Pensées 04 août 2018

Bonjour à toutes et à tous

« Pour gagner du temps dans la vie, il vaut mieux ralentir que se hâter. » ( Ernie J. Zélinski ) Plus nous avons des appareils et gadgets pour nous faciliter la vie et pour nous faire gagner du temps, plus nous en profitons pour remplir nos temps de loisirs gagnés, par de nouvelles activités : cours, sports, sorties, vacances, etc. Vite, ça presse ! Nous vivons plusieurs vies en une et nous vivons souvent dans l’urgence, avec l'impression de ne pas être capable de gérer notre temps. Le téléphone portable, à cet égard, a accentué cela de manière flagrante : nous pouvons être rejoints partout. Non seulement nous ne trouvons plus le temps pour nous-mêmes, et nous devrions rester disponibles pour les autres, partout et tout le temps. Toutes nos nouvelles technologies devant servir à nous libérer ne nous donnent ni le temps de souffler, ni le temps de penser, ni le temps de faire des choix, ni le temps de faire des remises en question, pas plus le temps de faire des prises de conscience et encore moins le temps d’évoluer ou encore d’aimer.

« Jusqu'ici, notre existence était largement consacrée à échapper à la souffrance et aux difficultés. Nous voulions les fuir comme la peste. Jamais nous ne voulions envisager la réalité de la souffrance. » ( 12x12, 7e Étape, page 83 ) Comme la vie de plusieurs d'entre nous est devenue une course, une fuite, nous en sommes au point d’être pris dans le cercle vicieux de ne même plus avoir le temps de choisir de nous organiser autrement. Les décisions que nous prenons ne sont plus le fruit de nos choix, elles nous apparaissent comme inéluctables. Et bien souvent, nous restons frustrés de ne pas pouvoir faire tout ce que nous voudrions. Notre Ps peut nous aider à discerner les priorités des futilités, à découvrir ce qui est important. Ne nous aide-t-elle pas déjà dans nos choix ? ‘Sauf exception, tout membre d’expérience chez les AA saura dire de quelle façon remarquable et inattendue il a vu prendre une meilleure tournure à ses affaires quand il s’est appliqué à améliorer son contact conscient avec Dieu. Il attestera en plus que toutes ces périodes de souffrance et de peine, où il nous semble que la main de Dieu est bien lourde ou même injuste, lui ont enseigné de nouvelles leçons sur la vie, lui ont fait découvrir de nouvelles ressources de courage, et finalement lui ont donné l’absolue conviction qu’en effet, « les voies de Dieu sont insondables dans l’accomplissement de ses merveilles.»’ ( Les 12 Étapes et les Douze Traditions, 11e Étape, page 117 )

Pour certains aussi, s’arrêter de courir peut paraître dangereux. Tant que nous restons dans une activité effrénée qui nous empêche de penser, nous demeurons dans un état de crise permanente, nous nous empêchons de nous poser des questions et de nous rendre compte que nous ne menons pas du tout notre vie. Ce sont alors les chocs de la vie (deuil, séparation, divorce, perte d’emploi, maladie, dépendance, codépendance, etc.) qui nous offrent l’opportunité de cette remise en question, et de ce retour à un mode de vie spirituelle. Plus nous mettons en pratique ces Étapes, plus notre Ps nous rend malléables. Plusieurs groupes d'entraide proposent ce slogan pour nous aider à cet effet : « Se hâter lentement ! ». Et de celui qui a écrit : Il n’y a pas de chemin pour mener au bonheur. Le bonheur est dans le cheminement : « Va lentement, ne te hâte pas. Chaque pas t’amène au meilleur instant de ta vie : l’instant présent. » ( Thich Nath Hanh )

Avec l'aide d'une Puissance supérieure, d'un parrain aimant ou d'une marraine complaisante et le soutien de nos amis dans les groupes d'entraide, nous apprenons à trouver notre place dans ce monde — une place où nous pouvons vivre dans la dignité et le respect de nous-mêmes, dans l'honnêteté et le rétablissement. Nous apprenons aussi que lorsque la souffrance de notre état actuel dépasse la peur de ce qui nous attend, nous sommes alors ouverts au changement. Nous devenons malléables. Notre Puissance supérieure est un artisan patient et très doué et les membres des groupes d'entraide l'assistent dans Son œuvre. Même si le processus nous apparaît comme souvent pénible ou douloureux, le résultat en est une vie heureuse, satisfaisante et utile.

Merci la Vie !!!
Gilles

------------------------------------------------

La critique peut assurément m'apprendre quelque chose et je veux demeurer réceptif pour entendre ce que les autres ont à dire, mais ni ma popularité ni ma capacité de plaire aux gens avec qui je vis et travaille ne sont des mesures logiques pour établir ma valeur en y tant qu'individu. Al-Anon m'aide à reconnaître que j'ai de la valeur simplement parce que je respire le souffle de l'humanité. À mesure que j'acquiers de l'estime personnelle, il m'est plus facile d'évaluer mon comportement de façon plus réaliste.
Le soutien que j'obtiens dans Al-Anon m'aide à trouver le courage de me connaître. À mesure que j'en viens à me sentir à l'aise avec moi-même et avec mes valeurs, avec ce que j'aime et ce que je n'aime pas, avec mes rêves et mes choix, je suis de plus en plus capable de risquer d'encourir la désapprobation des autres. Je suis également capable de respecter les autres quand ils choisissent d'être eux-mêmes, que j'aime ou non ce que je vois.

Pensée du jour
Avec l'aide d'un parrain aimant et le soutien de mes amis Al-Anon, j'apprends à trouver ma place dans ce monde — une place où je peux vivre dans la dignité et le respect de moi-même.

« J'existe tel que je suis et cela suffit, même si personne d'autre au monde n'est conscient que je suis satisfait, et même si tout le monde est conscient que je suis satisfait. » Walt Whitman

Al-Anon, Le Courage de Changer, 4 août, page 217

------------------------------------------------

En tant qu'enfant de parents alcooliques, j'ai grandi dans un milieu violent. Mes parents utilisaient la violence verbale et physique, alors j'étais en colère contre eux. Quand j'exprimais ma colère, ils me maltraitaient encore plus. J'ai appris à me refermer et à garder le silence. La communication s'est rompue.
Ma famille ne pouvant pas subvenir à mes besoins financiers, je suis devenue autonome à l'âge de 17 ans. Je suis arrivée sur le marché du travail avec une vision plutôt déformée de l'autorité. Puisque mes parents avaient jusque-là constitué la principale autorité dans ma vie, je m'attendais à ce que mon patron me traite de la même manière que mes parents. Je me suis comportée en fonction de ces attentes et je me suis refermée derrière la peur. Si quelque chose me dérangeait au travail, je gardais le silence. Quand j'avais l'impression qu'on empiétait sur mes droits en tant qu'employée, je refoulais ma colère. Par conséquent, j'en suis venue à réagir de manière irrationnelle et imprévisible avec mes proches, et la vie en général.
La Douzième Étape me dit que je peux utiliser les principes du programme dans tous les domaines de ma vie, que l'alcool soit impliqué ou non. Comme point de départ, j'ai dû admettre ma peur de l'autorité et que ma vie était devenue incontrôlable. Je me suis ensuite exercée à parler de ma colère pendant les réunions, où j'ai reçu de l'acceptation, de l'encouragement et de la compréhension. En m'appuyant sur l'expérience positive de ma participation au cours des réunions, j'ai décidé de prendre le risque d'exprimer mes sentiments au travail. Quand je l'ai fait, il m'est arrivé de rencontrer de l'opposition, et cela me mettait mal à l'aise. Parfois, mes propos étaient bien reçus et j'obtenais qu'on modifiât le comportement qui m'agaçait. D'une manière ou d'une autre, je me sentais mieux parce que je m'étais exprimée avec respect et estime de moi.

Pensée du jour
Quand je refoule ma colère, je lui permets de macérer dans mon cœur et dans ma tête, et cela défait tout mon rétablissement.

« Dans mon groupe Al-Anon, j'ai trouvé quelque chose dont j'avais terriblement besoin — la permission de me mettre en colère. » De la survie au rétablissement, page 133

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 4 août, page 217

------------------------------------------------

Les graines de la foi

La foi, c'est certain, est indispensable, mais la foi seule ne peut servir à rien. Nous pouvons avoir la foi et continuer de maintenir Dieu à l'extérieur de notre vie. Les Douze Étapes et les Douze Traditions, page 40

Enfant, je passais mon temps à poser des questions sur l'existence de Dieu. Pour un « esprit scientifique » comme le mien, aucune réponse ne résistait à un examen détaillé, jusqu'au jour où une femme très patiente m'a dit : « Il faut que tu aies la foi. »
Cette simple phrase a semé en moi les graines de la foi.
Aujourd'hui, en me rétablissant — en arrachant les mauvaises herbes de l'alcoolisme — je laisse tranquillement ces premières graines croître et s'épanouir. Chaque jour de rétablissement, de jardinage fervent, fait entrer un peu plus dans ma vie ma Puissance supérieure, telle que je la conçois. Dieu a toujours été présent grâce à la foi, mais j'ai la responsabilité de désirer et d'accepter cette présence.
Je demande à Dieu de me disposer à faire sa volonté.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, 4 août, page 225

------------------------------------------------

Après la « lune de miel »



« Pour la plupart, nos premières années dans le mouvement des AA sont comme une lune de miel. Nous avons une nouvelle raison valable de vivre, une abondance de joyeuses activités. Nous sommes temporairement distraits des grands problèmes de la vie, et c'est tant mieux.
« Mais lorsque la lune de miel est terminée, nous devons encaisser les coups, comme tout le monde. C'est là que le test commence. Peut-être que le groupe nous a mis de côté. Peut-être que les difficultés sont plus grandes à la maison ou au dehors. Alors réapparaît l'ancien comportement. La manière dont nous en prenons conscience et dont nous réagissons témoigne des progrès que nous avons accomplis. »

Les sages ont toujours su que personne ne peut parvenir à grand-chose dans la vie sans acquérir l'habitude régulière de l'examen personnel, sans en venir à l'aveu et à l'acceptation de ce que révèle cet examen, et sans chercher avec patience et persévérance à corriger ce qui ne va pas.

1. lettre, 1954
2. Les 12 Étapes et les 12 Traditions, p. 100

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 216

------------------------------------------------

4 août - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Dans le mouvement A.A., nous offrons un programme psychologique en même temps que spirituel. En premier lieu, une personne doit être mentalement capable de le recevoir. Elle doit avoir décidé de cesser de boire et elle doit vouloir faire quelque chose à ce sujet. On doit obtenir sa confiance. Nous devons lui démontrer que nous désirons sincèrement l'aider. Lorsque nous aurons obtenu sa confiance, le nouveau venu nous écoutera. Ensuite, la fraternité A.A. offre une sorte de thérapie de groupe. Le nouveau venu a besoin de l'amitié d'autres alcooliques qui comprennent son problème parce qu'ils en ont souffert eux-mêmes. L'individu a besoin de rééduquer son esprit. Il doit apprendre à penser d'une manière différente. Est-ce que je fais mon possible pour aider mentalement quelqu'un ?

Méditation du jour
« Et la vie éternelle, c'est qu'ils Vous connaissent. » C'est le flot de la vie éternelle dans l'esprit, la pensée et le corps qui purifie, ranime et renouvelle. Cherchez de plus en plus chaque jour à demeurer en contact conscient avec Dieu. Que Dieu soit pour vous une présence protectrice durant cette journée. Soyez conscient que Son esprit vous aide. Tout ce qui est fait sans l'esprit de Dieu est temporaire. Tout ce qui est fait avec l'esprit de Dieu fait partie de la vie éternelle.

Prière du jour
Je demande d'être dans le courant de la vie éternelle. Je demande d'être purifié et apaisé par l'Esprit éternel.

Vingt-quatre heures à la fois, Hazelden, page 219

------------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Peu de choses peuvent nous apporter plus de joie ou de déceptions que le sexe. Le sexe est une partie essentielle de mon être et j'en apprends constamment à son sujet. Parfois, je l'ai abordé en personne irresponsable. Parfois, j'ai essayé de le fuir. Aujourd'hui, j'apprends à maintenir un meilleur équilibre. Les Douze Étapes m'ont enseigné à être vraiment honnête et cela semble être la clé pour vivre en harmonie. J'apprends à voir que les besoins de mon/ma partenaire sont aussi importants que les miens. Je découvre qu'il y a des périodes où l'abstinence est une étape positive dans ma croissance. Quand je remets ma vie sexuelle entre les mains de ma Puissance supérieure, j'en viens à connaître une satisfaction grandissante.

MÉDITATION DU JOUR
Mon Dieu guide-moi, afin que je conserve une attitude saine dans ma vie sexuelle.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
J'exprimerai ma sexualité avec amour.

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 4 août

------------------------------------------------

Quand un secret cesse-t-il d’être un secret ?

« Les dépendants ont tendance à mener des vies secrètes. C'est un grand soulagement de se débarrasser de tous nos secrets et de partager le poids de notre passé. » Texte de base, pages 41-42

Il nous a été dit que « nous sommes aussi malades que nos secrets ». Que gardons-nous secret et pourquoi ? Nous gardons secret ce qui nous fait honte. Il se peut que nous nous accrochions à ces choses parce que nous refusons d'y renoncer. Pourtant, si elles nous font honte, ne serions-nous pas plus à l'aise avec nous-mêmes si nous en étions débarrassés ?
Certains d'entre nous s'accrochent à ce qui leur fait honte pour une autre raison. Ce n'est pas que nous ne voulons pas en être débarrassés ; nous ne croyons tout simplement pas que nous puissions en être débarrassés. Ces choses nous tourmentent depuis si longtemps, et nous avons tenté si souvent de nous en défaire, que nous avons cessé d'espérer la délivrance. Elles nous font encore honte, et pourtant nous les gardons encore secrètes. Nous devons nous rappeler que nous sommes des dépendants en rétablissement. Après avoir si longtemps tenté de garder secrète notre consommation de drogue, nous avons été libérés de notre consommation obsessionnelle et compulsive. Même si plusieurs d'entre nous ont eu du plaisir à consommer jusqu'à la fin, nous avons quand même cherché à nous rétablir. Nous ne pouvions tout simplement plus supporter le fardeau que la consommation représentait pour nous. Lorsque nous avons admis notre impuissance et que nous avons cherché à obtenir l'aide des autres, le poids de notre secret nous a été enlevé.
Le même principe s'applique à tout autre secret qui nous pèse. Oui, nous sommes aussi malades que nos secrets. C'est seulement lorsque nos secrets cessent d'être secrets que nous pouvons commencer à être soulagés de ce qui nous fait honte.

Juste pour aujourd'hui, mes secrets peuvent me rendre malade seulement lorsqu'ils demeurent secrets. Aujourd'hui, je parlerai de mes secrets à mon parrain (marraine).

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 4 août, page 228

------------------------------------------------

Quand on n'aime pas un mur, on veut l'abattre. Robert Frost

J'essaie par tous les moyens de manifester ma bonté et ma gentillesse, de rendre service et de gratifier les autres de mes sages conseils. Serais-je en train d'ériger des murs ? Oui. Car le véritable don de soi ne veut pas dire conseiller ou être utile, mais laisser être les autres, sans essayer de changer leurs points de vue ni les empêcher de faire des erreurs. Dicter à quelqu'un d'autre ce qu'il doit faire, c'est ériger entre nous un mur qui nous sépare. Si j'ai la tentation de donner des conseils, je dois essayer de pratiquer l'écoute. C'est en cela que consiste la véritable intimité sans barrière.

Pensée du jour : Je donne gratuitement aux autres ce que m'a donné le mode de vie, en me rappelant que le seul maître à bord est Dieu tel que chacun d'entre nous le conçoit.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 217

------------------------------------------------

« Nous étions tout à fait prêts à ce que Dieu élimine tous ces défauts. » Sixième Étape

La Sixième Étape consiste à changer. Cela me fait penser à un bras cassé qu'on aurait mal remis en place, qui serait encore endommagé et presque inutile. Un bon chirurgien pourrait recasser ce bras avec précaution et le remettre afin qu'il soit parfaitement fonctionnel. Toutefois, une telle opération pourrait être très douloureuse et exiger plusieurs mois de convalescence.
La Sixième Étape nous suggère de nous défaire de nos vieilles habitudes destructrices. Dans mon cas, l'une de ces vieilles habitudes était de consommer de la nourriture qui me faisait engraisser. J'étais également en proie à des sautes d'humeur très intenses.
Il m'a fallu plusieurs années pour abandonner mes anciennes habitudes et changer mes réactions émotives. Mais ma Puissance supérieure est un chirurgien très doué et les membres des Outremangeurs Anonymes lui ont donné un coup de main. Ainsi, même si le processus a souvent été douloureux, il m’a donné une vie heureuse et utile. J'ai appris que lorsque la souffrance de mon état actuel dépasse la peur de ce qui m'attend, je suis ouvert au changement.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 4 août, page 217

------------------------------------------------

Pensée du jour
Dans le mouvement J.A., nous offrons un programme psychologique en même temps que spirituel. En premier lieu, une personne doit être mentalement capable de le recevoir. Elle doit avoir décidé de cesser de jouer et elle doit vouloir faire quelque chose à ce sujet. Le mouvement J.A. doit recevoir la confiance du nouveau. Alors, il écoutera. Ensuite, la fraternité J.A. offre une sorte de thérapie de groupe. Le nouveau venu a besoin de l'amitié des autres joueurs qui comprennent son problème parce qu'ils en ont souffert eux-mêmes. L'individu a besoin de rééduquer son esprit. Il doit apprendre à penser d'une manière différente. Est-ce que je fais mon possible pour aider mentalement un autre joueur ?

Méditation du jour
« Et la vie éternelle, c'est que Dieu vous connaît. » C'est le flot de la vie éternelle dans l'esprit, la pensée et le corps qui purifie, ranime et renouvelle. Cherchez de plus en plus, tous les jours, à demeurer en contact conscient avec Dieu. Qu’Il soit pour vous une Présence Protectrice durant cette journée. Soyez conscient que Son Esprit vous aide. Tout ce qui est fait sans Son Esprit est éphémère. Par contre, tout ce qui est fait avec fait partie de la vie éternelle.

Prière du jour
Je demande d'être dans le courant de la vie éternelle. Je demande d'être purifié et apaisé par l'Esprit Éternel.

Joueurs Anonymes, 04 août

------------------------------------------------

4 août

Pourquoi ne pas commencer chaque jour en t'accordant avec le bien le plus élevé en toi ? Ensuite emporte-le dans tout ce que tu fais tout au long du jour. Laisse la paix et l'amour couler librement en toi et à travers toi, vers tous ceux que tu côtoies. Vois Ma globalité et Ma perfection chez tous tes semblables et attardes-y toi. Lorsque tu pourras faire cela, toutes leurs imperfections seront éliminées, et tu les contempleras dans la lumière de la perfection ; car tu verras avec Mes yeux, et Je ne vois que la perfection en tout et en tous. Reflète-Moi. Fais-un avec Moi ! Que ta conscience soit de globalité et d'Unité ! Sache que Je travaille en toi et à travers toi et que Je guide et dirige chacune de tes pensées et de tes actions ; alors que l'harmonie, la beauté, la loi et l'ordre entrent dans ta vie, le chaos et la confusion s'envolent par la fenêtre. Tant que tu demeureras dans cet état de conscience, tout sera pour le mieux.

La Petite Voix, Eileen Caddy

------------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

------------------------------------------------

04 août tout sera pour le mieux PVoix.jpg