Pensées 29 juin 2019

Bonjour à toutes et à tous

« Mon passe-temps favori, c'est laisser passer le temps, avoir du temps, prendre son temps, perdre son temps, vivre à contretemps. » ( Françoise Sagan, Carpe Diem ) Prendre son temps est-ce le perdre ? Prendre son temps, cela signifie « ne pas être pressé ». Dans une époque où « le temps c’est de l’argent », où l’efficacité règne en maître, toute non-rentabilité peut paraître être un gaspillage. Mais aussi, que perdons-nous lorsque nous prenons notre temps ? Nous prenons peut-être du temps pour nous, et dans ces conditions où est la perte ? Prendre son temps n’est-ce pas aussi s’emparer du présent, cueillir le jour un moment, un cadeau, un présent à la fois. Ce qui est très différent de la procrastination. La procrastination, comme la définissent Fuschia Sirois de l'Université Bishop et Timothy Pychyl de l'Université Carleton consiste à retarder intentionnellement l'accomplissement d'une tâche prévue malgré l'attente de conséquences négatives dans un futur plus ou moins rapproché. Le terme peut désigner l'acte de reporter ou une tendance à reporter tout le temps(un trait de personnalité). Le procrastineur chronique répond fréquemment par des délais non nécessaires aux tâches qui sont perçues comme difficiles, aversives ou manquant de récompense immédiate. « Vous pouvez tromper quelques personnes tout le temps. Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Mais vous ne pouvez tromper tout le monde tout le temps. » ( Abraham Lincoln ) Étant donné que le temps finira par prendre son temps, il est plus sage de ne pas chercher à perturber le fil du temps au risque de perdre notre temps, et de plus, personne ne semble en avoir à perdre ou à revendre. Avec toute la bonne volonté du monde, nous ne pouvons accélérer sa course. Le temps efface les blessures, calme les esprits, apaise les tensions. Nous ne pouvons que lui laisser le temps de faire son œuvre, et ne pas être impatient que les choses s'arrangent plus vite, car de toute façon, c'est inutile, et cela accentue la souffrance. Oscar Wilde bien connu comme procrastinateur en a mis sur le tas : « Je ne remets jamais au lendemain ce que je peux faire le surlendemain. »

« Il y a deux sortes de temps : y a le temps qui attend et le temps qui espère. » ( Jacques Brel ) Nous ne pouvons forcer le temps. Nous pouvons laisser le temps au temps de prendre son temps comme plusieurs le répètent. Nous pouvons aussi vivre éternellement chaque minute, nous pouvons atteindre la plénitude de chaque instant qu'en étant portés par notre Ps entre le passé et le futur. Dans les groupes d'entraide, la plupart des membres en rétablissement s'impliquent dans des réunions, mettent en pratique les étapes, échangent avec un parrain ou une marraine, téléphonent aux nouveaux membres, communiquent par courriel avec d'autres membres et sont abstinents par la grâce de Dieu. Nous nous rétablissons ensemble dans la liberté et la dignité pour devenir les personnes que Dieu tel que nous le concevons veut que nous soyons en cette belle journée, un collage de doux moments d’éternité. « Il faut être patient et laisser le temps faire les choses. » ( Miguel de Cervantès, Don Quichotte) Est-ce que le temps c’est Dieu ? Est-ce que la patience est de Ses cadeaux ?

« Dès que nous pouvons, ne serait-ce qu’un instant, entrevoir la volonté de Dieu, dès que nous commençons à considérer la vérité, la justice et l’amour comme les vraies valeurs, les valeurs éternelles de la vie, plus rien ne vient nous bouleverser de tout ce qui semble être la preuve du contraire dans l’ordre purement humain qui nous entoure. Nous savons que Dieu veille avec amour sur nous. Nous savons qu’en nous tournant vers Lui, tout ira bien pour nous, ici-bas et dans l’au-delà. » ( 12x12, 11e Étape, page 118 ) — « Le regret sincère des injustices faites, la gratitude pour les bienfaits reçus, et le désir de tendre demain vers des résultats meilleurs, telles sont les valeurs permanentes que nous voudrons rechercher. » ( 12x12, 10e Étape, page 106 )

Merci la Vie !!!
Gilles

----------------------------------------------

Après un certain temps de rétablissement dans Al-Anon, je me suis procuré la brochure Plan pour notre progrès, le guide Al-Anon pour faire un inventaire moral, sérieux et courageux (Quatrième Étape). J'étais très conscient que j'avais de nombreux défauts de caractère et j'avais hâte de me libérer de leur emprise. Mais je ne m'attendais pas à autant de questions concernant mes qualités !
On me demandait à maintes reprises de me reconnaître des qualités. C'était frustrant ! Pourquoi perdre du temps à des choses qui allaient déjà bien ? Ces qualités n'avaient pas empêché ma vie de devenir incontrôlable ; il était évident qu'elles n'avaient pas une grande valeur. Mon parrain a suggéré que ma résistance à cette partie de l'Étape avait probablement quelque chose à m'apprendre. Il avait raison.
Finalement, je me suis rendu compte que mes qualités sont la base sur laquelle se bâtit ma nouvelle vie, une vie plus saine. Refuser de les reconnaître ne fait que diminuer mon estime personnelle. Tant et aussi longtemps que je me considère pitoyable, désespéré et malade, je ne suis pas obligé de changer. Je savais que j'étais prêt à me sentir mieux, alors j'ai rassemblé toute ma volonté et j'ai dressé une liste de tous les éléments positifs que je pouvais me trouver. Depuis ce temps, je me suis senti beaucoup mieux face à moi-même.

Pensée du jour
Aujourd'hui, je reconnaîtrai que j'ai de nombreuses qualités et je discuterai d'une ou deux de ces qualités avec un ami.

« Tout progrès doit germer dans une appréciation de soi... » Un dilemme : le mariage avec un alcoolique

Al-Anon, Le Courage de Changer, 29 juin, page 181

Le mot « nous », utilisé dans plusieurs des Étapes, a pris beaucoup d'importance pour moi. Il m'indique que je ne suis pas seule et que je suis à ma place. Il me donne le courage de faire des choses que j'aurais normalement peur de faire par moi-même, comme essayer de nouveaux types de comportement. « Nous » m'assure qu'il y a d'autres personnes qui éprouvent des sentiments semblables aux miennes. Mieux encore, cela signifie que d'autres personnes ont vécu ces sentiments et qu'elles y ont non seulement survécu, elles ont fini par s'épanouir. Cela me réconforte de savoir que d'autres personnes ont emprunté le chemin sur lequel j’avance maintenant. « Nous » est comme un phare qui m'invite au rétablissement.
Ma définition personnelle de « nous » inclut ma Puissance Supérieure, moi-même, ainsi que ma communauté Al-Anon. Ensemble, nous formons la majorité nécessaire à ma protection, à mon encouragement et à mon apprentissage sur la voie du rétablissement. Ce trio uni m'aide à combattre mes peurs avec foi et courage. « Nous » signifie que ma vie n'est plus un désert me retenant prisonnière, où j'erre sans but. Aujourd'hui, la sérénité m'enveloppe tandis que je chemine. Des signes et des balises m'indiquent la bonne direction vers une vie remplie et pleine de sens. Je n'ai plus à me contenter de survivre encore une heure, un jour ou une année dans la solitude et l'isolement. Au lieu de cela, je peux apprendre à faire confiance aux autres et prendre des risques en m'appuyant sur la sagesse du programme Al-Anon. « Nous » m'aide à apprendre à marcher dans la liberté et la dignité pour devenir la personne que Dieu a voulu que je sois.

Pensée du jour
Je n'aurai jamais plus à agir seul.

« Ensemble, nous pouvons y arriver. » Alateen - un jour à la fois, page 170

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 29 juin, page 181

----------------------------------------------

Un effet de vague

Ayant trouvé la recette du parfait bonheur, nous la partagerions avec tous ... Oui, chez les AA, nous avions rêvé de tout cela. Quoi de plus naturel, en somme, puisque la plupart des alcooliques sont des idéalistes déçus !... Alors, pourquoi ne pas partager notre mode de vie avec tout le monde ? Les Douze Étapes et les Douze Traditions, pages 178-179

La grande découverte de la sobriété me poussait à répandre la « bonne nouvelle » dans mon milieu. C'était le retour des idées grandioses de ma vie de buveur. Par la suite, je me suis rendu compte que ma seule sobriété était un travail à temps plein. En devenant un citoyen sobre, j'ai pu constater que l'effet de vague, sans aucun effort de ma part, atteignait « d'autres organismes, qu'ils soient apparentés ou étrangers », sans m'écarter de mon but fondamental qui est de demeurer abstinent et d'aider d'autres alcooliques à le devenir.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, page 189

Un problème collectif

Le remède au problème de l'alcoolisme semble résider dans l'éducation ; il faut renseigner les écoliers, les étudiants de médecine, les membres du clergé, les employeurs, les familles et le grand public. Du berceau à la tombe, l'ivrogne et l'alcoolique en puissance doivent faire l'objet d'une compréhension sincère et profonde ainsi que d'une information suivie.
Cette éducation doit être axée sur les faits et bien présentée. Jusqu'à aujourd'hui elle s'est surtout attaquée à l'aspect immoral de l'alcool plutôt qu'à la maladie de l'alcoolisme.
Qui va donc entreprendre cette éducation ? De toute évidence, elle incombe à la communauté et aux spécialistes. Nous les AA, nous pouvons y participer individuellement, mais l'association elle-même ne peut ni ne doit s'en occuper directement. Nous devons donc nous en remettre à d'autres organismes, à nos amis de l'extérieur et à leur bonne volonté pour qu'ils fournissent généreusement efforts et argent. Grapevine, mars 1958

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 180

----------------------------------------------

29 juin - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Le programme des Alcooliques Anonymes suggère à nos membres de faire des efforts constants pour s'améliorer. Il ne peut y avoir de longues périodes de repos. Nous devons faire des efforts dans ce sens en tout temps. Nous devons continuellement garder en mémoire que c'est un programme qui ne peut être mesuré en années, parce qu'un alcoolique n'atteint jamais complètement son idéal et n'est jamais guéri. Son alcoolisme n'est maîtrisé que par la pratique quotidienne de cette méthode. C’est un programme où le temps n'existe véritablement pas. Nous le vivons jour après jour ou plus précisément instant par instant — maintenant. Est-ce que j'essaie toujours de m'améliorer ?

Méditation du jour
La vie tout entière est une préparation en vue de choses meilleures à venir. Dieu a préparé un plan de votre vie et il s'accomplira, si vous essayez d'agir selon Sa volonté. Dieu a préparé pour vous des plans qui surpassent de beaucoup tout ce que votre imagination peut maintenant prévoir. Mais il faut vous préparer en vue de ces choses meilleures à venir. C’est maintenant l'heure de la discipline et de la prière. L'heure de l'action viendra plus tard. La vie peut être remplie en tout temps de joie et de bonheur. Donc, préparez-vous en vue de ces choses meilleures que vous réserve l'avenir.

Prière du jour
Je demande de me préparer en vue des choses meilleures que Dieu me réserve. Je demande d'avoir confiance en Dieu au sujet de l'avenir.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 183

----------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Je suis un gagnant ! Quelle manière parfaite de commencer une journée, me rappelant qu'avec l'aide de ma Puissance supérieure, je peux accomplir ce que je dois faire aujourd'hui. Le vieux dicton « Quand on veut, on peut » s'applique à moi aujourd'hui ! Si des obstacles apparaissent, je me rappellerai qu'il y a toujours un moyen de les franchir. J'aurai la détermination et la force de continuer jusqu'à ce que j'atteigne mes buts. Je ne me découragerai pas et j'aurai assez de confiance pour persévérer sachant dans mon cœur et dans mon esprit que je suis vraiment un gagnant.

MÉDITATION DU JOUR
Merci mon Dieu, car Tu me donnes la force de continuer.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Je suis un gagnant au jeu de la vie.

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 29 juin

----------------------------------------------

Le rétablissement sans cesse renouvelé

« Se reposer sur ses lauriers est l'ennemi des membres qui sont abstinents depuis un certain temps. Si nous laissons durer cet état, le processus de rétablissement cesse. » Texte de base, page 103

Après quelques années de rétablissement, la plupart d'entre nous ont l'impression qu'il n'y a pas grand-chose de nouveau. Si nous nous sommes appliqués dans le travail des étapes, notre passé est en grande partie réglé, et nous avons maintenant une base solide pour édifier notre avenir. Nous avons appris à prendre la vie à peu près comme elle vient. Notre familiarité avec les étapes nous permet de résoudre les problèmes au fur et à mesure qu'ils se présentent, ou presque.
Une fois que nous découvrons ce niveau de confort, nous pouvons avoir tendance à le considérer comme une aire de repos sur le chemin du rétablissement. Ce comportement ne tient cependant pas compte de la nature de notre maladie. La dépendance est patiente, insidieuse, progressive et incurable. Elle est également fatale : nous pouvons mourir de cette maladie si nous ne continuons pas à la traiter. Et le traitement de notre dépendance, c'est notre programme vital et continu de rétablissement. Les Douze Étapes sont un processus, un chemin que nous empruntons pour garder une longueur d'avance sur notre maladie. Les réunions, le parrainage (marrainage), le service et les étapes restent toujours essentiels à un rétablissement continu. Même s'il est possible qu'après cinq ans d'abstinence nous ne pratiquions plus notre programme de la même manière qu'après cinq mois, cela ne veut pas dire que le programme a changé ou est devenu moins important, mais seulement que notre façon de le comprendre a changé et a évolué. Pour garder en vie notre rétablissement, nous devons rester ouverts aux occasions de pratiquer notre programme.

Juste pour aujourd'hui, à mesure que je progresse dans mon rétablissement, je chercherai de nouvelles façons de mettre en pratique mon programme.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 29 juin, page 189

----------------------------------------------

Nombre de gens aujourd'hui ne veulent pas de réponse honnête, si honnête signifie désagréable ou troublante. Ils veulent des réponses mièvres qui détournent l'anxiété. Louis Kronenberger

Si, en tant que membre des Outremangeurs Anonymes, je ne peux toujours pas supporter les réponses honnêtes, je me condamne peut-être à trouver ma sérénité dans le confort de mes bourrelets. Cela pourrait être le prix à payer pour m'accrocher à ma volonté, au besoin de tout contrôler en me servant de mon poids et de la nourriture. Chez les OA, les « gagnants » assistent à des réunions, mettent les Étapes en pratique, ont un parrain ou une marraine, téléphonent aux membres et sont abstinents. Aurais-je préféré une méthode plus facile ? Il n'y en a pas. Je n'échappe pas à la loi universelle des causes et des effets.

Pensée du jour : Que Dieu m'aide à voir la vérité à mon sujet, à demander l'aide qu'il me faut et à me servir de celle-ci.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 181

----------------------------------------------

« Nous aurons intérêt à nous rappeler que l'objectif de la Huitième Étape n'est pas de faire le procès des autres, mais d'apprendre à pratiquer la générosité et le pardon. » Les Douze Étapes et les Douze Traditions des Outremangeurs Anonymes, page 83

Un jour, un ami OA m'a posté un coquillage ainsi qu'un essai qu’il avait écrit sur le perfectionnisme. Son ouvrage m'a aidé à lâcher prise sur ce défaut. L'essai dit : « Regarde ton coquillage. Il n’est pas brisé, mais il est imparfait. Il a peut-être une tache, un bord craquelé ou un petit trou. Es-tu capable de l'aimer quand même ? Si tu peux apprendre à aimer ton coquillage malgré ses imperfections, tu pourras aussi aimer le monde et les êtres imparfaits qui t'entourent. Les autres t'ont déçu, ils t'ont blessé et t'ont laissé tomber en étant imparfaits. Peux-tu renoncer à l'idée de la perfection et accepter la réalité, tout en aimant les autres tels qu’ils sont ? »
Aime les êtres imparfaits qui t'entourent. Aime la personne imparfaite que tu es et le monde imparfait dans lequel tu vis. Car si je peux aimer la vie telle qu'elle est, tu souffriras d'une solitude perpétuelle. Nous vivons tous dans un monde imparfait, entourés de gens imparfaits. La capacité de t'aimer et d'aimer ceux qui t'entourent est un cadeau de Dieu qui te permet de vivre pleinement, courageusement et utilement dans un monde imparfait.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 29 juin, page 181

----------------------------------------------

Pensée du jour
Le programme J.A. suggère à ses membres de faire des efforts constants pour s’améliorer. Il ne peut y avoir de trop longues périodes de repos. Nous devons faire des efforts dans ce sens en tout temps. Nous devons continuellement garder en mémoire que c’est un programme qui ne peut pas être mesuré en années, parce qu’un joueur n’atteint jamais son idéal et n’est jamais guéri. Sa compulsion n’est maîtrisée que par la pratique quotidienne de cette méthode. C’est un programme où le temps n’existe pas véritablement. Nous le vivons jour après jour ou, plus précisément, instant par instant — maintenant. Est-ce que j’essaie toujours de m’améliorer ?

Méditation du jour
La vie toute entière est une préparation en vue de choses meilleures. Dieu a préparé un plan de votre vie et il s'accomplira si vous essayez d'agir selon Sa Volonté. Il a préparé pour vous des plans qui surpassent de beaucoup tout ce que votre imagination peut prévoir. Mais il faut vous préparer en vue de ces choses meilleures à venir. C'est maintenant l'heure de la discipline et de la prière. L'heure de l'action viendra plus tard. La vie peut être remplie en tout temps de joie et de bonheur. Donc, préparez-vous en vue de ces choses meilleures que vous réserve l'avenir.

Prière du jour
Je demande de me préparer en vue des choses meilleures que Dieu me réserve. Je demande d'avoir confiance en Lui au sujet de l'avenir.

Joueurs Anonymes, 29 juin

----------------------------------------------

29 juin

Ne sois pas accablé par tout ce qui doit être fait. Apprends simplement à faire un pas à la fois et sache que chaque pas te rapproche du but. N'essaie pas de courir avant de pouvoir marcher, ou d'entreprendre quelque chose de trop difficile, car tu risques de devoir te traîner sur le chemin avec beaucoup d'efforts. Ce n'est pas la bonne attitude ; ce n'est pas être empli de Ma joie et de Ma liberté. Cela veut dire que tu essaies de le faire avec tes propres forces ; cela veut dire que tu t'es séparé de Moi et que tu as perdu la vision. Arrête ce que tu es en train de faire, et puis change complètement ton attitude. Remets tout entre mes mains, puis détends-toi et aime ce que tu fais d'une façon entièrement nouvelle. Le changement d'attitude peut se produire en un clin d'œil, alors change et change vite, et danse et change tout au long de ce jour, main dans la main avec Moi !

La Petite Voix, Eileen Caddy

----------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire le
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

----------------------------------------------

29 juin perdre son temps FSagan.jpg