Pensées 03 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

Tendre à vivre heureux, c’est aspirer à être en harmonie avec Dieu. Si le bonheur échappe à tant de personnes, ce n’est pas qu’elles ne le cherchent pas à la bonne place ou qu'elles ne visent qu'au confort matériel et pas assez à la richesse intérieure. Pour trouver Dieu, il faut que ce soit Sa volonté de le découvrir. Il n’y a rien de mystérieux dans la recherche d'une Puissance supérieure. Certains disent que nous pouvons suivre tout simplement le son de la petite voix intérieure et divine pour découvrir le chemin. Ce n’est pourtant pas le cas de la plupart des personnes pour qui la quête d'un Être suprême est aussi invraisemblable que voir un gourou s'élever du sol, s'adonnant à la lévitation. Peut-être parce que leur conscience ne leur permet pas encore de comprendre que la destinée de chaque âme est d'être une avec Dieu, et que Dieu a prévu autre chose de nous que de simplement boire, manger et s'amuser. Peut-être que cette force dans l'univers ne leur demande que de cheminer tel qu'ils et elles le font pour l'instant.

Pour bien des personnes, l’existence spirituelle ressemble à une sortie au casino. Toutes leurs forces et leurs espoirs se retrouvent centrés sur la petite boule au jeu de la roulette et elles parient alors tout sur un simple coup de fortune, sur lequel ils ou elles croient pouvoir influer par la prière. Pour d'autres, le bonheur se joue sur un coup de dés, parce que cette fois, cette fois, c'est le bon. Certaines autres personnes brûlent d’un véritable désir pour Dieu et ne sentent que Sa présence qu'avec une certaine forme de rituel ou de culte. La prière pour ces personnes, c'est comme la circulation sur une voie à sens unique : elles croient être les seules à se faire entendre. Il ne leur vient pas à l’idée comme nous à certains moments, de s'arrêter un instant, d’écouter et de Le remercier. En fait, Dieu nous parle tout le temps. Et quelquefois, nous avons l'impression que dans tout notre gazouillis intérieur, Dieu ne parviendra même pas à placer un mot. Et si ce babillage était de Lui ?

Les vibrations dans l’univers s’étendent à l’infini. Probablement, toute vibration provient originellement de Dieu, et la voix humaine ne représente qu’une infime partie du spectre vibratoire. Pourquoi Dieu ne parlerait-il qu’en chuchotant ? Ceux et celles qui croient que Dieu ne communique principalement qu’à l’intérieur de la gamme des fréquences de la voix humaine oublient que cette voix, comparativement à l’univers des sons, n’est qu’un faible chuchotement. Le chuchotement est plutôt humain et prétendre que Dieu ne s’adresse à Sa création que seulement à l’intérieur du champ des sons humains équivaut à vouloir restreindre Sa puissance.

Les groupes d’entraide nous apprennent à nous centrer sur nous-mêmes : nos pensées, nos sentiments, nos intentions et nos attitudes, à admettre notre impuissance devant notre maladie et aussi la vie, les blessures que nous avons subies et les torts que nous avons fait subir à d’autres. Quand notre Puissance supérieure nous permet de maintenir ces aspects de nous-mêmes dans la bonne voie, sur la voie de la raison, nos activités sont le reflet d’une identité saine, plutôt qu’une fuite ou une anesthésie à travers une illusion de personnalité démesurée. Aujourd'hui, par la grâce de Dieu tel que nous Le concevons, nous pouvons prier, méditer, nous calmer, écouter la voix de Dieu et nous accorder sur un chuchotis dans notre cœur ou un autre qui ressemble à « Apaise-toi — et Sache — JE SUIS — Dieu ». C’est par la suite que se manifeste l’attrait plus que la réclame. Nous pouvons redonner ce que nous avons reçu et ce que nous continuons de recevoir. « Nous sommes parvenus à une certaine compréhension de ces paroles anciennes : ‘Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.’ » ( 12x12, 8e Tradition, page 187 )

Merci la Vie !!!
Gilles

-----------------------------------------------

Plusieurs parmi nous avons résisté à l'idée d'adhérer à Al-Anon parce que nous ne voulions pas que personne soit au courant de nos problèmes. Nous avions peur que notre patron ou nos amis apprennent notre appartenance à la fraternité, ou que cela ne parvienne aux oreilles de l'alcoolique.
Ces craintes m'accompagnaient à ma première réunion Al-Anon. Ô horreur, juste comme je m'assoyais, un de mes voisins est entré dans la pièce et est venu s'asseoir en face de moi. Que pouvais-je faire maintenant ? Fuir ?
Au milieu de ma panique, j'ai remarqué une pancarte sur la table disant : « Ce que vous voyez ici, ce que vous entendez ici, quand vous partez d'ici, laissez-le ici. » Et sur le mur, j'ai vu une bannière sur laquelle étaient inscrites les Traditions, dont l'une disait que l'anonymat est la base spirituelle d'Al-Anon ! Je suis resté, mais j'étais quand même inquiet.
Mon voisin n'en a jamais dit mot à personne. Avec le temps, j'ai commencé à croire que c'était sans danger d'aller chercher l'aide dont j'avais si désespérément besoin, parce que la seule personne qui pourrait éventuellement mentionner mon appartenance à Al-Anon, c'était moi. Jusqu'à aujourd'hui, j'ai confiance que mon anonymat a été et sera toujours protégé et j'en éprouve une gratitude sans bornes.

Pensée du jour
À moins que je ne protège l'anonymat de tous les membres, Al-Anon ne sera un endroit sûr pour aucun de nous.

« La possibilité de nous exprimer librement — si importante à notre rétablissement — repose sur notre sentiment de sécurité, sachant que ce que nous partageons à nos réunions revêtira un caractère strictement confidentiel. » Ici, parlons Al-Anon

Al-Anon, Le Courage de Changer, 3 avril, page 94

-----------------------------------------------

Je me suis toujours targué de maîtriser mes facultés. Ce fut donc un choc de réaliser que je me défonçais avec les affaires de la même manière que mes parents alcooliques se défonçaient avec l'alcool : pour m'anesthésier et m'isoler. J'emplissais chaque minute du bruit d'une activité « importante ». Ma vie n'était qu'une grande évasion frénétique.
Je n'étais pas précisément un bourreau de travail, mais je forçais par moments la note au niveau de l'apprentissage et de la réussite, tout en négligeant mes relations avec ma Puissance Supérieure, avec les autres, et avec moi-même. Heureusement, un ami Al-Anon m'a rappelé que ce qui me donne un sens, c'est qui je suis, et non ce que je fais. Maintenant, je me concentre sur moi : mes pensées, mes sentiments, mes intentions, et mes attitudes. Quand je maintiens ces aspects de moi dans la bonne voie, mes activités sont le reflet d'une personnalité saine, plutôt qu'une fuite. Aujourd'hui, je peux me calmer pour écouter le chuchotement de Dieu et entendre la réaction spontanée de mon cœur.

Pensée du jour
Aujourd'hui, je me rendrai disponible à ma Puissance Supérieure. Par la prière et la méditation, j'éviterai de m'agiter de manière obsessive.

« Dieu m'appelait. Le seul problème, c'est que la ligne était occupée. » Having Had a Spiritual Awakening..., page 35

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 03 avril, page 94

-----------------------------------------------

Accepter d'être humains

Nous avons finalement compris que nous devions faire notre inventaire à nous, pas celui de l'autre. Nous avons donc honnêtement reconnu nos torts et nous nous sommes disposés à les redresser. Réflexions de Bill, page 222

Comment se fait-il que l'alcoolique soit si peu disposé à accepter ses responsabilités ? Avant, je buvais à cause de ce que les autres me faisaient. Mais chez les AA on m'a dit de chercher à voir quels étaient mes torts ? Quel avait été mon rôle dans toutes ces histoires ?
Une fois que j'ai eu simplement accepté ma part de responsabilité, il m'a été possible de jeter tout cela sur le papier et de constater que je n'étais après tout qu'un être humain. On ne me demande pas d'être parfait ! J'ai déjà fait des erreurs et j'en ferai encore. Les reconnaître honnêtement me permet de les accepter, de m'accepter moi-même et d'accepter aussi les personnes avec qui j'ai eu des différends. À partir de là, le rétablissement n'est plus très loin.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, page 102

-----------------------------------------------

Un air vivifiant

Ceux d'entre nous qui ont pris l'habitude de prier régulièrement ne voudraient pas plus s'en priver que nous ne serions prêts à refuser l'air, la nourriture ou le soleil. Et pour la même raison, quand on refuse l'air, la lumière ou la nourriture, l'organisme en souffre. De la même manière, si nous nous détournons de la prière et de la méditation, nous privons d'un soutien vital notre esprit, notre cœur et notre inspiration.
Tout comme un corps sous-alimenté peut défaillir, ainsi en va-t-il de l'âme. Nous avons tous besoin comme d'une lumière de cette réalité de l'existence de Dieu, de sa force comme d'une nourriture, et de sa grâce comme de l'air vivifiant. L'expérience de la vie chez les AA donne à cette vérité séculaire une confirmation renversante. Les Douze Étapes et les Douze Traditions, page 109

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 93

-----------------------------------------------

3 avril - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Quand je buvais, j'étais un parfait égoïste. Je pensais à moi-même d'abord, en dernier lieu et toujours. L'univers tournait autour de moi et j'en étais le centre. Quand je m'éveillais le matin avec la gueule de bois, ma seule pensée était de me plaindre que j'étais bien malheureux et de trouver une méthode de faire disparaître mes douleurs. Et je ne pouvais penser qu'à une seule chose, encore de l'alcool. Il m'était impossible de cesser de boire. Je ne pouvais penser à autre chose qu'à moi-même et à un autre verre de boisson. Est-ce que je peux maintenant voir au-delà de ma propre personne égoïste ?

Méditation du jour
Rappelez-vous que la première qualité de la grandeur, c'est le service. D'une certaine façon, Dieu est le plus grand serviteur qui existe, parce qu'Il attend toujours que nous Lui demandions de nous aider dans toutes nos bonnes actions. Sa force est toujours à notre disposition, mais nous devons la Lui demander par notre volonté libre. C’est un don gratuit, mais nous devons le désirer sincèrement. Une vie de service, c'est la plus belle vie que nous puissions vivre. Nous sommes ici sur la terre pour rendre service aux autres. Tel est le commencement et la fin de notre valeur réelle.

Prière du jour
Je demande de coopérer avec Dieu dans toutes les bonnes choses. Je demande de servir Dieu et mes semblables et d'avoir ainsi une vie utile et heureuse.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 96

-----------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Le perfectionnisme est un de mes défauts de caractère. Lorsque j'ai mis en application la Quatrième Étape, de mon mieux et en toute honnêteté, je m'attendais à vivre une sensation de bonheur et de satisfaction. J'avais déjà prévu comment j'en parlerais avec mon vis-à-vis en faisant ma Cinquième Étape. Le jour venu, j'étais convaincu que : « Ce n'est pas assez bien : ça n'a pas de sens ; mon travail est loin d'être adéquat ». J'ai révisé ma Quatrième Étape et j'ai compris que non seulement je visais la perfection, mais que j'avais peur aussi d'être rejeté. Seules ma foi en ma Puissance supérieure et la conscience d'avoir honnêtement essayé de faire un bon travail peuvent me permettre de triompher de la peur et de partager ma Quatrième Étape.

MÉDITATION DU JOUR
Merci de la force, de l'amour et du courage que Tu me donnes chaque fois que je T'en fais la demande.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Ma Puissance supérieure est toujours prête à m'aider.

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 3 avril

-----------------------------------------------

Pour toi seulement

« L'idée d'un réveil spirituel prend des formes diverses selon les différentes personnalités que nous rencontrons au sein de la Fraternité. » Texte de base, page 61 Bien que nous travaillions tous les mêmes étapes, chacun de nous connaît à sa façon le réveil spirituel qui en résulte. La forme que prendra ce réveil spirituel dans notre vie variera selon de ce que nous sommes.
Pour certains d'entre nous, le réveil spirituel promis dans la Douzième Étape prendra la forme d'un renouveau d'intérêt pour la religion ou le mysticisme. D'autres prendront conscience de la vie de ceux et celles qui les entourent et, pour la première fois peut-être, sentiront de la compassion pour quelqu'un. D'autres encore se rendront compte que les étapes ont réveillé en eux leurs propres principes moraux ou éthiques. Pour la majorité d'entre nous, le réveil spirituel est une combinaison de toutes ces choses, chaque combinaison étant aussi unique que la personne en qui elle se manifeste.
S'il y a tant de variétés dans les différents réveils spirituels, comment savoir si nous en avons vraiment connu un ? Les Douze Étapes nous fournissent deux indices : nous avons trouvé des principes capables de bien nous guider, des principes que nous désirons mettre en pratique dans tous les domaines de notre vie ; et nous avons commencé à nous intéresser suffisamment aux autres dépendants pour être prêts à partager notre expérience avec eux. Quelles que soient les circonstances de notre réveil, nous recevons les conseils et l'amour qui nous sont nécessaires pour mener une vie satisfaisante et empreinte de spiritualité.

Juste pour aujourd'hui, quelle qu'en soit la forme, mon réveil spirituel m'a aidé à prendre ma place dans le monde avec amour et dynamisme. De cela, je suis reconnaissant.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 3 avril, page 99

-----------------------------------------------

L'avidité est un géant qui grandit. Son manteau de possessions ne suit pas sa croissance ; il n'est jamais assez large pour l'envelopper. Ralph Waldo Emerson

J'en voulais toujours plus que ce que j'avais, et ce, dans tous les domaines. Or, en tant que personne atteinte de compulsion alimentaire, ce que je désirais le plus était de pouvoir manger ce que je voulais quand je voulais, car cette maladie est le produit de l'avidité. Que voulais-je ? Plus d'attention ? Plus de biens ? Oui. Et j'en voulais plus, toujours plus. Peu importe l'objet de mon désir, je croyais devoir l'obtenir du simple fait que je le désirais. Mais, en vérité, j'avais rarement besoin des choses que je convoitais.
J'apprends aujourd'hui que ce dont j'ai besoin, c'est d'éliminer de ma vie tout ce est encombrant, excessif et qui prend du temps, de l'espace et de l'énergie. Si je crois avoir besoin de quelque chose, je me demande : « Qu'est-ce que cela va m'apporter ? »

Pensée du jour : Pour me sentir bien, pour trouver la vraie source de la sérénité, j'ai compris qu'il ne s'agit pas d'avoir ce que j'aime, mais d'aimer ce que j'ai.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 94

-----------------------------------------------

« (...) renoncer aux arguments académiques et théologiques en matière de croyance, mais fonder notre foi uniquement sur nos besoins et sur l'état désespéré de notre vie. » Les Douze Étapes et les Douze Traditions des Outremangeurs Anonymes, page 16

Avant d'arriver chez les OA, je vivais dans la peur, la colère et le chagrin engendrés par l'excès de nourriture. Seul chez moi, dans un état d'engourdissement viscéral proche de la transe, je me gavais. Deux choses m'ont sauvé : j'ai admis que j'avais désespérément besoin d'aide et j'ai cru que les OA pourraient m'apporter la solution. J'ai canalisé toute ma détermination et ma volonté inébranlable dans la pratique du programme, parce que je savais que ma vie en dépendait. J'ai dû mettre de côté tous mes arguments théologiques d'agnostique et faire comme si je croyais à une force qui pourrait m'aider.
Grâce à mon besoin désespéré, j'ai découvert un puits d'énergie qu'aujourd'hui j'appelle Dieu, et qui constitue pour moi la source suprême de réconfort, d'acceptation, d'amour et de paix. Dieu me donne mon abstinence et m'offre un répit dans les tribulations de la vie sur Terre. J'avais besoin de cette maladie pour trouver ce remède.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 3 avril, page 94

-----------------------------------------------

Pensée du jour
Quand je jouais, j'étais un parfait égoïste. Je pensais d'abord à moi-même. Je croyais être le centre de l'univers. Quand je m'éveillais le matin, la tête remplie de remords et de ressentiments, ma seule pensée était de me plaindre que j'étais malheureux et d'essayer de trouver une façon de faire disparaître ma douleur. Je ne pensais qu'à une seule chose : le jeu. Il m'était impossible d'arrêter de jouer. Je ne pensais qu'à moi et au jeu. Est-ce que je peux maintenant voir au‑delà de ma propre personne ?

Méditation du jour
Rappelez-vous que la qualité première de la noblesse est l'accessibilité à rendre service. D'une certaine façon, Dieu est le plus grand serviteur qui existe parce qu'Il attend que nous Lui demandions de nous aider dans toutes les bonnes actions que nous posons. Sa force est toujours à notre disposition, mais nous devons lui demander de nous la donner. Il nous la donne tout à fait gratuitement si nous le désirons ardemment. Une vie à rendre service est la plus belle vie que nous puissions souhaiter. En effet, nous sommes sur la terre pour aider les autres. C'est ce qui nous fait grandir.

Prière du jour
Je demande d'être en union avec Dieu en toutes choses. Je demande de Le servir et d’avoir ainsi une vie utile et heureuse.

Joueurs Anonymes, 03 avril

-----------------------------------------------

3 avril

La clé de ton bonheur et de ton contentement repose au fond de toi, dans ton propre cœur et ton esprit. La façon dont tu commences chaque journée est très importante; tu peux commencer du bon pied ou du mauvais. Tu peux te réveiller avec, dans le cœur, un chant de joie et de gratitude pour la nouvelle journée, pour le bonheur d'être vivant, pour la simple merveille de vivre et pour le fait d'être en accord et en harmonie avec le rythme de toute vie. Tu peux t'attendre à ce que le jour qui vient te donne le meilleur et ainsi l'attirer à toi.
Ou bien tu peux commencer la journée de mauvaise humeur, insatisfait et à contretemps. Tu es responsable de ce qu'aujourd'hui apportera, et le savoir te donne une responsabilité encore plus grande qu'aux âmes qui n'en sont pas conscientes et qui ne peuvent donc pas savoir. Tu ne peux blâmer qui que ce soit d'autre que toi pour ton état d'esprit. Tout repose sur toi.

La Petite Voix, Eileeen Caddy

-----------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

-----------------------------------------------

03 avril Apaise-toi et Sache JE SUIS Dieu.jpg