Pensées 01 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

Le 1er avril est le 91e jour de l’année du calendrier grégorien (92e pour une année bissextile). Il reste 273 jours avant la fin de l'année. Une tradition veut que le 1er avril soit un jour des farces et d'attrapes, des poissons d'avril. N’oublions pas tous et chacun de nous amuser aujourd’hui, par exemple d’aller à la pêche ou de s’amuser aux dépens de certains pêcheurs de notre famille comme ceux qui demeurent à La Pêche, Québec ( www.villelapeche.qc.ca )… En France, au début du XXe siècle, on s’envoyait de jolies cartes postales toutes ornées d’un poisson d’avril et richement décorées. Le 1er avril était la fête de l'amour et de l'amitié. Aujourd’hui c'est l'occasion de s'adonner à des plaisanteries, des canulars et d'accrocher un poisson de papier dans le dos de personnes dont nous voulons nous moquer ou pour marquer notre affection comme monsieur Lazare. Au Canada anglais, aux États-Unis et au Royaume-Uni : le premier avril a été relié à la tradition médiévale de la fête des fous. Chez les anglophones, il est connu sous le nom de « April Fools’ Day » (Jour des fous d’avril) ou « All Fool’s day » (Jour de tous les fous). Aujourd’hui, il nous est permis de sortir notre fou…

La 2e Étape nous dit qu’une Puissance supérieure à nous mêmes va nous aider à retrouver la raison. « Si intelligents que nous ayons pu nous montrer en d’autres circonstances, nous étions frappés d’insanité dès qu’il s’agissait d’alcool. » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. chap.3 Autres données sur l’alcoolisme, page 43 ) En quelque part , nous l’avions perdu. Fred dont le témoignage se retrouve dans le même chap. du Gros Livre, aux pages 45-46 : « J’avais pris note quant à la folie subite qui s’empare de l’esprit avant le premier verre, mais j’étais certain que cela ne m’arriverait pas… » Fred croyait qu’il devait avoir confiance, qu’il lui suffisait d’avoir de la volonté et de se tenir sur ses gardes. Et la folie est réapparue. « La vie ne nous donne qu’une seule petite étincelle de folie. Vous ne devez pas la perdre. » ( Robin Williams ) En étant déprimé profondément et/ou en cessant de vivre, nous perdons aussi cette étincelle de folie.

« La raison c’est la folie du plus fort. La raison du moins fort c'est de la folie. » ( Eugène Ionesco, Journal en miettes ) Avoir perdu la raison comme l'illustre un jour notre inventaire approfondi de nous-mêmes (4e Étape), ça sonne comme de la déraison et de la folie. La meilleure façon de nous sortir de notre folie, c'est d'abord de commencer par admettre que nous avons un problème et que nous sommes impuissants à le résoudre. Que ce problème, cette dépendance a affecté tous les domaines de notre vie. Dans les réunions des groupes d'entraide, nous nous efforçons de trouver des membres qui ont eu des difficultés semblables et qui ont trouvé du soulagement. Nous leur parlons et nous écoutons ce qu'ils ont à partager sur cet aspect de leur rétablissement. Nous appliquons ce programme à tous les domaines de notre vie, cherchant à connaître cette même libération dans tous les aspects de notre rétablissement. Juste pour aujourd'hui, nous pouvons examiner avec l'aide d'une Puissance supérieure les effets de la dépendance et/ou de la codépendance dans un domaine de notre vie, afin de nous rétablir. Par exemple « Il y a toujours un peu de folie dans l'amour mais il y a toujours un peu de raison dans la folie. » ( Friedrich Nietzsche ) Et malgré ce raisonnement pour nous, il n’y a pas ou peu de raison dans l’amour, juste une douce folie.

Bonne pêche ou belle et douce folie !

Aujourd’hui plusieurs célèbrent Pâques. Pâques n’est pas qu’une fête religieuse, elle est également un fête païenne et représentait autrefois la fête du printemps, de la renaissance et du retour de la lumière, après nos longs mois d’hiver. Pâques nommée Pessa’h en hébreu, l’une des fêtes les plus importantes de la religion juive commémore la fuite du peuple juif d’Égypte, une libération de l’esclavage. Notre rétablissement nous permet de nous libérer graduellement nous aussi de l’esclavage de nos dépendances et de notre codépendance par la grâce de Dieu. Joyeuses Pâques !!!

Merci la Vie !!!
Gilles

-------------------------------------------------

J'ai entendu mentionner au cours des réunions que l'acceptation faisait partie d'un trio : « avoir conscience, accepter, agir ». Cependant je suis enclin à passer de la prise de conscience à l'action sans même m'arrêter à l'acceptation. Voici le cheminement de ma pensée : « Quelque chose ne va pas ! Vite, que je règle la question avant de ressentir quelque malaise que ce soit. »
Le problème, c'est que tant que je n'accepte pas la situation, le défaut ou le souvenir dont j'ai pris conscience, je peux rarement agir de façon efficace ou en vivre sereinement les conséquences. L'action ne porte pas fruit ou aggrave les choses, et je me sens démuni et désespéré. Même si l'action est efficace habituellement je doute trop de moi-même pour m'en rendre compte. La plupart du temps, je dois encore revenir en arrière, me calmer, prendre conscience de mes sentiments et en arriver à une certaine acceptation. Cela m'aide de me rappeler que ma Puissance Supérieure m'accepte déjà ainsi que ma situation — et m'aime dans les mauvaises journées aussi bien que dans les bonnes.

Pensée du jour
Aller de la conscience à l'acceptation puis à l'action demande du temps, mais les bienfaits qu'on en retire valent l'attente. À mesure que j'apprends à accepter mes défauts, les circonstances de ma vie et mes sentiments, j'apprends que tel que je suis, je suis un être humain qui de la valeur. Avec ce genre d'acceptation de soi, je commence à voir les choix que je peux faire et lentement, je peux commencer à agir, à changer.

« ...quelqu'un m'a suggéré de cesser de me concentrer sur mon évolution et de penser d'abord à m'accepter. Cela m'a donné le coup de pouce dont j'avais besoin. » Alateen—un jour à la fois

Al-Anon, Le Courage de Changer, 1er avril, page 92

-------------------------------------------------

Grandir dans un foyer alcoolique m'a amplement préparé à devenir un perfectionniste. Étant jeune, je ne faisais presque jamais rien de bien. Intérieurement, j'éprouvais de la rage parce que je ne parvenais jamais à satisfaire les attentes impossibles de mes parents. Je me suis promis que je ferais les choses différemment. Malgré tout, quand j'ai atteint la trentaine, j'entendais les voix critiques de mes parents s'exprimer par ma propre bouche. Je savais que j'utilisais les mêmes paroles qui m'avaient été adressées.
Quand je suis finalement arrivé à Al-Anon et que j'ai entendu dire « Vivre et laisser vivre », j'ai commencé à comprendre. En faisant des efforts, je pourrais changer ce que j'avais appris dans mon enfance et devenir une personne plus agréable. Ce slogan paraît facile, mais le mettre en pratique était une tout autre affaire. J’ai commencé par la fin, avec « ... laisser vivre », et cela s'est avéré extrêmement difficile. Je devais m'abstenir d'intervenir dans les affaires des autres et les laisser prendre leurs propres décisions. En me fiant à mes propres règles, je n'étais pas en mesure de dire si leurs décisions étaient les bonnes.
J'ai fini par en arriver à « Vivre... » Comment puis-je vivre, tout simplement ? Qu'est-ce que la vie, si je ne me mêle pas constamment des affaires des autres ? Je me sentais perdu. Puis je me suis souvenu d'une suggestion entendue lors d'une réunion, « Prends soin de toi-même », et j'ai obtenu une lueur de compréhension. Je possède déjà les différents éléments d'une vie - un corps, un esprit, une âme. Tout ce que j'ai à faire pour qu'ils fonctionnent, c'est de les nourrir et d'en prendre soin. Quel simple concept ! Si je me concentre uniquement sur moi et que je prends soin des choses dont j'ai besoin pour être heureux et serein, je peux avoir une véritable vie qui m'appartient.

Pensée du jour
À qui appartiennent le corps, l'esprit et l'âme que je nourris aujourd'hui ?

« Si je ne me mêle pas des affaires des autres et que je prends davantage conscience des miennes, j'ai de bonnes chances de trouver un peu de sérénité. » Le Courage de changer, page 234

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 01 avril, page 92

-------------------------------------------------

Regarder en moi

Nous avons procédé sans crainte à un inventaire moral approfondi de nous-mêmes. Les Douze Étapes et les Douze Traditions, page 49

La Quatrième Étape consiste à faire un effort vigoureux et appliqué pour découvrir quels ont été et quels sont mes faiblesses. Je veux savoir exactement où, quand et comment mes désirs naturels m'ont corrompu. Je veux regarder en face le malheur que cela a causé aux autres et à moi-même. En sachant quelles sont mes défauts affectifs, je peux entreprendre de les corriger. Sans un effort constant et empressé en ce sens, il ne peut guère y avoir de sobriété ou de satisfaction pour moi. Pour résoudre mes ambivalences, j'ai besoin d'avoir un sens fort et positif de moi-même. Une telle prise de conscience ne se fait pas en un jour et ne persiste jamais automatiquement. Chacun a la possibilité de grandir et de prendre conscience de soi-même en regardant honnêtement la réalité en face. Si je ne cherche pas à fuir les problèmes, mais si je les affronte directement en essayant toujours de les résoudre, ils seront de moins en moins nombreux.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, page 100

-------------------------------------------------

Courage et prudence

Quand la peur persistait, nous la reconnaissions pour ce qu'elle était et nous arrivions à la surmonter. Nous en sommes venus à considérer chaque adversité comme une occasion que Dieu nous offrait de développer en nous le genre de courage qui naît de l’humilité plutôt que de la bravade.

Pour nous, la prudence est un juste milieu pratique, un chenal pour naviguer en toute sécurité entre la peur, d'un côté, et l'imprudence, de l'autre. L’habitude de la prudence crée un climat bien déterminé, le seul climat où l'harmonie, l'efficacité et le progrès spirituel constant soient possibles.

« La prudence est une juste préoccupation qui ne laisse pas de place à l'inquiétude. »

1. Grapevine, janvier 1962
2. Les Douze Concepts, page 77
3. Discours, 1966

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 91

-------------------------------------------------

1er avril - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Depuis que je fais partie du mouvement A.A., ai-je commencé à devenir plus honnête ? Est-ce que j'ai cessé de mentir à mon épouse ? Suis-je ponctuel au travail ? Est-ce que j'essaie de bien gagner mon salaire ? Est-ce que j'essaie d'être honnête avec moi-même ? Est-ce que je me vois moi-même tel que je suis vraiment, et ai­ je admis que je ne suis aucunement bon par moi-même, mais que je dois compter sur l'aide de Dieu pour faire le bien ? Est-ce que je commence à comprendre ce que signifie être vivant et faire face au monde sincèrement et sans crainte ?

Méditation du jour
Dieu est tout autour de nous. Son esprit enveloppe tout l'univers. Et pourtant, souvent nous ne laissons pas Son esprit entrer en nous-mêmes. Nous essayons de nous tirer d'affaire sans Son aide et nous gâchons nos vies. Nous ne pouvons rien de bon sans l'aide de Dieu. Toutes nos relations humaines dépendent de ce fait. Quand nous permettons à l'esprit de Dieu de gouverner nos vies, nous apprenons à bien nous entendre avec nos semblables et à les aider.

Prière du jour
Je demande de laisser Dieu gouverner ma vie. Je demande de ne jamais plus gâcher ma vie en essayant de la diriger moi-même.

Vingt-quatre heures à la fois, Hazelden, page 94

-------------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
La culpabilité vient de la violation de nos propres valeurs ou de celles de nos proches. La culpabilité me fait dire : « J'ai fait une erreur, je peux demander pardon ». La honte vient d'une attitude ou d'un sentiment d'être inférieur, incapable, sans valeur et sans ressources. Nous pouvons reconnaître la honte par des idées comme : « Comment les gens peuvent-ils m'aimer ? Je suis plus malade que les autres ; je suis une mauvaise personne ». La honte est le plus grand obstacle à notre croissance parce qu'elle est liée à notre être. Nous ne pouvons certainement pas nous débarrasser de notre être en demandant pardon. Bien sur, nous devons faire face à la honte. Alors seulement, nous trahissons notre honte, nous pouvons commencer à accepter nos limites humaines.

MÉDITATION DU JOUR
Aide-moi à être conscient aujourd'hui de la manière dont je me parle. Rappelle-moi que je suis aimable.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
La culpabilité me fait dire : « J'ai fait une erreur ». La honte me fait dire : « Je suis l'erreur ».

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 1er avril

-------------------------------------------------

Amour et dépendance

« Certains d'entre nous ont d'abord constaté les effets de la dépendance sur leurs proches. Nous dépendions d'eux pour nous soutenir dans la vie. Nous étions en colère, déçus, et blessés lorsqu'ils s'intéressaient à d'autres personnes ou à d'autres choses. » Texte de base, page 8

La dépendance touchait tous les domaines de notre vie. Tout comme nous cherchions la drogue qui allait tout arranger, nous cherchions aussi des personnes qui nous « arrangeraient ». Nous avions des exigences impossibles à satisfaire, éloignant ainsi ceux qui auraient eu quelque chose de valable à nous offrir. Les seuls qui restaient étaient souvent des gens qui, eux-mêmes, étaient trop dans le besoin pour pouvoir rejeter nos attentes irréalistes. Il n'est pas étonnant que, au cours de notre dépendance active, il nous ait été impossible d'établir et de maintenir des relations affectives équilibrées.
Aujourd'hui, dans le rétablissement, nous ne comptons plus sur la drogue pour tout arranger. Si nous attendons encore que les autres organisent notre vie, il est peut-être temps d'appliquer notre programme de rétablissement à nos relations affectives. Nous commençons par admettre que nous avons un problème ; que nous ne savons pas du tout comment entretenir des relations équilibrées. Nous nous efforçons de trouver des membres qui ont eu des difficultés semblables et qui ont trouvé du soulagement. Nous leur parlons et nous écoutons ce qu'ils ont à partager sur cet aspect de leur rétablissement. Nous appliquons ce programme à tous les domaines de notre vie, cherchant à connaître la même liberté dans nos relations affectives que celle trouvée dans le reste de notre rétablissement.

Juste pour aujourd'hui, des relations affectives sont à ma portée. Aujourd'hui, j'examinerai les effets de la dépendance sur mes relations, afin de chercher à me rétablir.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 1er avril, page 97

-------------------------------------------------

Personne ne peut te faire sentir inférieur si tu n'y consens. Eleanor Roosevelt

J'avais du mal à en croire mes oreilles lorsque j'entendais des membres OA dire : « Ce que les autres pensent de moi ne me regarde pas. » Lorsque notre impuissance face à la nourriture et à l'embonpoint anéantit notre confiance en nous-mêmes, notre estime personnelle a tendance à s'aligner sur l'opinion que les autres ont de nous.
Libre de la compulsion alimentaire, j'ai retrouvé l'estime de moi et j'ai compris ce que voulaient dire les membres OA. Aujourd'hui, je tiens compte de l'opinion de mes semblables, mais que celle-ci soit bonne ou mauvaise, elle ne peut altérer mon estime de moi.

Pensée du jour : Le programme OA me donne la confiance que possèdent les créateurs. Comme le monde aurait été appauvri si ses anticonformistes — artistes, écrivains, gens de science et philosophes — avaient interprété les critiques négatives à leur endroit comme une preuve de leur infériorité et avaient abandonné leur travail !

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 92

-------------------------------------------------

« Nous avons procédé sans crainte à un inventaire moral, approfondi de nous-mêmes. » Quatrième Étape

Ce processus exige que nous révélions absolument tout et que nous soyons entièrement honnêtes. Je ne peux trouver d'excuses pour justifier mon comportement, mais simplement l'examiner dans sa plus simple expression. Passer à l'action suppose un travail approfondi sur les Étapes : nous devons les mettre en pratique à l'aide de notre parrain ou marraine, puis nous libérer des défauts que nous trouvons en cours de route. La grâce s'ensuit lorsque l'on adopte la solution proposée par les Étapes et que l'on met en pratique les principes associés à chacune d'entre elles. Cette grâce consiste à s'abstenir d'outremanger et à faire confiance à une Puissance supérieure. Cette grâce est la liberté nouvelle qui nous est tous promise.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 1er avril, page 92

-------------------------------------------------

Pensée du jour
Depuis que je fais partie de la fraternité J.A., ai-je commencé à devenir plus honnête ? Est-ce que j'ai cessé de mentir aux miens ? Suis-je ponctuel au travail ? Est-ce que j'essaie de gagner ma vie honnêtement ? Est-ce que je suis honnête avec moi-même ? Est-ce que je me vois tel que je suis vraiment et ai-je admis que je peux devenir meilleur, à condition de compter sur l'aide de Dieu pour faire le bien ? Est-ce que je commence à comprendre ce que signifient être vivant et faire face au monde sincèrement et sans crainte ?

Méditation du jour
Dieu est toujours près de nous. Son Esprit enveloppe tout l'uni­vers. Et pourtant, souvent, nous ne laissons pas Son esprit entrer en nous-mêmes. Nous essayons de nous tirer d'affaire seuls et nous gâchons nos vies. Nous ne pouvons rien faire de bon sans Son aide. Toutes nos relations humaines dépendent de ce fait. Quand nous permettons à l'Esprit Divin de mener nos vies, nous apprenons à bien nous entendre avec nos semblables et à les aider.

Prière du jour
Je demande de laisser Dieu mener ma vie. Je demande de ne jamais plus gâcher ma vie en essayant de la diriger moi-même.

Joueurs Anonymes, 01 avril

-------------------------------------------------

01 avril

Le printemps s'installe d'une façon vraiment parfaite. Voici le printemps du nouvel Age, et lui aussi se déploie de façon parfaite. Tu en fais partie, et il t'apporte une vie nouvelle. Il apporte un sentiment de liberté et d'abandon complets, le sentiment de dépasser les anciennes manières confinées pour s'ouvrir à un nouvel horizon spacieux ou n'existe aucune limitation. Sens toi grandir et t'étendre dans toutes les directions, avec le sentiment que tout peut arriver à n'importe quel moment. Sois comme un coureur sur la ligne de départ, sur le qui vive, prêt à partir au signal du starter. Tant de chose se passent en ce moment, à tous les niveaux.
Les changements se produisent et tu en fais partie, alors suis-les. Sois prêt à changer et change rapidement là où c'est nécessaire et au bon moment. N'hésite pas, ne reste pas en arrière. Pénètre tout droit dans ce qui se met en place, rapidement et sûrement, avec une foi et une confiance absolue.

La Petite Voix, Eileen Caddy

-------------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

-------------------------------------------------

01 avril frappés d'insanité AAp43.jpg