Pensées 11 juillet 2019

Bonjour à toutes et à tous

Ironiquement plus nous cachons nos sentiments, plus ils se manifestent. Plus nous les nions, plus ils grandissent. Les émotions et leurs pendants passés au peigne fin du rationnel, les sentiments, sont les couleurs de la vie de tout être humain. C'est ce qui nous fait avancer, nous fait exister pour nous, dans la société, avec les autres. C’est tout ce qui nous fait vibrer. C’est aussi la vibration même. L'impossibilité d'aller jusqu'au bout de nos sentiments, de les extérioriser ou de ne pas savoir comment les nommer ou les exprimer risquent souvent de nous faire basculer dans des pathologies bien connues de nous comme l'alcoolisme, la compulsion alimentaire, la codépendance et bien d'autres, parfois ça résulte en un cocktail de plusieurs dépendances. Quelquefois nos blessures et nos défauts font tellement mal que nous allons chercher un exutoire, une façon d’anesthésier ces souffrances, cet état ou illusion de manque. Même après des années d'abstinence, même si nous connaissons ces routes mal famées, elles nous attirent encore dans certaines situations chaotiques. Il faut absolument reconnaître, apprendre à les partager puis les accepter. Il existe bien sûr le risque de nous faire envahir par nos sentiments, de mal les gérer, mais c'est une question d'expérience, de temps et d'avoir le désir de cesser de manger de la m... à la petite cuillère. Il faut bien sûr que ce soit le désir de notre Ps de nous libérer de l’impact de ces énergies comme la peur, la surprise ou la joie… Ces réactions affectives transitoires sont souvent provoquées par nos réactions à notre environnement ou pour certains par notre gPs. Pour ceux et celles qui veulent en savoir plus : https://www.aide.ulaval.ca/cms/Accueil/Psychologie/Developpement/Emotions

Vivre nos émotions et apprendre à équilibrer nos sentiments par des actes appropriés font partie de notre processus de rétablissement avec le mode de vie des groupes d'entraide. En rétablissement, il nous arrive d'avoir l'impression de ne plus pouvoir avancer. Un parrain disait que si nous nous sentions bloqués sur une étape, il fallait revenir en arrière et refaire l'étape précédente, puis passer à la suivante et ainsi de suite. Une fois le processus enclenché de nouveau, nous allons constater que notre passé va nous apparaître sous un tout autre oeil. « Nous découvrirons qu'en plusieurs occasions, les dommages causés aux autres ont peut-être été minimes, mais nous nous sommes infligés un dur choc émotif. Des conflits néfastes et très profonds persistent au niveau de notre subconscient. Au moment où ils se sont produits, nos émotions ont pu être mises à rude épreuve, créant de ce fait un effet négatif sur notre personnalité et notre vie. » ( 12x12, 8e Étape, page 90 ) Plusieurs membres croient souvent aider un nouveau en lui 'suggérant' : Surtout n’abandonne pas !!! Alors que souvent abandonner est la meilleure option pour qu’il ou elle réalise enfin qu’il ou elle perd son temps de se battre avec l’alcool et/ou toute autre substance. Et pour ceux et celles qui aiment ces genres d'émotions : « La pureté des émotions est individuellement masculine. La pureté des sentiments est collectivement féminine. » ( Claudia-May Waia Némia )

Notre gentille Puissance supérieure est toujours là. Et les membres nous offrent leur support et leur encouragement. Certains nous guident dans notre cheminement car leurs témoignages nous arrivent à point nommé, opportunément et avec une synchronicité étonnante. Certains nous apprennent ce qu’il faut faire et d’autres ce qu'il ne faut pas faire. « Si vous avez un problème d’alcool, nous espérons que vous pourrez prendre le temps de lire une des quarante-deux histoires personnelles pour vous dire : ‘Oui, cela m’est arrivé’ ; ou mieux encore : ‘Oui, c’est ainsi que je me sentais’ ; ou plus important : ‘Oui, je crois que ce programme peut m’aider, moi aussi.’ » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. Préface, page xii )

Merci la Vie !!!
Gilles

------------------------------------------------

Il me semble que plusieurs d'entre nous composons avec notre colère de façon non appropriée. En la niant, nous la refoulons, ou nous nous mettons dans une colère folle, déversant nos sentiments. Pour ma part, je choisis d'éviter tout conflit et alors je me transforme en paillasson.
Le programme Al-Anon m'encourage à reconnaître mes sentiments et à être responsable de la façon dont je les exprime. Le problème n'est pas que je me mette en colère, mais que je ne sache pas comment diriger ma colère de façon appropriée.
Depuis quelque temps, quand j'ai le goût de frapper quelqu'un, je me défoule en frappant sur mon lit avec mon oreiller. Quand j'ai le goût de faire disparaître quelqu'un, je m'attaque à la saleté de mon four. J'essaie de me libérer de ma colère aussitôt que je le peux afin de ne pas accumuler des ressentiments dont il me sera plus difficile de me débarrasser plus tard.
J'apprends aussi à exprimer ma colère. Il se peut que je ne le fasse pas gracieusement et que mes paroles ne soient pas bien accueillies. Cela veut dire faire face à l'affreux inconfort nommé conflit, mais je ne peux plus fuir.

Pensée du jour
Vivre nos sentiments est une partie importante du processus de rétablissement. Apprendre à équilibrer nos sentiments par des actes appropriés en est une autre.

« Si vous êtes en colère, comptez jusqu'à dix avant de parler ; si vous êtes très en colère, comptez jusqu'à cent. » Thomas Jefferson

Al-Anon, Le Courage de Changer, 11 juillet, page 193

------------------------------------------------

Une des choses les plus étranges que j'ai apprises dans mon rétablissement a été de développer ma tolérance et même désirer me sentir bien. Au début, je ne communiquais pas beaucoup avec les autres. Je ne laissais rien se produire qui se rapprochait de l'intimité. J'ai plus tard remarqué un paradoxe. Lorsque quelqu'un m'acceptait ou s'intéressait à moi, je ressentais à la fois du plaisir et de la souffrance. J'étais perplexe. Pourquoi ressentais-je de la souffrance en même temps que de la joie ? J'ai questionné une amie Al-Anon à ce sujet. Elle se demandait si le fait d'expérimenter les sentiments qui m'avaient tant manqué étant enfant ne pouvait pas faire ressortir de la souffrance. Elle a dit que le« reçu » pourrait bien, pendant une brève période, faire ressortir le « non reçu ».
Ses paroles se sont avérées exactes dans mon cas. J'ai effectivement vécu une période de rétablissement pendant laquelle recevoir l'amour, l'approbation et le respect des autres faisait instantanément ressortir la tristesse enfouie en moi parce que, en grandissant, je n'avais pas reçu ces choses de mes parents. En fait, je ne savais même pas qu'une telle souffrance était enfouie en moi avant que quelqu'un ne manifeste de la gentillesse à mon égard. J'allais ensuite épancher cette douleur dans les oreilles et les bras bienveillants de ma marraine. J'ai finalement compris que mes parents ne pouvaient pas me donner ce qu'ils n'avaient pas, et j'ai été capable d'éprouver de la compassion à leur endroit.
Mettre en pratique « Se hâter lentement » m'a aidée. Il m'est arrivé de sortir de certaines réunions avant qu'elles ne soient terminées. J'avais reçu toutes les bonnes choses que j'étais capable de recevoir ce jour-là. Je devais parfois limiter le nombre d'accolades que j'acceptais. Je partageais ensuite mes pensées et mes émotions avec ma marraine. Graduellement, j'en suis venue à apprécier, et même à aimer, les bonnes choses qui me font sentir sereine et heureuse.

Pensée du jour
Si le rétablissement me semble trop pénible, j'ai peut-être besoin de ralentir et de pratiquer le slogan « Se hâter lentement ».

« Se hâter lentement » et « L’essentiel d'abord » nous aident à poursuivre notre démarche, tout en nous rappelant que nous ne devons faire que des petits pas. » De la survie au rétablissement, page 95

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 11 juillet, page 193

------------------------------------------------

Un tournant

Il s'est produit un tournant important dans notre vie quand l'humilité est devenue une valeur recherchée plutôt qu'une obligation. Les Douze Étapes et les Douze Traditions, page 87

Ou bien le mode de vie des AA devient une source de joie, ou bien je retourne au monde sombre et désespéré de l'alcoolisme. La joie surgit quand je considère Dieu et l'humilité comme des choses désirables plutôt que comme un fardeau. Ma vie sombre s'illumine quand je prends conscience que la franchise et l'honnêteté de mon inventaire personnel rempliront mes jours de sérénité, de liberté et de joie. Ma confiance en ma Puissance supérieure s'accentue et l'éclat de la gratitude m'irradie. J'ai la conviction qu'être humble, c'est être franc et honnête avec moi-même et avec ma Puissance supérieure. L'humilité devient alors « une valeur recherchée plutôt qu'une obligation ».

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, page 201

------------------------------------------------

La transmission du message

L'énergie formidable qui se dégage de la Douzième Étape et qui se transforme en élan empressé de transmettre son message à d'autres alcooliques qui souffrent encore, et qui ainsi traduit en actions les Douze Étapes dans tous les domaines de nos vies, est la récompense et la magnifique réalité des Alcooliques anonymes.

Ne parlez jamais à un alcoolique du haut de votre grandeur morale ou spirituelle ; contentez-vous de lui présenter les outils spirituels pour qu'il les examine. Démontrez-lui comment ils vous ont servi. Offrez-lui l'amitié et la fraternité.

1. Les 12 Étapes et les 12 Traditions, page 125
2. Les Alcooliques Anonymes, page 108

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 192

------------------------------------------------

11 juillet - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Dans le mouvement A.A., nous n'essayons pas de tracer une voie à l'âme humaine ; nous n'essayons pas non plus de déterminer d'avance l'œuvre de la foi, comme quelqu'un qui organiserait une campagne de charité. Nous disons au nouveau membre que nous avons ravivé notre foi en une Puissance Supérieure. Par cette révélation, notre foi est raffermie. Nous croyons que la foi est toujours à portée de la main, attendant ceux qui veulent écouter l'inspiration divine. Nous croyons qu'il y a une force en faveur du bien dans l'univers et que si nous nous joignons à cette force nous sommes dirigés vers une nouvelle vie. Est-ce que je suis au milieu de ce fleuve de bonté ?

Méditation du jour
Dieu vous protègera contre les forces du mal, si vous comptez sur Lui. Vous pouvez faire face à tout, grâce à la puissance de Dieu qui vous donne la force nécessaire. Dieu vous ayant marqué du signe de Sa possession. Toute Sa force sera à votre service et vous protégera. Souvenez-vous que vous êtes un enfant du Père. Sachez que l'aide du Père est toujours à la disposition de tous Ses enfants pour qu’ils puissent faire face à tout. Dieu fera tout ce qui est nécessaire pour votre bien-être spirituel, si vous Le laissez accomplir Sa volonté.

Prière du jour
Je demande de m'en remettre à Dieu pendant ce jour. Je demande de me sentir en sécurité, quoi qu’il m’arrive.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 195

------------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Pendant une bonne partie de ma vie, je me suis senti inférieur aux autres. À cause de ce sentiment, je me comparais constamment aux autres. Je comparais mes faiblesses avec leurs forces et, bien entendu, je ne me sentais pas à la hauteur. Une fois que j'ai appris que me comparer était une échappatoire pour ne pas développer ma propre créativité et mes talents, il m'est devenu plus facile de laisser tomber ce mécanisme de défense. En acceptant d'abandonner mon habitude de toujours me comparer aux autres, je me suis ouvert à une créativité et à des talents dont je n'avais même jamais rêvé.

MÉDITATION DU JOUR
Si je commence à me comparer à quelqu'un d'autre, donne-moi un petit signal d'avertissement.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
J'ai beaucoup à offrir en étant simplement moi-même.

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 11 juillet

------------------------------------------------

L’encouragement

« Nous partageons avec les autres réconfort et encouragement. » Texte de base, page 122

Plusieurs d'entre nous ont eu l'occasion d'observer un petit enfant faire ses premiers pas. La mère tient le bambin debout. Le père s'agenouille tout près ; les bras tendus et le visage rempli d'émotion, il encourage le petit. Le bambin fait quelques pas vers son père. Le frère et la sœur aînés l'encouragent à continuer. Bébé tombe. Murmurant des paroles de réconfort, sa mère le relève, et tout recommence. Cette fois le bambin avance jusqu'à ce qu'il soit assez proche pour tomber dans les bras rassurants de son père.
Quand nous sommes nouveaux, nous arrivons dans les salles de N.A. à peu près comme ce petit enfant. Comme la dépendance nous a habitués à une vie dysfonctionnelle, pleine de peurs et d'incertitudes, nous avons besoin d'aide pour nous tenir debout. Comme un enfant qui entreprend sa longue marche vers la vie adulte, nous faisons nos premiers pas vacillants vers le rétablissement. Nous apprenons à vivre suivant ce nouveau mode de vie parce que ceux qui sont venus avant nous nous encouragent et nous réconfortent, en nous racontant ce qui a marché et ce qui n'a pas marché pour eux. Notre parrain (marraine) est là pour nous lorsque nous avons besoin d'une poussée dans la bonne direction.
En rétablissement, il nous arrive fréquemment d'avoir l'impression de ne plus pouvoir avancer. Tout comme un enfant qui apprend à marcher, nous trébuchons parfois ou nous tombons. Mais notre Puissance supérieure nous attend toujours, les bras tendus. Et, comme le frère et la sœur du petit enfant qui lui lançaient des encouragements, les autres membres N.A. nous supportent dans notre cheminement vers une vie bien remplie.

Juste pour aujourd'hui, je chercherai l'encouragement des autres. J'en encouragerai d'autres qui ont peut-être besoin de ma force.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 11 juillet, page 203

------------------------------------------------

Rien n'est plus épuisant que d'être faux. Anne Morrow Lindberg

Une jeune femme qui s'était fait vomir pendant treize ans avant d'arriver chez les OA se considérait bien placée pour parler du besoin maladif de plaire aux autres. Voici ce qu'elle disait à son groupe : « C'était comme si j'avais cru devoir passer toute ma vie avec un sourire collé dans le visage. J'étais douce, serviable et polie. Une bonne poire. Bien sûr, tout cela était faux. Comment en aurait-il pu être autrement quand au fond j'étais furieuse, pleine de craintes et de ressentiments ? Porter ce masque était si épuisant que je devais compenser d'une façon ou d'une autre. Avec la nourriture, je ne pouvais m'y tromper.
Je ressens aujourd'hui la même fatigue lorsque j'essaie tellement de faire bonne impression que je ne suis plus moi-même. Mais il n'y a rien de mal à faire des erreurs ; je ne suis pas parfaite. Je progresse et je déborde de reconnaissance d'avoir la chance de le faire. »

Pensée du jour : Dire des choses que je ne pense pas ou faire des choses dont je n'ai pas envie finit par coûter plus cher que ce que je veux bien payer. J'essaie d'être aussi honnête que possible, sans grossièreté envers personne, mais sans basse flatterie non plus.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 193

------------------------------------------------

« En d'autres termes, pour nous, le groupe ne peut prendre de décisions opportunes que si nous tenons compte des besoins et des idées de tout le monde. Dans nos groupes OA, nous prêtons oreille à toutes les suggestions et même aux opinions minoritaires. » Les Douze Étapes et les Douze Traditions des Outremangeurs Anonymes, page 143

À titre de membre de longue date, il m'arrive de croire que je sais ce dont les OA ont besoin. Néanmoins, j'ai appris au fil des ans à réserver mes décisions jusqu'à ce que tous les points de vue aient été exposés. Souvent, les nouveaux présentent un point de vue que personne d'autre n'avait envisagé, suite à quoi tout le monde change d'idée. Nos Traditions affirment que notre conscience de groupe se doit d'être éclairée. Or, pour ce faire, nous devons écouter tout le monde. Si nous voulons que notre bien-être commun vienne en premier lieu, nous devons nous assurer que tous les points de vue soient entendus avec respect et compassion. Nous écoutons attentivement, avec un esprit ouvert, et c’est ainsi que nous pouvons prendre la décision qui convient le mieux au groupe et à OA dans son ensemble.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 11 juillet, page 193

------------------------------------------------

Pensée du jour
Dans le mouvement J.A., nous n'essayons pas de tracer une voie à l'âme humaine ; nous n'essayons pas non plus de déterminer d'a­vance l'œuvre de la foi comme quelqu'un qui organiserait une campagne de charité. Nous disons aux nouveaux membres que nous avons ravivé notre foi en une Puissance Supérieure. Par cette révélation, notre foi est raffermie. Nous croyons que la foi est toujours à portée de la main, attendant ceux qui veulent écouter l'Inspira­tion Divine ; nous croyons qu'il y a une Force en faveur du bien dans l'univers et que si nous nous joignons à cette Force, nous serons orientés vers une nouvelle vie. Est-ce que je suis réceptif à la Force qui peut m'être donnée ?

Méditation du jour
Dieu vous protège contre les forces du mal si vous comptez sur Lui. Vous pouvez faire face à tout, grâce à Sa Puissance qui vous donne la force nécessaire. Dieu vous ayant marqué du signe de Sa Possession, toute Sa Force est à votre service et vous protège. Souvenez-vous que vous êtes un enfant du Père. Sachez que l'Aide du Père est toujours à la disposition de tous Ses enfants pour qu'ils puissent faire face à tout. Dieu fera tout ce qui est nécessaire pour votre bien-être spirituel si vous Le laissez accomplir Sa Volonté.

Prière du jour
Je demande de m'en remettre à Dieu pendant ce jour. Je demande de me sentir en sécurité, quoi qu'il m'arrive.

Joueurs Anonymes, 11 juillet

------------------------------------------------

11 juillet

Que signifie la vie pour toi ? En jouis-tu complètement ? T'attends-tu à ce qu'il en sorte le meilleur ? Acceptes-tu qu'elle soit infinie, qu'elle n'ait ni commencement ni fin ? Est-ce que savoir cela te fait vibrer et t'élève, ou bien en es-tu horrifié et déprimé ?
Ton attitude envers la vie en ce moment est des plus importante, car beaucoup de merveilles sont en train de se déployer, et il est nécessaire que tu ailles dans le sens de tout ce qui se passe et ne le combatte pas. C'est une époque de déploiement, non de difficulté ou de lutte; par conséquent sois tranquille, vois se déployer merveille sur merveille en une vraie perfection, et rends grâce éternellement. Rends grâce d'être vivant et de faire partie de ce qui est en train de se passer. Rends grâce pour les changements rapides, et change avec eux. Tout est pour le mieux ; n'aie donc pas peur, mais avance joyeusement. Sens que tu es une partie de tout le processus de changement, de la globalité et de la nouveauté !

La Petite Voix, Eileen Caddy

------------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

------------------------------------------------

11 juillet que signifie la vie PVoix.jpg