Pensées 05 janvier 2018

Bonjour à toutes et à tous

Martin Luther a dit : « Celui qui a Dieu comme compagnon de route dans sa vie, rencontre toujours des hommes qui s'en rendent compte sans qu'il en parle.» Nous rencontrons souvent des personnes qui sont une incarnation de Sa présence. Nous nous sentons guidés souvent par les gens et les événements dans la mesure que nous sentons ou non la présence de notre Puissance supérieure. Nous n'avons même pas à demander d'être guidés. Il ne nous suffit même pas de prendre conscience et de sentir Sa présence. Ainsi si telle est Sa volonté, notre plus urgente nécessité est d'entrer en communion avec notre Puissance supérieure. Tout le reste nous vient par surcroît. Et notre contact conscient avec notre Puissance supérieure résulte uniquement du seul fait d'avoir pris conscience de Sa présence.

Notre Puissance supérieure s'adresse rarement à nous en paroles, mais passe tout le temps par les gens et par les événements. Nous pouvons nous arrêter de nous agiter même si ce n'est qu'un instant. Nous pouvons nous ouvrir à l'observation et à l'écoute, tant que faire se peut. Les Étapes des groupes d'entraide nous suggèrent qu'il y a une Puissance à laquelle nous pouvons faire appel ; quelqu'un ou quelque entité qui peut nous aider à maintenir notre équilibre dans tous les domaines de nos vies. La foi en cette Puissance supérieure à nous-mêmes nous donne la stabilité dont nous avons besoin dans notre vie. Notre Puissance supérieure est notre guide, nous trouverons force et aide même si nous nous donnons plus ou moins la peine de l'essayer.

« La source d'amour enfouie en nous est profonde, elle nous permet d'aider les autres à trouver le bonheur. Une parole, une action, une pensée peut atténuer la souffrance d'autrui et lui donner de la joie. » ( Thich Naht Hanh ) N'ayons crainte, car notre Ps est mieux disposée à nous écouter que nous ne sommes à l'interpeller ou même à la remercier pour sa présence dans nos vies. La voie que notre Ps nous trace, nous aide à trouver l'aide qui nous convient. Ce sont nos désirs et besoins à tous et chacun qu’Il met en nous qui nous guident pour nous aider et par nous d’aider les autres. « C’est chez autrui que tu trouveras un abri, et c’est chez toi qu’autrui trouvera le sien. » ( Proverbe Irlandais )

« On a beau le vouloir de toutes ses forces, comment exactement peut-on faire pour confier sa volonté et sa vie aux soins de ce Dieu dont on reconnaît l'existence ? Par bonheur, nous en avons fait l'expérience, en y croyant tous plus ou moins, et nous pouvons attester que n'importe qui, vraiment n'importe qui, peut commencer à le faire. Nous pouvons même ajouter qu'un tout petit pas, même le plus modeste, est largement suffisant. » ( 12x12, 3e Étape, page 41 ) Une fois que nous avons fait ce pas auquel notre Ps nous invite, nous n'avons pas à regarder en arrière ni à regretter ce que nous avons laissé derrière nous. Nous pouvons compter simplement sur le plus merveilleux des moments présents. Nous ne pouvons pas vraiment faire autrement que de laisser tout l’ancien derrière nous : c’est terminé, coulé désormais dans le béton. Soyons reconnaissants des leçons que la vie nous a apprises et des expériences que nous avons vécues, qui nous aident à grandir et à devenir la personne que notre Ps désire que nous soyons, là donc ici et maintenant.

Merci la Vie !!!
Gilles

----------------------------------------------

À mon arrivée à Al-Anon, j'étais terriblement perplexe quant au sens du mot « compassion ». Je croyais qu'il signifiait trouver des excuses à l'alcoolique ou couvrir ses chèques sans provision. Al-Anon m'a aidé à trouver un autre mot pour ce comportement : « secourir ». J'ai appris que lorsque je réparais les conséquences du comportement de l'alcoolique, je lui permettais de continuer à boire tout à son aise et de poursuivre son petit jeu sans avoir à en payer la note. Une façon plus compatissante d'agir envers ceux que j'aime pourrait être de leur permettre de faire face aux conséquences de leurs actes, même quand cela leur causera des souffrances.
Comment savoir si je pose un geste de secoureur ? Bien que ce ne soit pas toujours clair, je trouve utile d'examiner attentivement mes motivations. Est-ce que j'essaie d'intervenir dans les conséquences normales des choix d'un être cher ? Est-ce que j'essaie de faire pour quelqu'un ce qu'il pourrait faire lui-même ? Est-ce que je fais ce que je pense être le mieux pour moi? Est-ce que je fais quelque chose qui me déplaît ? Si tel est le cas, est-ce réellement un choix inspiré par l'amour ? Parfois la chose la plus compatissante que je peux faire, c'est de laisser les autres assumer la responsabilité de leur comportement.

Pensée du jour
Aujourd'hui, je me souviendrai que j'ai le choix, tout comme l'alcoolique d'ailleurs. Je ferai les meilleurs choix possibles et je permettrai aux autres personnes dans ma vie de faire de même, sans intervenir.

« Je dois apprendre à donner à ceux que j'aime le droit de faire leurs propres erreurs et les reconnaître comme étant les leurs. » Al-Anon face à l'alcoolisme

Al-Anon, Le Courage de Changer, 5 janvier , page 5

----------------------------------------------

À chaque réunion Al-Anon, lorsque nous lisons notre formule de bienvenue suggérée, j'entends dire que « ... dans Al-Anon, nous découvrons qu'aucune situation n'est vraiment désespérée. » Au début, j'ai eu de la difficulté à saisir cette idée avec mon cœur et mon esprit. je me sentais ancré dans un lieu si sombre et rempli de désespoir qu'il me semblait que rien ne changerait jamais. Même dans l'éventualité où les membres Al-Anon auraient pu empêcher ma mère de boire, ils n'auraient certainement pas pu retourner dans le passé et me donner une enfance heureuse. Je me sentais condamné. Pourtant, en regardant autour de moi pendant les réunions, je voyais plusieurs visages souriants. Peut-être y avait-il de l'espoir, après tout.
J'ai dû assister à de nombreuses réunions et commencer à utiliser les slogans et les Étapes avant que je commence à sourire. C'est alors qu'une réalisation toute simple a complété le long trajet entre ma tête et mon cœur. aucune situation n'est jamais désespérée. Les situations ne perdent pas espoir, ce sont les gens qui le font. Ce qui a été perdu peut souvent être retrouvé, rétabli, remplacé, ou réparé. Même si les membres Al-Anon n'ont changé ni ma mère ni mon passé, ils m'ont aidé à changer d'attitude. Lorsque j'ai changé ma perspective, ma sombre et pessimiste façon de voir les choses a commencé à s'évaporer. Aujourd'hui, je suis reconnaissant, et j'apprécie toutes les choses qui se sont produites dans ma vie, y compris mon enfance et la consommation d'alcool de ma mère. C'est cela qui m'a amené où je suis aujourd'hui, et j'aime être ici.

Pensée du jour
Les situations peuvent changer. J'ai remarqué qu'elles changent beaucoup plus rapidement lorsque je change d'attitude.

« En voyant aux réunions les membres qui nous entourent acquérir une plus grande liberté et connaître plus de joie dans leur vie, la plupart d'entre nous prenons conscience que peu importe la situation à laquelle nous faisons face, peu importe à quel point nous nous sentons désespérés, il y a toujours de l'espoir. » Comment Al-Anon œuvre pour les familles et les amis des alcooliques, page 13

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 5 janvier, page 5

----------------------------------------------

La pleine acceptation

« Il ne peut imaginer la vie sans alcool. Un jour viendra où il sera incapable d'imaginer la vie ni avec, ni sans l'alcool. Alors il connaîtra la solitude comme bien peu de gens la connaissent. Il se trouvera au bord du gouffre. Il souhaitera en finir avec la vie. » Les Alcooliques Anonymes, page 140

Seul un alcoolique peut comprendre le sens exact d'une telle affirmation. Le dilemme dans lequel je sentais emprisonné lorsque je buvais me remplissait de terreur et de confusion. J'étais coincé entre : « Il me faut un verre sinon je vais mourir » et « Si je continue, l'alcool finira par me tuer ». Ces deux obsessions me faisaient descendre de plus en plus bas chaque jour. Et c'est en touchant le fond que j'en suis venu à la pleine acceptation de mon alcoolisme, sans réserve aucune — une acceptation absolument indispensable à mon rétablissement. Je n'avais jamais été confronté à un dilemme si angoissant mais comme je m'en suis rendu compte par la suite, il était nécessaire à ma réussite dans le programme.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, 5 janvier, page 13

----------------------------------------------

Maintien et croissance



Une chose est claire : celui qui vit dans le ressentiment profond finit par mener une existence futile et malheureuse. Dans la mesure où nous nous laissons aller à ce sentiment, nous gaspillons un temps précieux qui, autrement, pourrait être employé avec profit. Mais pour l'alcoolique, dont le salut dépend du maintien et de l'évolution de son expérience spirituelle, le ressentiment est extrêmement grave. Il nous est même fatal car en cultivant notre rancune, nous nous coupons de la lumière de l'Esprit. La démence de l'alcool revient et nous recommençons à boire. Et pour nous, boire c'est mourir. Si nous voulions vivre, nous devions nous libérer de la colère. Les crises et l'irritabilité ne sont pas pour nous. Les gens normaux peuvent peut-être s'offrir ce luxe douteux mais pour les alcooliques, c'est un poison. Les Alcooliques Anonymes, pages 74-75

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 5

----------------------------------------------

5 janvier - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Ai-je demandé de l'aide à une Puissance supérieure ? Est-ce que je crois que chaque homme ou chaque femme que je rencontre dans le mouvement A.A. est un témoignage de la puissance de Dieu pour transformer un être humain et faire d'un buveur un citoyen sobre et utile ? Est-ce que je crois que cette Puissance supérieure peut me garder sobre ? Est-ce que je vis un jour à la fois ? Est-ce que je demande à Dieu de me donner la force de rester sobre durant chaque période de vingt-quatre heures ? Est-ce que j'assiste aux réunions régulièrement?

Méditation du jour
Je crois que la présence de Dieu apporte la paix et que cette paix, comme le cours tranquille d'une rivière, nettoiera toute saleté sur son passage. Dans ces moments de tranquillité, Dieu m'enseignera comment calmer mes nerfs. Je ne craindrai pas. J'apprendrai comment me détendre. Quand je serai détendu, la force de Dieu pénétrera en moi. Je retrouverai la paix.

Prière du jour
Je demande d'obtenir cette paix qui dépasse toute compréhension. Je demande cette paix que le monde ne peut ni donner ni enlever.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 6

----------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Quand je perds l'équilibre, je tend instinctivement à m'accrocher à quelque chose. J'apprend à porter plus attention à cet instinct de base et j'en suis venu à me voir comme un perpétuel jeune enfant perdant l'équilibre dans plusieurs de mes relations. La Deuxième Étape me rappelle qu'il y a une Puissance à laquelle je peux faire appel ; quelqu'un qui peut m'aider à maintenir mon équilibre. C'est fantastique de savoir que j'ai du soutien. Je ne suis plus laissé à mes propres moyens, trébuchant et tombant. La foi en cette Puissance me donne la stabilité dont j'ai besoin dans ma vie.

MÉDITATION DU JOUR
Je n'ai plus peur désormais de trébucher car Ton soutien apporte de l'équilibre dans ma vie.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Croire en une Puissance supérieure rend ma vie plus saine.

Émotifs Anonymes, Aujourd'hui Seulement, 5 janvier

----------------------------------------------

Le rétablissement chez soi

« La vie de famille nous semble maintenant agréable et nous faisons maintenant honneur à nos familles plutôt que de leur faire honte ou d'être un fardeau pour elles. » Texte de base, page 129



Tout se passe bien dans notre rétablissement, non ? Nous allons à une réunion tous les jours, nous passons toutes nos soirées avec nos amis de la Fraternité et tous les week-ends nous nous précipitons à des ateliers de service. Cependant, si les choses vont mal à la maison, nous n'allons peut-être pas si bien que ça.
Nous attendons de nos familles qu'elles comprennent. Après tout, nous ne consommons plus de drogue. Pourquoi ne reconnaissent-elles pas nos progrès ? Ne comprennent-elles pas l'importance de nos réunions, du service et de notre implication dans la Fraternité ?
Nos familles n'apprécieront pas le changement opéré par N.A. dans notre vie à moins que nous le leur montrions. Si nous nous précipitons aux réunions de la même façon que nous le faisions pour consommer des drogues, qu'est-ce qui a changé ? Si nous continuons à ignorer les besoins et les désirs de notre conjoint et de nos enfants, et si nous n'arrivons pas à accepter nos responsabilités chez nous, nous n'appliquons pas « ces principes à tous les domaines de notre vie ».
Il nous faut vivre le programme où que nous allions, quoi que il nous fassions. Si nous voulons que la vie spirituelle soit plus qu'une théorie, il nous faut la vivre à la maison. Quand nous le faisons, les gens avec qui nous partageons notre vie remarquent sûrement le changement et sont reconnaissants que nous ayons trouvé N.A.

Juste pour aujourd'hui, j’emporterai mon rétablissement à la maison avec moi.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 5 janvier, page 7

----------------------------------------------

Celui qui ne vit pas selon ses convictions n'a pas de convictions. Thomas Fuller

Les principes auxquels je crois ont-ils la moindre résonance dans ma vie quotidienne ? Je peux très bien trouver que le programme des Douze Étapes est formidable, mais comment puis-je dire qu'il fonctionne si je me contente de l'admirer sans le mettre en pratique ?
À mon arrivée chez les OA, ce que j'ai entendu m'a semblé vrai parce que c'était issu de l'expérience et non de la théorie.
N'importe qui peut « apprendre » le programme, mais pour parvenir au rétablissement qu'il promet, il faut plus qu'une simple compréhension intellectuelle. En effet, je dois faire un effort soutenu pour l'appliquer dans tous les domaines de ma vie. C'est uniquement lorsque je mets en pratique les convictions que je revendique que je peux transmettre le message à un autre outremangeur compulsif.

Pensée du jour : Je m'exerce à ne pas parler du programme si je n'essaie pas de le vivre. Si je crois que notre mode de vie conduit au rétablissement, je vivrai conformément à cette conviction.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 5

----------------------------------------------

« Notre bien-être commun devrait venir en premier lieu ; le rétablissement personnel dépend de l'unité des OA. » Première Tradition

Il existe au moins trois écoles de pensées chez les OA : l’une d'elles met l'accent sur un plan alimentaire strict et discipliné, une autre prône la pratique des Étapes et l'abandon de la compulsion alimentaire aux soins de Dieu et une troisième se situe quelque part entre les deux. Je connais des membres OA qui font partie de chaque groupe et qui ont tous un très beau rétablissement. Alors, quelle est la bonne façon de procéder ? Quelle méthode recommandent les OA ? Lequel de ces messages sommes-nous censés transmettre ?
Le seul message que je puisse transmettre est celui que reflète mon propre rétablissement. Il n'est pas nécessaire que tout le monde se rétablisse « à ma manière ». Chacun doit avoir la liberté de se rétablir « à sa manière ». La seule chose que nous devons avoir en commun, c'est de fonder notre rétablissement sur les Douze Étapes et les Douze Traditions. Nous ne pouvons légiférer en matière de rétablissement ni même le définir adéquatement, mais nous le reconnaissons lorsque nous voyons quelqu’un le manifester dans sa vie. Réjouissons-nous lorsque nous voyons des camarades outremangeurs se rétablir chez les OA et ressentir de la gratitude d'avoir trouvé la bonne voie. Soyons prêts à expérimenter une nouvelle approche si notre façon de faire ne fonctionne pas. Gardons l'esprit ouvert et ne jugeons personne. Le programme est assez vaste pour contenir toutes les démarches nécessaires à notre rétablissement.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 5 janvier, page 5

----------------------------------------------

Pensée du jour
Ai-je demandé à ma Puissance Supérieure de m'accorder toute l'aide dont j'ai besoin ? Est-ce que je crois que chaque homme ou chaque femme que je rencontre dans le mouvement J.A. est un témoignage de Sa puissance qui arrive à transformer un être humain et à faire d'un joueur compulsif un citoyen utile à l'humanité ? Je suis maintenant convaincu que cette Puissance Supérieure peut me garder sobre. Est-ce que je vis un jour à la fois et est-ce que je demande à Mon Être Suprême de me donner la force de rester sobre ? Est-ce que j'assiste aux réunions régulièrement ?

Méditation du jour
Je crois que la présence Divine en moi m'apporte la paix et que cette paix, comme le cours tranquille d'une rivière, nettoie toute saleté sur son passage. Dans ces moments de tranquillité, Elle m'enseigne comment me calmer et je deviens sans crainte. J'apprends à me détendre et je suis effectivement détendu. La force Divine m'envahit et je retrouve la paix.

Prière du jour
Je demande d'obtenir cette paix inestimable. Je demande cette paix qui est absolument indispensable à mon rétablissement.

Joueurs Anonymes, 05 janvier

----------------------------------------------

5 janvier

Es-tu prêt à changer ? Prends du temps pour être au calme et sois très honnête avec toi-même. Te sens-tu content et satisfait de toi-même ? Sens-tu qu'il est juste que les autres changent, mais que ta vie est très bien ? Si telle est ton attitude, il est temps que tu fasses un vrai nettoyage de printemps et vides ta pensée - en fait ta vie toute entière - et en révises le contenu. Ceci fait, ne remets rien en place sauf si tu es absolument sûr que c'est du niveau le plus élevé et que tu en as besoin. Plus tu es vide, mieux c'est, parce que tu fais de la place pour que le neuf te remplisse. C'est lorsque tu n'as rien et que tu te sens complètement vide que Je peux entrer. Ne sois pas désespéré quand tu te sens dépouillé de tout. Appelle-Moi, et Je te donnerai le royaume. Je ne refuse rien aux âmes qui recherchent Mon aide et Ma conduite avec une humilité et un amour vrais.

La Petite Voix, Eileen Caddy

----------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

----------------------------------------------

Bouddha : Sur l’amour

Si vous vous aimez vraiment, vous ne pouvez jamais blesser une autre personne. L’amour pour cette autre personne est le reflet de notre amour de soi parce que nous sommes tous connectés spirituellement, nous sommes tous un.
La paix vient de l'intérieur. Ne cherchez pas à l’extérieur de vous. Le vrai bonheur vient d'un état d'être, il coule naturellement de l'intérieur.
Aimer le monde entier comme une mère aime son enfant unique. Commençons à élargir notre cercle d'amour, et le monde apparait comme un endroit très différent.
Tous les mots que nous prononçons doivent être choisis avec soin, puisque les gens qui vont les entendre vont être influencés par eux pour le bon ou pour le mauvais.
La haine ne cesse pas en passant par la haine à tout moment. La haine cesse par l'amour. Ceci est une loi immuable. Réagir avec colère met que plus de carburant sur le feu.
Le bonheur ne viendra jamais à ceux qui ne parviennent pas à apprécier ce qu'ils ont déjà. L'herbe est toujours plus verte de l'autre côté de la clôture.

----------------------------------------------

05 janvier Bouddha Sur l'amour.jpg