Pensées 14 janvier 2019

Bonjour à toutes et à tous

« L’esprit tel un parachute ne fonctionne que, s’il est ouvert. » ( Henry Ford ) En gardant une ouverture d'esprit, nous pouvons être plus flexibles et mieux nous adapter au changement.

« Pratiquer la Troisième Étape équivaut à ouvrir une porte qui, de toute apparence, est encore fermée à clef. Il suffit d’avoir la clef et de prendre la décision d’ouvrir grand. Quant à la clef, il n’y en a qu’une et c’est notre bonne volonté. Une fois déverrouillée par notre bonne volonté, la porte s’ouvre presque tout seule, et en regardant par l’ouverture, on aperçoit un sentier avec une inscription en bordure : ‘Voici le chemin à prendre pour acquérir une foi efficace’. » ( 12x12, 3e Étape, page 37) Avoir une ouverture d’esprit ne signifie pas tout accepter. Le processus d'acceptation nous donne la possibilité de décider quelles réalités nous désirons vivre et celles qui ne correspondent pas à qui nous sommes et qui nous désirons être. L'ouverture d'esprit nous aide à être plus tolérants envers les autres et comprendre toute la diversité qui nous entoure. Si nous sommes capables d'ouvrir notre esprit, nous pouvons également ouvrir notre cœur à la diversité et vivre en harmonie avec tous les êtres humains qui nous côtoient, ce qui est une nécessité si nous voulons nous rétablir ensemble. « Une oreille attentive est exceptionnelle aussi bien pour celui qui écoute que pour celui qui parle. Lorsque nous sommes reçus à cœur ouvert, sans être jugés, qu’on nous écoute d’une oreille intéressée, notre esprit s’ouvre. » ( Sue Patton Thoele )

Ouvrir notre esprit et notre cœur pour croire en une Puissance supérieure à nous-mêmes, en un Dieu qui est amour et confier à cette Puissance supérieure le soin de faire pour nous quelquefois ce que nous pouvons et tout le temps ce que nous ne pouvons faire pour nous-mêmes, de parler à Dieu et de lui poser des questions, comme pour apprendre à faire connaissance. Nous n'avons plus à nous servir de qui ou de quoique ce soit pour combler cette illusion d'espaces vides à l'intérieur de nous ; à présent, c'est Dieu qui nous comble. Même toute la gratitude qui a modifié notre attitude, qui nous inonde vient de Lui.

Ouvrir notre cœur spirituel, la partie divine de notre être, c'est découvrir la source de ce qui est vécu, notre propre source, notre véritable source divine, et en même temps, notre source physique où réside la flamme de vie et notre Être suprême. C'est l’unique voie, tout le reste n’est qu'un cheminement à travers des pierres d'achoppement et de gué. Où que nous nous trouvons, nous nous trouvons toujours dans ce centre, au cœur où réside notre source profonde. Et voilà notre cœur ouvert ! Et c’est notre Ps qui l’a ouvert un jour à notre attention. Ça ne veut pas dire qu’il n’était pas là avant ce moment. Nous devons renoncer à l'idée de séparation, et redécouvrir ce cœur où tout est un. Tout notre travail spirituel, quelle que soit la voie spirituelle que nous suivons est celui-ci : revenir à la source originelle, capituler et nous ouvrir à ce cœur spirituel où il n’y a rien à acquérir, juste à être. Quel que soit le nom que nous allons employer pour désigner notre Être Suprême, nous n’avons qu'à tendre l’oreille du cœur à ce qu'ils nous disent. Notre Ps agit par la lumière divine qui s'écoule en nous et en tous ceux et celles qui nous entourent. Comment avons-nous pu croire que c’est notre mental qui intervient, le mental orgueilleux, aveugle et ignorant et qui le demeure tant qu’il n’est pas illuminé par la lumière divine qui a le cœur comme résidence ? Notre Ps a permis cette illusion de noirceur et d'ouverture de notre cœur, d'attirer et de centrer notre attention et notre amour sur Sa lumière. Alors nous nous apaisons, nous reconnaissons Sa présence.

« Ne t’en va pas au dehors, rentre en toi-même ; au cœur de la créature habite la vérité. » ( Saint Augustin ) Notre Ps comprend ce que nous lui disons et même ce que nous ne lui disons pas. En fait, Dieu tel que nous Le concevons veille continuellement sur nous avec amour. Notre Puissance supérieure est notre ami, notre associé et cette force bienveillante qui s'exprime en nous.

Merci la Vie !!!
Gilles

-----------------------------------------------

J'ai appris dans Al-Anon que je suis voué à l'échec en voulant faire cesser quelqu'un de boire, parce que je suis impuissant devant l'alcoolisme. D'autres membres de la fraternité avaient aussi échoué, néanmoins ils semblaient presque heureux de l'admettre. Avec le temps, j'ai compris : En abandonnant cette bataille perdue d'avance, nous devenions libres.
Graduellement, j'ai appris que rien de ce que je faisais ou ne faisais pas ne convaincrait l'être aimé de devenir sobre. Je le comprenais dans ma tête, mais il m'a fallu du temps pour le croire dans mon cœur. De fréquentes réunions Al-Anon, des appels téléphoniques et la lecture de la documentation Al-Anon ont été indispensables à ce processus d'apprentissage. Plus tard, quand l'être aimé a choisi de devenir sobre, j'ai trouvé de nouvelles façons d'appliquer ce principe d'impuissance. Même si j'ai été tenté de vérifier le nombre de réunions auxquelles l'alcoolique assistait et de le protéger de tout ce qui pouvait le contrarier, j'avais accepté que rien de ce que je pouvais faire ne susciterait ou ne briserait la sobriété d'une autre personne. Après un certain temps, j'ai constaté que mes peurs avaient peu de rapport avec l'alcoolique. Elles indiquaient plutôt que j'avais besoin de mettre mon programme en pratique.

Pensée du jour
Quand je suis capable d'admettre que je suis impuissant devant l'alcool, ma vie devient plus contrôlable. Aujourd'hui, j'emprunterai la voie de la liberté personnelle et de la sérénité dont l'abandon est le commencement.

« Notre croissance spirituelle sera sans limite et notre récompense sans fin si nous essayons d'intégrer le programme Al-Anon dans tous les domaines de notre vie quotidienne. » Les Douze Étapes et les Douze Traditions

Al-Anon, Le Courage de Changer, 14 janvier, page 14

-----------------------------------------------

Une des aptitudes les plus importantes que j'ai acquises dans Al-Anon, c'est d'apprendre à discerner ce qu'est un comportement acceptable et à établir des limites dans mes relations avec les autres. Établir des limites m'aide à prendre soin de moi dans mes relations et m'empêche de devenir une victime. Les réactions à ces limites me permettent d'évaluer la qualité de mes relations.
Néanmoins, je me sens encore agité lorsque j'établis des limites. J'ai peur que l'autre personne ne se choque et mette fin à notre relation. J'ai vécu diverses formes d'abandon en grandissant au contact de l'alcoolisme, et ce n'est pas quelque chose que j'aime revivre. Parfois, la peur m'empêche d'établir des limites. En d'autres occasions, j'exprime mes limites de manière excessivement rigide, espérant ne plus jamais avoir à faire face au même problème. Je réussis mieux quand j'établis mes limites un jour à la fois.
Par exemple, mon conjoint regarde la télévision tard le soir, et il me réveille souvent sans le faire exprès quand il vient se coucher. Selon la journée que j'ai eue, cela me dérange parfois, et parfois non. J'ai cessé d'établir avec mon conjoint des limites générales, sans nuances. Au lieu de lui dire « À partir de maintenant, quand tu regardes la télévision après 23h00, je vais me coucher dans la chambre d'invités », je lui demande « Vas-tu continuer de regarder cette émission ? » S'il me dit oui, je lui dis que je vais me coucher dans la chambre d'invités et je lui souhaite une bonne soirée. De cette manière, je prends soin de moi et je ne risque pas de nourrir un ressentiment. Je nous offre à tous deux des choix, et notre relation en est d'autant plus harmonieuse.

Pensée du jour
Des limites trop souples ou trop rigides ne m'aident pas. En établissant mes limites de manière flexible, une circonstance à la fois, elles peuvent contribuer à améliorer mes relations avec les autres.

« Al-Anon m'a appris à faire la différence entre les murs et les limites. » Le Courage de changer, page 201

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 14 janvier, page 14

-----------------------------------------------

Vivre sans regrets

« Nous ne regretterons pas plus le passé que nous ne voudrons l'oublier. » Les Alcooliques Anonymes, page 94 Après avoir cessé de boire, j'ai commencé à voir à quel point j'avais gaspillé ma vie et j'ai éprouvé énormément de culpabilité et de regrets. Les Quatrième et Cinquième Étapes du programme des AA ont beaucoup contribué à apaiser ces regrets accablants. J'ai appris que mon égocentrisme et ma malhonnêteté découlaient en grande partie de mon habitude de boire, et que je buvais parce que j'étais alcoolique. Aujourd'hui, je vois comment mes expériences passées, même les plus détestables, peuvent servir au bien car je peux, comme alcoolique abstinent, en faire part à mes frères et sœurs alcooliques, surtout aux nouveaux, afin de les aider. Après plusieurs années d'abstinence chez les AA, je ne regrette plus le passé. Je me sens simplement reconnaissant d'avoir pris conscience de l'amour de Dieu et de l'aide que je peux apporter aux autres dans le mouvement.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, 14 janvier, page 22

-----------------------------------------------

Les problèmes du nouveau

Nous sommes tentés de devenir quelque peu possessifs envers les nouveaux membres. Nous cherchons peut-être à leur donner des conseils qui débordent vraiment notre compétence, ou que nous ne devrions pas offrir du tout. Et alors nous sommes offusqués ou chagrinés qu'on rejette nos conseils, ou qu'on les accepte et que la situation se détériore.

« On ne peut forcer un cheval à boire de l'eau s'il préfère de la bière ou s'il est trop fou pour savoir ce qu'il veut. Mettez un seau d'eau près de lui, dites-lui combien et pourquoi c'est bon, puis laissez-le tranquille.
« Si les gens veulent vraiment se soûler, il n'existe aucun moyen, que je sache, de les arrêter — laissez-les tranquilles, laissez-les se soûler. Par contre, ne les privez pas du seau d'eau. »

1. Les Douze Étapes et les Douze Traditions, page 127
2. Lettre, 1942

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 14

-----------------------------------------------

14 janvier - Pensée A. A. pour aujourd'hui
À nos débuts dans le mouvement A.A., une vie de sobriété nous semblait une chose étrange. Nous nous demandions ce que pouvait bien être une vie sans boisson. Une vie de sobriété nous paraissait alors anormale. Mais plus nous persévérons chez les A.A., plus ce nouveau mode de vie nous semble normal. Et maintenant nous savons que la vie que nous menons dans A.A., la sobriété, la fraternité, la foi en Dieu et la bonne volonté que nous mettons à nous entraider les uns les autres, est la manière de vivre la plus naturelle que l'on puisse trouver. Est-ce que je crois que ce mode de vie est celui que Dieu désire pour moi ?

Méditation du jour
J'apprendrai à me maitriser, parce chaque coup porté à mon égoïsme sert à former ma vraie personnalité, celle que je garderai éternellement. À mesure que je triomphe de moi-même, j'obtiens cette puissance que Dieu dépose dans mon âme. Moi aussi, je serai victorieux. Ce n'est pas tant les difficultés de la vie que je dois vaincre, que mon propre égoïsme.

Prière du jour
Je demande d'obéir à Dieu, d'avancer avec Lui et d'écouter Sa voix. Je demande d'essayer de dominer mon égoïsme.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 17

-----------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Dieu a pris de plus en plus de place dans ma vie, non que je sois devenu à ce point fervent mais parce que je vois Dieu de plus en plus partout. J'ai commencé à parler à Dieu et à lui poser des questions, comme pour faire connaissance. Je ne me tracasse pas au sujet de mots convenables et de phrases éloquentes. Mon nouvel Ami comprend ce que je dis et même ce que je ne dis pas. Je crois que Dieu veille sur moi avec amour. Je crois que ma Puissance supérieure est mon ami, mon associé et mon fidèle compagnon. Ces convictions me viennent parce que je mets en pratique la Onzième Étape.

MÉDITATION DU JOUR
Comme m'y invite la Onzième Étape, je demande de continuer à améliorer mon contact conscient avec Toi.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Mon Dieu que ta volonté soit faite, non la mienne.

Émotifs Anonymes, Aujourd'hui Seulement, 14 janvier

-----------------------------------------------

Un Dieu d’amour

« Notre compréhension d'une Puissance supérieure ne dépend que de nous... Les seuls critères suggérés sont que cette Puissance nous aime, se soucie de nous et soit supérieure à nous-mêmes. » Texte de base, page 31



On nous a dit que nous pouvions croire en n'importe quelle Puissance supérieure à condition qu’elle nous aime et, bien sûr, qu'elle soit supérieure à nous-mêmes. Malgré cela, certains d'entre nous ont des problèmes avec ces exigences. Ou nous ne croyons en rien d'autre que nous-mêmes, ou nous croyons que tout ce qui peut s'appeler « Dieu » ne peut être qu'insensible, irrationnel et ne nous envoie des épreuves que par caprice.
Croire en une Puissance pleine d'amour est un grand pas pour certains d'entre nous, pour de multiples raisons. L'idée de confier notre vie et notre volonté aux soins de quelque chose qui, selon nous, pourrait nous faire du tort, nous fait assurément hésiter. Si nous arrivons au programme avec la croyance en un Dieu qui juge et ne pardonne pas, il nous faut dépasser ces idées sans quoi nous ne pourrons être vraiment à l'aise avec la Troisième Étape.
Nos expériences positives dans le rétablissement peuvent nous aider à en venir à croire en un Dieu d'amour de notre conception. Nous avons été soulagés d'une maladie qui nous a longtemps affligés. Nous avons trouvé les conseils et le soutien dont nous avons besoin pour construire un nouveau mode de vie. Nous avons commencé à ressentir une plénitude spirituelle là où il n'y avait que vide auparavant. Ces aspects de notre rétablissement ont pour origine un Dieu d'amour et non une divinité vengeresse remplie de haine. Et plus nous vivrons le rétablissement, plus nous ferons confiance à cette Puissance supérieure d'amour.

Juste pour aujourd'hui, j'ouvrirai mon esprit et mon cœur pour croire que mon Dieu est amour et je confierai à ma Puissance supérieure le soin de faire pour moi ce que je ne peux faire pour moi-même.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 14 janvier, page 16

-----------------------------------------------

Un ami, c'est une personne avec qui je peux être sincère, avec qui je peux penser tout haut. Ralph Waldo Emerson

Chez les Outremangeurs Anonymes, il est essentiel de parler de nos sentiments. Dans les réunions OA, je trouve des gens qui sont comme des amis intimes, et cela, que je les connaisse ou non. Plus je partage ouvertement et honnêtement, mieux je me sens et meilleures sont mes chances de me rétablir.
Un membre révélait un jour qu'après sa Cinquième Étape, il avait constaté avec stupéfaction que la dépression profonde dont il souffrait depuis plusieurs mois avait disparu.
Les membres OA sont aussi différents les uns des autres que ceux de n'importe quel groupe au monde. Mais il existe un lien qui nous unit instantanément : nous sommes des outremangeurs compulsifs.

Pensée du jour : Je ne peux m'adresser à personne qui puisse mieux me comprendre qu'un membre OA.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 14

-----------------------------------------------

« C'est que l'aspect spirituel de la maladie échappe totalement à certaines personnes, d'autres estiment que Dieu ayant d'autres choses à faire, Il compte bien que nous nous occuperons nous-mêmes de cette banale question de compulsion. » Les Douze Étapes et les Douze Traditions des Outremangeurs Anonymes, page 17

Je me souviens de la première fois où je me suis assise pour prendre un repas dans l'abstinence. Ce repas représentait la moitié de ce que je mange d'habitude. Je croyais que cette quantité de nourriture ne me satisferait jamais. Or, je voulais faire ce qu'on m'avait proposé, alors je me suis contentée de ce qu'il y avait dans mon assiette. Lorsque j'ai parlé à ma marraine, plus tard au cours de la soirée, je lui ai confié les sentiments que j'avais éprouvés face à mon dîner. Elle m'a alors suggéré de demander à Dieu, alors de mon prochain repas, de faire en sorte qu'il me satisfasse. Je ne croyais vraiment pas que Dieu voulait ou pouvait m'aider avec mon problème de nourriture, mais j'ai suivi sa suggestion, avec une foi aveugle et ça a fonctionné ! Je ne me sers plus de la nourriture pour combler les espaces vides à l'intérieur de moi ; à présent, c'est Dieu qui me comble.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 14 janvier, page 14

-----------------------------------------------

Pensée du jour
À nos débuts dans J.A., la sobriété nous semblait impossible. Nous nous demandions ce que pouvait bien être une vie sans le jeu. Une vie de sobriété nous paraissait alors anormale. Mais plus nous persévérions, plus ce nouveau mode de vie nous semblait normal. Et maintenant nous savons que la vie que nous menons dans J.A., avec sa sobriété, la fraternité qui y est présente, la foi en une Puissance Supérieure et la bonne volonté que nous mettons à nous entraider est la meilleure manière de vivre. Est-ce que je crois que ce mode de vie est celui que Dieu désire pour moi ?

Méditation du jour
J'apprends à me maîtriser parce que chaque coup porté à mon égoïsme sert à former ma personnalité, celle que je garderai éternellement. À mesure que je triomphe de moi-même, j'obtiens cette puissance que Dieu a déposée en moi. Moi aussi, je serai victorieux. Je suis convaincu que ce n'est pas tant les difficultés de la vie que je doive vaincre, mais mon propre égoïsme.

Prière du jour
Je demande d'obéir à Dieu, d'avancer avec Lui et d'écouter Sa Voix.

Joueurs Anonymes, 14 janvier

-----------------------------------------------

14 janvier

Il y a tant de choses merveilleuses à faire dans la vie, mais que peux-tu faire le mieux ? Trouve ce que c'est, et puis, va et fais-le avec plaisir. Ne perds ni temps ni énergie à désirer faire autre chose, ou à souhaiter être ailleurs avec d'autres opportunités. 
Reconnais que tu es exactement où tu dois être, au bon moment, et que tu es là pour une raison particulière, pour accomplir une tâche spécifique. Ainsi donc, donne tout ce que tu as pour cette tâche, et fais-la avec amour et joie. Vois comme la vie peut être amusante, pour toi, mais aussi pour toutes les âmes autour de toi. 
Tu ne peux espérer devenir partie du tout si tu ne lui donnes ce qu'il y a de vraiment meilleur en toi. Tu t'en couperais, et il n'y aurait pas de globalité en toi. Quelle satisfaction profonde tu trouveras lorsque tu accompliras parfaitement ce qui doit être fait et que tu le feras pour le bénéfice du tout.

La Petite Voix, Eileen Caddy

-----------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

-----------------------------------------------

14 janvier esprit-parachute-ouvert-henry-ford.jpg