Pensées 9 janvier 2018

renforcer leur capacité de réaction face à ces évènements chaotiques. C’est là tout le défi de l’abstinence et du rétablissement et c’est pourquoi ça prend une Puissance plus grande que nous pour nous sortir des affres de la maladie. Nous ne pouvons seuls en venir à nous libérer de cette obsession qui s’accentue à chaque rechute. « Ils sont impatients, irritables et mécontents aussi longtemps qu’ils ne ressentent pas de nouveau cette sensation d’aise que leur procurent quelques verres — ces verres que d’autres prennent impunément sous leurs yeux. » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. L’opinion d’un médecin, page xxx )

Nombre de périls peuvent survenir dans la vie ordinaire et être fatals pour celui ou celle qui n’a pas les ressources nécessaires pour y faire face ou pour capituler. Plusieurs affirment que c'est la loi de la survie du plus apte. La vie ou la mort peuvent se décider pour plusieurs en quelques secondes - par exemple lors d’embolies massives, de collisions routières et la situation de crise peut aussi se prolonger sur des jours ou des vies entières – alcoolisme, dépendance, compulsion alimentaire, etc.

Curieusement la survie dans ces moments semble dépendre en très petite partie de la qualité de nos ressources mentales, de la pulsion de vie qui réside dans chaque individu, de cette force spirituelle qui nous habite. Il n’est bien sûr pas question de dissocier le corps de l’esprit, puisque c'est impossible mais simplement de pouvoir reconnaître le fait que dans certaines circonstances, il n’est plus possible d’échapper à la souffrance même avec quelques manœuvres du corps et vice versa. Au contraire, il s’agit de pouvoir encore amener le corps et le cœur à aller chercher de l'aide même en dépit de la souffrance, à abandonner toute résistance et au départ, à affirmer notre impuissance.

Notre résistance amène la souffrance et vice versa, la souffrance est aussi synonyme de résistance. « ... les choses auxquelles je résiste persistent. » (page 19) Les groupes d'entraide nous apprennent à découvrir nous cœurs, à partager nos deuils. « La véritable source de mon intense souffrance n'était pas tant les deuils dont j'avais souffert, mais plutôt mes tentatives d'y faire face en essayant de contrôler les gens et les événements. » (page 19) Malheureusement pour plusieurs d'entre nous qui sont tannés de souffrir, « la réponse à la souffrance est dans la souffrance.» (Al-Anon, Ouvrir nos cœurs Transformer nos deuils, page 42) Heureusement pour nous tous, être écœurés d’être tannés ou tannés d’être écoeurés de souffrir ainsi fait partie de la première étape vers la libération. Nous avons tous été plus ou moins gratifiés à des degrés divers de cette libération. Nous pouvons pardonner et oublier au point où nos souffrances, notre gêne ou notre culpabilité, peu importe le genre d’émotions désagréables que nous vivons, ne nous reviennent plus comme souvenirs pénibles. Nous pouvons nous pardonner à nous-mêmes. Nous avons cette grande capacité, et ceci est une bénédiction de notre Ps. Puis lorsque notre Ps efface de notre conscience les émotions et les situations désagréables, nous devenons libres d’aimer inconditionnellement.

Nous sommes bénis de joies, de pouvoir nous amuser. Chaque jour de notre vie, nous avons la capacité d’expérimenter le bonheur, le plaisir et la gaieté. Notre Dieu d'amour peut nous permettre de prendre plaisir dans les petites choses ordinaires : les petits oiseaux à la mangeoire, le lever et le coucher du soleil, la forêt du parc pas loin qui suit les abords de la rivière. Nous pouvons avoir du plaisir avec nos âmes compagnes, nos bien-aimés, à les admirer dans leurs réussites, leurs talents. Nous sommes habités par la possibilité de jouir de l’humour et de reconnaître ses vertus et ses bénéfices dans notre vie. Nous avons tous ce que nous avons besoin dans notre vie pour être heureux. Nous ne manquons de rien. Si nous ne sommes pas heureux aujourd’hui, alors regardons en nous pour découvrir grâce à la clairvoyance qu'y a déposé notre Ps ce qui nous éloigne de notre joie, là, maintenant.

Merci la Vie !!! Gilles

Que de fois je cherche l'approbation des autres ! Le projet sur lequel je travaille est une réussite, mais ma satisfaction dépend de la reconnaissance de ce succès. Le repas que je prépare pour ma famille n'est pas aussi savoureux quand je ne reçois pas de compliments. Je suis contrariée quand j'accorde des faveurs à mes enfants et qu'ils négligent de m'en remercier. Nous avons tous besoin à l'occasion d'un mot d'encouragement. Mais quand l'approbation des autres devient la motivation de mon comportement et est nécessaire à ma satisfaction, alors je leur ai donné un pouvoir sur moi. Il se peut que les gens oublient de remarquer les choses fantastiques que j'ai faites, ou ils peuvent ne pas se sentir à l'aise de me féliciter. Je n'ai pas à me sentir visée personnellement. L'apitoiement et le ressentiment ne sont pas les seuls choix qui s'offrent à moi. Si je peux apprendre à évaluer mon comportement et mes actes ainsi qu'à apprécier mon propre jugement, alors l'approbation des autres me sera agréable, mais elle ne sera plus essentielle à ma sérénité.

Pensée du jour Aujourd'hui seulement, je m'apprécierai. Je ne rechercherai pas l'approbation des autres ; elle viendra de moi. Je me permettrai de reconnaître que je fais du mieux que je peux. Aujourd'hui, il me suffit de faire mon possible.

« Vous aurez une vision claire des choses uniquement quand vous pourrez regarder dans votre propre cœur. » Carl Jung

Al-Anon, Le Courage de Changer, 9 janvier, page 9

---------------------------------------------

Avant Al-Anon, je permettais aux comportements des alcooliques dans ma vie de me rendre très malheureuse. Même s'il était vrai que je souffrais beaucoup, étaient-ils vraiment responsables de ma souffrance ? Al-Anon m'a appris à être responsable de mon propre bonheur. Tôt dans mon rétablissement, j'ai téléphoné à ma marraine parce que je souffrais encore une fois en réaction au comportement d'une personne alcoolique. Au cours de cette conversation téléphonique, ma marraine a utilisé une expression qui a changé ma façon de réagir aux difficultés que j'éprouvais dans mes relations. Elle m'a expliqué qu'une fois, c'est un hasard, deux fois, c'est une coïncidence et trois fois, c'est une habitude. Qu'est-ce que cela signifie pour moi ? Si je continue de souffrir en réaction au comportement particulier d'une personne alcoolique et que cela s'est produit trois fois ou plus, je dois arrêter d'espérer que ce comportement va cesser ; je dois plutôt me détacher et commencer à changer mes attitudes, mes attentes, et mes réactions. Lorsque je suis parvenue à voir ma souffrance comme étant ma propre réaction devant les autres, j'ai pu commencer à identifier comment je contribuais au problème. Parfois, j'ai tendance à soulever un sujet dont il aurait mieux valu ne pas parler, ou à entamer une conversation sérieuse à un moment inopportun. Parfois, c'est que je nourris des attentes irréalistes. Lorsque je vois le rôle que je joue dans une habitude, je peux choisir une autre réaction que la souffrance. Il n'est pas nécessaire que je souffre à cause des comportements des autres. Je peux seulement changer ma façon de réagir. Cela me donne la liberté d'apprécier ma vie.

Pensée du jour La prochaine fois que je réagirai au comportement d'une autre personne, je me demanderai combien de fois j'ai réagi de la même manière auparavant.

« Si je réagis constamment, je ne suis jamais libre. » Al-Anon est aussi pour les enfants adultes des alcooliques, page 17

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 9 janvier, page 9

---------------------------------------------

Un acte providentiel

Il est vraiment intolérable d'admettre que nous avons pu, le verre à la main, nous fausser l'esprit au point d'être hantés par une telle obsession destructrice de boire que seul un acte de la Providence puisse nous en libérer. Les Douze Étapes et les Douze Traditions, page 23

Dans mon cas, l'acte providentiel (manifestation de la présence attentive d'une Puissance supérieure qui nous guide) est survenu lorsque j'ai constaté que mon alcoolisme m'avait conduit à la faillite. J'avais perdu tout ce qui comptait pour moi. J'ai téléphoné aux Alcooliques anonymes et depuis cet instant, ma vie s'est transformée. En repensant à ce moment très spécial, je m'aperçois que Dieu avait commencé à agir dans ma vie bien avant que je sois capable de reconnaître et d'accepter ses concepts spirituels. Grâce à cet acte providentiel, j'ai déposé mon verre et entrepris mon voyage vers la sobriété. Ma vie continue de se dérouler sous la gouverne et les bons soins d'une Puissance supérieure. J'ai admis que j'étais impuissant devant l'alcool, que j'avais perdu la maîtrise de ma vie, et cette Première Étape prend pour moi tout son sens — un jour à la fois — au sein du mouvement secourable et vivifiant des Alcooliques anonymes.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, 9 janvier, page 17

---------------------------------------------

Le groupe et la collectivité mondiale



Dès qu'un groupe se forme, on en arrive à une autre constatation : la plupart des alcooliques ne peuvent pas se rétablir sans le soutien d'un groupe. Le membre prend conscience qu'il n'est qu'une petite partie dans un grand tout et qu'aucun sacrifice n'est trop exigeant s'il s'agit de la survie de l'association. Il apprend qu'il lui faut tempérer l'élan de ses ambitions et aspirations lorsqu'elles risquent de nuire au groupe. Il devient évident que si le groupe ne peut survivre, l'individu ne le pourra pas davantage.

« Le marin isolé en mer, le membre des AA muté dans un pays lointain — tous ces membres savent qu'ils appartiennent à l'ensemble des AA à l'échelle mondiale, qu'ils ne sont isolés que physiquement, que des frères les attendent peut-être à la prochaine escale. Surtout, ils sont certains que la grâce de Dieu les accompagne autant en haute mer que dans un avant-poste lointain ou à la maison. »

1. Les Douze Étapes et les Douze Traditions, pages 148-149 2. Lettre, 1966

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 9

---------------------------------------------

9 janvier - Pensée A.A. pour aujourd'hui Lorsque nous buvions, pour la plupart d'entre nous, nous ne croyions à rien. Nous avons pu dire que nous croyions en Dieu, mais nous n'agissions pas en conséquence. Nous ne demandions jamais honnêtement à Dieu de nous aider et nous n'avons jamais réellement accepté Son aide. Pour nous la foi ressemblait à de l'impuissance. Mais lorsque nous sommes devenus membres des A.A. nous avons commencé à avoir la foi en Dieu. Et nous avons découvert que la foi nous donnait la force dont nous avions besoin pour triompher de la boisson. Ai-je appris qu’il y a de la force dans la foi ?

Méditation du jour Je conserverai ma foi, quoi qu'il m'arrive. Je serai patient même au milieu des difficultés. Je ne craindrai pas l'éner¬ vement de la vie, parce que je crois que Dieu connaît ma force. J'aurai confiance en l'avenir. Je sais que Dieu n'exi¬ gera pas de moi quelque chose qui pourrait m'accabler ou me détruire.

Prière du jour Je demande de confier celle journée à Dieu. Je demande la foi, afin que rien ne vienne me bouleverser ou affaiblir ma détermination de rester sobre.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 12

---------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR J'en suis venu à croire que Dieu a le sens de l'humour et ne me tient pas rigueur de mes défauts. Lui et moi, nous pouvons maintenant rire de la situation dans laquelle je suis. Si j'arrête de combattre, Dieu va graduellement me libérer comme un petit chat enchevêtré dans la ficelle. Je dois arrêter de lutter, ce qui me prépare à consentir pleinement comme le propose la Sixième Étape. Même si j'ai prié pour que tous mes défauts de caractère soient éliminés, en réfléchissant, je découvre que je ne suis pas encore prêt à me séparer de certains d'entre eux. Que ferais-je sans cette mauvaise habitude ? Comment passerais-je mon temps ? C'est le temps de m'abandonner encore et encore.

MÉDITATION DU JOUR Mon Dieu, aide-moi s'il te plait à m'occuper de mes défauts de caractère qui m'ont amené dans mon bas-fond. Rappelle-moi de mettre constamment les Étapes en pratique, avec enthousiasme et persévérance, afin que je consente à ce que Tu élimines tous mes défauts de caractère.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI Dieu a le pouvoir de changer ma vie.

Émotifs Anonymes, Aujourd'hui Seulement, 9 janvier

---------------------------------------------

Rendre de leur gentillesse à nos parrains (marraines)

« Une des premières relations avec les autres est souvent la relation avec notre parrain. » Texte de base, page 71



Nos parrains (marraines) peuvent être une importante source de sagesse, de paroles affectueuses, d'information sur le rétablissement. Ils en ont tellement fait pour nous. Depuis les appels téléphoniques en pleine nuit jusqu'aux heures passées à écouter nos écrits de rétablissement, ils ont cru en nous et ont investi le temps nécessaire pour le prouver. Avec amour et fermeté, ils nous ont montré comment être honnêtes. Leur dompassion sans limites dans les périodes troubles nous a donné la force d'avancer. Leur façon de nous aider nous a encouragés à chercher les réponses en nous-mêmes ; ainsi, nous avons grandi et nous sommes devenus responsables et confiants. Bien que notre parrain (marraine) ait donné si généreusement et n'ait jamais rien demandé en retour, il y a certaines choses que nous pouvons faire pour lui montrer notre reconnaissance. Traitons-le avec respect. Ce ne sont pas des poubelles destinées à recevoir tous nos déchets. Ils ont leurs épreuves, tout comme nous, et ont parfois besoin de notre soutien. Ils sont humains, ont des sentiments et apprécient que nous nous soucions d'eux. Peut-être aimeraient-ils recevoir une carte postale ou un appel téléphonique exprimant notre amour. Tout ce que nous ferons pour exprimer notre reconnaissance à notre parrain (marraine) valorisera notre rétablissement personnel, sans parler du plaisir que nous leur procurerons.

Juste pour aujourd'hui, mon parrain (marraine) a pris soin de moi quand je ne pouvais pas le faire moi-même. Aujourd'hui, ie ferai quelque chose de gentil pour lui.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 9 janvier, page 11

---------------------------------------------

Pour pouvoir simplifier, il faut éliminer ce qui n'est pas nécessaire de façon à ce que puisse s'imposer ce qui l'est. Hans Hoffman

Une des phrases les plus profondes qui ait été prononcée chez les Alcooliques Anonymes est cette parole d'adieu du Dr Bob à Bill W. : « Ne gâchons pas ce programme. Voyons à ce qu'il reste simple. » Les Outremangeurs Anonymes ont bien leur part de membres qui compliquent les choses compulsivement. Ils surchargent le programme de pratiques obligatoires ou d'autres fantaisies du genre. Si les nouveaux réussissent à découvrir le mode de vie dans ce fouillis de futilités, c’est peut-être bien qu'ils ont un talent inné pour l'art de simplifier.

Pensée du jour : Je prie pour me rappeler les principes tout simple de ce programme, surtout lorsque je suis tenté de présenter mon interprétation personnelle comme une vérité absolue...

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 9

---------------------------------------------

« Accepter de croire et agir en conséquence, voilà la clé de la Deuxième Étape. » Les Douze Étapes et les Douze Traditions des Outremangeurs Anonymes, page 19

Faire acte de foi signifie ne pas me servir de mes défenses pour me protéger. Cela veut dire aussi supposer que ma Puissance supérieure trouvera la bonne solution pour moi et qu'elle me donnera ce dont j'ai besoin, si ce n'est ce que je veux. Faire acte de foi signifie croire que ma Puissance supérieure m'écoutera et m'encouragera toujours lorsque je me retrouverai dans des situations où je dois prendre des risques. Ma Puissance supérieure m'accompagnera quand je vivrai des situations terrifiantes et restera près de moi jusqu'à ce que les épreuves soient terminées. Voilà ce que signifie faire acte de foi.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 9 janvier, page 9

---------------------------------------------

Pensée du jour Lorsque nous jouions, nous ne croyions en rien. Nous avons peut-être dit que nous croyions en Dieu, mais nous n'agissions pas en conséquence. Nous ne Lui demandions jamais honnêtement de nous aider et nous n'avons jamais réellement accepté Son aide. Pour nous, la foi ressemblait à de l'impuissance. Mais lorsque nous sommes devenus membres des J.A., nous avons commencé à avoir foi en Lui et nous avons découvert que la foi nous donnait la force dont nous avions besoin pour triompher du jeu. Ai-je appris qu'il y a de la force dans la foi ?

Méditation du jour Je conserve ma foi quoiqu'il m'arrive et je suis patient même au milieu des difficultés. Je ne crains pas l'énervement de la vie parce que je crois que Dieu connaît ma force et j'ai confiance en l'avenir. Je sais qu'Il n'exige pas de moi quelque chose qui peut m'accabler ou me détruire.

Prière du jour Je demande de pouvoir confier cette journée à ma Puissance Supérieure. Je demande la foi afin que rien ne vienne me bouleverser ou affaiblir ma détermination à rester sobre.

Joueurs Anonymes, 09 janvier

---------------------------------------------

9 janvier

Les âmes qui demeurent en Moi et vivent, vibrent et ont leur essence dans Ma lumière et Mon amour sont pleinement protégées de toutes les forces nuisibles. Alors ne sois pas écrasé par les soucis du monde ou par les conditions de vie de tes compagnons humains. Si tu es écrasé, tu ne peux pas aider car à ton tour tu fais partie du chaos et de la confusion dans lesquels se trouve le monde. Alors que l'obscurité dans le monde s'intensifie, ta lumière intérieure doit augmenter en puissance et en force afin que tu puisses dépasser le monde et manifester la vie et la lumière éternelles. Ne permets à rien de négatif en toi d'obscurcir la lumière, mais laisse-la s'embraser en toi. Aucune force extérieure ne peut éteindre la lumière intérieure, elle reste à jamais ardente, quel que soit l'état apparent du monde. Par ton exemple vivant, tu peux aider à transformer l'obscurité en lumière. Reste en contact constant avec Moi, laisse-Moi t'inspirer en toute chose.

La Petite Voix, Eileen Caddy

---------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com Bon rétablissement pour toutes et tous ! Bonne journée ! Au Centre de la Vie n'est pas affilié à aucun groupe d'entraide. Par contre, l'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

---------------------------------------------