Pensées 04 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

« Avec la douceur, nous pouvons arriver à secouer le monde entier. » (Gandhi) Nous nous rappelons probablement tous de la bande dessinée extraordinaire « L'homme qui plantait des arbres » qui en fait raconte la vie d'Elzéard Bouffier, un humble berger qui a transformé un désert en une forêt luxuriante. Dans une vie étalée au-delà de deux guerres mondiales, tandis que des hommes s'entretuaient pour satisfaire le pouvoir temporel de quelques déséquilibrés, cette personne calmement et de façon anonyme a donné à son monde la vie, en plantant un gland à la fois. Il a non seulement créé une beauté naturelle, mais il a aussi contribué à la guérison d'une ville entière qui avait sombré dans le désespoir. Un seul homme, travaillant doucement, jour après jour semait de l’amour partout où il allait. Ce personnage de fiction de Jean Giono dont Frédérick Bach (décédé le 23 décembre 2013) a fait une magnifique dessin animé, a un caractère exceptionnel, à la fois généreux, solitaire, paisible et sûr de lui. C'est en fait un modèle pour de nombreux écologistes, même ceux de l'âme.

Chacun de nous a un désert et possiblement aussi une forêt, nous pouvons planter et remettre de la vie dans notre monde. Nos arbres ne sont pas tous des chênes, ils peuvent être des enfants, des chansons, des œuvres d’art, des idées, des massages, des réparations, des pensées, ou tout autre don qui nous a été fait cadeau par Sa grâce. Ce qui m'a le plus impressionné d’Elzéard Bouffier c’est l'humilité avec laquelle il s’appliquait à sa tâche. Il était silencieux la plupart du temps, il ne cherchait pas la reconnaissance et n'a jamais demandé à personne de suivre ses traces. Il a simplement su ce qu'il avait à faire et est allé le faire. Nous pouvons tous voir ce berger à l'œuvre (15 min.) : http://www.dailymotion.com/video/xuhkt_1-l-homme-plantait-des-arbres-giono_shortfilms

Quels sont nos déserts et nos forêts pour aujourd’hui ? Dès maintenant, comment pouvons-nous semer la vie dans notre monde ? Commençons ici, dès aujourd’hui, un geste, une parole à la fois. « Le seul remède que nous pouvons conseiller est l’abstinence totale. » ( Les Alcooliques Anonymes, L’opinion d’un médecin, page xxxiii ) Merci mon Dieu de restaurer notre monde à l’aide de Tes couleurs et de Ta beauté. Merci d'être ce berger. Les groupes d'entraide nous apprennent que leur but premier est l'abstinence de chacun de nous. Avec le temps, nous réalisons tous que, sans l'abstinence de substances, d'aliments et/ou de comportements toxiques, nous n'avons rien. Merci chère Ps de semer l'abstinence et l'amour aujourd'hui dans notre monde.

Merci la Vie !!!
Gilles

-------------------------------------------------

Autrefois j'adorais le calme des petits matins ; mais après avoir vécu des années auprès d'une personne alcoolique, j'ai cessé d'y porter attention. Je m'éveillais plutôt comme je m'étais endormie — inquiète. Avant même que je ne sorte du lit, il y avait une longue liste de crises qui requéraient mon attention. Par conséquent, peu importe l'heure où je me levais, j'étais déjà en retard. Il m'arrivait parfois d'être tellement accablée que je ne pouvais pas me lever du tout.
Ma vie a changé. J'ai entendu des membres Al-Anon affirmer que lorsqu'ils ouvrent les yeux le matin, ils ouvrent également leurs oreilles. Maintenant, quand je m'éveille, j'écoute les oiseaux. Je décide de ne pas passer mes projets du jour en revue avant d'avoir déjeuné. Je préfère prendre le temps d'apprécier mon moment préféré de la journée.
Al-Anon m'aide à débarrasser mon esprit de mes fardeaux afin de pouvoir apprécier les merveilles du moment. Je commence à éprouver l'émerveillement de l'enfance devant la splendeur de la nature, à voir la beauté qui m'entoure, à laisser un grand sourire spontané traverser mon visage, à rire, à aimer, à revivre. Aujourd'hui je peux dire : « Bonjour mon Dieu », au lieu de : « Mon Dieu, il fait déjà jour ».

Pensée du jour
Aujourd'hui, je serai très conscient de ce que je ressens. Je penserai à ce que je vis en ce moment. Je ne laisserai pas passer la beauté de cette journée sans la remarquer.

« La véritable générosité envers l'avenir consiste à tout consacrer au présent. » Albert Camus

Al-Anon, Le Courage de Changer, 4 avril, page 95

-------------------------------------------------

Avant d'adhérer à Al-Anon, j'étais en colère et j'éprouvais du ressentiment envers ma mère alcoolique. je lui en voulais d'être incapable de me donner les choses dont j'avais besoin, notamment son amour inconditionnel et son aide financière. J'oubliais les bonnes choses qu'elle m'avait inculquées, comme l'ouverture d'esprit et le respect des autres.
Dans Al-Anon, j'ai appris que le pardon me concernait. J'ai réalisé que je gaspillais beaucoup d'énergie à entretenir mes ressentiments et à me rappeler constamment que j'étais en colère. Heureusement, les membres Al-Anon ne faisaient pas que parler de l'importance du pardon. Ils m'ont offert un plan d'action pour le pardon appelé les Douze Étapes, afin de me permettre d'en faire l'expérience par moi-même. Premièrement, je devais me pardonner à moi-même, ce que j'ai accompli principalement par la Quatrième et la Cinquième Étape. La maladie de l'alcoolisme m'avait tellement empli de honte et de haine à mon propre égard que je me percevais d'une manière déformée. Un inventaire moral sérieux et courageux m'a aidé à me percevoir de manière équilibrée. Cette vision humble et réaliste de mes dons et de mes défauts m'a aidé à me pardonner et ensuite à pardonner aux autres, particulièrement à ma mère. J'en suis venu à croire que chacun de nous fait du mieux qu'il peut selon les circonstances. Si, à l'époque, ma mère avait pu faire mieux, elle l'aurait fait. Depuis, mes énergies mentales et physiques se sont libérées de manières étonnantes. Je me sens maintenant plus disponible pour développer de nouvelles amitiés, entretenir un nouveau passe-temps, et même retourner à l'école. N'étant plus gelé par l'étreinte glacée du ressentiment, mon esprit peut suivre ma Puissance Supérieure où qu'Elle me conduise.

Pensée du jour
Est-ce que j'ai déjà essayé de calculer tout le temps que je consacre chaque jour à nourrir mes ressentiments par mes pensées et mes sentiments ? Que pourrais-je faire d'autre avec toute cette énergie ?

« Je ne permettrai plus à d'anciens ressentiments de saper mon moral. » Le Courage de changer, page 178

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 04 avril, page 95

-------------------------------------------------

Demander la lune

Ce sentiment d'infériorité bien réel est amplifié par une sensibilité puérile, et cela engendre chez lui un désir insatiable et anormal d'autosatisfaction et de réussite aux yeux des autres. Toujours enfant, il demande la lune. Mais la lune, semble-t-il, ne veut pas de lui. Le langage du coeur, pages 107-108

Quand je buvais, j'oscillais entre l'impression d'être totalement invisible et la certitude d'être le centre de l'univers.
La recherche d'un équilibre précaire entre ces deux extrêmes est maintenant l'élément essentiel de mon rétablissement.
La lune que je réclamais constamment est rarement pleine, dans la sobriété ; je vois plutôt ses nombreuses autres phases, et toutes m'apportent une leçon.
Les éclipses, les périodes de noirceur, sont souvent suivies d'un réel apprentissage, et à chaque cycle de mon rétablissement, la lumière se renforce et ma vue s'améliore.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, page 103

-------------------------------------------------

« ...dans tous les domaines de notre vie »

Le but premier des AA est l'abstinence. Nous réalisons tous que, sans l'abstinence, nous n'avons rien.
Cependant, il est possible qu'un membre transforme ce simple but en un véritable non-sens. Il nous arrive parfois d'entendre quelqu'un s'exclamer : « L'abstinence est mon seul problème. Après tout, à part mon abus d'alcool, je ne suis pas une mauvaise personne. Donnez-moi l'abstinence et tout sera parfait ! »
Aussi longtemps que notre ami s'en tiendra à ce confortable alibi, il fera si peu de progrès face à ses problèmes et à ses responsabilités qu'il risque fort de s'enivrer de nouveau. C'est pourquoi la Douzième Étape des AA nous recommande « de mettre en pratique ces principes dans tous les domaines de notre vie ». Nous ne vivons pas seulement pour être abstinents, mais aussi pour apprendre, pour servir et pour aimer. » Lettre,1966

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 94

-------------------------------------------------

4 avril- Pensée A.A. pour aujourd'hui
Quand je suis arrivé au mouvement des A.A., j'ai trouvé des hommes et des femmes qui avaient connu une expérience semblable à la mienne. Mais ils pensaient maintenant à aider les autres plutôt qu'à eux-mêmes. Ils étaient beaucoup moins égoïstes que moi. En assistant à des assemblées et en m'associant à eux, j'ai commencé à penser un peu moins à moi-même et un peu plus aux autres. J'ai aussi appris que je n'avais pas à me fier seulement à moi-même pour sortir du gâchis où je me trouvais. Je pouvais obtenir une force supérieure à la mienne. Est-ce que je compte maintenant moins sur moi­ même et davantage sur Dieu ?

Méditation du jour
Aucun homme ne peut en aider un autre à moins de comprendre celui qu'il essaie d'aider. Pour comprendre les problèmes et les tentations de votre semblable, vous devez les avoir vécus vous-même. Vous devez faire tout ce que vous pouvez pour comprendre cette autre personne. Vous devez étudier son passé, ce qu'elle aime et ce qu'elle n'aime pas, ses réactions et ses préjugés. Quand vous connaissez ses faiblesses ne lui en faites par la remarque. Parlez-lui de vos propres faiblesses, de vos péchés et de vos tentations et laissez-la trouver ses propres convictions.

Prière du jour
Je demande de servir d'intermédiaire à la puissance de Dieu pour qu'Il agisse dans la vie des autres humains. Je demande d'essayer de comprendre mes semblables.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 97

-------------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Souvent nous ne risquons pas à demander une chose que nous voulons ou dont nous avons besoin. Nous n'aimons pas parler ouvertement de ce qui est réellement important parce que nous risquons de nous sentir rejetés. Face à quelqu'un qui dit " non ", il peut être nécessaire de réviser notre réaction. Cette personne peut très bien ne pas nous rejeter mais être simplement incapable de donner ce que nous demandons. Je vais penser à plusieurs choses que je désire et me hasarder à les demander. Je serai conscient que si la personne ne peut me donner ce que je demande, cela ne veut pas dire que je suis indigne de ce que j'ai demandé.

MÉDITATION DU JOUR
Mon Dieu, rappelle-moi que lorsque je demande dix choses et que je n'en reçois que deux, j'ai au moins gagné quelque chose.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Qui ne risque rien n'a rien.

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 4 avril

-------------------------------------------------

Protéger notre rétablissement

« N'oublions pas que c'est nous... qui au bout du compte sommes responsables de notre rétablissement et de nos décisions. » Texte de base, page 127

La plupart d'entre nous auront à faire des choix qui pourraient compromettre notre rétablissement. Si, par exemple, nous ressentons une grande douleur physique, nous aurons à décider si nous prendrons ou non des médicaments. Nous devrons alors être très honnêtes envers nous-mêmes quant à la sévérité de notre douleur, honnêtes envers notre médecin pour ce qui est de notre dépendance et de notre rétablissement ; honnêtes envers notre parrain (marraine). Au bout du compte, ce sera à nous de décider, puisque c'est nous qui devrons vivre avec les conséquences de nos actes.
Un autre choix difficile est celui de savoir si nous devrions assister à une réception où l'on servira de l'alcool. Là encore, nous devrions considérer notre état spirituel. Si nous pouvons être accompagnés par quelqu'un qui nous aide dans notre rétablissement, tant mieux. Toutefois, si nous ne nous sentons pas à l'aise dans une telle situation, nous ferions probablement mieux de décliner l'invitation. Aujourd'hui, nous savons qu'il est plus important de préserver notre rétablissement que de perdre la face.
Toutes ces décisions sont difficiles et requièrent non seulement que nous y réfléchissions soigneusement, mais aussi que nous consultions notre parrain (marraine) et que nous nous abandonnions complètement à une Puissance supérieure. En nous servant de toutes ces ressources, nous prenons la meilleure décision possible. Mais, en fin de compte, c'est à nous de décider. Aujourd'hui, nous sommes responsables de notre propre rétablissement.

Juste pour aujourd'hui, si j'ai à prendre une décision qui peut compromettre mon rétablissement, je consulterai toutes les ressources à ma disposition avant de faire mon choix.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 4 avril, page 100

-------------------------------------------------

Savoir tout en pensant qu'on ne sait pas encore, c'est la plus grande réalisation humaine. Mais ne pas savoir et penser que l'on sait, c'est une maladie. Lao-Tzu

Avant de venir chez les O.A., j'étais responsable du sort du monde; je ne pouvais absolument pas reconnaître que je n'avais pas toutes les réponses. La phrase la moins utilisée dans ma conversation était : « Je ne sais pas. »
Quel soulagement d'avoir laissé à Dieu la tâche de mener l'univers ! En mettant un jour à la fois un frein à ma maladie, j'ai le courage et l'humilité de dire : « Je ne sais pas. »

Pensée du jour : J'espère avoir toujours la sagesse de demeurer en état d'apprendre.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, page 95

-------------------------------------------------

« Il n'y a pas de façon plus douce de traiter les gens que de les accepter tels qu'ils sont. » Aujourd'hui, page 220

Je n'ai jamais rien entendu d'aussi vrai que cette citation. Selon le Gros Livre des Alcooliques Anonymes, le manque d'acceptation est à l'origine de tous nos problèmes. Toutes mes relations sont transformées le jour où j'ai commencé à accepter les autres tels qu'ils sont. Bien sûr, il m'arrive de l'oublier et de revenir à unes anciennes habitudes de critique et de jugement. Toutefois, lorsque je me rappelle de maîtriser mes réactions instinctives et d'avoir de la compassion et de l'acceptation envers l'autre, plutôt que de le ridiculiser et de le rejeter, je me sens mieux. Les autres ont conscience du changement qui s'est produit à l'intérieur de moi et cela a grandement amélioré nos rapports.
À mes yeux, il s'agit là d'une puissante méditation. Chaque jour, je me rappelle d'accepter les autres tels qu'ils sont, avec leurs faiblesses, leurs défauts et leurs travers d'êtres humains. Ils sont exactement dans la même situation que moi, essayant de se débrouiller dans un monde souvent hostile alors qu'ils n'en ont pas toujours les moyens.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 4 avril, page 95

-------------------------------------------------

Pensée du jour
Quand je suis arrivé au mouvement J.A., j'ai connu des personnes qui avaient vécu les mêmes expériences que moi. Ils pensaient maintenant à aider les autres plutôt que de centrer leur attention uniquement sur eux-mêmes. Ils étaient moins égoïstes que moi. En assistant aux assemblées et en m'associant à eux, j'ai commencé à penser un peu plus aux autres. J'ai aussi appris que je n'avais pas à me fier uniquement à moi pour sortir du pétrin où je m'étais mis. Grâce à Dieu, je pouvais maintenant acquérir des forces. Est-ce que je compte maintenant moins sur moi-même et davantage sur l'aide de Dieu ?

Méditation du jour
Aucun homme ne peut en aider un autre à moins de comprendre celui qu'il essaie d'aider. Pour comprendre les problèmes et les tentations de vos semblables, vous devez les avoir vécus vous-mêmes. Vous devez faire tout ce que vous pouvez pour comprendre. Vous devez également étudier son passé, ce que cette personne aimait faire, ce qu'elle aime et n'aime pas de même que ses réactions et ses préjugés. Si vous connaissez ses faiblesses, ne lui en faite pas mention. Parlez-lui plutôt de vos propres faiblesses, de vos fautes et de vos tentations et laissez-la trouver ses propres solutions.

Prière du jour
Je demande de servir d'intermédiaire à la puissance de Dieu pour qu'Il agisse de façon à venir en aide aux autres. Je Lui demande de me donner les lumières nécessaires pour com­prendre mes semblables.

Joueurs Anonymes, 04 avril

-------------------------------------------------

4 avril

Où te tiens-tu sur l'échelle de la vie ? As-tu touché le fond et commencé à remonter la pente ? As-tu accepté d'abandonner toute chose de ta vie pour Me mettre en premier, non que tu aies peur, mais à cause de ton amour profond pour Moi et de ton aspiration à faire Ma volonté et à marcher sur Mon chemin ? Peux-tu dire : « Que Ta volonté soit faite », et le penser vraiment, et être prêt à faire tout ce que Je te demande de faire, même si cela peut sembler étrange ou fou aux yeux des autres ?
Cela demande courage, connaissance et certitude intérieurs profonds, tels que rien ne pourra te déséquilibrer. Il n'y a que les âmes fortes qui seront capables de suivre ce chemin spirituel. Il n'est pas pour les âmes qui choisissent de faire ce qu'elles veulent et qui refusent d'écouter Ma parole. Il n'y a pas de raccourci dans cette vie spirituelle. Tu dois chercher et trouver ton propre salut.

La Petite Voix, Eileen Caddy

-------------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

-------------------------------------------------

04 avril Que ta volonté soir faite ECaddy.jpg