Pensées 02 janvier 2018

Bonjour à toutes et à tous

Pour développer notre patience, plusieurs croient qu'il faut que nous soyons blessés que ce soit volontairement ou non par quelqu’un afin que nous ayons l’occasion de pratiquer notre tolérance. De telles personnes décrites comme siphons d'énergie sont tout de même des enfants et des instruments de Dieu comme nous. Elles viennent dans nos vies pour tester notre résistance d’une manière assez spéciale. Fondamentalement, la patience nous protège de notre propre résistance. La patience permet au temps de faire son temps, et de donner naissance à notre résilience. La résilience, c'est notre capacité d'adaptation, de retourner à un état d'équilibre et d'harmonie après le passage d'une crise mineure.

La tolérance se manifeste en ayant un esprit ouvert à l'égard des opinions et des pratiques qui diffèrent de la nôtre. C'est l'occasion de résister à l'inconfort ou la détresse. La patience supporte avec sérénité la provocation ou les délais et les retards. Être patient ou tolérant est une affaire de pratique. Quotidiennement nous avons l'occasion de pratiquer l'une ou l'autre de ces qualités. Certains jours, nous y réussissons mieux que d'autres souvent en fonction de ce qui se passe dans notre réalité personnelle selon les désirs de notre Ps. Avoir de la compassion et de l'amour pour ce qui se passe dans la réalité personnelle d'une personne est l'expression vivante de la patience et de la tolérance.

Nous perdons souvent notre patience quand nous réagissons à des circonstances qui semblent en dehors de notre contrôle. Remarquons que les circonstances de la vie sont toujours hors de notre contrôle. Bien sûr, le temps est hors de notre contrôle, les catastrophes et les accidents sont hors de notre contrôle. Nous impatienter révèle souvent qu'il y a quelque chose en dessous qui nous chicotte. La peur est souvent la principale cause du comportement de nos impatiences. En réalité, la peur est souvent la principale cause de l'intolérance. Et si notre Puissance supérieure se servait même de cette peur pour nous inviter au changement, à la flexibilité plutôt qu'à la rigidité, à la souplesse plutôt qu'au durcissement, à l'amour qui est un amalgame des deux ?

Nous avons peur de l'inconnu. Nous nous trouvons dans l'incapacité à tolérer quelqu'un dont les croyances sont si différentes que la nôtre. Il nous fait peur alors nous les jugeons. Nous avons peur car nous ne comprenons pas leur réalité. Nous devenons impatients parce que nous avons des points de vue divergents et au lieu d'embrasser cette différence... alors vive la différence ! 'Live and Let Live !' Vivre et laisser vivre ! Être patient et tolérant, c'est une pratique qui s'étend à l'infini dans notre vie consciente. Ça inclut même d'être patient et tolérant envers ceux et celles que nous percevons comme pas patients et intolérants. Et oui, c'est le vieil adage, « lorsque vous pointez votre doigt vers quelqu'un il y a trois doigts qui pointent vers vous. » Si nous sommes en interaction avec de nombreuses personnes qui sont impatients ou intolérants, alors nous pouvons prendre le temps de nous observer pour trouver où nous avons jugé les autres et où nous avons des réactions semblables dans un cadre différent. Grâce à cette pratique de profond regard sur soi, notre Ps nous permet d'acquérir plus de tolérance et de patience. Chacun de nous a une vraie nature qui se nourrit d'amour. Plus nous pensons et agissons comme si nous étions en amour avec la vie et tout le monde qui nous entoure, plus la tolérance et la patience vont devenir évidentes dans toutes nos interactions et dans tous les moments de notre quotidien. Nous sommes tous des êtres humains. Nous avons l'honneur que chaque jour est une occasion d'aimer pleinement. Notre Ps développe en nous notre nature compatissante.

« Nous avons commencé à apprendre ce que sont la tolérance, la patience et la bonne volonté envers nos semblables, même envers nos ennemis, que nous avons vus comme des êtres malades. » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. chap.5 Notre Méthode, page 80 ) Les groupes d’entraide nous apprennent à tirer patience, tolérance ou peu importe ce dont nous avons besoin de notre Puissance supérieure, à surmonter nos difficultés et à sourire malgré tout assez souvent en leur présence. Ils nous ont appris à identifier nos défauts et nos qualités dans ceux et celles que nous reconnaissons chez les autres. Ils nous montrent également comment, en mettant les Étapes en pratique dans une perspective de changement, nous pouvons dépendre humblement de notre Puissance supérieure. Nous cheminons tous ensemble vers le rétablissement.

Sommes-nous comme Louis XIV qui affirmait : « J'ai failli attendre » ? Sommes-nous patients dans la vie ( tant au niveau personnelle que professionnelle) ? Est-ce que nous attendons, non pas lascivement, mais parce que « tout vient à point à qui sait attendre », que les choses viendront naturellement et que pour nous, la patience est une vertu ? Ou au contraire, faisons-nous en sorte de bousculer les choses ou de les provoquer afin d'obtenir ce que nous voulons tout de suite, parce que la patience est un manque de courage ? À son roi, Jean de La Fontaine a répondu : « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. » ( Jean de La Fontaine, Fables : Le Lion et le Rat ) Au fil des épreuves et des expériences de la vie, notre Ps va prendre les moyens pour nous assagir. En vieillissant, nous nous rendons bien compte que le temps nous est compté et qu'en même temps, il nous faut faire confiance au temps. Cela suppose que la vie nous invite à assumer nos responsabilités en son temps et en son heure ! Cela suppose que nous n'avons pas uniquement qu'à regarder passer le train, que nous n'avons pas à reporter au lendemain ce que nous avons à faire en ce jour-même. Cela suppose que nos engagements l'ont été dans le bons sens, et sont dans la bonne direction... celle de Dieu, tel que nous Le concevons. Est-ce que notre Ps nous a fait le cadeau au moins de l'idée de ce que le temps règle beaucoup de problèmes, qu'il solutionne beaucoup de choses ? En outre de faire preuve de patience, nous pouvons aussi Lui faire confiance.

Merci la Vie !!!
Gilles

--------------------------------------------

Rechercher de l'affection et du soutien auprès d'une personne alcoolique peut se comparer à aller chercher du pain à la quincaillerie. Peut-être nous attendons-nous à ce qu'un « bon » père ou une « bonne » mère alimente et soutienne nos sentiments, ou qu'un conjoint « aimant » nous réconforte et nous prenne dans ses bras quand nous avons peur, ou qu'un enfant « attentionné » nous aide quand nous sommes malades ou bouleversés. Bien que ces êtres chers puissent ne pas répondre à nos attentes, ce sont nos attentes et non ceux que nous aimons qui nous déçoivent.
L'amour s'exprime de diverses façons et les gens souffrant d'alcoolisme ne sont peut-être pas capables de l'exprimer comme nous le souhaiterions. Mais nous pouvons essayer de reconnaître l'amour, peu importe quand et comment il est offert. Lorsque l'amour n'est pas démontré, nous n'avons pas à nous en sentir privés ; la plupart d'entre nous trouvons une source intarissable d'amour dans Al-Anon. Grâce à l'encouragement et au soutien des autres membres, nous apprenons à traiter nos besoins comme étant importants et pertinents et à nous traiter en conséquence.

Pensée du jour
Aujourd'hui, l'alcoolique sera peut-être capable ou non de nous donner ce que nous désirons. Et jamais une seule personne ne nous donnera tout ce qu'il nous faut. Si nous cessons de tenir à ce que nos besoins soient comblés selon nos désirs, nous découvrirons peut-être que tout l'amour et le soutien dont nous avons besoin sont déjà à notre portée.

« Dans Al-Anon, je découvre en moi la force de jeter une lumière nouvelle sur une situation apparemment sans espoir. J'apprends que je dois me servir de cette force, non pour changer l'alcoolique sur qui je n'ai aucun pouvoir, mais pour corriger mes propres idées faussées et changer mes propres attitudes. » Al-Anon un jour à la fois

Al-Anon, Le Courage de Changer, 2 janvier, page 2

--------------------------------------------

La Prière de Sérénité a été le premier outil que j'ai utilisé dans mon rétablissement. « Mon Dieu, donnez-moi la sérénité d'accepter les choses que je ne puis changer... » m'a enseigné que je ne peux pas changer le passé, ni ce qu'on m'a fait, ni ce que j'ai fait aux autres. « ... Le courage de changer les choses que je peux... » m'a appris à changer mes attitudes et mes ressentiments, mon apitoiement, et mes peurs. « ... La sagesse d'en connaître la différence » m'a donné l'espoir de pouvoir changer pour le mieux.
Pendant un certain temps, il a été nécessaire que je me tourne vers le passé et que j'en vienne à accepter ce qui m'était arrivé étant jeune. Dans ma famille, le rejet affectif et la négligence étaient fréquents, minimisés, et voilés derrière la négation. Je devais donc faire face à la vérité et sortir de ma propre négation, qui me faisait croire que j'aurais un jour la chance de revivre mon enfance et de me refaire un meilleur passé.
Dans Le Courage de changer, une personne avisée a écrit qu'il est nécessaire de « regarder le passé sans le fixer ». Tant et aussi longtemps que j'ai gardé mon regard fixé sur mon passé sans ressentir les sentiments qui y étaient rattachés, je suis demeuré embourbé dans la peur, le ressentiment et l'apitoiement. J'ai donc continué de déraciner ces défauts qui m'empêchaient d'être serein. Je ne pouvais pas lâcher prise sur quelque chose que je ne possédais pas. Ce n'est que lorsque je me suis arrêté assez longtemps pour ressentir mon angoisse, mon amertume et mon vide intérieur que j'ai pu lâcher prise et aller de l'avant. La Prière de Sérénité m'a aidé à croire que la sérénité, le courage et la sagesse pouvaient être obtenus. Elle a renforcé ma foi en Dieu et elle m'a donné l'espoir d'un avenir meilleur.

Pensée du jour
La Prière de Sérénité peut illuminer ces aspects de moi qui demeurent dans l'ombre de mon passé.

« Et si une situation de crise surgit, ou qu'un problème me déroute, je l'examine à la lumière de la Prière de Sérénité et j’en extrais l'aiguillon avant qu'il ne me blesse. » Al-Anon un jour à la fois, page 65

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 2 janvier, page 2

--------------------------------------------

D'abord les fondations

« L'abstinence est-elle le seul fruit que nous puissions attendre d'un réveil spirituel ? Non, l'abstinence n'est qu'un simple début.» Réflexions de Bill, page 8

Mettre le programme des AA en pratique, c'est construire une maison. Il faut d'abord couler un grand carré de béton épais ; c'est ce que j'ai fait en cessant de boire. Mais il n'est pas très confortable de vivre sur un sol de béton, sans protection contre la chaleur, le froid, le vent et la pluie. J'ai donc construit une première pièce en commençant à mettre le programme en pratique. Cette pièce n'était pas très solide car je n'étais pas habitué à ce travail. Mais avec le temps, à force de pratiquer le mode de vie, j'ai appris à construire de meilleures pièces. Plus j'ai progressé, plus le foyer que j'habite aujourd'hui est devenu confortable et heureux.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, 2 janvier, page 10

--------------------------------------------

Entre les mains de Dieu



En jetant un regard sur le passé, nous constatons que ce qui nous est arrivé au moment où nous avons remis notre sort entre les mains de Dieu était mieux que tout ce que nous avions escompté.

Ma dépression s'est aggravée de manière insupportable et finalement, il m'a semblé que j'avais atteint le fond du gouffre. Dans l'immédiat, ce qui restait de mon entêtement orgueilleux a été écrasé. Tout à coup, j'ai crié : « S'il y a un Dieu, qu'Il se manifeste ! Je suis prêt à tout, à tout ! » Soudain, une forte lumière blanche a éclairé la chambre. Dans mon esprit, il m'a semblé que j'étais sur une montagne et qu'un vent spirituel soufflait. J'ai alors compris que j'étais un homme libre. L'extase s'est dissipée lentement. J'étais étendu sur le lit pendant un temps, j'étais dans un autre monde, un nouveau état de conscience. Autour de moi et en moi, il y avait un merveilleux sentiment de Présence, et j'ai pensé : « C'est donc là le Dieu des prédicateurs ! »

1. Les Alcooliques Anonymes, page 113
2. Le mouvement des AA devient adulte, page 77

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 2

--------------------------------------------

2 janvier - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Qu’est-ce qui rend efficace le programme A.A. ? Je dois d’abord ressentir de la répulsion envers moi-même et envers mon mode de vie. Ensuite je dois admettre mon impuissance devant l'alcool. Vient ensuite le désir sincère de changer de vie. Je dois alors abandonner ma vie à une Puissance supérieure, remettre mon problème de boisson entre Ses mains et le laisser là. Ensuite, je devrais assister aux réunions régulièrement pour fraterniser et partager mon expérience. Je devrais aussi essayer d'aider d'autres alcooliques. Est-ce que je fais toutes ces choses ?



Méditation du jour
L’homme est ainsi fait qu'il peut supporter seulement le poids de vingt-quatre heures, pas plus. Dès qu'il prend sur ses épaules le poids des années passées et des jours futurs, il écrase sous le fardeau. Dieu a promis de nous aider seulement pour le fardeau d'aujourd'hui. Si vous êtes assez sot pour vous charger du fardeau du passé, alors vraiment vous ne pouvez pas vous attendre à ce que Dieu vous aide à le porter. Oubliez donc le passé et appréciez le bienfait de chaque nouveau jour.



Prière du jour
Je demande que Dieu m'aide à comprendre que, pour le meilleur ou pour le pire, le passé est bien disparu. Je demande d'envisager chaque nouvelle journée, les prochaines vingt-quatre heures, avec espoir et courage.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 5

--------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Les Douze Étapes forment un tout. Chacune est bonne en soi, mais nous reculerons si nous ne les mettons pas toutes en pratique dans notre vie. C'est facile de s'engager dans le Programme, d'être enthousiastes, de ne mettre en pratique que quelques étapes et de s'en contenter. Si nous ne faisons pas consciemment le choix de changer notre façon de vivre d'une façon permanente afin d'y inclure toutes les étapes, nous pouvons perdre ce que nous avons gagné. Du moins, nous n'allons pas continuer à progresser et nous n'atteindrons pas la sérénité promise comme résultat de la mise en pratique des Étapes. Il est très tentant d'être satisfait d'avoir réduit la souffrance à un niveau acceptable. Si nous nous arrêtons là, c'est à nous que nous faisons le plus mal, bien que nous puissions aussi blesser les autres. La différence entre la mise en pratique du Programme au complet et l'utilisation de certaines parties seulement est la différence qu'il y a entre la sérénité et le simple fait d'exister.

MÉDITATION DU JOUR
Je demande à Dieu de me rappeler constamment qu'aujourd'hui seulement j'ai un Programme.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Ce programme n'est pas un simple menu dans lequel je choisis ce que je veux, c'est un mode de vie. Je dois donc le mettre en pratique au complet afin d'y puiser tous ses avantages.

Émotifs Anonymes, Aujourd'hui Seulement, 2 janvier

--------------------------------------------

Inspirer profondément et parler à Dieu

« Parfois, en priant, une chose remarquable se produit : nous trouvons le moyen, la façon et l'énergie d'accomplir des tâches bien au-delà de nos capacités. » Texte de base, page 57



Il arrive parfois que l'attitude la plus difficile à acquérir dans notre rétablissement soit de surmonter les désagréments mineurs et les petites frustrations de la vie. Nous sommes confrontés quotidiennement à des inconvénients. Qu'il s'agisse de dénouer les lacets d'un de nos enfants ou de faire la queue au marché, nos journées sont remplies de petites difficultés mineures qu'il nous faut vivre d'une manière ou d'une autre.
Si nous ne sommes pas prudents, nous risquons de nous retrouver en train de nous attaquer à ces difficultés en bousculant tout sur notre passage ou en train de grincer des dents, tout en nous sermonnant sévèrement sur la façon dont nous devrions nous y prendre. Ce sont là des exemples extrêmes d'une mauvaise attitude. Pourtant, même si nous ne sommes pas aussi mauvais, il y a probablement place à l'amélioration.
Chaque fois que la vie nous met face à un contretemps dans nos projets quotidiens, nous pouvons simplement inspirer profondément et en parler à Dieu tel que nous Le concevons. En sachant que nous pouvons tirer patience, tolérance ou peu importe ce dont nous avons besoin de cette Puissance, nous nous apercevons que nous surmontons mieux nos difficultés et que nous sourions plus souvent.

Juste pour aujourd'hui, je respirerai profondément et je parlerai à mon Dieu chaque fois que je me sentirai frustré.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 2 janvier, page 4

--------------------------------------------

Penser à l'année qui commence peut être intimidant car on n'y retrouve rien de connu. Les années qu'on laisse derrière nous sont familières ; elles nous réchauffent des feux qui crépitent dans nos cœurs et leur écho résonne comme notre propre voix. Alexander Smith

Il est plus rassurant d'envisager ce qui est vieux et familier que ce qui est nouveau et inexploré. Qu'est-ce qui m'attend ? Chaque fois que je laisse tomber une de mes vieilles idées, une nouvelle la remplace. Des choses auxquelles je croyais fermement se sont révélées fausses. Parmi celles-ci, la principale est la conviction que si je prends totalement ma vie en main, sans demander d'aide de qui que ce soit, tout ira comme je le souhaite. Or, cela n'a jamais fonctionné. C'est seulement lorsque j'ai renoncé à vouloir maîtriser ma vie que j'ai connu l'abstinence et la paix d'esprit. Tous mes progrès vers la santé mentale et l'équilibre tiennent à ce merveilleux changement d'attitude.

Pensée du jour : Dans mes prières, je demande la bonne volonté de renoncer davantage à mes vieilles croyances erronées, auxquelles je m’accroche comme à des vérités absolues.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd’hui, 2 janvier, page 2

--------------------------------------------

« Le rétablissement est un voyage continu, et la route que nous suivons ensemble est précisément le mode de vie des Étapes. » Les Douze Étapes et les Douze Traditions des Outremangeurs Anonymes, page 152

Auparavant, soit je croyais que j'étais un raté inqualifiable, soit que je me prenais pour un saint. Je me considérais comme un cas désespéré et mes tentatives pour maîtriser mon poids et mon alimentation ne faisaient que me conforter dans cette conviction. Je rêvais d'un changement spectaculaire en moi : je me voyais devenir une personne pleine de compassion, intelligente et bien sûr mince. Or, le problème était que je ne voyais pas comment passer du misérable raté que je croyais être au saint à la silhouette élancée que je voulais devenir. Ainsi, je me suis retiré dans la nourriture et les rêveries. J'avais l'habitude d'imaginer un revirement soudain qui aurait fait de moi une personne différente, comme si on m'avait transformé d'un coup de baguette magique. Mais les OA m'ont appris que le rétablissement nécessite un engagement patient et persévérant à cheminer sur une route merveilleuse mais difficile. Les OA m'ont montré la longue route qui mène à la réussite. Les OA m'ont appris à reconnaître mes défauts. Ils m'ont également montré comment, en mettant les Étapes en pratique dans une perspective de changement, je peux lâcher prise sur ma haine de moi-même et dépendre humblement de ma Puissance supérieure. Je chemine vers le rétablissement grâce aux Douze Étapes des OA.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 2 janvier, page 2

--------------------------------------------

Pensée du jour
Qu'est-ce qui rend le programme J.A. si efficace ? Il me faut ressentir de la répulsion envers mon ancien mode de vie, admettre mon impuissance devant le jeu et être résolu à changer ma manière de vivre. Je dois abandonner ma vie à ma Puissance Supérieure pour ne pas écraser sous le fardeau. Dieu est prêt à nous aider à supporter le fardeau d'aujourd'hui seulement. Si vous êtes assez stupide pour vous charger du fardeau du passé, alors vraiment vous ne pouvez pas vous attendre à ce qu'Il vous aide. Oubliez donc le passé et appréciez les bienfaits de chaque nouvelle journée.

Méditation du jour
L’homme est ainsi fait qu’il peut supporter seulement le poids de vingt-quatre heures, pas plus. Dès qu’il prend sur ses épaules le poids des années passées et des jours futurs, il écrase sous ce fardeau. Dieu, tel que nous le concevons, est prêt à nous aider à supporter le fardeau d’aujourd’hui seulement. Si vous êtes assez stupide pour vous charger du passé, alors vous ne pouvez pas vous attendre à obtenir de l’aide de votre Puissance Supérieure. Oubliez le passé et appréciez les bienfaits de chaque journée.

Prière du jour
Je demande de comprendre que le passé est bien disparu et d'envisager chaque journée avec espoir et courage.

Joueurs anonymes, 02 janvier

--------------------------------------------

2 janvier

Ne t'inquiète pas si tes débuts dans la vie spirituelle sont modestes. Toutes les bonnes choses ont de petits commencements. Le puissant chêne est issu d'un gland minuscule. D'une petite graine surgissent les plantes et les fleurs les plus merveilleuses. Une minuscule graine d'amour peut changer bien des vies. Une minuscule pensée de foi et de croyance peut engendrer merveille sur merveille. Les petites choses croissent et deviennent grandes. Sois reconnaissant pour toutes les petites choses dans la vie ; ensuite, alors qu'elles croissent, tu seras reconnaissant pour chacune d'entre elles, et tu exprimeras ta gratitude par des mots et des actes. Laisse ce qui est au-dedans s'exprimer au-dehors. Souviens-toi toujours qu'un cœur reconnaissant est, un cœur ouvert, et qu'il M'est bien plus facile de travailler dans et à travers un cœur ouvert. Remercie sans cesse pour tout, afin que Je puisse travailler dans et à travers toi tout le temps, et que je puisse faire advenir Mes merveilles et Ma gloire pour que tous les voient !

La Petite Voix, Eileen Caddy

--------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

--------------------------------------------

02 janvier aigiollon Al-Anon.jpg