Pensées 06 janvier 2019

Bonjour à toutes et à tous

Il existe un lien solide entre la spiritualité et le rétablissement. La spiritualité a une signification différente pour chacun de nous. Voici quelques définitions de la spiritualité :

  • La spiritualité, c’est la qualité de ce qui est esprit ou âme, concerne sa vie, ses manifestations, sa transcendance.
  • La spiritualité, c'est la qualité d'un être qui est esprit, qui n'a pas de corps comme les anges... Dieu.
  • C'est la Vie de l'esprit — synonymes : mysticisme, mysticité, religiosité.
  • La spiritualité, c'est la qualité ou caractère religieux de quelqu'un ou quelque chose.
  • C'est la qualité de ce qui éveille à l'esprit, de ce qui est porteur de vie spirituelle.
  • La spiritualité, c’est d’être chacun en contact avec soi-même, avec les autres et avec notre Créateur. Souvent les rituels, les chants et les cérémonies nous aident à trouver un équilibre, à avoir une vie harmonieuse.
  • La spiritualité c’est la prière, la guérison, la lecture, l’écoute, la foi et l’espoir. C’est d’être en contact avec la Nature.
  • La spiritualité est la base du mieux-être ; c’est quelque chose de personnel qui nous relie au Grand Esprit (elle peut nous aider à trouver un but dans la vie – à trouver la Vérité).
  • La spiritualité, c’est l’acceptation d’une Puissance supérieure – d’une Puissance que nous pouvons prier et à qui nous pouvons demander aide et soutien. Cette Puissance, nous la remercions de toutes les choses que nous donne la terre ainsi que des nombreuses bénédictions qu’elle nous accorde. Nous la remercions de nous protéger et maintenir en santé.
  • Il n’existe pas de mot comme tel pour définir le mot spiritualité en langue autochtone. Les Ojibwe parlent de Bimaadzewin qui veut dire : « La bonne vie », c’est à dire une vie droite et équilibrée en constante interaction avec le Créateur, le Grand Esprit, bon et compatissant, Zhemnidoo.

Le mode de vie des groupes d'entraide nous apprend à nous détendre, à reconnaître que c'est notre Puissance supérieure qui génère et s'occupe de nos soucis, à ne pas nous croire maîtres de l'univers, « nombrils du monde ». L’énergie que nous économisons quand nous confions notre vie à Dieu tel que nous Le concevons peut nous servir à jouir de toutes les bonnes choses qu’Il nous permet de vivre aujourd’hui : l’amour, les sourires, la famille, les amis, la tendresse ou la nature…

‘Nous pouvons faire fi de ceux qui considèrent la spiritualité comme la voie de la faiblesse.’ ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. Chap.5 Notre méthode, page 77 ) Alors bon cheminement même si quelquefois nous avons les jambes molles comme de la guenille sous le coup d’une vive émotion !

« Ce ne sont pas les êtres parfaits qui ont besoin d’amour, ce sont les imparfaits. » ( Oscar Wilde ) Nous avons maintenant confiance que Dieu fait pour nous ce que nous n'avons pas réussi à faire tout seul. Et que Dieu fait aussi par nous ce que nous sommes capables de faire. Il sème en nous désirs et énergies. Il veut bien que nous demeurions et soyons impuissants devant notre dépendance et /ou notre codépendance aujourd'hui et le reste de notre vie. Il nous donne aussi tout ce qu'il faut pour mettre ( ou non ) en pratique le mode de vie des Douze Étapes. Stephen King a écrit : Go now. Our journey is done. And may we meet again, in the clearing, at the end of the path. — « Allons, notre cheminement en arrive à sa fin. Puissions-nous nous rencontrer dans la clairière qui s'ouvre à la fin du sentier. » Nous croyons que notre cheminement n'est pas terminé et que la clairière est déjà ouverte devant nous et que nous y sommes tous déjà là. Merci à tous ceux et celles qui nous ont aidé à grimper et à nous rendre jusque là.

Merci la Vie !!!
Gilles

--------------------------------------------------

Entre les réunions, j'ai besoin de demeurer, par téléphone, en étroite communication avec d'autres membres Al-Anon. Comme beaucoup de ceux qui ont été affectés par l'alcoolisme, je me sentais terriblement accablé lorsque j'ai adhéré à la fraternité. Quand un membre m'écoute patiemment à l'autre bout du fil, cela continue de m'aider à débarrasser mon cœur d'un lourd fardeau.
Parler du rétablissement Al-Anon au téléphone me permet de tendre la main à quelqu'un d'autre pour obtenir du soutien. La personne à qui je parle n'est ni mon conseiller, ni mon confesseur, ni quelqu'un qui règle mes problèmes. Elle n'est pas obligée non plus de rester là à écouter toutes mes histoires mélodramatiques.
Cette personne peut plutôt m'aider à raisonner les choses. Parfois elle me rappellera une idée ou un outil d'Al-Anon qui me permettra d'acquérir une certaine perspective de ma situation. Elle ne me donne pas de conseils quant à ce que je devrais faire ou ne pas faire — c'est à moi de décider. À la fin de notre conversation, j'ai habituellement trouvé un peu de soulagement face au problème qui m'avait semblé si énorme alors qu'il était prisonnier dans ma tête.

Pensée du jour
J'ai la responsabilité de résoudre mes propres problèmes avec l'aide de Dieu tel que je Le conçois. Puisque Dieu parle souvent par l'entremise des autres personnes, lorsque j'appelle un membre Al-Anon et que je demande de l'aide, je suis disposé à recevoir cette aide.

« Nous ne pouvons grimper le long d'un câble qui n'est fixé à rien d'autre qu'à notre ceinture. » William Ernest Hocking

Al-Anon, Le Courage de Changer, 6 janvier, page 6

--------------------------------------------------

En me rappelant mes anciens comportements et mon incompréhension de la nature de l'alcoolisme, je vois plus clairement combien j'ai progressé dans le programme Al-Anon.
Je ne savais pas ou ne croyais pas que l'alcoolisme était une maladie. Je croyais sincèrement que l'alcoolique dans ma vie pouvait contrôler sa consommation ou cesser de boire. Par conséquent, il m'était difficile de communiquer avec l'alcoolique. Nous avions fréquemment de violentes disputes, où l'un d'entre nous, ou les deux, finissaient par être blessés.
Heureusement, un professionnel m'a dirigé vers Al-Anon. Partager lors des réunions, ainsi que l'étude et la mise en pratique des outils Al-Anon m'ont donné une bonne compréhension de l'alcoolisme en tant que maladie. Je réalise maintenant que mon attitude envers l'alcoolique était grandement inadéquate. Comprendre et accepter l'alcoolisme en tant que maladie, m'aide à dissocier la maladie de la personne, ce qui me permet d'avoir de la compassion pour l'alcoolique tout en établissant des limites bienveillantes devant les comportements inacceptables.

Pensée du jour
Comprendre l'alcoolisme en tant que maladie m'aide à avoir de la compassion pour l'alcoolique et en même temps à prendre soin de moi.

« Les spécialistes œuvrant dans ce domaine ne considèrent pas l'alcoolisme comme étant une faiblesse morale ou un péché, mais comme une maladie complexe pouvant être en partie physique et en partie émotionnelle. » Message d'espoir, page 1

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 6 janvier, page 6

--------------------------------------------------

La capitulation, une victoire

« Nous nous rendons compte que seule la défaite totale peut nous permettre de nous engager sur la voie de la liberté et de la force. L'aveu de notre impuissance se transforme en solides fondations sur lesquelles nous pouvons construire une vie heureuse et utile.» Les Douze Étapes et les Douze Traditions, page 23

Quand l'alcool s'est mis à influer sur toutes les facettes de ma vie, quand la bouteille est devenue le symbole de ma complaisance et de mon attitude permissive envers moi-même, quand je me suis aperçu que, tout seul, je ne pouvais rien contre la puissance de l'alcool, j'ai dû admettre que je n'avais plus qu'un recours : capituler. Dans la capitulation, j'ai trouvé la victoire. Victoire sur ma complaisance envers moi-même, victoire sur mon entêtement à résister à la vie telle qu'elle m'avait été donnée. Après avoir cessé de me battre contre tout et contre tous, je me suis retrouvé sur le sentier de la sobriété, de la sérénité et de la paix.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, 6 janvier, page 14

--------------------------------------------------

Tout ou rien ?



L'acceptation et la foi peuvent entraîner l'abstinence totale. De fait, c'est ce qu'elles font et il faut qu'il en soit ainsi, autrement nous ne pourrions plus vivre. Par contre, dès que nous adoptons ces attitudes pour nos problèmes émotifs, nous constatons que les résultats sont relatifs. Personne ne peut, par exemple, se libérer complètement de la peur, de la colère et de l'orgueil.
C'est pourquoi nous n'atteindrons jamais sur terre une humilité et un amour parfaits. Face à la plupart de nos problèmes, nous devrons nous contenter de progrès graduels, ponctués parfois de graves reculs. Il nous faut abandonner notre vieille habitude du « tout ou rien ». Grapevine, mars 1962

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 6

--------------------------------------------------

6 janvier - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Demeurer sobre, voilà pour moi la chose la plus importante de ma vie. La décision la plus importante que j'ai jamais prise fut celle d'arrêter de boire. Je suis convaincu que ma vie toute entière dépend de mon refus de prendre ce premier verre. Rien au monde n'est plus important pour moi que ma propre sobriété. Tout ce que j'ai, ma vie toute entière, dépend de cette seule résolution. Puis-je jamais me permettre de l'oublier, ne fut-ce qu'un seul instant ?

Méditation du jour
Je me disciplinerai moi-même. Je le ferai dès maintenant. Je chasserai toutes mes pensées inutiles. Je sais que la qualité de ma vie est la base nécessaire de mon utilité. J'accepterai cette discipline parce que sans elle Dieu ne peut me donner Sa puissance. Je crois que celle puissance est considérable lorsqu'elle est employée à bon escient.

Prière du jour
Je demande d'accepter toute discipline qui peut m'être nécessaire. Je demande d'être apte à recevoir la puissance de Dieu dans ma vie.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 9

--------------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
J'ai commencé à donner à Dieu la possibilité de contrôler le résultat des choses, comme le suggère la Troisième Étape. J'ai découvert qu'en faisant cela, j'étais plus libre de faire ce que je devais faire. Quand je me rappelle que je ne peux diriger l'univers (même pas mon propre petit univers), je peux me détendre et laisser ma Puissance supérieure s'occuper des soucis de mon monde. C'est une liberté si merveilleuse de ne pas être le maître de l'univers. L'énergie que j'économise quand je donne ma vie à Dieu tel que je Le conçois peut me servir à jouir de toutes les bonnes choses : l'amour, les sourires, la famille, les amis, la tendresse ou la nature. Je dois prendre cette décision consciente de m'abandonner à chaque jour de ma vie. Quel soulagement !

MÉDITATION DU JOUR
Je demande d'avoir la présence d'esprit de confier ma vie et ma volonté aux soins de Dieu chaque matin dès mon réveil.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
L'inquiétude est inutile ; l'abandon mène à la sérénité.

Émotifs Anonymes, Aujourd'hui Seulement, 6 janvier

--------------------------------------------------

Comment ça marche ?

« Autrefois, je croyais que j'avais toutes les réponses, mais aujourd'hui, je suis heureux qu'il n'en soit pas ainsi. » Narcotics Anonymous, page 272



Quels sont les deux mots préférés du dépendant ? « Je sais ! » Malheureusement, plusieurs d'entre nous arrivent à N.A. en pensant avoir toutes les réponses. Nous en savons long sur tout ce qui ne va pas à notre sujet. Mais en soi, savoir ne nous a jamais aidés à rester abstinents bien longtemps.
Les « vieux » membres seront les premiers à admettre que plus le temps passe, plus ils en ont à apprendre. Mais ils savent une chose : en suivant ce simple programme de Douze Étapes, ils ont été capables de rester abstinents. Ils ne demandent plus « pourquoi » ; ils demandent « comment ». La valeur d'interminables théories n'est rien en comparaison de l'expérience de dépendants qui ont trouvé un moyen de rester abstinents et de vivre abstinents.
Cela ne veut pas dire que nous ne demandons pas « pourquoi », lorsque c'est approprié. Nous ne venons pas à N.A. pour arrêter de penser ! Mais, au début, c'est souvent une bonne idée de formuler autrement nos questions. Au lieu de demander « pourquoi », nous demandons « comment ». Comment vais-je travailler cette étape ? Comment savoir à combien de réunions je devrais assister? Comment vais-je demeurer abstinent ?

Juste pour aujourd'hui, je n'aurai pas toutes les réponses, mais je saurai où trouver celles qui comptent. Aujourd'hui, je demanderai à un autre dépendant : « Comment ça marche ? »

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 6 janvier, page 8

--------------------------------------------------

La philosophie de l'attente est soutenue par tous les oracles de l'univers. Ralph Waldo Emerson

Je n'ai qu'à ouvrir les yeux pour m'apercevoir que tout arrive à son heure. Chaque problème trouve sa solution en temps opportun. Inutile de soupirer, de taper du pied ou d'enrager : les choses n'iront pas plus vite.
L'acceptation est le simple fait de vivre l'état dans lequel je me trouve, qu'il soit de souffrance, de colère et de désespoir ou des émotions inverses. Lorsque la vie telle qu'elle est devient pour moi quelque chose d'aussi naturel que ma respiration, alors les événements perdent le pouvoir de me déséquilibrer ou de troubler le rythme normal de ma vie.

Pensée du jour : L'acceptation elle aussi vient à son heure ; je n'ai pas à me réprimander si je n'y arrive pas chaque fois que je le voudrais.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 6

--------------------------------------------------

« Il faut rendre à Dieu les problèmes qui appartiennent à Dieu. » Les Douze Étapes et les Douze Traditions des Outremangeurs Anonymes, page 21

Avant que je n'arrive chez les OA, Dieu m'a montré que je nuisais à ma relation avec Lui lorsque je mangeais des sucreries. J'étais un glouton et je ne pouvais pas consommer de sucreries modérément. Je jurais que je ne mangerais plus jamais ces substances nuisibles. Évidemment, je ne tenais jamais mes promesses ! J'en faisais serment pour les bonnes raisons car, au point où j'en étais, je savais que ce n'était plus une question de poids. Toutefois, je tentais de tenir mes promesses en ne comptant que sur mes propres forces. Dieu merci pour les OA, grâce auxquels les Première, Deuxième et Troisième Étapes se sont concrétisées dans ma vie. J'ai maintenant confiance que Dieu fera pour moi ce que je n'ai jamais réussi à faire tout seul. Je suis impuissant devant la nourriture et devant le reste de ma vie. Par la grâce de Dieu, j'arrive à demeurer abstinent et à me conformer à Sa volonté « un jour à la fois ».

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 6 janvier, page 6

--------------------------------------------------

Pensée du jour
Demeurer sobre est la chose la plus importante de ma vie. La plus grande décision que je n’aie jamais prise fut celle d'arrêter de jouer. Je suis convaincu que ma vie toute entière dépend de mon refus de rechuter. Rien au monde n'est plus important que ma sobriété. Tout ce que je possède dans la vie dépend de cette seule résolution. Puis-je vraiment me permettre de l'oublier, ne fut-ce qu'un seul instant ?

Méditation du jour
Je commence à me discipliner moi-même dès maintenant et je chasse toutes mes pensées inutiles. Je sais que la qualité de ma vie est la base essentielle à mon utilité ici-bas. J'accepte cette discipline parce que, sans elle, Dieu ne peut me faire bénéficier de Sa puissance et je suis persuadé que cette Puissance est énorme et bienfaisante lorsqu'elle est employée à bon escient.

Prière du jour
Je demande d'accepter toute discipline qui peut m'être nécessaire. Je demande d'être apte à accueillir la Puissance Divine dans ma vie.

Joueurs Anonymes, 06 janvier

--------------------------------------------------

6 janvier

N'envie jamais la progression ou l'accomplissement spirituel d'un autre. Prends conscience que tu peux en faire autant. Mais tu dois faire quelque chose pour cela et ne pas simplement rester là à te plaindre de ton lot dans la vie. Toute âme peut atteindre les hauteurs. Toute âme peut trouver le contact direct avec Moi. Toute âme peut marcher et parler avec Moi si elle le veut et accepte ce fait. Tu dois croire que c'est possible et tu dois vouloir le faire ; alors tu le feras plus que certainement. Cela ne demande pas nécessairement des vies entières. Cela ne demande pas nécessairement de temps du tout. Tu peux changer en un clin d'oeil si tu choisis de le faire. 
À un moment, tu peux être en train de marcher dans l'ancien et, le moment suivant, tu peux être dans le splendide nouveau. Cela peut arriver aussi vite que ça, sans aucun effort de ta part mais avec un profond désir, une profonde détermination et une foi et une croyance absolues. Pourquoi ne pas essayer, et laisser Ma paix et Mon amour te remplir et t'envelopper ?

La Petite Voix, Eileen Caddy

--------------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

--------------------------------------------------

06 janvier progression spirt PVoix.jpg