Pensées 08 janvier 2019

Bonjour à toutes et à tous

Le Petit Prince a dit : « On ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible à l’oeil.» (Antoine de Saint-Exupéry) L’essentiel est de nous connecter à la source, tout le reste nous est alors donné par la vie. L'essentiel de la vie, c'est de vivre en harmonie avec notre environnement, nos proches, notre entourage, dans tous les domaines de notre vie publique ou privée et d'exprimer de l'amour à tout ce beau monde là le plus souvent possible. Nous avons cru longtemps que nous pouvions être nos propres guérisseurs de tous les maux qui nous affectaient. Nous avions tous ( ou presque ) trouvé une potion magique qui s'est avérée une / des substances et / ou des comportements toxiques. Nous avons tous dans notre rétablissement cru qu’il fallait taire notre tête pour laisser parler notre cœur, ou taire la bête pour laisser l’esprit s’exprimer. Comme si nous pouvions séparer l'une de l'autre... La guillotine servait à cela aux premiers temps de la République française.

La spiritualité et le rétablissement ne sont pas dissociables non plus. Ces deux inséparables nous permettent d’éliminer beaucoup des peurs imaginaires et paralysantes et plusieurs de nos comportements qui nous empêchaient d’acquérir de la confiance en soi et de cesser de nous geler ainsi. Par le biais de ce mode de vie et de cette croyance en une Ps, nous avons retrouvé l’énergie de vivre, nous avons redécouvert un sens à la vie. Nous sommes persuadés de bien vivre notre vie car nous avons un allié de taille, une Ps à nous-mêmes. Pour nous, cet allier de taille habite en chacun de nous et n'est pas imaginaire, extraterrestre ou fantomatique.

Cet allié, c’est notre esprit et notre cœur, notre âme et notre corps à tous et chacun, c’est là que réside notre énergie vitale, c’est là que se branche l'énergie créatrice de nos pensées, de nos paroles et de nos actes qui semblent inspirés. Nous sommes riches de cette énergie spirituelle qui est en nous. Les « ondes » du bonheur rayonnent dans la joie, l’amour, la santé, l’abondance, la concorde, la générosité, la paix, le bonheur qui règnent dans ce monde. Nous ne pouvons que les écouter, s'y syntoniser, les « vivre » intérieurement et les voir transparaître à travers nous et les autres. Voilà le cheminement qui nous est suggéré vers le mieux-être intérieur et qui mène à l’accomplissement et au rétablissement de tout être humain en accord avec la volonté divine.

« Les souvenirs de mon enfance me revenaient à l'esprit. … j'ai pensé… au mépris bonhomme de mon grand-père pour certaines gens d'Église et leurs agissements ; je me rappelais comment mon grand-père croyait à la musique des sphères célestes… et son absence de peur alors qu'il parlait de ces choses juste avant de mourir. » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. chap.1 L'histoire de Bill, page 11-12 ) Ensemble nous pouvons retrouver cet état originel, enfantin ou divin qui s'exprime en nous. Merci mon Dieu d’amour de nous permettre de redécouvrir ainsi de plus en plus cet esprit libre et pur, c’est-à-dire libéré graduellement de tous les carcans, chaînes ou pierres d’achoppement du passé, de toutes ces illusions de manque d’amour. « Le sage doit rechercher le point de départ de tout désordre. Où ? Tout commence par manque d’amour. » ( Mozi / Mo-Tzu )

Nous sommes en train de devenir responsables. Nous apprenons chaque jour à écouter notre cœur, notre propre conscience, à mener une belle vie telle qu'elle est et comme beaucoup nous la peignent dans leurs témoignages. Les partages ou histoires personnelles dans les groupes d'entraide nous apprennent à nous libérer des misères, de la honte, des malhonnêtetés et de la culpabilité, à reconnaître nos succès, nos échecs, nos peines, nos joies et l'amour qui circule dans nos veines. Nous pouvons vivre une nouvelle vie aux possibilités infinies, que nous acceptions ou non de poursuivre notre libération et notre réveil spirituel grâce à la pratique des Douze Étapes. Nous allons jouir de toutes ces bénédictions que si telle est Sa volonté.

Merci la Vie !!!
Gilles

--------------------------------------------------

J'ai déjà dit catégoriquement aux membres de ma famille que leurs chamailleries énervaient la personne aimée nouvellement sobre et que cela pouvait l'amener à recommencer à boire. J'ai été stupéfait d'entendre répliquer tout aussi catégoriquement : « Eh bien, qu'elle boive ! » J'ai constaté que j'essayais encore d'aplanir toutes les difficultés pour l'alcoolique, parce que je n'avais pas accepté que j'étais tout aussi impuissant devant l'alcoolisme vécu dans la sobriété que je l'avais été durant les années d'alcoolisme en phase active.
C'est alors que j'ai réellement découvert à quel point le slogan « lâcher prise et s'en remettre à Dieu » peut être merveilleusement efficace. Quand j'ai pleinement compris combien j'étais impuissant devant la situation, j'ai été capable de croire que la personne alcoolique a sa propre Puissance Supérieure et qu'ensemble, elles peuvent s'occuper de son avenir. Je me sentais un homme nouveau parce que j'étais libéré du besoin constant de la surveiller, j'étais libre de vivre ma propre vie.
Je me soucie de l'alcoolique dans ma vie plus que je ne peux le dire. Je lui souhaite la santé, le bonheur et la sobriété, mais je ne peux pas les lui donner. Elle et sa Puissance Supérieure s'occupent de cela. Je ne peux que l'aimer et à bien y penser, c'est suffisant.

Pensée du jour
Aujourd'hui, je choisis de faire confiance à cette Puissance Supérieure, sachant que tout est bien.

« Si nous y mettons de la bonne volonté, Dieu nous accordera de la force. » Les Groupes familiaux Al-Anon

Al-Anon, Le Courage de Changer, 8 janvier , page 8

--------------------------------------------------

Je croyais sincèrement que parler continuellement à Dieu de mes problèmes était une forme de prière et de méditation. Pourtant, je ne trouvais pas le sentiment de tranquillité que je recherchais. Ce n'était pas parce que je n'arrivais pas à éliminer les distractions ; je l'avais fait pendant presque toute ma vie. Quand j'étais jeune, je me couvrais la tête pour ne pas entendre mes parents se disputer. Je parvenais à m'engourdir et à ne pas sentir la ceinture lorsque ma mère me battait. J'étais tellement habile à faire la sourde oreille, cela m'effrayait. Un jour, tandis que je suppliais Dieu de m'aider, j'ai brûlé un signal d'arrêt obligatoire. Je n'ai même pas entendu la sirène ni aperçu les feux clignotants de la voiture de police qui me suivait.
Une fois, j'ai entendu un membre Al-Anon dire qu'il réfléchissait tellement à ses problèmes que, souvent, il n'entendait pas les solutions qu'on lui offrait aux réunions. Il disait que s'il ne pouvait même pas se concentrer sur son rétablissement pendant les réunions, il n'y parviendrait certainement pas à la maison. Je ne voyais pas comment cette réflexion pouvait bien s'appliquer a ma situation, mais je trouvais qu'il avait raison. L’animateur n'avait pas terminé la première phrase de la formule de bienvenue, que je retournais de nouveau un problème dans mon esprit. Après avoir pris conscience de cette tendance, j'ai commencé à me concentrer sur l'expérience, la force et l'espoir partagés pendant les réunions.
Maintenant, au lieu de ressasser mes problèmes, je médite sur la force et la puissance de ma Puissance Supérieure, et sur Son amour pour moi. Ce faisant, j’obtiens un sentiment de paix qui me porte pendant toute la journée. J'ai toujours des problèmes, mais ils ne me semblent plus si imposants.

Pensée du jour
La prière et la méditation me permettent de me concentrer sur la solution, plutôt que sur le problème.

« Durant ma période de méditation quotidienne, j’essaie de concentrer toute mon attention sur Dieu. Quand je Lui remets mes problèmes, j'essaie de les Lui laisser et de garder mon attention centrée sur Lui. » Tel que nous Le concevions, page 225

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 8 janvier, page 8

--------------------------------------------------

Ai-je le choix ?

« Nous sommes forcés de reconnaître que la plupart d'entre nous, alcooliques, pour une raison inconnue, avons perdu notre liberté de choix devant l'alcool ; notre volonté n'existe à peu près plus. » Les Alcooliques Anonymes, page 27

Mon impuissance devant l'alcool ne disparaît pas lorsque je cesse de boire. Même abstinent, je continue de ne pas avoir le choix. Je ne peux pas boire.
Par contre, j'ai un autre choix, celui de me servir du « coffre d'outils spirituel » (Gros Livre, page 29). Quand je prends ce « coffre », une Puissance supérieure compense l'absence de choix et me garde abstinent un jour de plus. Si j'avais le choix de ne pas prendre un verre aujourd'hui, pourquoi aurais-je besoin des AA et d'une Puissance supérieure ?

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, 8 janvier, page 16

--------------------------------------------------

Une nouvelle vie



L'abstinence est-elle tout ce que nous pouvons attendre d'un réveil spirituel ? Non, l'abstinence n'est qu'un début ; elle n'est que le premier fruit de notre premier réveil. Pour en recevoir d'autres, notre réveil doit se poursuivre. Ce faisant, nous découvrons que nous pouvons abandonner peu à peu notre ancienne vie — celui qui ne fonctionnait pas — pour une nouvelle façon de vivre adaptée à n'importe quelle situation.
Indépendamment de nos succès ou de nos échecs dans le monde, de nos peines ou de nos joies, de la maladie, de la santé ou même de la mort, nous pouvons vivre une nouvelle vie aux possibilités infinies, si nous acceptons de poursuivre notre réveil spirituel par la pratique des Douze Étapes des AA.
Grapevine, décembre 1957

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 8

--------------------------------------------------

8 janvier - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Toute personne qui devient membre des A.A. sait par une cruelle expérience, qu'il (ou qu'elle) ne peut pas boire. Je sais que la boisson a été la cause de mes plus grandes difficultés ou qu'elle les a aggravées. À présent que j'ai trouvé le remède, je me cramponnerai de mes deux mains au mouvement A.A. Saint Paul a dit que rien au monde, ni les puissances ni les principautés, ni la vie ni la mort ne pourraient le séparer de l'amour de Dieu. Une fois que j'ai remis mon problème de boisson entre les mains de Dieu, devrais-je laisser quoi que ce soit me séparer de ma sobriété ?

Méditation du jour
Je sais que ma nouvelle vie ne sera pas exempte de diffi­ cultés, mais je serai en paix, même dans les difficultés. Je sais que la sérénité est le résultat de l'acceptation confiante et fidèle de la volonté de Dieu, même au milieu des difficultés. Saint Paul a dit : « Nos petites afflictions, qui ne durent qu'un moment, nous préparent une gloire éternelle. »

Prière du jour
Je demande d'accepter les difficultés. Je demande qu'elles mettent ma force à l'épreuve et façonnent mon caractère.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 11

--------------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Garder mes secrets devenait intolérable ; les partager était impensable. Je les ai partagés quand même et j'ai survécu. Si je n'avais pas fait la Cinquième Étape, je n'aurais pas pu survivre. J'aurais « décroché » du Programme. J'avais besoin de me débarrasser de toute l'horreur de mon passé. Le seul moyen de me libérer des misères, de la honte, des malhonnêtetés et de la culpabilité était de procéder à un inventaire moral complet de moi-même et de l'avouer à Dieu, à moi-même et à un autre être humain. J'ai appris qu'en enterrant ou en cachant mes qualités ou mes faiblesses je me faisais du tort. L'être humain avec qui j'ai travaillé était une personne habituée à la Cinquième Étape.

MÉDITATION DU JOUR
Mon Dieu, aide-moi à demeurer aussi honnête et ouvert avec les autres que je l'ai été la première fois lorsque j'ai vécu ma Cinquième Étape.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Une Cinquième Étape une fois par année est comme le ménage du printemps : tout devient brillant et clair.

Émotifs Anonymes, Aujourd'hui Seulement, 8 janvier

--------------------------------------------------

Grandir

« Notre condition spirituelle est la base d'un rétablissement réussi qui nous offre une croissance illimitée. » Texte de base, page 55



Lorsque nos membres célèbrent leur anniversaire de rétablissement, ils disent souvent qu'ils ont « grandi » dans N.A. Mais qu'est-ce que ça veut dire ? pensons-nous alors. Nous nous demandons si nous sommes enfin des adultes. Nous examinons notre vie et, effectivement, tous les signes extérieurs de la vie adulte sont là : le chéquier, les enfants, l'emploi, les responsabilités. Mais à l'intérieur, nous nous sentons souvent comme des enfants. La vie nous déconcerte encore la plupart du temps. Nous ne savons pas toujours comment agir. Nous nous demandons parfois si nous sommes vraiment des adultes ou si nous ne sommes pas des enfants qu'on aurait malencontreusement placés dans des corps d'adultes avec des responsabilités d'adultes.
La croissance ne se mesure pas par l'âge physique ou le niveau de responsabilité. La meilleure mesure de notre croissance est notre condition spirituelle, la base de notre rétablissement. Si nous dépendons encore des personnes, des lieux et des choses extérieures pour alimenter notre satisfaction intérieure, comme un enfant dépend de ses parents pour tout, il nous faut continuer de grandir encore. Mais, si notre condition spirituelle est fermement établie et que son maintien nous apparaît comme notre plus importante responsabilité, nous pouvons alors prétendre à la maturité. Sur cette base, nos possibilités de croissance sont sans limites.

Juste pour aujourd'hui, mon degré de maturité est à la mesure de la responsabilité que j'assume pour maintenir ma vie spirituelle. Aujourd'hui, ce sera ma plus grande priorité.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 8 janvier, page 10

--------------------------------------------------

Changer son style de vie est un processus plus important que d'atteindre un but ou de mesurer une performance. Theodore Isaac Rubin

Il existe plusieurs différences fondamentales entre les groupes de régime et Outremangeurs Anonymes. Cependant, ce qui nous différencie le plus est peut-être que chez les OA, les préoccupations liées au régime et à la perte de poids sont remplacées par un projet éminemment plus intéressant, satisfaisant et enrichissant : changer de l'intérieur.
Ce processus commence par la Première Étape : c'est-à-dire lorsque nous capitulons. Si nous en sommes incapables, nous utilisons les méthodes qui ont fonctionné pour les autres : nous assistons à des réunions, nous nous efforçons d’exprimer franchement nos sentiments et nous agissons comme si nous avions déjà le pouvoir de changer, de nous abstenir de manger compulsivement.

Pensée du jour : Je renonce à croire que je peux dominer ma compulsion alimentaire à l'aide de régimes, de balances ou de graphiques illustrant mes changements de poids. Dans ce programme, je n'ai rien à mesurer, pas même mes progrès.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 8

--------------------------------------------------

« Tisser la trame de nos vies » Au-delà de nos plus grands rêves, p.215

Le chapitre treize du livre Au-delà de nos plus grands rêves, intitulé Tisser la trame de nos vies, m'a montré une nouvelle perspective du programme OA et de mon cheminement personnel vers le rétablissement. À mes yeux, cette image accentue l'importance de faire des OA une partie intégrante de ma vie. En me servant des Étapes qui me guident dans mes comportements, des Traditions qui guident nos groupes et des Concepts qui guident nos conseils de services, je peux tisser une belle toile de rétablissement et augmenter mes chances de continuer à me rétablir. L'image de ma Puissance supérieure me guidant avec amour tandis que je tisse la toile de mon rétablissement spirituel, émotif et physique, approfondit mon sentiment de paix et de sérénité. Tant que j'utilise les outils, soit les réunions, le téléphone, le plan alimentaire, le parrainage et le marrainage, l'écriture, les publications, l’anonymat, le service et le plan d'action, ma toile de rétablissement ne s'effilochera pas et je vais continuer de progresser dans mon cheminement.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 8 janvier, page 8

--------------------------------------------------

Pensée du jour
Toute personne qui devient membre J.A. sait, par sa cruelle expérience, qu'elle ne peut plus s'adonner au jeu. Je sais que le jeu a été la cause de mes plus grandes difficultés. À présent que j'ai trouvé le remède, je me cramponne au mouvement J.A. Saint Paul a dit que rien au monde, ni les puissances ni les principautés, ni la vie ni la mort ne pourraient le séparer de l'Amour de Dieu. Une fois que j'ai remis mon problème entre les mains de Dieu, devrais-je ne rien laisser m'empêcher de rester sobre.

Méditation du jour
Je sais que ma nouvelle vie ne sera pas exempte de difficultés, mais je serai en paix même dans les plus grandes. Je sais que la sérénité est le résultat de l'acceptation confiante et fidèle de la Volonté Divine devant n'importe quelles difficultés. Saint Paul a dit : « Nos petites afflictions qui ne durent qu'un moment nous préparent à une gloire éternelle. »

Prière du jour
Je demande d'accepter les difficultés. Je demande qu'elles mettent ma force à l'épreuve et façonnent mon caractère.

Joueurs Anonymes, 08 janvier

--------------------------------------------------

8 janvier

Que gardes-tu dans ta conscience ? Je ne veux pour toi que le mieux et le plus élevé. Si tu choisis avec ton propre libre arbitre quelque chose de moindre, que tu l'attires à toi et te satisfais du second choix, Je n'y peux rien. Ne crains jamais de compter sur le meilleur. Ne ressens jamais que tu es indigne d'avoir le meilleur ou que tu ne le mérites pas. Je te dis que c'est ton véritable héritage, mais tu dois le réclamer ; tu dois l'accepter et compter dessus. Cela t'appartient, c'est Mon cadeau pour toi. Vas-tu l'accepter d'un cœur plein et reconnaissant, ou le rejeter ? Ne laisse pas la fausse humilité t'empêcher d'accepter ce qui t'appartient de droit ; et ne te contente pas de l'accepter, mais exulte de joie au-dedans, et rends grâce éternellement. Chéris-le, et regarde sa merveille se déployer dans ta vie, en sachant sans l'ombre d'un doute que tout ce que J'ai t'appartient.

La Petite Voix, Eileen Caddy

--------------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

--------------------------------------------------

08 janvier mieux plus élevé PVoix.jpg