Pensées 23 juin 2019

Bonjour à toutes et à tous

« Les larmes valent mieux que le rire, car l’adversité améliore le coeur. » ( Proverbe français ) Nous sommes des êtres résilients. Bien que la résilience soit à l'origine un terme pour expliquer la résistance des matériaux aux chocs, le terme vient du latin resilio, resilire, qui signifie littéralement sauter en arrière, d'où rebondir, résister (au choc ou à la déformation). La résilience est aussi un phénomène psychologique qui consiste, pour un individu affecté d'un traumatisme ou atteint d'une maladie chronique comme la dépendance ou la codépendance à prendre acte de l'événement traumatique ou à se dresser un plan d'action et à le mettre en pratique pour acquérir ou maintenir une forme de rétablissement grâce au mode de vie des Douze Étapes. Plusieurs membres de groupe d'entraide accueillent le nouveau ou la nouvelle en lui disant : « Et surtout ne lâche pas ! » quand il lui est plus facile et honnête d’avouer son impuissance, de consentir à cesser de se battre, à abdiquer enfin devant cette maladie débilitante. Alors comment être résilient et reconnaître son impuissance ? Et si notre résilience venait de notre Ps ?

« Il ne faut jamais capituler, jamais abandonner parce que c'est une forme d'impuissance, la pire des calamités du monde. » ( Alice Parizeau, La Charge des sangliers ) C'est ce que nous croyions probablement tous avant d'atteindre un bas-fond et de découvrir la libération de la capitulation. À mesure que nous nous rétablissons avec le mode de vie des groupes d'entraide, de nouvelles et nombreuses occasions de capituler se présentent. Nous avons le choix ou bedon de lutter contre tout et tout le monde, ou bedon de nous rappeler les bénéfices de notre première capitulation et de cesser de lutter. Est-ce que cesser de lutter n'est pas renoncer à toute forme de résilience ? Est-ce que je peux m'asseoir dans la cour et seulement écouter les petits oiseaux chanter même en cette soirée de veille de la St-Jean ?

« À la suite de sa réhabilitation physique, il m'a dit franchement qu'il considérait son traitement comme peine perdue, à moins que je ne puisse lui assurer — ce que jamais personne n'avait fait — que dans l'avenir, il démontrerait 'assez de volonté' pour résister à l'envie de boire. » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. L'opinion d'un médecin, page xxxiv ) Un nombre incalculable de fois nous nous sommes dits que nous allions cesser le combat, que l'adversaire (notre dépendance et/ou codépendance) était intouchable, le combat inégal, le résultat connu d'avance et à chaque fois que nous mettions un genou ou deux par terre, un petit je-ne-sais-quoi, un génie ou un ange gardien nous titillait à l'oreille : Enfin, ouf ! Merci ! — Et je reconnais alors que cette maladie est puissante, déroutante, sournoise !

« La force naît de l’adversité et des souffrances.» ( Paul Ohl ) — « Il faut sourire face à l’adversité, jusqu’à ce qu’elle capitule. » ( Og Mandino ) — « Le courage est la lumière de l'adversité.» ( Luc de Clapiers ) La majeure partie de nos malaises et désolations et nous pouvons presque dire toutes les souffrances que nous ressentons proviennent de notre résistance et non de notre capitulation, et surtout de notre illusion de séparation avec notre Être suprême. Et si cette résilience ou résistance était aussi un cadeau de notre Ps... dont le but ultime est de nous amener à cesser tous ces vains efforts à cause de la souffrance. De fait, lorsque nous abandonnons la lutte, la souffrance cesse et est remplacée par l'apaisement, la zénitude et la sérénité, par un contact conscient avec Dieu. Tout finit par s'arranger et, au bout d'un certain temps, notre vie s'améliore. Nous nous sentons comme lorsque nous avons abandonné l’illusion que nous pouvions contrôler notre consommation, notre abstinence ou la vie d’un être cher : soulagés, libres, disposés à changer et reconnaissants envers notre Puissance supérieure.

Merci la Vie !!!
Gilles

-------------------------------------------------

Le courage d'être honnêtes avec nous-mêmes est une des qualités que nous pouvons cultiver pour favoriser notre croissance spirituelle. Il faut nous engager à être honnêtes afin d'admettre qu'une personne que nous aimons a un problème d'alcool, que l'alcoolisme et bien d'autres choses échappent à notre contrôle, qu'il existe une source d'aide supérieure à nous-mêmes et que nous avons besoin de l'aide de cette Puissance Supérieure.
L'honnêteté nous permet de regarder en nous, de partager nos découvertes avec Dieu et les autres, d'admettre que nous avons besoin d'une aide spirituelle pour aller de l'avant, et de nous libérer en faisant amende honorable pour nos erreurs passées.
Nous devons être honnêtes avec nous-mêmes à mesure que nous continuons chaque jour à passer en revue nos attitudes et nos actes. Cela nous permet d'être suffisamment humbles pour aller vers les autres en tant qu'égaux et pour continuer à progresser dans chaque domaine de notre vie. Où trouvons-nous le courage d'être aussi honnêtes avec nous-mêmes ? Le courage de changer les choses que nous pouvons réside dans la relation que nous développons continuellement avec une Puissance supérieure à nous-mêmes.

Pensée du jour
Je sais que l'honnêteté est une partie essentielle des Douze Étapes. Je suis disposé à être plus honnête avec moi-même aujourd'hui.

« Où y a-t-il de la dignité s'il n'y a pas d'honnêteté ? » Cicéron

Al-Anon, Le Courage de Changer, 23 juin, page 175

-------------------------------------------------

Maintenant que je suis sensible à mes intuitions, je ne me retiens plus autant que j'avais l'habitude de le faire. Al-Anon m'a appris que lorsque quelque chose me semble approprié, je peux me dire que c'est la bonne chose à faire.
Je dactylographie des projets à la maison, et j'ai récemment dactylographié les mémoires d'une cliente âgée. Puisqu'il s'agissait d'un ouvrage de 500 pages, nous avons travaillé ensemble pendant plusieurs mois. C'était un projet merveilleux, et je me suis attachée à ma cliente. Lorsque le projet a été terminé et que le moment est venu de nous faire nos adieux, je me suis spontanément approchée d'elle pour la prendre dans mes bras.
Cependant, elle s'est raidie et ne m'a pas rendu mon accolade.
Une vague d'appréhension m'a envahie et je me suis reculée.
Nous nous sommes quittées après n'avoir échangé que quelques mots. Je me suis questionnée pendant les jours qui ont suivi. J'étais certaine que, sans le savoir, j'avais franchi une ligne invisible. C'était un sentiment affreux.
Cette cliente est par la suite revenue pour me remettre quelque chose. Pendant cette visite, elle m'a révélé combien mon accolade avait été importante pour elle. Elle m'a dit que cela lui avait fait tellement de bien qu'elle avait commencé à prendre les autres dans ses bras. Elle avait même demandé à son mari, à ses fils et à ses petits-enfants de la prendre dans leurs bras.
Cela m'a vraiment étonnée de réaliser que nous pouvions voir le même événement de manière si différente. Ma marraine a souligné que plus je me rétablis, plus je deviens une messagère du programme, tandis que Dieu choisit le message. Qui aurait pu dire que je serais utilisée d'une manière si agréable pour répandre un peu la chaleur du programme ?

Pensée du jour
Il y a autant de manières de faire la Douzième Étape qu'il y a d'étoiles dans le ciel.

« Nous qui avons si longtemps vécu dans l'angoisse avons découvert une façon de vivre dans la sérénité, un jour à la fois, et notre plus grande joie est de partager ce mode de vie avec d'autres. » Tel que nous Le concevions..., page 264

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 23 juin, page 175

-------------------------------------------------

Faire confiance aux autres

Par contre, la confiance requiert-elle que nous soyons aveugles sur les motifs des autres, ou même sur les nôtres ? Pas du tout ! Ce serait de la folie. Chez toute personne digne de notre confiance, nous devrions très certainement évaluer son aptitude autant à faire le mal qu'à faire le bien. Cet examen discret peut nous révéler le degré de confiance que nous pourrions accorder suivant les situations. Réflexions de Bill, page 144

Je ne suis pas victime des autres mais plutôt de mes propres attentes, de mes choix, de mon manque d'honnêteté. Quand j'attends des autres qu'ils soient ce que je désire plutôt que ce qu'ils sont, quand ils ne répondent pas à mes attentes, je suis blessé. Quand mes choix sont motivés par l'égocentrisme, je me retrouve seul et méfiant. Par contre, je reprends confiance en moi quand je mets de l'honnêteté dans tout ce que je fais. Quand je m'interroge sur mes motivations, quand je suis honnête et confiant, je repère les situations qui peuvent être nuisibles et je suis en mesure de les éviter.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, page 183

-------------------------------------------------

Les forces constructives

J'avais moi-même ce genre de profond blocage mental que nous observons si souvent chez les nouveaux membres qui se disent athées ou agnostiques. Leur refus de croire est si fort qu'apparemment ils préfèrent un rendez-vous avec un directeur de funérailles plutôt que la recherche impartiale et expérimentale de Dieu.
Heureusement pour moi et pour la plupart de mes semblables qui ont, depuis, rejoint les AA, les forces constructives, à l'œuvre dans notre association, ont presque toujours eu raison de cette colossale obstination. Battus à plate couture par l'alcool, confrontés à des preuves vivantes de libération et entourés de ceux qui savent parler le langage du cœur, nous nous sommes finalement rendus.
Paradoxalement, c'est à ce moment que nous avons connu une nouvelle réalité : le monde véritable de l'esprit et de la foi. De la bonne volonté avec une certaine ouverture d'esprit, et voilà, le tour est joué ! AA TODAY, page 9

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 174

-------------------------------------------------

23 juin - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Aucune chaîne n'est plus solide que le plus fragile de ses chaînons. Ainsi, si vous échouez au cours de la journée dans votre programme quotidien, il est probable que le point le plus faible de votre caractère sera la cause de votre échec. Une grande foi et un contact constant avec la puissance de Dieu peuvent vous faire découvrir votre plus grande faiblesse, vous mettre en garde contre elle et vous préserver de ses effets, grâce à une force autre que la vôtre. Vous pouvez compter sur une foi intelligente envers la puissance de Dieu pour maîtriser vos émotions, vous aider à voir le bien chez les autres et vous aider dans toutes les tâches qui vous incombent, si difficiles soient­ elles. Suis-je maître de mes émotions ?

Méditation du jour
Vous avez constamment besoin de renouveler votre énergie dans la puissance de l'esprit de Dieu. Communiquez avec Dieu par la méditation jusqu'à ce que la vie qui vient de Dieu, la vie divine, par cette union même, passe en votre être et ravive votre âme défaillante. Lorsque vous êtes fatigué, reposez-vous près de la fontaine. Reposez-vous et obtenez l'énergie et la force qui viennent de Dieu : vous serez ensuite prêt il faire face à tout. Reposez-vous jusqu'à ce que vos inquiétudes, vos soucis et vos craintes soient disparus, et alors la paix et la sérénité, l'amour et la joie, descendront en votre pensée.

Prière du jour
Je demande de me reposer et de retrouver mon énergie. Je demande de m'arrêter et d'attendre le renouvellement de mes forces.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 177

-------------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR Avant d'adhérer au Programme, j'étais égoïste et sans égard pour les autres. J'ai si souvent dit : « Moi d'abord ! » Je manipulais et je manoeuvrais les autres afin qu'ils fassent ce que je pensais être correct. Égoïstement, j'exigeais que chacun fasse ce que je voulais. S'ils ne voulaient pas, je boudais et je tempêtais. Si ceci ne marchait pas, j'avais alors un mal de tête ou une douleur mystérieuse pour obtenir l'attention dont je pensais avoir besoin ou que je croyais mériter. J'essaie aujourd'hui d'être plus prévenant envers les autres, plus conscient de leurs besoins.

MÉDITATION DU JOUR Même si je sais que je dois prendre soin de moi, aide-moi à être conscient des besoins des autres.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI Je suis important, les autres aussi.

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 23 juin

-------------------------------------------------

Capituler

« Nous n'étions pas débordants d'amour, d'honnêteté, d'ouverture d'esprit ou de bonne volonté lorsque nous avons connu la Fraternité N.A... Ce n'est qu'une fois vaincus que nous sommes devenus consentants. » Texte de base, pages 26-27

Capituler peut être la base nécessaire au rétablissement, mais quelquefois nous y résistons. Après un certain temps d'abstinence, la plupart d'entre nous se demandent pourquoi diable ont-ils fait tant d'efforts pour nier leur impuissance, alors que c'est finalement la capitulation qui leur a sauvé la vie.
À mesure que nous nous rétablissons, de nouvelles occasions de capituler se présentent. Nous avons le choix de lutter contre tout et tout le monde, ou de nous rappeler les bénéfices de notre première capitulation et de cesser de lutter.
La majeure partie des souffrances que nous ressentons provient de notre résistance et non de notre capitulation. De fait, lorsque nous abandonnons la lutte, la souffrance cesse et est remplacée par l'espoir. Nous commençons à croire que tout va s'arranger et, au bout d'un certain temps, nous réalisons que le résultat est l'amélioration de notre vie. Nous nous sentons comme lorsque nous avons abandonné l'illusion que nous pouvions contrôler notre consommation : soulagés, libres et remplis d'un nouvel espoir.

Juste pour aujourd'hui, y a-t-il une capitulation que j'ai besoin de faire aujourd'hui ? Je me souviendrai de ma première capitulation et je me rappellerai que je n'ai plus besoin de lutter.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 23 juin, page 183

-------------------------------------------------

Toute petite tâche quotidienne, lorsqu'on l'accomplit vraiment tous les jours, donne de meilleurs résultats que de sporadiques travaux d'Hercule. Anthony Trollope

Quel est le secret pour arriver à bêcher un jardin, à écrire un roman, à faire l'inventaire de la Quatrième Étape ou à s'abstenir de manger compulsivement ? Les OA m'ont donné la réponse : faire quotidiennement ce que j'ai à faire, un jour à la fois.
Auparavant, je ne pensais pouvoir accomplir des grosses tâches que par de vastes élans de travail intensif. Comme un enfant incapable de se concentrer longtemps, je m'épuisais dans de grands efforts sporadiques, puis je passais à autre chose.

Aujourd'hui encore, j'ai tendance à envisager une tâche difficile en fonction du temps et des efforts qu'elle exige. Mais il est une leçon que j'ai bien apprise : c'est aujourd'hui, et aujourd'hui seulement, que je dois me consacrer à l'abstinence et à la mise en pratique du programme de rétablissement.

Pensée du jour : C'est mon abstinence d'aujourd'hui — et rien d'autre — qui me garantit la santé et la liberté permanentes.

-------------------------------------------------

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 175

« ( … ) nous Lui exprimons notre désir de servir les autres de plus en plus et de mieux en mieux quand nous aurons acquis les qualités de nos défauts. » Les Douze Étapes et les Douze Traditions des Outremangeurs Anonymes, page 75

J'ai lu la Septième Étape à plusieurs reprises, mais j'ai toujours sauté le passage qui dit qu'un jour, j'aurai acquis les qualités de mes défauts. Il m'est souvent arrivé d'entendre que mes défauts étaient en fait des prédispositions positives qui avaient mal tourné, mais je ne l'avais jamais vraiment compris. Mais alors si au départ mes défauts étaient des qualités, pourquoi Dieu ne voudrait-il pas les ramener à leur forme originelle ? Quand j'ai su que je pouvais effectivement être la personne que je prétendais être, la paix m'a envahie. À présent, je n'ai plus besoin d'essayer d'être une « bonne » personne ; Dieu s'en charge à ma place.
Mes défauts refont quotidiennement surface. Ainsi, je suis contente de savoir que Dieu les transforme et ce, non pas pour me glorifier mais pour que je puisse Le servir. La Septième Étape est le fondement sur lequel je m'appuie pour mettre les autres Étapes en pratique. Lorsque je marraine des membres qui travaillent la Septième Étape, je leur demande de noter leurs défauts les plus flagrants. Puis, ensemble, nous faisons la liste des qualités que ces défauts deviendront par la grâce de Dieu. Ce processus est devenu une superbe mise en pratique des Étapes pour moi. Lorsqu'il nous semble trop négatif de faire uniquement la liste de nos défauts, cela peut être utile de voir les qualités qui vont en émerger.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 23 juin, page 175

-------------------------------------------------

Pensée du jour
Aucune chaîne n'est plus solide que le plus fragile de ses chaînons. Ainsi, si vous échouez au cours de la journée dans votre programme quotidien, il est probable que le point le plus faible de votre caractère en sera la cause. Une grande foi et un contact constant avec la Puissance de Dieu peuvent vous faire découvrir vos faiblesses, vous mettre en garde contre elles et vous préserver de ses effets. Vous pouvez compter sur une foi intelligente avec la Puissance Divine pour maîtriser vos émotions, vous aider à voir le bien et vous supporter dans toutes les tâches qui vous incombent. Suis-je maître de mes émotions ?

Méditation du jour
Vous avez constamment besoin de renouveler votre énergie dans la Puissance de l'Esprit de Dieu. Communiquez avec Lui par la méditation jusqu'à ce que la vie qui vient de Lui, la Vie Divine, passe en votre être et ravive votre âme défaillante. Lorsque vous êtes fatigué, reposez-vous. Reposez-vous et obtenez l'énergie et la force qui viennent de Dieu ; vous serez ensuite prêt à faire face à tout. Reposez-vous jusqu'à ce que vos inquiétudes, vos soucis et vos craintes soient disparus, et alors la paix et la sérénité, l'amour et la joie, descendront en votre pensée.

Prière du jour
Je demande de me reposer et de retrouver mon énergie. Je demande de m'arrêter et d'attendre le renouvellement de mes forces.

Joueurs Anonymes, 23 juin

-------------------------------------------------

23 juin

Comment peux tu espérer grandir sans être mis en tension, mis à l'épreuve ? En quoi reposes ta foi et ta sécurité ? D'où tires-tu ta force et ton pouvoir ? Essaies-tu de vivre cette vie sur tes propres forces, comptant sur toi même pour t'en tirer ? Si c'est le cas, tu ne pourras supporter la fatigue et les tensions tout autour de toi. Mais si tu déposes tout entre Mes mains et si tu Me permet de te guider et de te diriger, tu pourras faire n'importe quoi, parce qu'avec moi tout est possible. Ressens-tu le fardeau que tu porte est trop lourd et qu'il t'as été donné de mener à bien une tâche bien trop grande ? Pourquoi ne pas commencer dès maintenant à te décharger sur moi de tout tes fardeaux et soucis, et Me laisser te conduire à travers ses eaux troubles ? Je te piloterai à travers chaque difficulté jusqu'à des eaux calmes et tranquilles, et je te libèrerai de toute tension quand tu auras totalement mis ta foi et ta confiance en Moi.

La Petite Voix, Eileen Caddy

-------------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

-------------------------------------------------

23 juin déposes PVoix.jpg