Pensées 15 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

« Rien n’avait plus d’importance que d’être précis et honnête. » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. chap.5 Notre Méthode, page 74 ) Notre méthode ne nous propose quasiment que la rigoureuse honnêteté : faire ce que nous avons à faire, exécuter un jour à la fois de petites tâches indispensables, et laisser notre Puissance supérieure prendre soin de tout, gérer tout ça, c’est un peu en résumé ce que représente un plan d’action, le 9e outil de rétablissement des Outremangeurs anonymes.

Parfois, il y a une forme de violence verbale qui se cache sous un masque de rigoureuse honnêteté. Certaines paroles peuvent être blessantes tout en étant toujours rigoureusement honnêtes. Le problème avec ces paroles n’est pas qu'elles sont « rigoureuses » mais plutôt qu'elles tentent d'être « honnêtes ». Lorsque nous blessons les autres par nos paroles c'est qu'elles sont le reflet de notre hostilité, de notre envie ou de notre jalousie, plutôt que notre honnêteté. Les personnes blessées, visées par ces propos souvent non sollicités, par ces paroles inutilement cruelles et prétendument franches, réagissent avec vigueur. Nous aggravons parfois la situation en ajoutant : « Qu’est ce qui te prend ? C'est pour ton bien et je cherche à être rigoureusement honnête », laissant sous-entendre par là, que nos remarques auraient dû être accueillies avec gratitude.

L’honnêteté et l’intégrité vraies sont à la base d’une saine relation. Elles gagnent à être utilisées avec tact, empathie et sensibilité. Comme le dit Patrick Huard dans un de ses monologues au sujet de ses relations avec les femmes, quelquefois c'est mieux « de fermer sa gueule ». La « prétendue » honnêteté ne fait pas que masquer nos ressentiments, notre envie et notre jalousie, elle est aussi quelquefois une justification pour la cruauté mentale et elle corrompt les relations de couple et amicales. Il n’y a pas beaucoup de façons d’émettre notre avis sans nécessairement blesser d’aucun. L’humoriste Mariana Mazza se sert du Ferme ta yeule avec un style tout aussi provocant. Parfois, il est préférable de filtrer avec notre parrain ou notre marraine avant de nous adonner à la rigoureuse honnêteté. Lorsque notre relation est saine, nous pouvons oser être vulnérable avec notre partenaire de vie, c'est l'amour à l'état pur pour soi et l'autre qui s'exprime alors. Bien souvent, la vie de couple nous fait faire des choses que seul, nous n'y arriverions pas ou peu.

Notre maladie, notre dépendance et/ou notre codépendance ont réussi à nous convaincre que nous n'avions plus de problèmes, malgré l'évidence pour tous et chacun dans notre environnement. Notre personnalité dépendante et/ou codépendante, qui souffre de ce mal de vivre nous transporte constamment dans l'illusion d'hier et de demain même lorsque nous sommes en rétablissement. Dans le continuum entre l'harmonie et la discorde, notre maladie semble nous diriger vers le chaos, un bas-fonds nécessaire. Entre la solution et le problème, le déni, ou quelquefois l'ivresse mentale, nous cachent toute résolution possible. Notre tête raisonne et semble cacher le problème, le cœur a mal et cherche une solution. La souffrance profonde issue des blessures du passé qui ne sont pas soignées revient continuellement à la surface. C'est comme la bulle d'air qui cherche à atteindre la surface, la boule qui nous étouffe qui ne cherche qu'à sortir de nous, qu'à s'exprimer. Et devant ces crises, nous ne savons plus où donner de la tête. C'est alors que nous allons essayer des méthodes plus faciles, plus douces. La ruse de notre personnalité et de notre maladie, c'est de nous avoir fait vivre de l'irréel et de nous attirer vers un fun que nous avons eu en consommant, en nous gelant, en adoptant et en répétant des comportements toxiques qui nous ont amené vers l'évasion et vers la fuite. N'oublions pas que ça se peut que ce soit une tactique de notre Ps qui veut bien ainsi attirer notre attention par la souffrance et nous ramener à nous centrer et à reconnaître notre impuissance et à rétablir notre lien spirituel jusqu'à un éveil nécessaire, et voilà déjà un beau plan d'action qui se dessine et auquel notre Ps nous invite à souscrire. C’est aussi comme la bulle d’air de cet outil de mesure qui cherche l’équilibre entre deux points et qui nous aide à vérifier si le plan horizontal est droit, surtout quand nos yeux nous jouent des tours parce qu’ils sont atteints d’astigmatisme.

Merci la Vie !!! Gilles

------------------------------------------------

Plusieurs d'entre nous venons à Al-Anon dans l'espoir de trouver des réponses aux questions qui nous tourmentent. Devrais-je quitter l'alcoolique ? Comment régler les problèmes financiers, sexuels, médicaux, juridiques et émotifs ? Comment puis-je mettre un terme à un comportement abusif ? Il y a autant d'options légitimes qu'il y a de membres et selon Al-Anon, chacun de nous doit trouver les réponses qui lui conviennent.
Les situations de violence ou mettant des vies en danger sont les seules exceptions. Dans ces cas, Al-Anon suggère de faire « l'essentiel d'abord » : assurer notre sécurité et celle de nos enfants. Cela peut vouloir dire de laisser de l'argent et des clés dans un endroit sûr afin que nous puissions quitter la maison en cas d'urgence, ou appeler la police, ou prendre des dispositions pour rester chez une amie, ne serait-ce qu'une journée. Nous apprenons que nous méritons d'être en sécurité.

Pensée du jour
Dans Al-Anon, nous ne faisons aucun choix pour les autres, mais les conseils que nous offrons sont d'un tout autre ordre. Nous suggérons d'assister aux réunions Al-Anon, de se trouver une marraine ou un parrain et de téléphoner à des membres. Nous suggérons aux membres de mettre en pratique les Étapes, les slogans et les Traditions et d'intégrer ces principes dans tous les domaines de leur vie. Ce genre de conseils nous aide à trouver des réponses avec lesquelles nous pouvons vivre.

« Quand je me concentre sur mon progrès personnel, les difficultés sur lesquelles je n'ai aucun contrôle s'aplanissent d'elles-mêmes. » Un dilemme : le mariage avec un alcoolique

Al-Anon, Le Courage de Changer, 15 avril, page 106

------------------------------------------------

Un jour, ma marraine Al-Anon m'a suggéré de me détacher du problème et de m'attacher à ma Puissance Supérieure. Jusqu'à ce que je pratique la Troisième Étape et que je confie ma volonté et ma vie aux soins de Dieu, je pratiquais une forme de détachement qui consistait plutôt à ériger un mur de protection contre la peur et le risque d'être blessée. Avant que je commence à pratiquer sérieusement la prière et la méditation avec la Onzième Étape — en demandant seulement à Dieu de me faire connaître Sa volonté à mon égard et de me donner la force de l'exécuter — le détachement n'était qu'un exercice futile.
Aujourd'hui, le détachement est différent pour moi. C'est l'occasion de faire un choix. Je peux me concentrer sur le problème ou je peux m'attacher à ma Puissance Supérieure et voir ce qui est devant moi avec des pensées et un regard frais et nouveau. J'apprends à me détacher des anciennes réactions qui entravent ma sérénité, des anciennes peurs qui nourrissent mes inquiétudes et mes jugements, et de cet aspect de moi qui me distrait de mon objectif spirituel fondamental. J'apprends à m'attacher au Dieu d'amour que j'ai découvert dans Al-Anon, aux outils et aux principes du programme Al-Anon, à mes nouveaux amis, et à une marraine qui partage avec moi expérience, force et espoir.

Pensée du jour Croire en une Puissance Supérieure ainsi qu'au programme Al-Anon, m'appuyer sur eux, m'aide à choisir d'être heureux. Aujourd'hui, je choisis la sérénité qui vient en s'attachant à Dieu.

« J'ai fait certains choix qui m'aident à vivre plus sainement. » ... dans tous les domaines de notre vie, page 184

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 15 avril, page 106

------------------------------------------------

Le ressentiment, un esclavage

... le ressentiment est extrêmement grave. Car, alors, nous nous coupons de la lumière de l'Esprit. Réflexions de Bill, page 5

Certains disent : « la colère est un luxe que je ne peux pas me permettre . » Est-ce que cela veut dire que je dois ignorer cette émotion humaine ? Je ne crois pas. Avant d'entendre parler du programme des AA, j'étais esclave de mes comportements d'alcoolique. J'étais enchaîné à mon esprit négatif, sans espoir de pouvoir me libérer. Les Étapes m'ont offert un autre choix et la Quatrième Étape a marqué pour moi le début de la fin de mon esclavage. Pour « lâcher prise », je devais commencer par un inventaire.
Je n'avais pas à avoir peur car les Étapes précédentes m'avaient appris que je n'étais pas seul. C'est ma Puissance supérieure qui m'a amené devant cette porte et m'a fait cadeau de la liberté de choix. Aujourd'hui, je peux choisir de franchir la porte de la liberté et trouver la joie dans le soleil des Étapes, seules capables de purifier l'esprit qui est en moi.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, page 114

------------------------------------------------

Un premier pas

En passant trop de temps sur un cas, nous privons un autre alcoolique de la chance de vivre et d'être heureux. Un de nos membres a échoué complètement auprès de ses six premiers cas. Il aime répéter que s’il avait poursuivi son action auprès de ces alcooliques, il en aurait peut-être privé beaucoup d’autres, sauvés depuis, de leur chance de se rétablir.

« Notre principale responsabilité envers un nouveau membre consiste à bien lui présenter notre programme. S'il demeure passif ou conteste nos idées, nous avons au moins réussi à maintenir notre propre sobriété. Par contre, s'il fait un premier pas, même hésitant, avec un esprit ouvert, nous nous dépensons sans compter pour l'aider. »

1. Les Alcooliques Anonymes, page 88
2. Lettre, 1942

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 105

------------------------------------------------

15 avril - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Des malheurs terribles auraient pu arriver à chacun d'entre nous. Nous ne saurons jamais ce qui aurait pu nous arriver pendant que nous étions soûls. Nous pensions d'habitude : « Cela ne pourrait pas m'arriver ». Mais chacun d'entre nous aurait pu tuer quelqu'un ou être tué si nous étions assez ivres. Mais la crainte de ces malheurs ne nous a jamais empêchés de boire. Est-ce que je crois que chez les A. A. nous avons quelque chose de plus efficace que la peur ?

Méditation du jour
Je dois demeurer calme et maître de mes émotions dans les vicissitudes de la vie. Je dois retourner au silence de l'union avec Dieu pour retrouver ce calme quand je l'ai per­ du même pour un moment. Je vais accomplir davantage par ce calme que par toutes les actions d'une longue journée. À tout prix. je demeurerai calme. Je ne peux rien résoudre lorsque je suis agité. Je devrais me tenir éloigné des choses qui me bouleversent. Je devrais vivre toujours calmement au lieu d'être vaincu par mes émotions. Je devrais rechercher ce qui est calme, bon et vrai, et m'en tenir il cela.

Prière du jour
Je demande de ne pas participer aux discussions, mais de dire calmement ce que je crois être la vérité. Je demande de me garder dans cet état de calme qui découle de la foi dans les desseins de Dieu concernant l'univers.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 108

------------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
J'ai adhéré au Programme pour en apprendre plus à mon sujet et au sujet des émotions que j'ai cachées et refoulées. La peur m'a empêché de penser d'une façon rationnelle, de prendre des décisions et d'agir en toute honnêteté face à moi-même. Cette peur m'a empêché d'établir mes priorités. Quand j'agissais par peur, je me blessais à cause de l'image que j'avais de moi. La peur m'a empêché d'aller vers les autres et de laisser les autres venir à moi. Les autres n'ont pas vu la véritable personne unique que je suis.

MÉDITATION DU JOUR
Merci de la liberté que Tu me donnes de grandir.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Je fais confiance.

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 15 avril

------------------------------------------------

Reviens ça marche

« Nous en sommes venus à aimer vivre sans consommer et désirons davantage des bonnes choses que la Fraternité N.A. nous réserve. » Texte de base, page 43

Vous rappelez-vous de l'époque où, en voyant les dépendants en rétablissement dans N.A., vous vous demandiez : « S'ils ne consomment pas de drogue, comment peuvent-ils s'amuser autant ? » Étiez-vous convaincus qu'il n'y avait plus rien de drôle une fois la consommation arrêtée ? Plusieurs d'entre nous le croyaient ; ils étaient certains qu'ils renonçaient à la « belle vie ». Aujourd'hui, cette conception erronée nous paraît ridicule parce que nous savons à quel point notre vie en rétablissement peut être remplie.
Plusieurs des choses que nous apprécions en rétablissement nous viennent de notre participation active à la Fraternité N.A. Nous commençons à connaître la vraie camaraderie et à avoir des amis qui nous comprennent et qui nous aiment pour ce que nous sommes. Nous avons trouvé un endroit où nous pouvons être utiles aux autres. Il y a suffisamment de réunions de rétablissement, d'activités de service et de réunions entre camarades pour occuper notre temps et répondre à nos intérêts. La Fraternité est un miroir qui nous renvoie une image plus juste de qui nous sommes. Nous y trouvons des guides, des amis, de l'assistance, de l'amour, de la camaraderie et du support. La Fraternité a toujours quelque chose de plus à nous offrir, du moment que nous y revenons.

Juste pour aujourd'hui, je sais où trouver la « belle vie ». Je reviendrai à N.A.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 15 avril, page 111

------------------------------------------------

L'espoir est cette petite chose ailée
Qui se perche dans notre esprit
Et chante une mélodie sans paroles
Sans le moindre répit. Emily Dickinson

Lorsque nous avons connu les OA, je me décrivais comme un cas désespéré, incapable d'arrêter d'outremanger. J'étais convaincu que rien ne pouvait me sauver. Aujourd'hui, je sais qu'il y a de l'espoir pour tous. En fait, c'est précisément lorsque nous admettons notre être désespérés que jaillit la plus grande source d'espérance. Peut-être semble-t-il improbable que nos espoirs se matérialisent mais, loin de tuer ces derniers, cette faible lueur d'optimisme leur donne une nouvelle vie.
Autrefois, je croyais devoir poursuivre l'objet de mes désirs de façon acharnée. Ce n'est pas ce qu'on nous apprend chez les OA. Faire ce que nous avons à faire, exécuter l'une après l'autre les petites corvées indispensables et laisser notre Puissance supérieure s'occuper du reste, voilà la méthode OA.

Pensée du jour : Je reconnais que je ne peux vraiment pas grand-chose face à mes peurs, mes inquiétudes et mes espoirs. Mais ce que je peux faire — et je le fais — c'est de les confier à Dieu.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 106

------------------------------------------------

« À l'occasion, la Quatrième et la Cinquième Étape mettent en lumière des éléments de notre vie autres que nos défauts de caractère. Par exemple, elles peuvent faire remonter à la surface des traumatismes anciens ( ... ). Certains membres ont réalisé que leur abstinence restait fragile et leur bien-être incertain tant et aussi longtemps qu'ils refusaient de regarder en face ces tristes événements. Suivre les Étapes et s'abstenir de manger compulsivement ne suffisant pas toujours. » Les Douze Étapes et les Douze Traditions des Outremangeurs Anonymes, page 60

Pourquoi ne pouvais-je demeurer abstinente ? Parce que je n'avais pas réussi à révéler toute ma vie à un autre être humain. D'ailleurs, avant de l'avoir fait, je n'ai pas réussi à atteindre l'abstinence, à la conserver ou à me rétablir. J'étais une bonne petite fille qui a grandi en cherchant à plaire aux autres à tout prix. J'étais terrorisée à l'idée de confier à quelqu'un d'autre mes erreurs du passé. Ainsi, je suis restée dans la maladie. J'ai développé mon humilité en faisant davantage confiance à Dieu et en acceptant d'apprendre une meilleure façon de vivre.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 15 avril, page 106

------------------------------------------------

Pensée du jour
Des malheurs terribles auraient pu arriver à chacun d'entre nous. Nous ne saurons jamais ce qui aurait pu survenir alors que nous nous compliquions la vie en jouant, ris­quant de tout perdre. Ce faisant, notre mentalité de joueur aurait pu nous amener à des comportements qui auraient pu briser notre vie et celle de ceux qui nous sont chers. Mais la crainte de ces malheurs ne nous ont pas empêchés de continuer à jouer. Est-ce que je crois que chez les J.A. nous avons quelque chose de plus efficace que la peur ?

Méditation du jour
Je dois demeurer calme et maître de mes émotions dans les épreuves de la vie. Je dois retourner à l'union avec Dieu pour retrouver ce calme que j'ai peut-être momentanément perdu. J'accomplis davantage par ce calme que par toutes les actions d'une longue journée. À tout prix, je reste calme. Je ne peux rien résoudre lorsque je suis agité. Je dois me tenir éloigné des choses qui me bouleversent. Je dois vivre toujours calmement au lieu d'être vaincu par mes émotions. Je dois rechercher ce qui est calme, bon et vrai et m'en tenir à cela.

Prière du jour
Je demande de ne pas participer aux discussions, mais de dire calmement ce que je crois être la vérité. Je demande de me garder dans cet état de calme qui découle de la foi.

Joueurs Anonymes, 15 avril

------------------------------------------------

15 avril

Comme c'est facile de vitupérer contre la situation mondiale et de t'en plaindre, en blâmant tout le monde sauf toi-même. C'est facile de dire : Pourquoi n'y font ils pas quelque chose ? Pourquoi ne pas faire toi même quelque chose ? Ne te mets jamais en retrait, convaincu de ton impuissance et imaginant que tu ne peux rien y faire. Tu peux aider et tu peux commencer à aider dès maintenant. Tu peux commencer en mettant ta propre maison en ordre. Tu peux aplanir tous les malentendus et essayer de redresser les torts. Tu peux étendre ta conscience afin d’être capable de voir la vie sous un angle différent, et plus large. Tu peux apprendre à être plus tolérant, à être plus ouvert, plus aimant, et à voir les deux cotés des choses. Tu peux commencer dès maintenant à bannir toute amertume, toute critique et toute négativité dans ta façon de penser. Tu verras qu'en jouant ton rôle, tu participeras au tout. Mais tu ne peux le faire tout seul. Fais le avec Mon aide.

La Petite Voix, Eileen Caddy

------------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

------------------------------------------------

<br />