Pensées 29 avril 2018

Bonjour à toutes et à tous

Le proverbe français « Être comme poisson dans l’eau » décrit le confort d’être à son aise en quelque lieu que ce soit. Son inverse coréen « Un poisson hors de l’eau » décrit l’inconfort d’une personne hors de son environnement habituel, donc de son impuissance et d'être hors du lieu où nous voudrions être. « Chercher son bonheur, c'est chercher une île déserte et minuscule dans une petite barque inconfortable munie d'une seule rame. Le malheur, c'est de perdre la rame. La sagesse, c'est comprendre que l'île n'existe pas... » ( Romain Werlen ) Une fois que nous ayons senti l’inconfort et souvent réalisé que nous avons cru perdre notre âme et parfois même notre gouvernail, nous découvrons que nous ne sommes plus seuls dans cette frêle embarcation, qu’ensemble nous pouvons nous rétablir et que cette esquif nous amène même vers notre heureux destin. C’est un peu comme Clancy I. qui nous offrait de ramer dans une barque invisible vers l’Île Sérénité. (en anglais seulement : https://www.youtube.com/watch?v=kHpky-P7f8Y) Melody Beattie raconte cette allégorie dans son livre Vaincre la codépendance — Elle vient de l'orateur itinérant Clancy Imislund, qui gérait la Midnight Mission et vivait à Venice, Californie. Vous pouvez la retrouver à a fin de cette page.

Nous ne pouvons perdre du temps et de l'énergie à nous débattre comme un poisson hors de l'eau puisque nous ne pouvons être hors de l'eau. Nous ne pouvons nous en prendre aux autres pour les conditions et les circonstances dans lesquelles nous nous trouvons. Sachons simplement que tout est entre Ses mains ! Par conséquent nous ne pouvons rectifier les choses nous-mêmes sans Son aide et sans Son désir. Lorsque nous prenons le temps de retrouver la paix et la tranquillité intérieures, nous ne pouvons que Le servir. Aucune chose ne nous est cachée et inaccessible que si telle est Sa volonté. Nous ne comprendrons probablement ce qu'est Sa volonté que lorsque nous apprendrons à être tranquille et à regarder en arrière ce qui s'est passé par Sa grâce. N'essayons pas de toutes nos forces à lâcher prise. Nous n'avons pas prise. Détendons-nous et retrouvons cette paix dans notre cœur et notre esprit, cette harmonie qui ouvre toutes les portes et révèle la lumière de la vérité. Très tranquillement, servons-Le et laissons les choses couler librement et naturellement sans aucun effort de notre part autres que ceux qu'Il nous demande, et ainsi épanouissons-nous dans l'ombre et la lumière de Sa perfection.

« Assurez-vous que vos relations avec Dieu sont bonnes et de grandes choses se produiront pour vous et pour un nombre incalculable d'autres personnes. Pour nous, c'est cela, la Grande Vérité. … Nous serons avec vous dans la Communion de l'esprit, et nul doute que vous croiserez quelques-uns des nôtres lorsque vous marcherez courageusement sur le chemin de l'Heureux Destin. D'ici là que Dieu nous garde et vous bénisse ! » ( Les Alcooliques Anonymes, chap.11 La vie qui vous attend, pages 115-116 ) Les groupes d'entraide nous apprennent à croire en nous et en notre capacité d'apporter une contribution à notre propre vie, à ne plus répéter nos erreurs et à réparer le tort que nous avons causé et celui que nous causons dès que nous nous en apercevons. Il n'est plus nécessaire de vivre constamment dans un climat constant de désastre et de crise, dans le chaos quasi permanent, dans le drame pour progresser. Aujourd’hui sur la grand-route du rétablissement, nous n’avons plus qu’à cheminer (ou ramer) et accomplir ainsi la volonté de Dieu. Ce que notre Puissance supérieure nous réserve pour aujourd'hui est le meilleur que nous pouvons vivre aujourd’hui. C’est le présent de la Vie.

Merci la Vie !!!
Gilles

------------------------------------------------

J'ai grandi dans la culpabilité et le blâme, au milieu de critiques acerbes et d'une peur constante. Même aujourd'hui, après des années de rétablissement dans Al-Anon, quand je me rappelle mes erreurs passées j'ai tendance à me sentir coupable, à exagérer l'importance de mes erreurs et à avoir une très piètre opinion de moi-même. Dans Al-Anon, j’apprends à me voir avec plus de réalisme. Bien sûr, j’ai lutté contre l’alcoolisme et je suis tombé une ou deux fois. J’ai fait beaucoup d’erreurs qui n'avaient rien à voir avec l'alcoolisme. Mais je ne suis pas méchant. Il est temps que je cesse de me traiter comme si je l'étais.
Il fut un temps où le seul pouvoir que je pensais détenir était celui de tout gâcher. Aujourd'hui, parce que j'apprends à croire en moi et en ma capacité d'apporter une contribution positive à ma propre vie, je suis libre de regarder mes erreurs sans les grossir hors de toute proportion. Je peux apprendre à ne plus répéter ces erreurs et je peux réparer le tort que j'ai causé.

Pensée du jour
Je ne m'enchaînerai pas au passé par une culpabilité défaitiste ou en gonflant l'importance de mes erreurs. Je ferai plutôt face à mon passé et guérirai mes anciennes blessures afin qu'aujourd'hui, je puisse aller de l'avant vers une vie plus riche, plus remplie et plus joyeuse.

« Il n'est pas nécessaire de vivre constamment dans le chaos pour progresser. » John C. Lilly

Al-Anon, Le Courage de Changer, 29 avril, page 120

------------------------------------------------

Je ressentais encore de la confusion et de la colère quand je suis arrivée à la Huitième puis à la Neuvième Étape. Je me sentais lésée par mes parents, autant par l'alcoolique que par celui qui ne buvait pas. Ne devraient-ils pas me faire des amendes honorables ? N'étais-je pas celle qui méritait des excuses ? C'est alors qu'une amie Al-Anon m'a suggéré de considérer la définition du mot « amende ». Mon dictionnaire définit le verbe « amender » par « améliorer ou corriger ». J'ai réalisé que je pourrais faire amende honorable en améliorant mes relations.
Pour y parvenir, j'ai commencé par évaluer honnêtement ce qui était le mieux pour moi dans mes relations avec les membres de ma famille alcoolique. Pendant des années, j'avais ravalé ma peine ou j'avais assisté à contre cœur aux réunions de famille afin de préserver la paix. Modifier ce comportement, cela signifiait que je devais parfois décider de ne pas assister à une réunion de famille où je savais qu'on offrirait de l'alcool. À plusieurs occasions, cela a nécessité que j'explique à mes parents ce que je ressentais vraiment au sujet d'un geste ou d'un commentaire qui m'avait blessée.
Faire des choix qui soutiennent ma sérénité et mon estime de moi m'a permis d'améliorer des relations importantes et de refermer des blessures, après presque quarante années de négation et de ressentiment.

Pensée du jour
Avec l'aide d'Al-Anon, j'obtiens le courage de vivre avec honnêteté et intégrité, même si ma famille demeure sous l'emprise de l'alcoolisme.

« Être fidèle à moi-même est un des plus beaux cadeaux que je peux donner à ceux qui m'entourent. » Le Courage de changer, page 356

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 29 avril, page 120

------------------------------------------------

L'autonomie du groupe

Quelques-uns peuvent penser que nous avons poussé jusqu'à l'extrême le principe de l'autonomie des groupes. Ainsi, la version originale et détaillée de la Quatrième Tradition se lisait : « Deux ou trois membres, réunis dans la poursuite de la sobriété, peuvent se déclarer groupe des AA, s'ils n'ont aucune autre affiliation. »... Cette liberté, vraiment absolue, ne comporte pas autant de risques qu'on pourrait le croire. Le mouvement des AA devient adulte, pages 129-130 à À l'époque où je buvais, j'ai abusé de toutes les libertés de la vie. Comment les AA pouvaient-ils s'attendre à ce que je respecte cette « liberté absolue » que donne la Quatrième Tradition ? Apprendre le respect est devenu le travail de toute une vie.
Les AA m'ont fait accepter pleinement la nécessité de la discipline, de même que la nécessité de la soutenir intérieurement, si je ne veux pas en payer le prix. Cette nécessité s'applique également aux groupes. La Quatrième Tradition me permet de prendre une orientation spirituelle, malgré mon inclination pour l'alcool.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, page 128

------------------------------------------------

Sur la grand-route

« Je suis maintenant conscient que mes anciens préjugés contre les membres du clergé étaient aveugles et erronés. Ils ont sauvegardé pendant des siècles une foi qui aurait pu disparaître complètement. Ils m'ont indiqué la voie, mais je n'y ai pas porté attention. J'avais tant de préjugés, j'étais tellement centré sur moi-même. Je n'ai consenti à ouvrir les yeux que parce que je n'avais pas d'autre alternative. L'homme qui m'a fait entrevoir la vérité était un laïc qui souffrait comme moi. Grâce à lui, j'ai enfin retrouvé la lumière ; sorti de l'abîme et ayant repris pied, je me suis immédiatement rendu compte que je me trouvais sur la grand-route, et que je n'avais plus qu'à marcher. » Lettre, 1940

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 119

------------------------------------------------

29 avril - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Le programme A.A. est un programme de foi, d'espérance et de charité. C'est un programme d'espoir parce que lorsqu'un nouveau membre vient aux A.A., la première chose qu'il trouve, c'est l'espoir. Il entend les membres plus expérimentés raconter comment ils ont passé par le même genre d'enfer que lui et comment ils ont trouvé la méthode d'en sortir grâce aux A.A. Et cela lui donne l'espoir que s'ils ont pu réussir, il le peut aussi. L'espoir est-il encore puissant en moi ?

Méditation du jour
La loi du royaume de Dieu, c'est l'ordre parfait, l'harmonie parfaite, l'abondance parfaite, l'amour parfait, l'honnête­ té parfaite, la soumission parfaite. Il n'y a pas de discorde dans le royaume de Dieu ; il n'y a que des défauts qui ne sont pas encore corrigés dans les âmes des enfants de Dieu. Les difficultés de la vie ont pour cause le manque d'harmonie dans l'individu, homme ou femme. Les gens manquent de puissance parce qu'ils ne sont pas en harmonie avec Dieu et entre eux. Ils pensent que Dieu ne répond pas à leurs désirs parce qu'il n'y a pas de puissance dans leurs vies. Dieu ne refuse son aide à personne. Les humains ne réussissent pas parce qu'ils ne sont pas en harmonie avec Lui.

Prière du jour
Je demande d'être en harmonie avec Dieu et avec mes compagnons humains. Je demande que cette harmonie me procure force et succès.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 122

------------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Mon bonheur ne dépend de personne d'autre que de moi. Il ne m'est pas donné par les autres ; je ne peux pas non plus l'obtenir des autres. Mon bonheur ou mon malheur dépendent de mon attitude vis-à-vis de moi-même et des expériences que je partage. Je mets un fardeau terrible sur les épaules des autres lorsque je les rends responsables de mon bonheur. En attendant trop des autres, je me les mets à dos et je deviens frustré et agressif face à moi-même et aux autres. Ceci peut me donner la sensation d'être seul au milieu de la foule.

MÉDITATION DU JOUR
Aide-moi à découvrir suffisamment ce qu'il y a à l'intérieur de moi afin de pouvoir être mon meilleur ami.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Mon bonheur vient de l'opinion favorable que j'ai de moi-même.

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 29 avril

------------------------------------------------

« Et si… »

« En vivant juste pour aujourd’hui, nous nous soulageons du fardeau du passé et de la peur de l'avenir. Nous avons appris à faire ce que nous avions à faire et à laisser les résultats entre les mains de notre Puissance supérieure. » Texte de base, page 116

Plusieurs d'entre nous, à l'époque de leur dépendance active, étaient réellement remplis de craintes pour l'avenir et pour ce qui pourrait arriver. Et si nous nous faisions arrêter ? Et si nous perdions notre emploi ? Et si notre conjoint mourait ? Et si nous faisions faillite ? Et si... et ainsi de suite. Il n'était pas exceptionnel pour nous de passer des heures et même des jours entiers à penser à ce qui pourrait arriver. Avant même qu'ils ne se produisent, nous nous imaginions des conversations et des scénarios, puis nous déterminions notre conduite sur la base d'un « Et si... » Ce faisant, nous nous exposions à connaître déceptions sur déceptions.
À force d'écouter les témoignages dans les réunions, nous apprenons que vivre dans le présent et non dans le monde des « Et si... » est la seule façon de court-circuiter nos propres prophéties de malheur. Nous pouvons nous occuper uniquement de ce qui est réel aujourd'hui, et non de nos craintes illusoires de l'avenir.
Une façon de combattre ces craintes est d'en venir à croire que notre Puissance supérieure ne nous réserve que le meilleur. Dans les réunions, nous entendons les gens dire que notre Puissance supérieure ne nous en donnera pas plus que nous pouvons en prendre en une journée. Et nous savons par expérience que, si nous le Lui demandons, Dieu tel que nous Le concevons prendra sûrement soin de nous. Nous demeurons abstinents dans l'adversité en pratiquant notre foi dans la sollicitude d'une Puissance supérieure à nous-mêmes. Chaque fois que nous agissons ainsi, nous devenons moins craintifs des « Et si... » et plus à l’aise avec la réalité.

Juste pour aujourd'hui, j’entreverrai l’avenir avec foi en ma Puissance supérieure.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 29 avril, page 125

------------------------------------------------

Peu importe ce dont il s'agit, ne dis pas « Je le ferai demain » mais seulement « Si Dieu le veut ». Le Coran

Ce n'est pas facile de mettre de côté ma volonté car elle cherche toujours à s'imposer. Ne suis-je pas le capitaine de mon âme, le maître de mon destin ? D'un certain point de vue, je peux certainement répondre oui. Capitaine de mon navire, n'ai-je pas navigué en ligne droite vers l'obsession alimentaire qui a fait échec à la plupart de mes espoirs et de mes projets ?
Lorsque j'ai confié à Dieu cette obsession, cela m'a rendu libre de vivre comme je l'ai toujours espéré et rêvé. C'est ce que signifie pour moi « que Ta volonté soit faite et non la mienne ». Accomplir la volonté de Dieu me libère de mon entêtement destructeur ; cela ne m'enlève rien de positif.

Pensée du jour : Je m'applique volontiers à connaître la volonté de Dieu à mon égard plutôt que de chercher aveuglément à faire ma propre volonté, qui peut si facilement me conduire au désastre.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 120

------------------------------------------------

« C'est la faiblesse et non la force qui lie les membres entre eux et aussi à une Puissance supérieure, et nous donne de façon mystérieuse la capacité de faire ce que nous sommes incapables de faire seuls. » Outremangeurs Anonymes, Deuxième édition, pages 5 et 6

Comme j'étais contrariée par la médiocrité de mes relations, on m'a demandé d'observer mes attitudes et mes pensées défensives qui me coupaient des autres. On m'a dit que tant que j'allais me concentrer sur les défauts de mon prochain, je serais réticente à demander l'aide dont j'avais besoin et je me sentirais indigne de la recevoir. Tôt dans la vie, je me suis retirée en moi-même, honteuse, quand j'ai compris que j'étais impuissante devant le besoin pressant de satisfaire sans cesse mes désirs égoïstes. J'ai protégé farouchement ce secret et j'ai appris à reconnaître la paix d'ombre chez ceux et celles qui me ressemblaient. Je percevais leur malaise et, plutôt que de m'identifier à eux telle une âme-sœur, je me servais de ce que j'avais découvert pour tenter de me sentir supérieure. En m'aliénant ceux qui partageaient ma souffrance, j'ai vécu dans un isolement qui m'a permis de cacher les racines de ma dépendance jusqu'à ce qu'elles finissent par m’étrangler.
Aujourd'hui, je sais que d'autres personnes ont le même problème que moi. En écoutant les membres qui me ressemblent, en donnant de moi-même, j'accède à ma Puissance supérieure et à mon rétablissement.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 29 avril, page 120

------------------------------------------------

Pensée du jour
Le programme J.A. est un programme axé sur la foi, l'espérance et la charité. C'est un programme d'espoir parce que, lorsqu'un nouveau membre arrive aux J.A., la première chose qu'il trouve, c'est l'espoir. Il entend les membres plus expérimentés raconter comment ils ont passé par le même genre d'enfer que lui et comment ils ont trouvé la méthode pour s'en sortir. Cela lui donne l'espoir, car il se dit que s'ils ont pu réussir, il le peut, lui aussi. L'espoir est-il encore présent en moi ?

Méditation du jour
La loi du royaume de Dieu, c'est la perfection, l'harmonie, l'abondance, l'amour, l'honnêteté et la soumission. Il n'y a pas de discorde dans le royaume de Dieu ; il n'y a que des défauts qui ne sont pas encore corrigés dans les âmes de Ses enfants. Les difficultés de la vie ont pour cause le manque d'harmonie dans l'individu, homme ou femme. Les gens manquent de sérénité parce qu'ils ne sont pas en harmonie avec Dieu et entre eux. Ils pensent que Dieu ne répond pas à leurs désirs parce qu'il n'y a pas de puissance dans leur vie. Dieu ne refuse son aide à personne. Quand les humains ne réussissent pas, c'est parce qu'ils ne sont pas en harmonie avec Lui.

Prière du jour
Je demande d'être en harmonie avec Dieu et avec mes compagnons humains. Je demande que cette harmonie me procure sérénité et succès.

Joueurs Anonymes, 29 avril

------------------------------------------------

29 avril

Ouvre-toi au flot de Mon amour Divin et de Ma lumière Divine. Ouvre les portes de ton cœur et ne laisse rien arrêter ce flot. Garde ces portes grandes ouvertes afin que l'amour et la lumière puissent couler librement en toi et à travers toi, et que la force de vie reste toujours bien présente en toi. Si les portes de ton cœur sont fermés et que le flot d'amour et de lumière cessent, ta vie entière devient stagnante, et... rien ne vit dans une marre stagnante. C'est pourquoi tu dois garder consciemment ces portes grandes ouvertes et puiser tout le temps en moi, la source de toute vie, afin que ton cœur ne devienne jamais, à aucun moment, sec et inerte. Un fleuve qui cesse de recevoir de sa source s'assèche. Toi aussi, si tu cesses de puiser tes réserves en moi, très vite tu t’assècheras et deviendra inutile. Alors sois toujours pleinement conscient de moi, et puise constamment ta force de vie en moi. Tu fais ton choix jour après jour, heure après heure, minute après minute.

La Petite Voix, Eileen Caddy

------------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

------------------------------------------------

Une Île nommée « Sérénité »

« Imaginez-vous debout sur le rivage. Au large se trouve une île nommée Sérénité où, loin du désespoir engendré par l'alcoolisme et les autres troubles, règnent la paix, le bonheur et la liberté. Vous désirez ardemment gagner cette île, mais il vous faut trouver le moyen de franchir cette étendue d'eau — ce vide immense qui se tient entre vous et l'endroit où vous désirez aller.
« Deux solutions s'offrent à vous: sur l'océan se trouve un paquebot, un de ces navires de croisière où tout a l'air confortable et luxueux. Il s'appelle Traitement, Thérapie. Non loin de là, sur la plage, un groupe de gens à l'allure bizarre. Ils font mine d'actionner les rames d'une barque, mais on ne voit ni l'embarcation, ni les rames; seulement ces gens réjouis, assis sur le sable, qui actionnent les rames invisibles d'un bateau invisible. Ce bateau s'appelle Al-Anon (ou A.A., ou n'importe quel programme en Douze Étapes). Le paquebot fait entendre sa sirène: tout le monde à bord, on embarque pour la croisière Traitement et Thérapie! Vous voyez les passagers sur le pont; ils vous font de grands signes enjoués. Et il y a ces espèces d'excentriques qui vous enjoignent à grands cris de monter dans leur bateau invisible. Naturellement, vous embarquez dans le paquebot, vous choisissez la croisière de luxe. Et c'est parti pour l'île de la Félicité.
« Mais voilà : à mi-parcours, le paquebot s’arrête, vire et rebrousse chemin en direction du rivage. Retour au point de départ. Là-dessus, le commandant de bord fait descendre tout le monde à terre. Vous demandez pourquoi, et il vous répond : 'La croisière s’arrête là. La seule manière d'atteindre l'île, c'est d'embarquer sur le bateau invisible (celui qui s'appelle Al-Anon, A.A. ou tout autre groupe d’entraide utilisant le mode de vie des Douze Étapes)'.
« Vous haussez les épaules, et vous vous dirigez donc vers les occupants de la barque. 'Montez !' vocifèrent-ils.
— Mais je ne vois aucun bateau où monter, vociférez-vous en retour.
— Montez quand même!' Vous vous exécutez, et les voilà bientôt qui disent : «Prenez une rame et attelez-vous à la tâche (c’est-à-dire aux Étapes).
— Je ne vois pas de rames ! hurlez-vous.
— Tant pis, ramassez-en une et ramez quand même!> Là encore vous obtempérez, et très vite vous commencez à voir le bateau. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire vous commencez à voir les rames. Et, tout à coup, vous êtes tellement content de ramer avec les autres excentriques que vous ne vous souciez plus d'atteindre l'autre bord.* »

  • Warren W. a rapporté cette histoire le 23 août 1985 à Minneapolis. Il la tenait de l'orateur itinérant Clancy Imislund, qui gère la Midnight Mission et vit à Venice, Californie. Vous pouvez la retrouver dans le merveilleux livre de Melody Beattie Vaincre la Codépendance, Coll. Hazelden, Sciences et Culture, 1992, pp.253-254
------------------------------------------------

29 avril fidèle à moi-même Dlepa.jpg