Pensées 03 janvier 2018

Bonjour à toutes et à tous

Deux moines marchaient côte à côte sur les abords d’une rivière en chemin vers un village en aval (le côté vers lequel le cours d’eau descend) quand un orage éclata, et une crue-éclair a emporté les deux hommes dans la rivière. Un de ces moines fut pris de panique et a tenté de se frayer un chemin pour retourner à la terre ferme, s'est débattu de toutes ses forces et il s'est noyé. L'autre homme s'est rendu compte que le torrent était hors de son contrôle et détendu, il a laissé la rivière le porter. À sa grande surprise, la rivière le déposa sur les rives du village vers lequel il se dirigeait, dans un temps beaucoup plus court qu’il ne l’aurait pris pour marcher. Si vous avez déjà fait du kayak ou du canot, vous savez pourquoi. Le courant est toujours contraire sur le bord de la rivière ou du fleuve, vers l’amont (le côté d’où vient cours d’eau) et au centre de la rivière, le courant plus fort avec la crue va vers l’aval. Je ne sais pas pourquoi nous pouvons donner notre aval, approuver, accorder notre approbation et non notre amont…

« Imaginez la vie sans foi ! Si seule la raison nous était laissée, la vie ne serait pas ce qu’elle est. D’ailleurs nous croyons en la vie, nous y croyions ferme. » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. chap.4 Nous les agnostiques, page 61 ) Lorsque nous rencontrons une situation que nous ne pouvons pas contrôler, nous pouvons alors avoir confiance en notre Être suprême. Quand nous nous battons ou nous résistons, nous avons bien pour un bout l'illusion de contrôle et de pouvoir. Admettre notre impuissance devant notre problème, c'est le premier pas du rétablissement. Les membres des groupes d'entraide nous ont souvent partagé que la souffrance avait été le point de départ de tout leur progrès spirituel, qu'il a fallu qu'ils connaissent la souffrance de la dépendance et / ou de la codépendance avant la joie de l'abstinence, et le bouleversement émotif avant la sérénité. Le mieux-être se manifeste aujourd'hui dans bien des domaines de notre vie : travail, apprentissages et éducation, sécurité financière, vie familiale, logement, participation à la société, loisirs, santé, sécurité et environnement.

Avons-nous un contrôle réel sur notre sentiment de bonheur ? Non ! Pouvons-nous nous faire croître que nous éprouvons ce sentiment et le maintenir avec les années ? Se servant des grands penseurs de l'humanité, de Confucius à Aristote en passant par saint Thomas d'Aquin, la psychologie moderne a identifié des vertus fondamentales qui, lorsqu'elles sont vécues fréquemment, nourrissent et entretiennent le bonheur. Ces qualités fondamentales sont la sagesse et la connaissance, le courage, l'amour de l'humanité, la justice, la tempérance et la spiritualité.

Le bonheur véritable se confond-il avec le mieux-être ? Le plaisir est une sorte de surplus gracieux qui parachève le mieux-être. Le plaisir ne peut constituer le désir suprême en vertu de sa nature ponctuelle et éphémère. L'hédonisme est une doctrine philosophique selon laquelle la recherche du plaisir et l'évitement du déplaisir constituent des impératifs catégoriques et primordiaux. C'est la recherche du plaisir au dessus de toutes autres valeurs. Qu'est-ce qui nous pousse vers l'hédonisme? C'est notre besoin immense d'apprécier, de trouver satisfaction dans la sensualité et la sexualité, et c'est aussi le besoin presque aussi grand d'être apprécié, de se savoir estimé par au moins une personne que nous estimons en retour. « La façon dont tu traites les autres est un reflet direct de la façon dont tu te sens envers toi-même. ( Paulo Coelho )

Le véritable mieux-être signifie pour nous de nous réveiller ce matin avec le sentiment frais et joyeux que nous donne l'abstinence de la veille et du moment présent. Le véritable mieux-être, c'est aussi toutes ces petites occasions de remercier notre Ps (ou Dieu tel que nous l'entendons) comme celles de partager notre vie avec une âme compagne, d'entendre les oiseaux chanter, d'aller marcher en raquettes dans un petit boisé, de respirer consciemment le doux souffle de la vie, d'être transportés par la beauté de la nature, d'aimer le moment présent, de nous aimer nous-mêmes, d'aimer les gens qui nous entourent et d'être toujours reconnaissants de la vie qui nous habite.

Voyez ce vidéo, cette pub et devinez de quoi il s’agit… indice : C’est une façon de voir la Vie qui nous habite et qui chante en nous… http://www.angelfire.com/ak2/intelligencerreport/stethoscope.html

Merci la Vie !!!
Gilles

---------------------------------------------

J'écris l'histoire de ma vie avec chaque aujourd'hui, sans exception. Est-ce que je vais dans la bonne direction ? Si tel n'est pas le cas, peut-être ai-je besoin d'effectuer certains changements. Je ne peux rien faire pour changer le passé, sauf cesser de le répéter dans le présent. L'assistance aux réunions Al-Anon et la pratique des principes du programme sont quelques-uns des moyens que j'utilise déjà pour rompre avec mes anciennes habitudes malsaines et peu satisfaisantes.
Je crois que ma vie est construite sur des couches de réalisations de tous les jours. Quand je pense de cette façon, me fixer des buts et prendre de petits risques ne sont rien de plus qu'un effort quotidien pour améliorer ma vie. Poser chaque jour de petits gestes peut s'avérer beaucoup plus efficace que des semaines et des mois d'inactivité, suivis de tentatives frénétiques effectuer des changements radicaux du jour au lendemain. Cela me donne certainement plus de sérénité. Lorsque je fais face à un nouveau défi, de commencer là où j'en suis et de passer à l'action à partir de là.

Pensée du jour
Personne ne peut me faire changer. Personne ne peut m'empêcher de changer. Personne ne sait vraiment de quelle façon je dois changer, pas même moi. Pas avant que je ne commence. Je me souviendrai qu'il ne faut qu'un minuscule changement de direction pour commencer à changer ma vie.

« Le voyage le plus long commence par un premier pas. » Lao-tseu

Al-Anon, Le Courage de Changer, 3 janvier , page 3

---------------------------------------------

Ce n'est pas ma faute si mes parents et ceux que j'aime sont alcooliques. Ce n'est pas leur faute non plus. L’alcoolisme n'est pas une faute, c'est une maladie. Dans Al-Anon, je peux me rétablir des conséquences de ce mal familial.
Probablement que je ne pourrai jamais complètement effacer les conséquences de l'alcoolisme dans ma vie, mais je peux cesser de leur permettre de m'affecter. Al-Anon m'offre les outils et la direction dont j'avais besoin étant enfant, mais que je n'ai jamais obtenus parce que mes parents souffraient d'une maladie dévastatrice. Les Étapes, les Traditions, les slogans, le parrainage et le service m'offrent de nouvelles balises qui me guident intérieurement ainsi que dans ma relation avec ma Puissance Supérieure. Chaque minute, chaque heure, chaque jour, je souris un peu plus, je lâche prise un peu plus face au passé, et je vis un peu plus le moment présent. Chaque moment devient celui que j'ai toujours attendu. Chaque journée devient une précieuse collection d'occasions de me voir tel que je suis vraiment, enfant d'une Puissance Supérieure aimante.
Avec l'espoir et l'aide que j'ai trouvés dans Al-Anon, je peux devenir la personne que j'ai toujours rêvé d'être. Aujourd'hui, je suis libre de tout recommencer. Je fais cela à pas de bébé, « Un jour à la fois ». Je peux accepter que « Ça commence par moi » et « Ne pas compliquer les choses ». Tout ce que j'ai à faire, c'est de commencer quelque part en utilisant un Slogan, en lisant la documentation approuvée par la Conférence à propos d'une Étape, ou en priant et en méditant en vue d'approfondir ma relation avec ma Puissance Supérieure.

Pensée du jour
Al-Anon m'aide à naviguer dans la vie avec aise, dignité, et espoir. Aujourd'hui, je partagerai mon espoir avec d'autres.

« Pour moi, mettre le programme en pratique signifie que je choisis un des outils d'Al-Anon — un slogan, une Étape, la Prière de Sérénité, la liste des numéros de téléphone, ma marraine ou mon parrain — et que je m'en sers dans ma vie. » De la survie ou rétablissement, page 107

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 3 janvier, page 3

---------------------------------------------

L'impuissance

« Nous avons admis que nous étions impuissants devant l'alcool — que nous avions perdu la maîtrise de nos vies.» Les Douze Étapes et les Douze Traditions, page 23

La toute première Étape ne mentionne pas l'impuissance par hasard. Admettre son impuissance devant l'alcool, c'est faire le premier pas sur la voie du rétablissement. J'ai appris que je n'ai pas le pouvoir et la maîtrise que j'ai déjà cru posséder.
Je ne contrôle ni l'opinion que les gens se font de ni l'autobus que je viens de rater, ni la manière dont les autres mettent (ou ne mettent pas) les Étapes en pratique. Par contre, j'ai aussi appris qu'il y a certaines choses devant lesquelles je ne suis pas impuissant. Je ne suis pas impuissant devant mes attitudes. Je ne suis pas sans pouvoir sur mon esprit négatif. Je ne suis pas impuissant lorsqu'il s'agit d'assumer la responsabilité de mon rétablissement. J'ai le pouvoir d'exercer une influence positive sur moi-même, sur ceux que j'aime et sur le monde dans lequel je vis.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, 3 janvier, page 11

---------------------------------------------

Souffrance et progrès



« Il y a bien des années, je compatissais l'habitude à la souffrance de tous. Aujourd'hui, je ne sympathise qu'avec ceux qui souffrent sans savoir pourquoi, ceux qui ne comprennent pas le but et l'utilité ultime de la souffrance. »

Quelqu'un un jour faisait observer que la souffrance est le point de départ de tout progrès spirituel. Comme il est facile pour nous, les AA, de dire que c'est vrai. En effet, nous savons qu'il nous a fallu connaître la souffrance de l'alcoolisme avant la sobriété, et le bouleversement émotif avant la sérénité.

« Que ta foi soit plus profonde. Tourne-toi vers la Lumière, même si tu ne la vois pas en ce moment. »

1. Lettre, 1950
2. Les Douze Étapes et les Douze Traditions, pages 106-107
3. Lettre, 1950

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 3

---------------------------------------------

3 janvier - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Lorsque je suis entré dans le mouvement A.A. j'ai appris ce qu'est un alcoolique ; je me suis alors appliqué cette connaissance à moi-même pour voir si j'étais un alcoolique. Quand je fus convaincu que j'en étais un, je l'admis ouvertement. Depuis lors, ai-je appris à vivre en conséquence ? Ai-je lu le volume « Alcooliques Anonymes »? Me suis-je appliqué à moi-même les connaissances ainsi acquises ? Ai-je admis ouvertement que je suis un alcoolique ? Suis-je prêt à l'admettre chaque fois que je peux aider quelqu'un ?

Méditation du jour
Je serai transformé. J'aurai une nouvelle vie. Pour cela j'ai besoin de l'aide de Dieu, Son Esprit descendra en moi et, en ce faisant, il fera disparaître toute l'amertume de mon passé. Je trouverai le courage nécessaire. J'avancerai dans la bonne voie. Chaque jour produira quelque chose de bon, aussi longtemps que j'essaierai de vivre comme je crois que Dieu veut que je vive.

Prière du jour
Je demande à Dieu qu'Il m'instruise comme on instruit un petit enfant. Je demande qu'il me soit accordé de ne jamais mettre en doute les plans de Dieu, mais de les accepter avec joie.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 6

---------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Aucune machine ne peut durer longtemps sans un entretien périodique. Une partie de cet entretien peut se faire quand la machine est en activité : huilage, mise au point, nettoyage. D'autres types d'entretien demandent « un temps d'arrêt ». Dans la mise en pratique du Programme, certaines étapes sont des étapes « actives » et d'autres nécessitent le plus souvent un « temps d'arrêt ». Les Étapes 1, 2, 3, 10 et 12 sont importantes dans l'entretien de notre mode de fonctionnement. Les Étapes 4 à 9 exigent un temps d'arrêt. La Onzième Étape est une sorte de pont entre l'activité et la réflexion et nous aide à savoir quand un temps d'arrêt est nécessaire.

MÉDITATION DU JOUR
Je demande à Dieu d'avoir assez de recul par rapport à ce que je vis pour savoir quand j'ai besoin d'un temps d'arrêt. Je lui demande aussi de planifier un certain temps d'arrêt dans un avenir rapproché afin d'y effectuer un entretien préventif important pour la mise en pratique de mon Programme.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Je ne peux pas me permettre d'oublier de prendre des temps d'arrêt périodiques.

Émotifs Anonymes, Aujourd'hui Seulement, 3 janvier

---------------------------------------------

Notre plus grand besoin

« Finalement, nous redéfinissons nos croyances et notre compréhension jusqu'à ce que nous constations que notre plus grand besoin est de connaître la volonté de Dieu à notre égard et d'obtenir la force de l'exécuter. » Texte de base, page 59



Quand nous sommes arrivés à N.A., nous avions toutes sortes d'idées de ce qu'il nous fallait. Certains d'entre nous visaient l'accumulation de biens personnels. Nous croyions que le rétablissement était équivalent à la réussite extérieure, mais le rétablissement n'est pas équivalent à la réussite. Aujourd'hui, nous croyons que notre plus grand besoin est d'être fortifié et guidé spirituellement. Le plus grand dommage que nous ait causé notre dépendance fut celui fait à notre spiritualité. Notre maladie nous dictait notre principale motivation : se procurer de la drogue, en consommer et chercher les moyens pour en obtenir davantage. Asservis à notre besoin irrépressible de drogue, notre vie était sans but et déconnectée. Nous étions spirituellement ruinés.
Tôt ou tard, nous réalisons que notre plus grand besoin dans le rétablissement est « de connaître la volonté de Dieu à notre égard et d'obtenir la force de l'exécuter ». C'est là que nous trouvons la direction et le sens de la vie que notre dépendance nous cachait. C'est dans l'accomplissement de la volonté de Dieu que nous nous libérons de notre propre volonté. N'étant plus uniquement dirigés par nos propres besoins, nous sommes libres de vivre sur un pied d'égalité avec les autres.
La réussite extérieure n'a rien de mal. Mais sans le lien spirituel du programme N.A., le plus grand besoin de notre rétablissement reste insatisfait, aussi grande que puisse être notre « réussite ».

Juste pour aujourd'hui, je chercherai à répondre à mon plus grand besoin : un lien vital avec un Dieu tel que je Le conçois qui me guide.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 3 janvier, page 5

---------------------------------------------

Un grand espoir donne beaucoup plus envie de vivre que n'importe quel bonheur concrétisé. Friedrich Nietzsche

Les outremangeurs compulsifs qui se rétablissent chez les OA ont raison de croire en la puissance de l'espoir. En effet, celui-ci constitue l'aspect positif de la maladie, la force vitale qui nous soutient et nous incite à persévérer. C'est l'espoir qui m'a conduit chez les Outremangeurs Anonymes. J'avais besoin de croire que j'avais en moi le pouvoir de changer, de grandir.
Désormais, je tire ma joie d'un espoir sans cesse renouvelé. Dès que je règle un problème, j'ai l'espoir d'en résoudre un autre encore plus difficile. Lorsque je désespère de trouver une solution, la réponse m'apparaît.

Pensée du jour : L'admission de ma défaite me procure un grand espoir, tout comme la renonciation à mes efforts insensés pour maîtriser des situations qu'il ne m'appartient pas de maîtriser.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 3

---------------------------------------------

« C'est dans l'équilibre physique et psychique de l'abstinence que l'on trouve le vrai confort. Celui-ci est si intense, si pur qu'il vaut la peine que je passe à travers maintes difficultés ou souffrances pour y arriver. » Aujourd'hui, page 253

Au début de mon abstinence, j'ai traversé une période difficile quand je me suis mise à ressentir la souffrance que j'avais enfouie sous la nourriture et sous mon excès de poids. Je la vivais surtout la nuit, lorsque les maux du passé refaisaient surface : c'est alors que montaient la terreur, les regrets et une tristesse incommensurable. J'ai exorcisé ces fantômes à l'aide de mes amis OA et des Douze Étapes. Je me suis beaucoup servie de l'écriture et du téléphone. J'ai bénéficié d'un soutien incroyable. J'ai tellement de gratitude ! Aujourd'hui, le véritable bien-être signifie pour moi me réveiller avec le sentiment frais et joyeux que me donne mon abstinence de la veille. Le véritable bien-être, c'est aussi :
Entendre les oiseaux chanter ;
Respirer le doux souffle de la vie ;
Être transportée par la beauté de la nature ;
Aimer le moment présent ;
Aimer les gens qui m'entourent ;
Être toujours reconnaissante.
L’abstinence est quelque chose de si profond, si pur et si satisfaisant que je ne l'échangerais pour rien au monde.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 3 janvier, page 3

---------------------------------------------

Pensée du jour
Lorsque je suis entré dans le mouvement, j'ai appris ce qu'était un joueur et j'ai constaté que j'en étais un; je l'ai finalement admis ouvertement. Depuis lors, j'ai appris à vivre en conséquence. J'ai lu la documentation des J.A. et j'ai mis en pratique les connaissances acquises par ces lectures. Je suis maintenant convaincu que je devrai toujours me méfier du jeu. Suis-je prêt à l'admettre à chaque fois que je peux aider un autre joueur?

Méditation du jour
Je serai transformé et je vivrai une vie meilleure. Pour cela j'ai besoin de l'aide de ma Puissance Supérieure. Son Esprit descendra en moi et, en ce faisant, il fera disparaître toute l'amertume que me cause mon passé. Je trouverai le courage nécessaire à mon rétablissement et avancerai dans la bonne direction. Chaque jour produira quelque chose de bon aussi longtemps que j'essaierai de vivre comme je crois que ma Puissance Divine veut que je vive.

Prière du jour
Je demande à ma Puissance Divine de m'instruire comme on instruit un petit enfant. Je demande qu'il me soit accordé de ne jamais mettre en doute Ses plans et de les accepter avec joie.

Joueurs Anonymes, 03 janvier

---------------------------------------------

3 janvier

Lorsque tu aimes, que ce soit de tout ton cœur. Ne crains jamais de montrer ton amour. Que ton amour soit comme un livre ouvert que toutes les âmes puissent lire. C'est la chose la plus merveilleuse au monde, alors laisse cet amour divin au-dedans de toi couler librement. L'amour n'est pas aveugle, mais il voit le meilleur chez l'être aimé, et ainsi il fait émerger le meilleur. Ne choisis jamais qui tu vas aimer. Garde simplement ton cœur ouvert et fais couler sans cesse l'amour de la même manière vers toutes les âmes. Faire ainsi est aimer de Mon amour divin. Il est comme le soleil et brille sur tous sans distinction. L'amour ne devrait jamais être ouvert ou fermé comme un robinet. L'amour n'est jamais exclusif, jamais possessif. Plus tu es désireux de le partager, plus il devient grand. Retiens-le et tu le perdras. Laisse-le aller, et il te revient multiplié par mille et devient une joie et une bénédiction pour tous ceux qui le partagent.

La Petite Voix, Eileen Caddy

---------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

---------------------------------------------

03 janvier traiter les autres PCoelho.jpg