparez présentement avec patience.

Prière du jour
Je demande de faire mes exercices spirituels avec persistance chaque jour. Je demande de faire tous mes efforts pour obtenir la paix et la sérénité.

Joueurs Anonymes, 18 mars

-------------------------------------------

18 mars

Y'a t'il ton cœur dans ce que tu fais ? Tu ne peux créer le nouveau ciel et la nouvelle terre si ce que tu fais est dépourvu du sceau de l'amour et de la concrétisation. Fais en sorte que tout ce que tu fais soit fait pour Mon honneur et Ma gloire. Alors tu désireras le faire parfaitement. Souviens-toi : ne fais jamais un travail parce qu'il doit être fait. Si telle est ton attitude, alors, avant même de commencer, va t'en seul, recherche la grâce et harmonise toi. Lorsque ton attitude a changé et que tu te sens en paix et en harmonie, alors va et fais-le. Tu verras que lorsque ton attitude est juste, tu seras non seulement capable de la faire parfaitement, mais tu pourras aussi le faire plus rapidement. Plus il y aura d'âmes capables de faire ce qui doit être fait dans le bon esprit, plus vite Mon ciel sera établi sur terre.

La Petite Voix, Eileen Caddy

-------------------------------------------

Pour ceux et celles qui veulent en savoir plus sur les services que nous offrons, visitez notre site : http://www.centredelavie.qc.ca
Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
Au Centre de la Vie n'est pas affilié à aucun groupe d'entraide. Par contre, l'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

-------------------------------------------

18_mars_possible_GBlanchette.jpg