Pensées 04 janvier 2018

Bonjour à toutes et à tous

Tout un chacun, nous aspirons à un état d'amour, de santé, de paix et de sérénité. C’est ce que nous nous avons souhaité mutuellement et le plus souvent durant cette période des Fêtes qui est déjà terminée pour certains d’entre nous. Il y a déjà quelques sapins qui dorment sur la rue. Nos voisins ont déjà ramassé leurs décorations. Dans le calendrier grégorien, Noël est seulement le 6 janvier. L’état de paix et de sérénité aussi salvateur qu'il soit que nous avons souhaité à ceux et celles que nous aimons ne peut être que temporaire, se limitant bien souvent qu'à notre moment présent. La sérénité exprime et manifeste le calme profond de l’être soustrait à l'état passager de crise ou de chaos même présent par moments, loin des perturbations émotionnelles qui étaient au menu quotidien de notre passé. La sérénité n'est pas un état d’insensibilité au monde ambiant, évident chez certains dépendants et chez certains codépendants qui ne sont pas en rétablissement.

« Nous comprendrons le sens du mot sérénité et nous connaîtrons la paix. Si profonde, qu'ait été notre déchéance, nous verrons comment notre expérience peut profiter aux autres. » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. Chap. 6 À l'oeuvre, page 94 ) L’état de sérénité libère du brouillard produit par les souvenirs et notre mémoire, ne laisse pas de place dans notre esprit pour la critique, le sarcasme — qui ne sert souvent qu'à nuire et à blesser — et l’orgueil, ce puissant mirage de confiance en soi — qui exile tout être de la flamme et l’amour. Unis par le cœur et par le rétablissement, nous baignons tous ensemble en paix dans la sérénité… dans l'amour et la santé… si telle est Sa volonté.

Grâce à notre Puissance supérieure qui nous accepte totalement et nous permet d'être exactement ce que nous sommes en ce moment, nous ressentons cet apaisement et cette quiétude. « Honorer la paix et la sérénité en nous » signifie humblement remercier Dieu de s'occuper de nous puisqu'Il comble tous nos besoins.

« Un homme en quête de sens priait quand l'infirme, le clochard et le vaincu passèrent près de lui. En les voyant, le saint homme plongea dans une profonde prière et dit : « Mon Dieu, comment un créateur aimant peut-il voir ces choses sans rien faire ? » Et après un long silence, Dieu répondit : « J’ai fait quelque chose, je t’ai fait, toi ». ( enseignement Soufi ) Et voilà en quoi notre expérience peut profiter aux autres qui souffrent encore ou bien sûr, être juste là comme un enseignement pour nous aujourd’hui qu’Il nous incitera à partager un jour à une autre personne qui en aura besoin alors.

Merci la Vie !!!
Gilles

--------------------------------------------

Au début, quand j'ai découvert Al-Anon, j'étais seul et désespéré. J'aspirais à la sérénité que possédaient de façon tellement évidente les autres personnes qui assistaient aux réunions. Quand les membres parlaient des outils du programme qui avaient été efficaces pour eux, j'écoutais très attentivement.
Voici ce que j'ai entendu : Assiste aux réunions et exprime tes sentiments quand tu le peux ; mets toutes les Étapes en pratique, mais ne les entreprends pas toutes en même temps — commence par la Première Étape, choisis-toi un parrain ou une marraine, lis un peu de documentation Al-Anon tous les jours ; téléphone aux membres entre les réunions pour demander de l'aide. Graduellement, j'ai mis en pratique chacune de ces suggestions et j'ai commencé à constater de réels changements dans ma vie. J'ai commencé à croire que ma vie était plus qu'une suite de journées pénibles auxquelles il fallait survivre. J'avais maintenant des ressources pour m'aider à faire face aux situations, même les plus difficiles. J'en suis venu à voir qu'avec l'aide de ma Puissance Supérieure, je pouvais surmonter tout ce qui se présentait et même progresser à travers cela. Avec le temps, les outils et les principes du programme m'ont aidé à acquérir cette sérénité que je désirais depuis longtemps.

Pensée du jour
Al-Anon me donne les outils dont je peux me servir pour atteindre de nombreux buts, dont la sérénité, l'équilibre mental et le détachement avec amour. Et les membres Al-Anon qui partagent leur expérience, leur force et leur espoir me montrent comment mettre ces outils à l'œuvre dans ma vie.

« Une vigilance quotidienne s'avérera un faible prix à payer pour ma tranquillité d'esprit. » Un dilemme : le mariage avec un alcoolique

Al-Anon, Le Courage de Changer, 4 janvier, page 4

--------------------------------------------

Première Étape : « Nous avons admis que nous étions impuissants devant l'alcool — que notre vie était devenue incontrôlable. »

Ce que je n'admets pas dans la Première Étape est tout aussi important que ce que j'admets. Je n'admets pas que je ne vaille rien. Je peux me sentir comme un raté, mais j'ai appris dans ce programme que les sentiments ne sont pas des faits. Si je m'arrête pour réfléchir, je réalise que je ne suis en rien diminué lorsque j'admets mon impuissance devant l'alcool. En réalité, et d'une manière essentielle, je rejoins les rangs de l'humanité puisque nous sommes tous impuissants devant quelque chose à un moment ou un autre.
Lorsque j'admets que ma vie est incontrôlable, je n'admets pas que je suis une mauvaise personne. Parce que j'essayais de maintenir l'illusion que j'avais du pouvoir alors que j'étais impuissant, ma vie est devenue incontrôlable. Toutefois, même si j'ai temporairement perdu le contrôle de ma vie, je n'ai rien fait de criminel. Je n'ai qu'à mettre la Première Étape en pratique pour commencer à retrouver ma sérénité.

Pensée du jour
La Première Étape m'encourage à bâtir ma vie dans une perspective plus équilibrée.

« Lorsque nous comprenons que l'alcoolisme est une maladie et que nous nous rendons compte que nous sommes impuissants devant elle, de même que devant les autres êtres humains, nous sommes prêts à faire quelque chose d'utile et de constructif de notre propre vie. » L'alcoolisme, un mal familial, page 3

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 4 janvier, page 4

--------------------------------------------

Partout où je suis

« Nous croyons que d'arrêter de boire n'est que le début. Il est encore plus important de mettre nos principes à l'œuvre dans nos propres foyers, dans nos activités et notre travail. » Les Alcooliques Anonymes, page 22

Il m'est habituellement assez facile d'être aimable avec mes frères et sœurs AA. Tout en travaillant au maintien de ma sobriété, je célèbre en leur compagnie notre délivrance commune de l'enfer de l'alcool. Souvent, il n'est pas si difficile de répandre la bonne nouvelle parmi mes amis, anciens et nouveaux, dans le mouvement.
À la maison et au travail, par contre, c'est parfois une tout autre histoire. C'est là que surgissent des situations où les petites frustrations quotidiennes sont les plus évidentes et où il peut être difficile de sourire, de dire un mot gentil ou de prêter une oreille attentive. C'est à l'extérieur des salles de réunion AA que je subis le véritable test d'efficacité de ma pratique des Douze Étapes.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, 4 janvier, page 12

--------------------------------------------

La faculté de choisir



Nous ne devons jamais accepter aveuglement cette vaine philosophie qui fait de nous les infortunées victimes de notre hérédité, des circonstances de notre vie et de notre milieu — que ces seuls facteurs décident à notre place. Ce n'est pas la route de la liberté. Nous devons croire que nous avons vraiment le choix.

« Alcooliques actifs, nous n'étions plus capables de choisir entre boire et ne pas boire. Nous étions victimes d'une force compulsive qui semblait décréter que nous devions continuer de nous détruire. « Pourtant, nous avons finalement fait un choix qui a entraîné notre rétablissement. Nous en sommes venus à croire que seuls, nous étions impuissants devant l'alcool. Ce fut vraiment un choix, un choix très difficile. Nous en sommes venus à croire qu'une Puissance supérieure pouvait nous rendre la raison lorsque nous avons accepté de pratiquer les Douze Étapes des AA. « Bref, nous avons choisi 'de devenir prêts' et jamais n'avons-nous fait un meilleur choix. »

1. Grapevine, novembre 1960
2. Lettre, 1966

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 4

--------------------------------------------

4 janvier - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Ai-je admis que je suis un alcoolique ? Ai-je mis mon orgueil de côté et admis que je suis différent des buveurs ordinaires ? Ai-je accepté le fait que je dois passer le reste de ma vie sans prendre d’alcool ? Ai-je gardé certaines restrictions, une certaine idée secrète qui me laisse croire qu'un jour je pourrai boire sans danger ? Suis-je absolument honnête avec moi-même et ai-je admis le tort que j'ai causé ? Ai-je avoué mes torts à mes amis ? Ai-je essayé de m'excuser auprès d'eux pour ma mauvaise conduite envers eux ?

Méditation du jour
Je croirai que fondamentalement tout est pour le mieux. Les choses tourneront bien pour moi. Je crois que Dieu m'aime et qu'Il pourvoira à mes besoins. Je n'essaierai pas de faire des projets pour l'avenir. Je sais que le chemin me sera indiqué petit à petit. Je laisserai les soucis du lendemain à Dieu parce que je sais qu'Il y verra à ma place. Il me demande de porter seulement mon fardeau d'une seule journée.

Prière du jour
Je demande de ne pas essayer de porter tous les fardeaux du monde sur mes épaules. Je demande d'être satisfait de faire ma part chaque jour.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 7

--------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Quel soulagement de ne plus me blâmer de ne pas réussir à faire l'impossible : me changer ! Je me sens mieux lorsque je dis « je ne peux pas ». Admettre mon impuissance, comme la Première Étape m'y invite, me libère de cette corvée pénible d'être responsable du monde entier et de chaque personne. J'ai un pouvoir, une Puissance supérieure. Elle me soutient dans les changements pour améliorer ma vie afin de devenir une meilleure personne. Elle me guide afin que j'admette mon impuissance face aux événements et face aux autres.

MÉDITATION DU JOUR
Aide-moi à prendre conscience que Ta volonté, pour moi et les autres, est plus sage que la mienne.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
L'impuissance n'est pas de la faiblesse: c'est la réalité.

Émotifs Anonymes, Aujourd'hui Seulement, 4 janvier

--------------------------------------------

L’amour de la Fraternité

« Aujourd'hui, en sécurité dans l'amour de la Fraternité, nous pouvons enfin regarder un autre être humain dans les yeux et être reconnaissants pour ce que nous sommes. » Texte de base, page 113

Lorsque nous consommions, peu d'entre nous pouvaient supporter de regarder quelqu'un dans les yeux — nous avions honte de ce que nous étions. Notre esprit n'était pas habité par quoi que ce soit de convenable ou de sain, et nous le savions. Notre argent, notre temps et notre énergie n'étaient pas consacrés à construire des relations d'amour et de partage avec les autres, ou nous ne cherchions pas à améliorer notre communauté. Nous étions prisonniers d'un tourbillon d'obsession et de compulsion qui n'allait que dans une direction : plus bas.
Dans le rétablissement, notre descente dans ce tourbillon a été coupée net. Mais qu'est-ce qui nous a détournés de cette dégringolade et nous a fait remonter à l'air libre ? L'amour de la Fraternité. Nous savions qu'en compagnie d'autres dépendants nous ne pouvions pas être rejetés. L'exemple d'autres dépendants nous a montré comment jouer un rôle positif autour de nous. Si nous ne savions pas de quel côté nous tourner, si nous trébuchIons, s'il fallait réparer un tort que nous avions causé, nous savions que les autres membres étaient là pour nous encourager.
Doucement, nous avons acquis le sentiment de notre liberté. Nous ne sommes plus enfermés dans notre maladie ; nous sommes libres de construire, de grandir et de partager avec tous les autres. Et, lorsque nous avons besoin de soutien pour franchir la prochaine étape, il est là. La sécurité que nous avons trouvée dans l'amour de la Fraternité a rendu possible notre nouvelle vie.

Juste pour aujourd'hui, je pourrai regarder n'importe qui dans les yeux, sans honte. Je serai reconnaissant du soutien chaleureux qui a rendu cela possible.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 4 janvier, page 6

--------------------------------------------

Être vivant est source de Pouvoir. L'existence comme telle recèle assez de toute-puissance ; En soi, elle est suffisante. Emily Dickinson

Je suis vivant. Je peux faire tout ce que je veux de cette réalité. Je n'ai pas besoin de conditions particulières pour profiter de cette source de pouvoir. Tout ce que j'ai à faire c'est de vivre maintenant. Cela suffit. Il y aura peut-être de la vie dans l'avenir, il y en a certainement eu dans le passé, mais mes assises sont dans le présent. C'est aujourd'hui que le passé prend tout son sens et que se façonne l'avenir. Lorsque je regarder loin devant et que je planifie ma vie future, je gaspille la puissance du moment présent. Par ailleurs, lorsque je m'accroche au passé, que j'en déforme les événements et que j'en dénature le souvenir, je suis injuste aussi bien face au passé qu'au présent. Je suis reconnaissant que mon passé m'ait conduit jusqu'à mon présent, où j'apprends à mettre toutes mes énergies et tout mon cœur à vivre.

Pensée du jour : Je jouis du pouvoir d'être en vie et je rends grâce à Dieu, car je n'ai pas peur d'exercer pleinement ce pouvoir aujourd'hui.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 4

--------------------------------------------

« Mon Dieu, donnez-moi la sérénité d'accepter... » La Prière de la sérénité

Suis-je capable d'accepter les vicissitudes de la vie, la folie, l'alternance des surprises et des déceptions ? Est-il possible d'accepter chaque moment de chaque jour exactement tel qu'il est et de lui permettre d'être ainsi ? Puis-je permettre à chaque personne que je rencontre d'être exactement telle qu'elle est dans le moment présent ?
Oui, je le peux, grâce à ma Puissance supérieure qui m'accepte totalement et me permet d'être exactement comme je suis en ce moment. Dans mon nouvel état d'acceptation, je ressens une paix et une sérénité que je ne pourrais décrire.
La sérénité signifie savoir et accepter que Dieu est responsable de moi.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 4 janvier, page 4

--------------------------------------------

Pensée du jour
Ai-je finalement admis que je suis un joueur ? Ai-je mis mon orgueil de côté et admis que je suis différent des joueurs non compulsifs? Ai-je accepté le fait que je doive passer le reste de ma vie sans jouer ? Ai-je gardé certaines restrictions ou une certaine idée inconsciente qui me laisse croire qu'un jour je pourrai jouer sans danger ? Suis-je rigoureusement honnête avec moi-même et ai-je admis le tort que j'ai causé? Ai-je avoué mes torts à mes amis ? Ai-je tenté de m'excuser pour ma mauvaise conduite envers eux ?

Méditation du jour
Je croirai que, fondamentalement, tout est pour le mieux. Les choses tourneront bien si je suis assuré que Dieu m'aime et qu'Il pourvoira à mes besoins. Je n'essaierai pas de faire des projets pour l'avenir, car je sais maintenant que le chemin me sera indiqué petit à petit. Je Lui laisserai les soucis du lendemain parce que je sais qu'Il y verra à ma place. Il me demande de porter seulement le fardeau d'une seule journée.

Prière du jour
Je demande de ne pas essayer de porter tous les fardeaux du monde sur mes épaules. Je demande d'être satisfait de faire de mon mieux à chaque jour.

Joueurs Anonymes, 04 janvier

--------------------------------------------

4 janvier

Que signifie pour toi vivre par la foi ? Où se trouve ta sécurité ? Est-elle dans les personnes ? Dans ton compte en banque ? Ou est-elle fermement enracinée et établie en Moi, le Seigneur ton Dieu, la divinité en toi ? Prends du temps pour y réfléchir, et tu sauras sans l'ombre d'un doute où ta foi et ta sécurité reposent exactement. Peux-tu joyeusement et sans peur faire un grand pas dans ta vie sans sécurité extérieure apparente ? Quand tu sais que quelque chose est juste, peux-tu le faire sans hésitation ? Peux-tu mettre ta main dans la Mienne avec confiance et dire : « Que Ta volonté soit faite », le penser de tout ton cœur et de toute ton âme, et faire ce pas dans l'inconnu, prêt à tout accepter quoi qu'il arrive ? La seule manière de construire la foi est de faire des petits pas, même hésitants et puis de plus grands jusqu'à ce que ta foi soit si forte qu'il te soit possible de faire de grands bonds dans l'inconnu parce que tu sais que JE SUIS avec toi, toujours.

La Petite Voix, Eileen Caddy

--------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

--------------------------------------------

04 janvier Je t'ai fait, toi Ens soufi.jpg