Pensées 02 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

Souvent, quelques membres des groupes d'entraide nous partagent qu'ils ont développé un entendement de Dieu qu'ils ne comprennent pas pleinement. La possibilité d'un contact conscient avec une Puissance supérieure est toujours présente, même si la forme que prend ce contact ne semble pas avoir de sens, même si la relation apparaît tout à fait illogique. Les suggestions et les réponses de notre Puissance supérieure semblent venir au hasard et quelquefois, elles n'ont pas vraiment de source évidente. Voici quelques citations assez semblables sur le hasard : « Le hasard est le pseudonyme de Dieu lorsqu'il ne voulait pas signer. » Anatole-François Thibault, dit Anatole France / 1844-1924 — « Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer. » Théophile Gautier — « Le hasard, c'est Dieu qui se promène incognito. », Albert Einstein — « Le hasard, ce dieu inconnu, qui joue un si grand rôle dans ma vie... » Hector Berlioz Tout semble se passer dans l'univers comme si celui-ci était gouverné par une force émanant d'un Être suprême, par une Puissance supérieure qui est la source de cette énergie. Cette force se vérifie aussi bien au niveau des particules de matière qu'aux cellules vivantes ainsi qu'à chaque individu doué d'intelligence, de sensibilité. À chaque pas, nous verrons toutes les activités de la nature tendre vers une fin, à un but. Nous voyons même des êtres dépourvus d'intelligence s'acquitter de tâches et de résultats merveilleux qui parfois défient le génie de l'homme. Nous voyons cette machine humaine avec tous les éléments qui la composent travailler dans l'harmonie la plus subtile... Tous les moyens concourent à un but et conservent l'être en tendant à le perfectionner sans relâche et, en présence de cet ordre universel, nous serons constamment forcés de poser la même question : Comment le monde a-t-il pu s'organiser avec tant de perfection ?

« Les membres des AA ont presque tous pu constater qu'à moins de cultiver cette précieuse qualité (l'humilité) bien au-delà de ce qui est requis pour les garder tout simplement abstinents, ils ont encore peu de chances de devenir vraiment heureux. » (12x12, 7e Étape, page 78) Avec le temps, nous ressentons moins le besoin de nous isoler pour entrer en contact avec ce Dieu tel que nous Le concevons. Avec le temps, nous ressentons moins le besoin de catégoriser nos contacts conscients avec notre Dieu d'amour. Nous n'avons pas à nous préoccuper d'où viendra notre contact, ni de la forme qu'il prendra. Nous n’avons qu’à ouvrir notre esprit et notre cœur (qui ne font qu’un, en passant) par la méditation et la prière si telle est Sa volonté, ensuite reconnaître cette illusion de prise, nous en remettre à la gouverne bienveillante, à la toute présence de Dieu et « compter sur les ressources de la foi ». « C’est déjà un geste de bonne volonté que d’abandonner, en ce qui a trait à l’alcool, sa volonté et ses positions personnelles pour adopter les suggestions des AA. … Eh bien ! si ce n’est pas là confier sa volonté et sa vie à la Providence telle qu’on vient de la découvrir, qu’est-ce que c’est ? » ( 12x12, pages 38-39 )

Le thème de la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, qui se tient aujourd’hui le 2 avril est une initiative de l'Organisation des Nations unies (ONU) et porte sur « l'autonomisation des femmes et des filles autistes » et « sur leur participation (ainsi que leurs organisations représentatives) aux processus de prise de décision ». Merci Marie !

Merci la Vie !!!
Gilles

-------------------------------------------------

J'ai entendu dire que le temps où je dois être particulièrement bon envers moi-même, ce n'est pas lorsque je vais bien, mais lorsque je me sens misérable. Il se peut que je sois capable de m'en demander beaucoup quand les choses vont à mon goût, mais je m'attire des ennuis si j'agis ainsi quand je me débats déjà pour accomplir les activités de base de ma vie. Autrefois, je craignais qu'en ne me demandant pas le maximum en tout temps, je sombrerais dans la paresse et que rien ne se ferait. Mais l'inventaire que j'ai fait dans ma Quatrième Étape m'a démontré la véracité du contraire. J'ai tendance à être très sévère avec moi-même, tellement sévère parfois que je rends ma propre vie incontrôlable. Comme résultat, j'accomplis souvent moins que je ne le ferais si j'avais une approche plus conciliante. Pour moi, le meilleur antidote est le slogan « se hâter lentement ».
Quand je me rends compte que j'assume mal ma journée, j'essaie de ralentir. Et au lieu de présumer automatiquement que j'ai tort, j'essaie de considérer la possibilité qu'il se pourrait que j'en sois là où je dois être.

Pensée du jour : « Se hâter lentement » me suggère non seulement d'apprendre à ralentir, mais aussi d'apprendre à me détendre. Aujourd'hui, je m'efforcerai d'adopter à mon égard une attitude de plus grande acceptation et de profiter de ma journée, peu importe ce que j'accomplirai.

« L'amélioration de notre attitude et de notre état d'esprit prend du temps. La hâte et l'impatience ne peuvent que faire échec aux buts que nous nous proposons. » Voici Al-Anon

Al-Anon, Le Courage de Changer, 2 avril, page 93

-------------------------------------------------

J'ai entendu certaines personnes dire qu'elles condensent les activités de leur vie spirituelle en ces mots : calmer l'esprit ; ouvrir le cœur. Pour m'encourager à approfondir ma compréhension de la prière et de la méditation, j'aime me rappeler ces suggestions. Je considère tout ce qui contribue à calmer mon esprit comme étant de la méditation, et tout ce qui ouvre mon cœur comme étant de la prière.
Ma notion de contact conscient avec une Puissance Supérieure, tel que décrit dans la Onzième Étape, a évolué avec le temps. Parfois, ce contact semble provenir de ce que plusieurs appellent l'intuition — que j'utilise pour prendre des décisions reposant sur une forte impression ou un pressentiment. Parfois, mon contact provient d'une source qui ne semble pas nécessairement rationnelle, explicable, ou exprimable en paroles et en pensées. Souvent, les suggestions et les réponses de ma Puissance Supérieure semblent venir au hasard et elles n'ont pas vraiment de source évidente. Tandis que je progresse dans Al-Anon, je ressens moins le besoin d'isoler et de catégoriser mes épisodes de contact conscient avec Dieu. Je n'ai pas à me préoccuper d'où viendra notre contact, ni de la forme qu'il prendra. Je n'ai qu'à ouvrir mon esprit et mon cœur par la méditation et la prière, et ensuite « Lâcher prise et m'en remettre à Dieu ».

Pensée du jour
La possibilité d'un contact conscient avec une Puissance Supérieure est toujours présente, même si la forme que prend ce contact ne semble pas avoir de sens.

« Je crois que j'ai développé une compréhension de Dieu que je ne comprends pas pleinement. » Tel que nous Le concevions..., page 258

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 02 avril, page 93

-------------------------------------------------

Forger son caractère

À force de réclamer des autres une trop large part d'attention, de protection et d'affection, on ne peut que provoquer... la domination et la répulsion... Les Douze Étapes et les Douze Traditions, page 48

Quand j'ai découvert à la Quatrième Étape mon besoin d'approbation, je n'ai pas cru bon de le ranger parmi mes défauts. Je préférais le considérer comme un atout — le désir de plaire aux gens. Mais on m'a vite fait remarquer que ce « besoin » peut être très paralysant. Aujourd'hui, j'aime encore me sentir approuvé par les autres, mais je ne veux plus payer pour cela le même prix qu'avant. Je ne veux plus faire de bassesses pour que les gens m'aiment. Si j'ai votre approbation, tant mieux ; sinon, je ne vais pas en mourir. J'ai la responsabilité de dire ce que je crois être la vérité, et non pas ce que je crois que les autres veulent entendre. De la même manière, ma vanité m'a toujours amené à me préoccuper exagérément de ma réputation. Depuis que le programme des AA me guide, mon but est d'améliorer mon caractère.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, page 101

-------------------------------------------------

Cheminer vers la sérénité

« Quand j'étais trop fatigué pour me concentrer, je me contentais d'adopter une attitude positive qui consistait simplement à marcher, en respirant profondément. Parfois, je me disais que je ne pouvais même pas faire cela, que je me sentais trop faible. J'ai cependant appris que, parvenu à ce stade, je ne pouvais pas renoncer à cette marche sans devenir encore plus déprimé.
Je me fixais donc un but facile. Je décidais de marcher un demi kilomètre. Je me concentrais en comptant mes respirations — disons, six pas pour chaque inspiration lente et quatre pour chaque expiration. Après avoir parcouru mon demi kilomètre, je constatais que je pouvais aller plus loin, peut-être un kilomètre encore, puis un autre et peut-être encore un autre.
Je reprenais courage. Je n'éprouvais plus cette sensation de faiblesse physique, caractéristique d'un état dépressif. La marche et surtout les exercices de respiration étaient de puissantes incitations à vivre et m'éloignaient de l'échec et de la mort. Compter m'imposait un minimum de discipline, de concentration, qui me reposait de la fatigue causée par la peur et la culpabilité. » Lettre, 1960

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 92

-------------------------------------------------

2 avril - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Depuis que je suis dans le mouvement A.A., ai-je commencé à aimer davantage ma famille et mes amis ? Est-ce que je rends visite à mes parents ? Est-ce que j'apprécie davantage ce que fait mon épouse ? Lui suis-je reconnaissant pour sa patience envers moi au cours des années passées ? Est-ce que je suis devenu l'ami de mes enfants ? Ai-je l'impression que les amis que j'ai trouvés chez les A.A. sont de vrais amis ? Est­ ce que je crois qu'ils sont toujours prêts à m'aider ? Est-ce que je veux aussi les aider si je le peux ? Est-ce que je me soucie vraiment des autres ?

Méditation du jour
La vraie puissance miraculeuse ne se trouve pas tant dans ce que vous faites que dans ce que vous êtes. Vous pouvez être une force pour le bien, avec l’aide de Dieu. Dieu est ici pour vous aider et vous bénir, pour vous accompagner. Vous pouvez travailler en collaboration avec Dieu. Transformé par la grâce de Dieu, vous laissez de côté un vêtement de l'esprit pour en revêtir un autre meilleur. En temps et lieu, vous rejetez ce dernier pour en trouver un autre encore plus somptueux. Et ainsi, de caractère en caractère, vous êtes peu à peu transformé.

Prière du jour
Je demande d'être capable d'accepter chaque défi. Je demande que chaque acceptation d'un défi me fasse croître et devenir un meilleur être humain.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 95

-------------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Une des choses les plus difficiles que je n'aie jamais eue à faire est de me remettre d'une rechute. La peur du ridicule et la douleur de la déception minent l'énergie dont j'ai besoin pour repartir. D'abord, j'ai besoin de demander à ma Puissance supérieure un élan audacieux d'enthousiasme pour déclencher une étincelle d'espoir, force motrice qui me permettra d'essayer encore. Les bouleversements, les rechutes et les essais infructueux peuvent devenir pour moi des moyens de renforcer ma stabilité émotive en réexaminant mes priorités. Si ma méthode n'a pas fonctionné, pourquoi ? J'ai à bien regarder de nouveau le problème en le voyant sous le point de vue de quelqu'un d'autre et en me détachant de moi même. Peut-être que l'arbre m'empêche de voir la forêt. Je peux essayer encore avec l'aide de ma Puissance supérieure en La tenant d'une main et en m'accrochant solidement de l'autre au Programme ÉA et à mes amis.

MÉDITATION DU JOUR
Redonne-moi l'enthousiasme et l'espoir lorsque je ne réussis pas du premier coup.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Mon succès se mesure à ma volonté d'essayer encore.

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 2 avril

-------------------------------------------------

L’attrait

« Notre image publique correspond à ce que nous avons à offrir, c'est-à-dire une méthode pour vivre sans drogues dont l'efficacité a fait ses preuves. » Texte de base, page 92

Oui, nous attirons de nouveaux membres. De plus en plus de dépendants arrivent à Narcotiques Anonymes. Mais comment traitons-nous nos nouveaux membres lorsqu'ils arrivent, épuisés par leur lutte contre la dépendance ? Allons-nous à la rencontre des nouveaux qui, dans nos réunions, souvent restent à l'écart, confus et incertains ? Acceptons-nous de les amener à des réunions ? Partageons-nous encore nos expériences en tête à tête avec le dépendant qui souffre ? Donnons-nous notre numéro de téléphone ? Sommes-nous empressés de répondre à un appel de Douzième Étape, même si cela nous force à sortir de notre lit douillet au milieu de la nuit ? Cheminerions-nous avec quelqu'un qui n'a pas la même orientation sexuelle ou qui est d'une autre culture ? Donnons-nous généreusement de notre temps ? Il n'y a pas de doute que nous avons été reçus avec amour et acceptation par d'autres dépendants. Ce qui nous a attirés à Narcotiques Anonymes, c'est ce sentiment d'avoir enfin trouvé un endroit où nous nous sentions chez nous. Offrons-nous ce même sentiment d'appartenance aux nouveaux ? Nous ne pouvons pas faire de réclame pour Narcotiques Anonymes. Mais, en mettant ces principes en pratique dans notre vie, nous attirons des nouveaux au mode de vie N.A., tout comme nous avons nous-mêmes été attirés vers le rétablissement.

Juste pour aujourd'hui, je m’occuperai d’un nouveau. Je me rappellerai que j’ai moi-même été nouveau. Je chercherai à en attirer d'autres avec ce même sentiment d'appartenance que j'ai trouvé dans N.A.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 2 avril, page 98

-------------------------------------------------

Le plus grand bonheur est celui de savoir que le bonheur n'est pas indispensable. William Saroyan

L'insatisfaction était une des caractéristiques de ma maladie. Ainsi, comme peu de choses étaient à la hauteur de mes attentes, je trouvais le moyen de compenser : par la nourriture, je me donnais l'illusion du bonheur.
Comme on se sent libre quand on a renoncé à la poursuite du bonheur ! Je peux aller partout, faire n'importe quoi sans m'attendre au bonheur, sans l'exiger. Paradoxalement, c'est lorsque j'agis l'esprit ouvert, sans attente, que le plus souvent je trouve la joie qui fait chanter mon coeur.

Pensée du jour : Mais de quoi donc ai-je besoin si ce n'est du bonheur ? J'ai besoin de bien vouloir accepter ce qui se présente à moi, sans chercher à ce que les choses se déroulent à ma façon. J'ai besoin de renoncer à l'idée que je devrais toujours me sentir bien.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 93

-------------------------------------------------

« La répétition est la seule forme de permanence que connaisse la nature. » George Santayana tel que cité dans le Aujourd'hui, page 204

Cela m'aide à me souvenir que dans le cadre de mon rétablissement, la répétition est un merveilleux cadeau : il ne s'agit pas de l'asservissement à un comportement mécanique, comme je le croyais jadis quand j'étais en rechute. J'étais furieuse d'avoir suivi mon plan alimentaire pendant sept ans, d'avoir assisté à plusieurs réunions par semaine, d'avoir maintenu une perte de poids de 36 kilos et d'avoir rechuté quand même. Je pratiquais alors une nouvelle forme de déni : j'admettais que j'avais un problème avec la nourriture, mais je niais que je pourrais me rétablir grâce au programme OA. Même s'il avait fonctionné pour tant d'autres, j’étais convaincue qu'il ne pourrait plus fonctionner pour moi. Et d'ailleurs, même s'il avait fonctionné, cela n'aurait été que temporaire, comme tout le reste.
Au cours de mes dix années de rechute, l'éternel recommencement du programme OA me semblait une tâche impossible. Aujourd'hui, dans mon rétablissement, je trouve que la répétition du mode de vie a sa beauté et son rythme. Elle apporte une structure salvatrice à ma vie quotidienne et ce, aux trois niveaux : physique, émotif et spirituel. Inversement, le cauchemar se répète tous les jours si je vis dans la maladie. Il peut également devenir permanent. Ainsi, aujourd'hui, je me sers des outils et je mets les Étapes en pratique afin de rester en bonne forme spirituelle. De plus, j'accepte que le rétablissement, le mien comme celui des autres, n'a de permanence que dans la répétition.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 2 avril, page 93

-------------------------------------------------

Pensée du jour
Depuis que je suis dans le mouvement J.A., ai-je commencé à aimer davantage ma famille et mes amis ? Est-ce que je rends visite à ma famille ? Est-ce que j'apprécie davantage ce que font les miens pour moi ? Est-ce que je leur suis reconnaissant pour la patience qu'ils m’ont témoignée dans le passé ? Est-ce que je suis devenu l'ami de mes enfants ? Ai-je l'impression que les amis que j'ai trouvés chez les J.A. sont de vrais amis ? Est-ce que je suis conscient qu'ils sont tou­jours prêts à m'aider ? Est-ce que je veux aussi les aider si je le peux ? Est-ce que je me soucie vraiment des autres ?

Méditation du jour
La vraie Puissance Miraculeuse ne se trouve pas tant dans ce que vous faites que dans ce que vous êtes. Vous pouvez devenir une personne qui peut faire le bien. Dieu est prêt à vous aider, vous bénir et vous accompagner dans tous les combats et les victoires de votre vie. Vous pouvez tra­vail­ler en collaboration avec Lui. Ainsi transformé par Sa grâce, vous laissez de côté votre vie de misère et accédez à une vie sereine et heureuse. En temps et lieu, vous vous retrouvez dans un état de spiritualité encore plus riche. Et ainsi, lentement, vous êtes transformés.

Prière du jour
Je demande d'être capable d'accepter chaque défi. Je demande que chaque acceptation d'un défi me fasse croître et devenir meilleur grâce à ma Puissance Supérieure.

Joueurs Anonymes, 02 avril

-------------------------------------------------

2 avril

Il y a un temps et une saison pour tout. Il s'agit de Me laisser guider ta vie de façon à ce que tu connaisses le bon moment et la bonne saison avec une certitude intérieure claire, et que tu puisses avancer rapidement en suivant ces suggestions profondes avec une confiance absolue.
Quand tu es en paix au-dedans de toi, le temps ne veut rien dire; c'est lorsque tu es malheureux ou mal à l'aise que tu sens que le temps s'étire, et tu as l'impression que la journée n'en finit pas. Lorsque tu prends plaisir à ce que tu fais, le temps passe très vite et tu souhaites qu'il y ait plus d'heures dans une journée. Il est important que tu apprennes à apprécier pleinement tout ce que tu entreprends et que ton attitude envers toute chose soit juste. Tu arriveras à faire bien plus de choses; ce sera fait avec amour, et donc à la perfection. Que la perfection soit ton but à tout instant. Lorsque tu fais quelque chose avec amour, tu le fais pour Moi.

La Petite Voix, Eileen Caddy

-------------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

-------------------------------------------------

02 a vril hasard Hector Berlioz.jpg