Pensées 13 mai 2018

Bonjour à toutes et à tous

« La reconnaissance est la mémoire du cœur. » ( Hans Christian Andersen ) Être reconnaissant c'est découvrir que nous sommes redevables à un tiers qui nous a procuré un bienfait. La reconnaissance n'est pas qu'une activité mentale : c'est une évaluation qui est toujours accompagnée d'un peu de contentement. La reconnaissance suscite parfois de l'affection. Le bienfait reçu de cette personne est si précieux à nos yeux que nous aimons cette personne de nous l'avoir procuré. La reconnaissance implique toujours un mouvement pour souligner l'importance de ce que nous avons reçu. C'est une expérience génératrice de générosité. C’est aussi une expérience de bonté et de gratitude. Dans certains cas, nous voulons remercier celui qui nous a donné en lui redonnant quelque chose en retour ; dans d’autres cas, nous voulons faire bénéficier d’autres de cette bonté quand la nôtre est refusée.

La gratitude est aussi une forme de reconnaissance à l'égard d'une personne vis-à-vis de laquelle nous nous sentons comme obligés. Il y a souvent dans la gratitude une impression d'obligation. Nous considérons comme normal que notre Dieu d'amour se comporte comme un bon père, bien que nous nous trouvons quand même privilégiés. Nous ne sommes pas obligés à son égard bien que nous pouvons aussi avoir l'impression d'être en dette envers Lui.

« Le sentiment qu'on a pour la plupart des bienfaiteurs ressemble à la reconnaissance qu'on a pour les arracheurs de dents. » ( Chamfort, Maximes et pensées, caractères et anecdotes ) Nous avons de la difficulté à remercier celui ou celle qui a pesé sur le bobo, qui a identifié notre problème souvent commun, même si ça s'est fait doucement et avec amour. Les membres des groupes d'entraide nous partagent cette reconnaissance, cette gratitude pour les souffrances de notre compulsion, cette gratitude pour ce rétablissement miraculeux permis par Dieu, cette gratitude pour le privilège d'être au service de nos frères et sœurs dans le mouvement, et cette gratitude pour les liens fraternels qui nous attachent toujours plus intimement à eux, en une camaraderie que peu d'associations connaissent. Notre infortune est devenue notre bonne fortune. « Les leçons de l'infortune sont presque toujours un bienfait. Elles ne sont funestes qu'aux âmes viles qu'elles paralysent pour toujours. » (Pierre Chauveau, Charles Guérin ) Bill W. parle de la peur « comme un fil mauvais et pourri, la trame sur laquelle nos existences étaient tissées. Elle a engendré des situations qui ont causé des malheurs que nous ne croyions pas avoir mérités. » ( Gros livre, page 76 ) Il la qualifie comme responsable de son infortune et des ennuis qu’elle a généré. Mais ç’a aussi pris ça pour l’amener à avoir le désir d’arrêter de boire.

« La réalité est une illusion produite par le manque d’alcool. » ( Jay McInerney ) — « La sobriété est une hallucination provoquée par le manque d’alcool. » ( Robert Ley ) En effet, l’abstinence donne tout un buzz. Et il y a bien plus que juste l’abstinence. « Le regret sincère des injustices faites, la gratitude pour les bienfaits reçus, et le désir de tendre demain vers des résultats meilleurs, telles sont les valeurs permanentes que nous voudrons rechercher. Après avoir ainsi revu notre journée, sans oublier de prendre bonne note de nos réussites et après avoir examiné nos cœurs sans crainte ni partialité, nous pouvons vraiment remercier Dieu pour les bienfaits que nous avons reçus et nous endormir la conscience en paix. » ( 12 x 12, 10e Étape, page 106 ) Merci mon Dieu pour notre bonne fortune ! Paulo Coelho a écrit dans cette même veine que le succès c’est d’être capable d’aller se coucher chaque soir l’âme en paix. Winston Churchill a écrit : « Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme. » Et Épicure avait écrit : ' L’homme qui a l’âme en paix n’est importun ni à lui-même ni aux autres.' Épicure (accompagné de son disciple Lucrèce) disait que leur démarche conduisait le penseur vers une destination emplie de sagesse où s’exprime le bonheur. Pour parcourir ce chemin, Épicure disait qu'il fallait entre autres choses se débarrasser des peurs qui les tiraillaient — peurs qui étaient le fruit de leur ignorance.

« Tomber enceinte, mon garçon, c'est donner son cœur et son corps à quelqu'un qu'on n'a pas encore vu. C'est établir avec lui un lien presque indestructible. » ( Boucar Diouf ) Voir le texte suivant qui est superbe sur le rôle des mères et des grand-mères dont nous célébrons aujourd’hui la fête : https://www.facebook.com/BoucarDioufHumoriste/videos/662434207138350/ Merci aussi à la mère de mes enfants !!!

Merci la Vie !!!
Gilles

-------------------------------------------------

Je trouve beaucoup plus facile de me risquer à prendre des décisions quand je cesse de penser aux conséquences dont je pourrais souffrir et que je me rappelle que j'ai le choix d'en apprécier les conséquences. Depuis mon adhésion à Al-Anon, j'exerce des choix plus consciencieusement. Je fais tout le travail de base qui semble approprié et ensuite j'en confie les résultats à Dieu. Les résultats sont souvent très favorables. Même quand ils ne le sont pas, je peux encore me réjouir d'avoir fait ma part.
Pendant longtemps, j'ai évité de prendre des décisions parce que j'étais sûr qu'il y avait un certain « bon » choix qui m'aurait obtenu magiquement ce que je voulais, cependant je n'ai jamais semblé savoir quel était ce choix. J'attendais à la dernière minute pour décider et je n'étais jamais satisfait de mes choix. Aujourd'hui, je sais que choisir de ne pas décider, c'est prendre une décision.
Il peut être très libérateur de prendre une décision. Une fois que le choix est fait, je peux avoir confiance que les conséquences se dérouleront comme il se doit. En changeant quelque peu d'attitude, peut-être que je pourrai les attendre dans l'enthousiasme et l'espoir plutôt que dans la peur et l'appréhension.

Pensée du jour
Aujourd'hui, j'aurai confiance en ma capacité d'agir. Quand le moment semblera opportun, je ferai le meilleur choix possible et je me permettrai d'en apprécier les résultats.

« Parfois notre enthousiasme devant les changements dépend de notre consentement à miser sur ce que demain nous apportera en risquant ce que nous possédons aujourd'hui. » La sobriété : un nouveau départ

Al-Anon, Le Courage de Changer, 13 mai, page 134

-------------------------------------------------

Souvent, dans le calme d'une fin de soirée, mon esprit s'emballe et des pressentiments de désastres essayent de s'y installer. J'utilise la Prière de Sérénité pour briser ce cycle et obtenir un peu de paix et une meilleure perspective. Je commence par substituer cette prière à mes pensées, et je la répète aussi souvent que nécessaire pour me concentrer sur le moment présent. Je divise ensuite la prière en trois parties, et je les applique à mon esprit en désordre.
Je prie : « Mon Dieu, donnez-moi la sérénité d'accepter les choses que je ne puis changer » (il se fait tard et j'ai peur de communiquer avec un autre membre du programme) ; « ... le courage de changer les choses que je peux » (je lis quelque chose sur mon étagère de documentation approuvée par la Conférence et j'écris mes problèmes dans mon journal ; je demande aussi à être guidée par la volonté de ma Puissance Supérieure) ; « ... et la sagesse d'en connaître la différence » (Je remercie Dieu de mettre un terme à ma confusion et je Lui demande de trouver la paix et un sommeil réparateur).
Je répète ce processus jusqu'à ce que la sérénité m'enveloppe comme une couverture chaude et confortable, m'amenant à détendre mon corps, mon esprit, et mon âme, et je finis par m'endormir. Quand je me réveille le lendemain, je réalise souvent que quelque chose a changé pendant la nuit. Parfois, c'est ma façon de voir la situation, et ma ligne de conduite change en conséquence. Parfois, la situation se résout d'elle-même sans plus d'effort de ma part. D'une manière ou d'une autre, cela fait mon affaire. Je suis bien heureuse de pouvoir utiliser la Prière de Sérénité pour lâcher prise et m'empêcher de souffrir inutilement

Pensée du jour Ai-je essayé de diviser la Prière de Sérénité en trois parties pour les utiliser comme des lentilles qui m'aident à mieux voir mon problème ?

« La méditation de chacune des pensées de la Prière de Sérénité peut contribuer à remettre les situations dans une perspective plus juste. » But et suggestions, page 5

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 13 mai, page 134

-------------------------------------------------

La méthode la plus facile

...si nous brûlons cette étape vitale, nous pourrions ne jamais surmonter notre problème d'alcool. Les Alcooliques Anonymes, page 81

Il est certain que je n'étais pas très pressé de découvrir qui j'étais vraiment, surtout à un moment où les souffrances de l'alcool étaient encore suspendues au-dessus de ma tête comme un nuage menaçant. Mais j'ai vite entendu parler aux réunions de ce membre qui ne voulait tout simplement pas faire sa Cinquième Étape et qui venait quand même aux réunions, tout tremblant à l'idée d'avoir à revivre son passé. La méthode la plus facile est de faire ces Étapes qui me libèrent de ma maladie fatale et de mettre ma foi dans le mouvement et dans ma Puissance supérieure.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, page 142

-------------------------------------------------

« Des gens privilégiés »

J'ai compris que j'avais vécu trop seul, trop éloigné de mes compagnons et trop sourd à cette voix intérieure. Au lieu de me considérer comme un simple agent transmettant le message de mon expérience, je me voyais comme un fondateur des AA.
Il aurait mieux valu que je ressente de la gratitude plutôt que de la suffisance — de la gratitude pour les souffrances de l'alcoolisme, de la gratitude pour ce rétablissement miraculeux permis par Dieu, de la gratitude pour le privilège d'être au service de mes amis alcooliques, et de la gratitude pour les liens fraternels qui m'attachent toujours plus intimement à eux, en une camaraderie que peu d'associations connaissent.
Un ecclésiastique a eu raison de me dire : « Votre infortune est devenue votre bonne fortune. Vous êtes des gens privilégiés, vous les membres des AA. » Grapevine, juillet 1946

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 133

-------------------------------------------------

13 mai - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Dans le mouvement A.A., nous trouvons de l'amitié, de la détente et de la force. Quand nous avons trouvé cela, les vraies raisons qui nous portaient à boire disparaissent. Alors la boisson, qui était un symptôme de notre désordre intérieur, ne se justifie plus dans nos esprits. Nous n'avons plus besoin de combattre la boisson. Le désir de boire nous quitte tout naturellement. Au début, nous regrettons de ne plus pouvoir boire, mais nous arrivons à être heureux de ne plus être obligés de boire. Suis-je heureux de n'être plus obligé de boire ?

Méditation du jour
Essayez de ne jamais juger personne. L'esprit humain est si délicat, si complexe, que seul son Créateur peut le connaître parfaitement. Chaque esprit est si différent, animé par des motifs si différents, dominé par des circonstances si différentes, influencé par des souffrances si différentes. Vous ne pouvez pas connaître toutes les influences qui ont contribué à former une personnalité. Il vous est donc impossible de juger parfaitement cette personnalité. Mais Dieu connaît à fond cette personne et Il peut la transformer. Laissez à Dieu le soin de déchiffrer les secrets de la personnalité. Et laissez à Dieu le soin de vous enseigner la véritable compréhension.

Prière du jour
Je demande de ne pas juger mes semblables. Je demande d'être certain que Dieu peut corriger les défauts de chaque personnalité.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 136

-------------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
En revoyant mon enfance, je perçois comment la peur m'a affecté. Elle a contribué à ma décision d'être une bonne personne, de rechercher l'approbation et de mettre quelqu'un d'autre en charge de ma vie, quelqu'un que je percevais comme étant plus fort que moi. Au début, ce furent mes parents ; plus tard, ce fut mon conjoint. La peur m'a fait ressentir la détresse, l'insuffisance et l'insécurité. Quand je rends quelqu'un d'autre responsable de ma vie, j'ai des attentes irréalistes face à cette personne. Cette personne ne peut certes pas satisfaire de telles attentes. Je m'expose donc au désappointement et à la souffrance. Je la blâme quand les choses vont mal. Je peux riposter dans la colère ou me replier sur moi-même. Comme il est meilleur pour moi d'accepter la pleine responsabilité de mon bonheur et de ne plus attendre que d'autres fassent pour moi ce que je dois faire pour moi-même !

MÉDITATION DU JOUR
Je demande de réaliser que ma force doit venir d'une puissance plus grande que la mienne et non d'autres êtres humains.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
La foi nous permet de faire face à nos peurs.

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 13 mai

-------------------------------------------------

Continuer à avancer

« La progression du rétablissement est un parcours qui va toujours en montant. » Texte de base, page 102



Plus notre temps d'abstinence augmente, plus notre chemin semble devenir étroit et abrupt. Mais, Dieu ne nous en donne pas plus que nous pouvons en prendre. Qu'importe la difficulté de la route, qu'importe si elle est étroite ou tortueuse, il y a de l'espoir. Cet espoir réside dans notre progrès spirituel.
Si nous continuons à assister à des réunions et à rester abstinents notre vie devient... disons différente. La quête continuelle d'une réponse aux fluctuations de la vie peut nous amener à questionner tous les aspects de notre vie qui n'est pas toujours une partie de plaisir. C'est alors qu'il nous faut nous tourner vers notre Puissance supérieure avec une plus grande foi. Parfois, tout ce que nous pouvons faire, c'est nous accrocher en croyant que les choses vont s'améliorer.
Avec le temps, notre foi nous aidera à comprendre. Nous commencerons à avoir une vue d'ensemble de notre vie. À mesure que notre relation avec notre Puissance supérieure se développe et s'approfondit, l'acceptation devient presque une seconde nature. Peu importe ce qui nous arrive dans notre démarche de rétablissement, nous nous appuyons sur notre foi en une Puissance supérieure qui nous aime, et nous continuons à avancer.

Juste pour aujourd'hui, j'accepte de ne pas avoir toutes les réponses aux questions de la vie. Néanmoins, j'aurai confiance en Dieu tel que je Le conçois et je continuerai à avancer sur la route du rétablissement.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 13 mai, page 141

-------------------------------------------------

L'espoir est la seule bonne chose que respectent les désillusions. Marquis de Vauvenargues

Être désillusionné, c'est voir ses illusions s'effondrer et n'avoir rien de mieux pour les remplacer. Mes illusions d'autrefois ont été la source de ma compulsion alimentaire. Mon tout premier leurre était que j'avais besoin à tout prix de nourriture excessive pour passer à travers mes journées.
Les Outremangeurs Anonymes m'ont libéré de cette illusion et de plusieurs autres. L'espoir de me rétablir m'a donné le désir et l'énergie nécessaires pour réviser les idées qui m'ont fait endormir ma douleur dans la nourriture. À la lumière crue de la réalité, ces idées — mes vieilles illusions — sont réduites en poussière que le vent emporte.

Pensée du jour : Il y a tant d'espoir chez les OA que cela me comble et me régénère ; je n'ai qu'à assister aux réunions et à écouter.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 134

-------------------------------------------------

« Notre Cinquième Tradition nous rappelle aussi qu'il ne suffit pas de nous raconter nos problèmes pour guérir. Les solutions. c'est dans le contenu du message OA, dans les Douze Étapes et les Douze Traditions, que nous allons les trouver. » Les Douze Étapes et les Douze Traditions des Outremangeurs Anonymes, page 171

Avant de connaître les OA, j'ai cherché de l'aide auprès de psychiatres et d'un thérapeute. J'étais devenue experte pour raconter mes problèmes. J'étais reconnaissante que quelqu'un m'écoute décrire mes difficultés, mais je tombais facilement dans l'apitoiement. J'ai beaucoup appris sur moi-même. J'ai réussi à analyser mon passé et j'en suis venue à l'envisager autrement. Je suis arrivée à mieux comprendre ma mère et à l'aimer davantage. Mais rien de tout cela ne m'a empêchée de manger compulsivement. C'est seulement en assistant aux réunions et en mettant continuellement le programme en pratique que j'ai été libérée de ma compulsion.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 13 mai, page 134

-------------------------------------------------

Pensée du jour
Dans le mouvement J.A., nous trouvons de l'amitié, de la détente et de la force. Quand nous avons trouvé ces choses, les vraies raisons qui nous amenaient à jouer disparaissent. Alors le jeu, qui était un symptôme de notre désordre intérieur, ne se justifie plus dans nos esprits. Nous n'avons plus besoin de combattre le jeu. Le désir de jouer nous quitte tout naturellement. Au début, nous regrettons de ne plus pouvoir jouer, mais nous arrivons à être heureux de ne plus être obligé de jouer. Suis-je heureux de n'être plus obligé de jouer ?

Méditation du jour
Essayez de ne jamais juger. L'esprit humain est si délicat, si complexe, que seul son Créateur peut le connaître parfaitement. Chaque esprit est si différent, animé par des motifs si différents, dominé par des circonstances si différentes, influencé par des souffrances si différentes. Vous ne pouvez pas connaître toutes les influences qui ont contribué à former une personnalité. Il vous est donc impossible de juger. Mais Dieu connaît à fond la personne humaine et Il peut la transformer. Laissez-Lui le soin de déchiffrer les secrets de la personnalité et laissez-Lui le soin de vous enseigner la véritable compréhension.

Prière du jour
Je demande de ne pas juger mes semblables. Je demande d'être certain que Dieu peut corriger les défauts de chaque personnalité.

Joueurs Anonymes, 13 mai

-------------------------------------------------

13 mai

Cesse de te modeler sur qui que ce soit et prends du temps pour rechercher en toi et trouver comment J'ai besoin de toi et comment tu t'insères parfaitement dans l'image global. Ne sois jamais à la mauvaise place, ou désaccordé et à contre temps. Lorsque tu peux être toi-même, tout stress et toute tension disparaissent parce que tu n'essayes plus d'être quelque chose que tu n'es pas. En fait tu n'essaies plus ; tu es, simplement.
Tu es donc dans une paix parfaite à l'intérieur et cela se reflète à l'extérieur. Paix, tranquillité et sérénité émanent de toi. Tu crées la bonne atmosphère où que tu ailles. Tu es une bénédiction, une aide pour toutes les âmes qui croisent ton chemin ; tu les élèves, et tu crées la paix et l'harmonie dans le monde autour de toi. Maintenant laisse MA paix et MON amour te remplir et t'envelopper. Élève ton cœur et rends grâce éternellement parce que JE te révèle le chemin.

La Petite Voix, Eileen Caddy

-------------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

-------------------------------------------------

13 mai sobriété hallucination RLey.jpg