Pensées 06 juin 2018

Bonjour à toutes et à tous

Afin de composer avec notre désespoir et notre trouble intérieur (une suite de réactions à la peur, à la colère, à nos sentiments désagréables, à notre honte, à notre haine ou au ressentiment contre les autres ou contre des situations), nous avons dû cesser de blâmer la vie et développer une nouvelle façon de penser. Grâce au mode de vie de Douze Étapes et à notre Puissance supérieure, nous avons appris que nous pouvions tranquillement accepter les autres tels qu'ils sont et pleinement consentir à ce que Dieu tel que nous Le concevons élimine nos défauts et manques de toutes sortes mêmes virtuels. Nous avons appris que nous n'étions pas des victimes de la vie. Nous sommes plutôt des choyés, des privilégiés de la vie. « Tu ne dois détester personne. Mais si vraiment tu ne peux empêcher ton coeur d’haïr, alors déteste la haine qui règne dans ton coeur. » ( Magghilej Doha ) Car la haine de soi, c’est celle qui fait le plus mal. Voir à la fin le texte du Dalai Lama.

Si telle est Sa volonté, nous ouvrons la porte afin d'accueillir ce que le Divin nous offre chaque jour : laisser aller nos attentes, nous ouvrir aux messages du quotidien, effectuer une deuxième lecture des évènements comme dans un court inventaire quotidien ou sur le vif (épreuves, deuil, séparation, maladie, rites de passage), vivre l'instant présent inconditionnellement, nous retrouver au bon moment, au bon endroit avec les bonnes personnes, saisir les opportunités de l'ici et maintenant. Renoncer à nos vieilles croyances permet une lecture éclairée de notre vie sans même comprendre les passages qu'elle nous propose à travers l'émergence de coïncidences, de synchronismes ou de messages de vie qui nous permettent de cheminer.

'On ne peut voir la lumière sans l’ombre, on ne peut percevoir le silence sans le bruit, on ne peut atteindre la sagesse sans la folie.' (Carl Gustav Jung) Reconnaître que le lâcher prise est une opération intérieure impossible. Lâcher cette illusion de prise est une invitation à cesser de nous cramponner aux choses, aux gens et aux événements. C'est cesser toutes contraintes, toutes luttes, toutes résistances. C'est ouvrir la ou les mains pour relâcher quelque chose, quelque idée à laquelle nous tenions mordicus. Nous sommes souvent désespérément accrochés par l'esprit à nos préjugés, nos espoirs et nos aspirations secrètes. Lâcher l'illusion d'avoir prise signifie devenir transparent et vivre avec nos peurs et nos angoisses. La tranquillité, l'intuition et la sagesse ne surviennent que lorsque nous vivons la totalité du moment présent sans avoir besoin d'y retenir ou d'y rejeter quelque chose ou quelque idée. Un jour nous perdrons tout ce que nous possédons. Tenons ce que nous possédons délicatement entre nos mains comme si nous y avions une petite plume d'oiseau prête à être emportée par le vent ou par le temps.

'La synchronicité est une réalité présente pour ceux et celles qui ont des yeux pour la voir.' (Carl Gustav Jung) La synchronicité, les coïncidences nous amènent à des moments privilégiés dans la vie, des pierres de gué, comme, par exemple, tomber amoureux, d'autres tout aussi ou plus douloureux, comme le deuil, mais tout autant privilégiés en ce qui a trait à la volonté et au désir de notre gPs. Dans ces moments, il me semble que tout ce qui fait partie de nous, mémoire, identité, rêves, angoisse, délires, utopies, tout cela se synchronise et permet notre rétablissement. Quand nous n'avons plus rien à perdre, quand c'est absolument un bas-fond, la vie fait de nous des privilégiés. La vie synchronise notre savoir, nos sensations, nos émotions et toutes les énergies qui travaillent en nous (mentale, spirituelle, physique), de manière à ce qu'il y ait une cohérence de notre désespoir avec son immensité de douleurs, de notre humilité devant la vie qui est apparemment et évidemment impersonnelle.

« En effet à moins d'accepter nos problèmes et de les résoudre, nous ne pourrons rien faire pour nous mettre en règle avec nous-mêmes, avec le monde qui nous entoure et avec Celui qui règne sur nous tous. » ( 12x12, 12e Étape, page 141 ) La participation à des rencontres de groupes d'entraide nous invite à nous accepter de plus en plus et à avoir de plus en plus de tolérance envers les autres, de tendresse et de passion envers notre bien-aimé et d'amour envers soi. Nous savons toutefois qu'il nous est impossible d'accepter inconditionnellement tous et chacun en tout temps. Ce qui est possible cependant, c’est de nous aimer tels que nous sommes, d’accepter inconditionnellement tout ce que nous sommes et d'aimer tous les jours davantage les autres par la grâce de Dieu un jour à la fois.

Aujourd’hui, c’est le début du Ramadan, une période de jeûne, de spiritualité et de prières pour les musulmans au Québec ! Nous nous souhaitons un mois de paix, d’amour et de générosité qui nous permettra de dissiper la haine qui réside dans bien des coeurs et de sentir la présence de notre Ps en tous et chacun de nous. As-salam alaykom. Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain ! Les musulmans ne sont pas tous des menaces pour la paix.

Merci la Vie !!!
Gilles

------------------------------------------------

Comme il est facile de justifier notre propre comportement inacceptable ! Peut-être que nous nous excusons en prétendant que nous avions été provoqués ou que nous n'avions pas le choix. Ou nous minimisons l'importance de nos actes en affirmant que tout le monde agit de la sorte. Grâce à ces justifications et à bien d'autres, nous faisons comme si nos erreurs ne comptent pas. Cette négation doit être surmontée lorsque nous entreprenons notre Quatrième Étape.
Par cette Étape, nous procédons à un inventaire moral, sérieux et courageux de nous-mêmes. Il est courageux à cause de la solide base spirituelle que nous avons édifiée dans les trois premières Étapes. Il est moral parce que nous dressons une liste des choses que nous croyons bonnes ou mauvaises dans notre conduite. Et il est sérieux. La seule façon de faire cette Étape avec sérieux et en profondeur, c'est de résister au désir de justifier et d'excuser ce que nous découvrons. Cela peut exiger du courage et de la discipline personnelle, mais en reconnaissant franchement ce que nous avons été, nous pouvons effectuer des changements positifs quant à ce que nous devenons.

Pensée du jour
Je suis un être humain ayant des forces et des faiblesses, capable de réussites et d'erreurs. Parce que j'accepte cela, je peux me regarder attentivement. Aujourd'hui, je trouverai en moi quelque chose à apprécier et quelque chose à améliorer.

« On ne se trouve jamais tant qu'on ne fait pas face à la vérité. » Pearl Bailey

Al-Anon, Le Courage de Changer, 6 juin, page 158

------------------------------------------------

J'ai passé plusieurs années dans Al-Anon à me détacher des autres, et j'ai fini par réussir plutôt bien. J'ai développé des méthodes qui fonctionnaient pour moi, comme me retirer d'une discussion qui risquait de s'envenimer pour aller lire de la documentation Al-Anon. J'ai appris à désamorcer les critiques en répondant « Tu as peut-être raison », et en utilisant le slogan « Penser » pour m'aider à agir plutôt qu'à réagir.
Par contre, je n'étais pas si habile à me détacher de moi-même. Lors d'un épisode où je réagissais de manière insensée à mes propres sentiments, ma marraine m'a suggéré de synchroniser mon esprit à mon corps en faisant quelque chose de concret et en me répétant ce que j'étais en train de faire, par exemple : « Je suis en train de faire la vaisselle », ou « Je marche sur le tapis roulant ». Mais je recherchais quelque chose de plus profond, alors j'ai ignoré sa suggestion pendant huit ans, jusqu'à ce que j'en aie assez de répéter les mêmes comportements. J'ai alors suivi sa suggestion, et cela a fonctionné.
Lorsque quelque chose me dérange, les souvenirs des anciennes blessures reviennent souvent me hanter. Il m'est alors difficile de demeurer dans le moment présent, et je me mets à vivre à la fois dans le passé et dans l'avenir. Les conséquences du passé sont projetées dans mon présent et dans mon avenir. Je me retrouve coincée dans le désespoir, et il m'est alors difficile de prendre des décisions saines.
Quand je me perds dans le temps, je demande ce dont j’ai besoin pour prendre soin de moi. Si je fais quelque chose de concret — comme téléphoner à un membre Al-Anon, écrire dans mon journal personnel, faire de l'exercice ou travailler sur un projet — je parviens à me détacher de moi-même. Le passé et l'avenir retournent à leur place et moi je reviens, beaucoup plus calme, dans le moment présent.

Pensée du jour
Ai-je fait l'expérience du pouvoir du détachement qui permet à mon esprit d'être au même endroit que mon corps ?

« Le détachement peut aider les familles à regarder leur situation d'une façon réaliste et objective, rendant ainsi possibles les décisions rationnelles. » Le détachement

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 6 juin, page 158

------------------------------------------------

Il suffit d’essayer

Peut-il maintenant prendre toutes et chacune ( de ces mauvaises choses en nous ) ? Les Alcooliques Anonymes, page 85

À la Sixième Étape, cela m'aidait de me rappeler que je recherchais un « progrès spirituel ». Certains défauts persisteront peut-être jusqu'a la fin de mes jours, mais la plupart se sont atténués ou envolés. Tout ce que me demande la Sixième Étape, c'est de bien vouloir dire quels sont mes défauts, de les reconnaître comme miens et de rejeter ceux que je peux, aujourd'hui. Au fur et à mesure de ma croissance dans les A.A, beaucoup de ces défauts me deviennent plus insupportables qu'auparavant ; je dois donc répéter la Sixième Étape pour me sentir bien dans ma peau et garder ma sérénité.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, page 166

------------------------------------------------

L'imagination peut être constructive

Nous pourrions nous rappeler, avec un certain embarras, tout l'intérêt que nous accordions au produit de notre imagination lorsqu'elle tentait d'inventer la réalité à partir de la bouteille. C'est bien le genre de réflexions qui nous régalait, n'est-ce pas ? Bien que nous soyons sobres maintenant, ne nous arrive-t-il pas encore souvent de faire la même chose ?
Le malheur n'était peut-être pas de nous servir de notre imagination, mais plutôt notre totale incapacité à orienter celle-ci dans la bonne direction. Il n'y a rien de mal à utiliser notre imagination de façon constructive : c'est le point de départ des plus valables réalisations. Après tout, personne ne peut construire une maison sans avoir d'abord imaginé un plan. Les Douze Étapes et les Douze Traditions, page 114

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 157

------------------------------------------------

6 juin - Pensée A.A. pour aujourd'hui
L'alcoolisme est d'ordinaire le symptôme de certains problèmes subconscients de personnalité. C'est pour les alcooliques une manière d'exprimer qu'ils sont mal adaptés à la vie. Je crois avoir été un alcoolique en puissance dès le début. J'avais un complexe d'infériorité. J'avais de la difficulté à me faire des amis. Il y avait une muraille entre moi et les autres. Et je me sentais seul. Je n'étais pas bien adapté à la vie. Est-ce que je buvais pour m'évader de moi­ même ?

Méditation du jour
Selon les besoins de chacun, ainsi chacun pense à Dieu. Il n'est pas nécessaire que vous pensiez à Dieu comme tous les autres pensent à Lui, mais il est nécessaire que vous pensiez à Lui comme à l’Être qui vous donne ce dont vous avez personnellement besoin. Le faible a besoin de la force de Dieu. Le fort a besoin dc Sa tendresse. Celui qui est tenté et tombe a besoin de la miséricorde de Dieu. Le juste a besoin de la compassion de Dieu pour les pécheurs. Le délaissé a besoin de l'amitié de Dieu. Ceux qui combattent pour la justice ont besoin de Dieu comme chef. Vous pouvez penser comme vous le voulez. Les hommes, d'habitude, ne se tournent pas vers Dieu avant d'avoir besoin de Lui.

Prière du jour
Je demande de pouvoir penser à Dieu comme à Celui qui me donne ce dont j'ai besoin. Je demande de Lui présenter tous mes problèmes afin qu'II m'aide à les résoudre.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 160

------------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
À mesure que ma maladie émotive progressait, j'étais de moins en moins capable de faire face à la vie. Mon univers se rétrécissait constamment et j'étais enfermé dans la prison que j'avais moi-même conçue. Ce fut mon bas-fond émotif. Aujourd'hui, je me rétablis. Maintenant je suis plus conscient de ce monde merveilleux et je ne tiens pas pour acquis toutes les choses données par Dieu tel que je le conçois et je ne les néglige pas non plus. Je peux apporter de nouvelles choses dans ma vie. Je crois que la vie est faite pour être bien remplie, riche et joyeuse.

MÉDITATION DU JOUR
Je demande à ma Puissance supérieure de trouver une nouvelle raison de remercier. Aide-moi pour que la gratitude déloge l'envie, la convoitise et le ressentiment.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Je remercie ma Puissance supérieure pour ce que je découvre dans ma recherche.

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 6 juin

------------------------------------------------

Le rétablissement n’arrive pas du jour au lendemain

« Les Douze Étapes de Narcotiques Anonymes sont un processus de rétablissement progressif intégré dans notre vie de tous les jours. » Texte de base, page 122

Après quelque temps dans le rétablissement, il se peut que nous nous trouvions confrontés à des problèmes personnels qui semblent insurmontables, à des sentiments de colère, et au désespoir. En réalisant ce qui se passe, nous nous écrions peut-être : « Je fais pourtant tellement d'efforts. Je croyais que j'étais... » Quoi ? Rétabli, peut-être ? À peine. Nous avons entendu maintes et maintes fois que le rétablissement est un processus continu et que nous ne serons jamais guéris. Pourtant, il nous arrive de croire que, si nous travaillons nos étapes suffisamment, si nous prions suffisamment et si nous assistons à suffisamment de réunions, nous finirons éventuellement par être..., peut-être pas guéris, mais quelque chose !
Effectivement, nous sommes « quelque chose ». Nous sommes en rétablissement, en rétablissement de la dépendance active. Peu importe ce que nous avons déjà réglé à travers le processus des étapes, il restera toujours quelque chose à régler. Ce que nous avions oublié ou que nous ne pensions pas être important, lors de notre premier inventaire, se manifestera sûrement plus tard. Encore et encore, nous en reviendrons au processus des étapes pour régler ce qui nous dérange. Plus nous utilisons ce processus, plus nous lui ferons confiance, car nous en voyons les résultats. Nous passons de la colère et du ressentiment au pardon, du déni à l'honnêteté et à l'acceptation, et de la souffrance à la sérénité.
Le rétablissement n'arrive pas du jour au lendemain et le nôtre ne sera jamais complété. Mais chaque jour nous apporte du soulagement et l'espoir qu'il y en aura davantage demain.

Juste pour aujourd'hui, je ferai ce que je peux pour mon rétablissement et je maintiendrai l'espoir dans le processus de rétablissement.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 6 juin, page 166

------------------------------------------------

Détester une personne, c'est détester en elle une partie de soi-même. Ce qui ne trouve pas d'écho en nous ne nous dérange pas. Hermann Hesse

Si je m'acceptais inconditionnellement et que j'étais en paix avec moi-même, ce que les autres disent ou font ne me dérangerait pas. Lorsque je songe à ce qui me déplaît chez certaines personnes, je constate avec étonnement que les traits de caractère que je supporte le moins sont précisément ceux que je déteste en moi-même. D'ailleurs, il est particulièrement troublant de constater que je peux éprouver cet agencement même face aux êtres les plus proches de moi — mon conjoint, mes enfants, mes amis intimes.
En progressant dans la pratique du programme de rétablissement des OA, je m'accepte de plus en plus et j'ai de plus en plus de tolérance envers les autres. Je sais toutefois qu'il m'est impossible d'accepter inconditionnellement tous et chacun en tout temps. Ce qui est possible cependant, c'est de faire preuve d'une compréhension toujours plus grande et d'apprendre à reconnaître la nature de mes réactions.

Pensée du jour : J'admets volontiers que certaines personnes me sont très désagréables, mais je n'ai pas à le montrer.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 158

------------------------------------------------

« Nous découvrons alors que nous avons besoin, pour apaiser notre tourment intérieur, d'un nouveau mode de pensée, d'une nouvelle façon d'agir au lieu de réagir ( ... ). » Outremangeurs Anonymes, Deuxième édition, page 3

On aurait dit que, jusqu'ici, ma vie n'avait été qu'une suite de réactions à la peur, à la colère, à mes sentiments négatifs, à ma honte ou au ressentiment contre les autres ou contre des situations. Afin de composer avec mon désespoir et mon trouble intérieur, j'ai dû cesser de blâmer la vie et développer une nouvelle façon de penser.
Grâce au programme OA et à ma Puissance supérieure, j'ai que je pouvais accepter les autres tels qu'ils sont. J'ai appris que je n'étais pas une victime de la vie. Je peux être soucieux et responsable de moi-même et de mes pensées. Je peux choisir consciemment des réflexions et des décisions positives qui me permettent d'agir plutôt que de réagir et ce, un jour à la fois.
Chaque fois que remonte mon obsession alimentaire, cela indique que je dois regarder de plus près mes réactions aux autres et à tout ce qui m'entoure. Je dois être prêt à me responsabiliser face à mon bonheur et face à tout ce qui me concerne. Je dois m’approprier le pouvoir d'agir qui m'appartient.
Aujourd'hui, je vis selon les Douze Étapes et j'agis au lieu de réagir.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 6 juin, page 158

------------------------------------------------

Pensée du jour
Le jeu est le symptôme de certains problèmes de personnalité. C'est pour les joueurs une manière d'exprimer qu'ils sont mal adaptés à la vie. Je crois avoir été un joueur en puissance dès le début : j'avais un com­plexe d'infériorité et j'avais de la difficulté à me faire des amis. Il y avait une muraille entre moi et les autres. Et je me sentais seul. Je n'étais pas bien adapté à la vie. Est-ce que je jouais pour m'évader de moi-même ?

Méditation du jour
Selon les besoins de chacun, chacun pense à Dieu. Il n'est pas nécessaire que vous pensiez à Dieu comme tous les autres pensent à Lui, mais il est nécessaire que vous Y pensiez comme à l'Être Qui vous donne ce dont vous avez personnellement besoin. Le faible a besoin de la Force de Dieu. Le fort a besoin de Sa Tendresse. Celui qui est tenté et tombe a besoin de Son Amitié. Ceux qui combattent pour la justice ont besoin de Dieu comme Chef. Les hommes, d'habitude, ne se tournent pas vers Lui avant d'avoir besoin de Lui.

Prière du jour
Je demande de pouvoir penser à Dieu comme à Celui Qui me donne ce dont j'ai besoin. Je demande de Lui présenter tous mes problèmes afin qu'Il m'aide à les résoudre.

Joueurs Anonymes, 06 juin

------------------------------------------------

6 juin

Tout se qui se passe dans ta vie découle de ta conscience. Élève-la et tu élèves tout ton être, toute ta façon de voir la vie, et tu commences à vivre la vie pleine et splendide qui est ton authentique héritage. On peut t'en parler, et tu peux voir les autres la vivre, mais tant qu'elle ne pénètre pas ta conscience et que tu ne peux pas accepter qu'elle t'est destinée, rien ne se passe. L'âme la plus simple en apparence, qui est semblable à celle d'un enfant, peut accepter le royaume des cieux bien plus facilement que l'âme la plus profondément intellectuelle, qui pense connaître toutes les réponses avec son mental, mais dont la conscience n'a pas été élevée à de plus hauts niveaux. Toute âme peut atteindre un état de conscience élevé. Mais c'est quelque chose qui doit être accompli de l'intérieur, à partir d'une connaissance intérieure, d'une inspiration et d'une intuition qui ne nécessitent aucun savoir ni sagesse extérieurs. Tout est là, au fond de chaque âme, simplement dans l'attente qu'on le reconnaisse, qu'on le fasse émerger et qu'on le vive.

La Petite Voix, Eileen Caddy

------------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

------------------------------------------------

HAINE
A CEUX QUI NE S'AIMENT PAS EUX-MEMES.

La haine de soi est une attitude très négative.
Si l'on creuse un peu derrière les apparences, on s'aperçoit que cette haine n'est que le résultat d'une trop haute idée qu'on a de sa personne. On veut à tout prix être le meilleur, et s'il manque le plus petit détail à notre image idéale, on ne peut le supporter. C'est une forme d'orgueil.
La première fois que j'ai entendu parler de la haine de soi, j'ai été très surpris. Je me suis demandé comment on pouvait se haïr soi-même. Tous les êtres s'aiment, même les animaux. En y réfléchissant, je me suis dit que ce n'était qu'une forme d'amour de soi exacerbé.
Une chose est sûre. Sans être bienveillant avec soi-même, on ne peut pas l'être avec les autres. Pour éprouver envers les autres de l'amour, de la tendresse, vouloir qu'ils soient heureux et ne souffrent pas, nous devons d'abord avoir ces sentiments envers nous-même. Nous pouvons alors comprendre que les autres ont les mêmes aspirations que nous, et l'amour, la compassion deviennent possibles.
Quand on se hait soi-même, on ne peut pas aimer les autres. Et si l'on ne fait rien pour changer d'attitude, on a très peu de chances de trouver la paix et la joie intérieures. On gâche sa vie, c'est stupide. Je ne devrais peut-être pas parler ainsi, mais c'est la vérité. Pour remédier à la haine de soi, prenez conscience de l'image fausse que vous avez de vous-même et cultivez la confiance authentique et saine, celle qui s'appuie sur vos qualités humaines fondamentales.
Soyez humble et tournez-vous davantage vers les autres.
Conseils du coeur du DALAÏ LAMA.

------------------------------------------------

06 juin pas de sagesse sans la folie CGJung.jpg