Pensées 28 août 2019

Bonjour à toutes et à tous

Nous arrive-t-il de nous permettre de bons éclats de rire ? Rions-nous gentiment de nos travers et de nos erreurs ? Aimons-vous les bonnes blagues, les histoires drôles ? La meilleure thérapie est celle par le rire, pour un couple ou pour un groupe ! L’humour génère le plaisir, la détente et le bien-être. Il contribue à la santé autant physique que mentale. Un fait est sûr, dans notre vie, nous verrons peu de personnes mourir de rire. « Même le maître architecte, devant les ruines de son rêve, avait su rire de lui-même ; ce qui constitue le summum de l’humilité. » ( 12x12, 4e Tradition, page 169 ) C’est ainsi qu’un membre du groupe de Middletown a reconnu qu'il faut parfois ne pas se prendre au sérieux, nous soumettre aux principes spirituels pour assurer notre survie et rire un peu de nos folies : « …Règlement 62…De grâce, ne vous prenez pas tant au sérieux ! » ( Les Douze Étapes et les Douze Traditions, 4e Tradition, page 169 ) C’est un peu comme l’expression québécoise qui nous invite à nous calmer le pompon ! Se calmer le pom-pom, c’est pour les cheerleaders qui sont les pom-pom girls en français — tout un effort de la langue française.

Le médecin Patch Adams a travaillé pendant plus de treize ans dans sa clinique populaire en privilégiant l’humour comme médicament prépondérant. Pour lui, la joie, l'amour et la compassion servent de remèdes efficaces pour les humains. « Tâche de voir ce que personne ne voit. Vois ce que les autres choisissent de ne pas voir, par peur, conformisme et paresse mentale. Change ton regard sur le monde, découvre-le. » ( Docteur Patch Adams) Le sens de l’humour nous amène à prendre la vie du bon côté. Il représente un bon outil pour apprendre à dédramatiser ou à alléger un climat orageux, à nous détendre et même, à créer des liens cordiaux et affectifs. Hunter 'Patch' Adams est un véritable révolutionnaire dans sa façon d'appréhender le monde. Il estime que c'est par l'amour et la compassion qu'il faut approcher les personnes malades. C'est peut être pourquoi nous nous amusons souvent beaucoup dans nos groupes d'entraide. L'« histoire du gars » devient nos témoignages qui nous permettent de rire de situations cocasses où la maladie nous a amené. Si nous avons à partager notre vie soit avec une personne pessimiste, détestable et portée à la revanche, soit avec une autre optimiste et animée d’un bon sens de l’humour, où irait notre préférence ? « Plus on est de fous, plus on rit ». Et c’est bien connu également que « Celui qui ne vaut pas une risée ne vaut pas grand-chose ». Au lieu de nous plaindre et de nourrir une colère ou une déception, certains d'entre nous mettent en valeur leurs talents d’humoristes. Ils arrivent à prendre un peu de distance et à diminuer leurs tensions en racontant certaines de leurs mésaventures comme des situations marrantes dans lesquelles ils se donnent un rôle qui n'était pas hilarant au départ. Le rire est une poussière de joie qui fait éternuer le coeur...

Si un bon sens de l’humour peut balayer une mésentente ou soulager une atmosphère tendue, n’allons pas croire que tout est permis et que nous pouvons utiliser l’humour à toutes les sauces. Chaque plaisanterie n’est pas nécessairement drôle. Nous pouvons rire de tout, mais pas avec tout le monde. Nous moquer de la malchance des autres n’est guère appréciable. Ou encore, à tourner régulièrement tout au ridicule, nous finissons par devenir superficiels, agaçants et même parfois antipathiques. Il est tout aussi regrettable de voir certaines personnes utiliser l’humour pour masquer ce qu’elles ressentent vraiment ou pour s’empêcher de parler des problèmes réels. Quant à l’humour noir, le sarcasme et le cynisme, les trois sont évidemment à éviter dans les groupes d'entraide et ne font que nous blesser et léser tous et chacun dans toutes nos relations interpersonnelles.

Merci Dieu, tel que nous Te concevons, d'améliorer notre santé émotive en nous donnant des cadeaux, des traits de personnalité qui nous font nous sentir bien avec nous-mêmes et font que ceux et celles qui nous entourent se sentent bien aussi. Le sens de l'humour en est un sur cette liste. Les meilleures personnes sur lesquelles l'utiliser, c'est nous-mêmes. Rire de nous-mêmes nous aide à être humble et à nous accepter même quand nous faisons une gaffe. Quand les autres ont le moral bas et que nous pouvons les faire rire, nous en bénéficions tous. Merci chère Ps de nous aider à développer notre sens de l'humour et à apprécier le rôle du rire dans nos vies. Dieu est en fait un guérisseur et le rire est l'une des ordonnances de Dieu. Quelle aventure merveilleuse que le mode de vie des groupes d'entraide ! « Que la douceur de l’amitié soit faite de rires et de plaisirs partagés. » ( Khalil Gibran )

Merci la Vie !!!
Gilles

------------------------------------------------

Je n'avais jamais osé faire confiance à une autre personne comme je l'ai fait avec ma première marraine Al-Anon. Ma confiance en moi était chancelante lorsque je lui avais demandé d'être ma marraine : J'étais dans un état lamentable ; accepterait-elle de s'occuper de moi ? J'étais certaine qu'elle refuserait parce que je ne croyais pas en valoir la peine. Sa réponse positive m'a vraiment surprise.
Elle m'a doucement guidée dans les Étapes. Je voulais si désespérément me sentir mieux que j'étais prête à essayer n'importe quel outil d'Al-Anon ou idée qu'elle me suggérerait. Je vivais Al-Anon, j'en respirais et j'en mangeais.v Un jour où je me sentais seule, je lui ai téléphoné, m'écriant dans mon désespoir que jamais je n'arriverais à me sentir mieux. Voici ce qu'elle m'a dit en ce moment critique : « Je ne connais aucune personne qui soit aussi désireuse que toi de mettre le programme en pratique. » Mon moral a remonté en flèche ! Elle m'avait dit ce que j'étais incapable de me dire, mais je savais que c'était vrai — j'étais remplie de bonne volonté. En ce moment de prise de conscience, j'ai su que je réussirais, parce que j'avais ce qu'il fallait. Avec le temps, son exemple m'a aidée à apprendre à m'accorder ce genre d'approbation.
J'avais pris une chance. J'avais fait confiance. Et comme résultat, j'ai appris que je valais la peine qu'on s'occupe de moi.

Pensée du jour
Apprendre à m'accorder de la valeur peut consister au début à avoir le courage de me trouver une marraine et d'y avoir recours.

« Rien de ce que nous faisons, si vertueux que ce soit, ne peut être accompli seuls ; donc, c'est l'amour qui nous sauve. » Reinhold Niebuhr

Al-Anon, Le Courage de Changer, 28 août, page 241

------------------------------------------------

Avant Al-Anon, je ne savais pas qui j'étais. À cause de leurs maladies, mon père alcoolique et ma mère qui avait grandi dans le foyer d'une personne alcoolique, ne se voyaient pas clairement. Ils ne pouvaient pas m'aider non plus. En grandissant, j'avais l'impression que mes parents ne me voyaient pas. Je me sentais invisible, sans voix. Je n'avais aucune idée de ce que j'aimais ou de ce que je n'aimais pas, et encore moins ce que je pourrais ou non accepter dans une relation. Je me sentais vide à l'intérieur. Quand j'avais l'impression de ressentir quelque chose, c'était comme si cela appartenait à une autre personne.
Tout cela a changé avec Al-Anon. J'ai entendu des suggestions comme « Concentre-toi sur toi « et « Fais ton inventaire et non celui des autres ». Ces idées me laissaient perplexe. Qui étais-je ? Je ne me connaissais pas. La personne que je connaissais était l'adolescente que ma mère considérait comme un fardeau. Mon père me critiquait constamment. Il devait bien y avoir autre chose en moi.
En pratiquant les Étapes, particulièrement les quatre premières, j'ai appris à me connaître. Avec la Première Étape, j'ai pris conscience que j'étais une personne qui essayait stupidement de contrôler l'alcoolisme sans en être capable. J'ai constaté mon impuissance. Avec la Deuxième Étape, j'ai examiné la possibilité qu'il puisse exister une Puissance que je ne pouvais pas définir, mais qui pourrait m'aider. J'ai appris à connaître mon Dieu tel que je Le conçois. Avec la Troisième Étape, j'ai pris conscience de mon profond désir de faire confiance à cette Puissance, qui était supérieure à moi-même. J'ai appris à connaître cet aspect de moi qui acceptait de lâcher prise. Et avec la Quatrième Étape j'ai pris conscience de ma capacité de me définir moi-même plutôt que de laisser aux autres le soin de le faire. J’en suis venue à me connaître.

Pensée du jour
Dans Al-Anon, je peux en toute sécurité me définir moi-même au lieu de laisser aux autres le soin de le faire.

« La vérité, c'est que nous avons peut-être beaucoup plus de valeur et sommes bien plus dignes d'être aimés que les autres ne nous l'ont laissé croire. » Courage to Be Me, page 122

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 28 août, page 241

------------------------------------------------

Alléger le fardeau

Montrer à ceux qui souffrent que la somme d'aide que nous avons reçue constitue la chose qui semble nous rendre la vie si précieuse aujourd'hui... votre noir passé est ... la clé de la vie et du bonheur des autres. Les Alcooliques Anonymes, page 140

Depuis que je suis abstinent, je suis libéré de bien des souffrances : celle d'avoir trompé ma compagne, celle d'avoir laissé tomber mon meilleur ami, celle d'avoir déçu les espoirs de ma mère. Il s'est trouvé quelqu'un dans le mouvement pour me parler d'un problème semblable et cela m'a permis de raconter ce qui m'était arrivé. Après, nous nous sommes tous les deux retrouvés le cœur plus léger.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, 28 août, page 249

------------------------------------------------

Durs pour nous-mêmes, attentionnés envers les autres
Nous ne pouvons pas dévoiler à notre femme ou à nos parents des choses qui les blesseraient ou les rendraient malheureux. Nous n'avons pas le droit de sauver notre peau au détriment d'une autre personne.
Nous faisons ces confidences difficiles à quelqu'un qui va comprendre, mais qui n'en sera pas affecté. Si la règle nous impose d'être durs avec nous-mêmes, elle nous demande d'être toujours pleins d'égards pour les autres.

Notre bon jugement nous suggérera de prendre notre temps pour réparer nos torts envers notre famille. Il ne serait peut-être pas sage de raviver le souvenir de certains épisodes pénibles. Nous sommes sans doute disposés à révéler nos pires inconduites, mais nous devons d'abord nous rappeler bien clairement qu'on ne peut acheter la paix de sa conscience aux dépens des autres.

1. Les Alcooliques Anonymes, page 83
2. Les 12 Étapes et les 12 Traditions, page 96

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 240

------------------------------------------------

28 août - Pensée A.A. pour aujourd'hui
« Nous devons continuer à faire notre inventaire personnel et continuer à corriger nos nouvelles erreurs à mesure qu'elles se produisent. Nous devrions nous améliorer dans les domaines de la compréhension et de l'efficacité. Cela ne se fait pas du jour au lendemain ; ce travail devrait se continuer jusqu'à la fin de nos jours. Surveillez toujours l'égoïsme, la malhonnêteté, le ressentiment et la peur. Lorsque ces émotions se manifestent nous demandons à Dieu immédiatement de les faire disparaître. Nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers. Nous nous acheminons vers la ruine si nous agissons ainsi. Nous ne sommes pas guéris de l'alcoolisme. Nous n'avons en vérité qu'un sursis quotidien, à condition de nous maintenir en bon état spirituel. » Est-ce que je vérifie mon état spirituel chaque jour ?

Méditation du jour
On ne peut rechercher directement le bonheur ; il est un sous-produit de l'amour et du dévouement. Le dévoue­ ment est la loi de notre vie. Si vous avez de l'amour dans votre cœur, vous pouvez toujours rendre service à quel­ qu'un. Une vie utile et agréable a pour fondement l'amour et le dévouement. Un homme qui a de la haine ou qui est trop égoïste agit contre la loi de son être. Il s'éloigne de Dieu et de son prochain. De petits actes d'amour et d'encouragement, de service et d'entraide effacent les mauvais moments de la vie et aident à améliorer notre route. Si nous agissons ainsi, nous ne pouvons manquer d'avoir notre part de bonheur.

Prière du jour
Je demande de faire ma part d'amour et de service. Je demande de ne pas me fatiguer d'essayer de faire le bien.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 243

------------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Dans la Quatrième Étape, nous n'écrivons pas seulement nos défauts de caractère, mais nous inscrivons aussi nos traits positifs. Pourquoi ne puis-je prendre conscience du pouvoir que j'ai d'améliorer ma santé émotive en utilisant ces cadeaux, ces traits qui me font me sentir bien avec moi-même et font que ceux qui m'entourent se sentent bien aussi ? Mon sens de l'humour est numéro un sur ma liste de qualités. La meilleure personne sur laquelle l'utiliser, c'est moi. Rire de moi-même m'aide à être humble et à m'accepter même quand je fais une gaffe. Quand les autres ont le moral bas et que je peux les faire rire, nous en bénéficions tous.

MÉDITATION DU JOUR
Aide-moi à développer mon sens de l'humour et à apprécier le rôle du rire dans ma vie.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Je crois que Dieu est un guérisseur et que le rire est l'une des ordonnances de Dieu.

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 28 août

------------------------------------------------

Au grand jour

« Ces défauts grandissent lorsque nous les gardons sous silence et meurent lorsque nous les étalons au grand jour. » Texte de base, page 40

La Cinquième Étape nous demande d'avouer notre vraie nature à Dieu, à nous-mêmes et à un autre être humain. Elle ne nous encourage pas à raconter tous nos petits secrets à tout le monde. Elle ne nous demande pas de dévoiler au monde entier chacune des pensées honteuses ou effroyables que nous ayons jamais eues. La Cinquième Étape suggère simplement que nos secrets nous causent plus de tort que de bien lorsque nous les gardons, complètement pour nous-mêmes.
Si nous refusons de révéler notre vraie nature à au moins une personne, le côté secret de notre vie devient plus puissant. Et, lorsque les secrets dominent, ils mettent une distance entre nous, notre Puissance supérieure et ce que nous apprécions le plus dans notre rétablissement.
Lorsque nous partageons notre identité secrète en toute confiance avec au moins un être humain — soit notre parrain (marraine), peut-être un ami intime — habituellement cette personne ne nous rejette pas. Nous nous dévoilons à quelqu'un d'autre et nous sommes récompensés par son acceptation. Quand cela se produit, nous réalisons que partager honnêtement nos secrets ne met pas notre vie en danger, puisqu'ils ont perdu leur emprise sur nous.

Juste pour aujourd'hui, je peux désamorcer les secrets dans ma vie en les partageant avec quelqu'un.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 28 août, page 252

------------------------------------------------

La seule façon de renforcer notre intelligence est de n'avoir d'idées arrêtées sur rien, de laisser libre cours à toutes nos pensées. John Keats

Renoncer à mes vieilles idées et à mes préjugés bien ancrés, c'est renoncer à la sécurité des certitudes inébranlables. En laissant place à l'inconnu, j'ouvre la porte au changement. Je ne sais pas où me conduira ma croissance spirituelle et je n'ai aucune idée de ce qu'elle me révélera. Évidemment, il est possible que je mette le programme en pratique de façon pour arriver à mes fins. Mais appliquer le mode de vie veut dire confier la conduite de ma vie à Dieu, non pas l'assurer moi-même. Pour me rétablir, je dois accueillir ce qu'offre la vie sans insister pour que les choses se passent comme je le voudrais. Mettre le programme en pratique, c’est être conscient, c'est laisser vagabonder mes pensées et donner libre cours à mes émotions.

Pensée du jour : Quelle aventure que le mode de vie OA ! L'esprit ouvert, je me mets en route, impatient de connaître ce que Dieu me réserve.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 241

------------------------------------------------

« Chose certaine, tous les outremangeurs compulsifs peuvent dire que, lorsqu'il s'agit de manger, notre corps et notre tête nous envoient des signaux fort différents de ceux que reçoivent les gens normaux. » Les Douze Étapes et les Douze Traditions des Outremangeurs Anonymes, page 2

Il peut être difficile d'accepter que l'on ne soit pas comme les autres, mais c'est aussi un soulagement. Avant de connaître les OA, je supposais que tout le monde avait les mêmes pensées et les mêmes sentiments que moi concernant la nourriture. Je croyais également que les mangeurs normaux étaient de meilleures personnes que moi puisqu'elles étaient capables de résister aux excès. Or, ce passage me dit que les mangeurs normaux ne reçoivent justement pas les mêmes signaux que moi, ils n'ont donc pas à résister à quoi que ce soit !
Ce qui me soulage également, c'est d'apprendre que le sentiment de privation que j'éprouve parfois lorsque je m'abstiens d’outremanger n'est rien d'autre qu'une illusion. Les signaux erronés que je reçois par rapport à la nourriture, ceux qui me disent qu’elle pourrait me réconforter ou satisfaire mes besoins, ne sont rien d’autre que cela, des signaux erronés. Je ne me prive d'absolument rien lorsque je m'abstiens de manger de la nourriture excessive ou des aliments qui me sont toxiques. La vraie privation, c’est la façon dont je vivais avant de connaître les OA, quand j'étais esclave de la nourriture et de mon excès de poids.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 28 août, page 241

------------------------------------------------

Pensée du jour
« Nous devons continuer à faire notre inventaire personnel et à corriger nos nouvelles erreurs à mesure qu'elles se produisent. Nous devons améliorer notre compréhension et notre efficacité. Cela ne se fait pas du jour au lendemain ; ce travail durera jusqu'à la fin de nos jours. Surveillez l'égoïsme, la malhonnêteté, le ressentiment et la peur. Lorsque ces émotions se manifestent, prions Dieu de les faire disparaître. Nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers, car nous nous acheminerions vers la catastrophe. Nous ne sommes pas guéris du jeu, nous sommes tout simplement en rémission et il est nécessaire de nous maintenir dans un bon état spirituel. » Est-ce que je vérifie mon état spirituel quotidiennement ?

Méditation du jour
Vous ne pouvez pas rechercher directement le bonheur, il est un sous-produit de l'amour et du dévouement. Le dévouement est important puisque quand vous avez de l'amour dans votre cœur, vous êtes apte à aider les autres. Une vie utile et agréable repose sur l'amour et le dévouement. Un homme qui a de la haine et trop égoïste agit contre l'essence fondamentale de son être. Il s'éloigne de Dieu et de son prochain. De petits gestes d'amour et d'encouragement, de service et d'entraide effacent les mauvais moments de la vie et aident à vous améliorer. Quand vous agissez ainsi, vous obtenez votre part de bonheur.

Prière du jour
Je demande de faire ma part d'amour et de dévouement, de pouvoir me reposer et de faire le bien.

Joueurs Anonymes, 28 août

------------------------------------------------

28 août

Apprendre à mettre les choses essentielles au premier plan est d'importance vitale, car ce ne sera qu'ainsi que tout s'accomplira parfaitement. Sonde ton cœur et vois ce que tu mets en premier: Est-ce toi-même et ton propre bien-être ? Est-ce ton travail et ton environnement matériel ? Es-tu content de traverser la vie complètement inconscient de Moi, sûr que tu peux avancer tout aussi bien sans Mon aide et que tu n'as aucunement besoin de Moi ?
Tu es absolument libre d'adopter toute attitude que tu souhaites. Personne ne t'arrêtera. Mais tu dois être prêt à en assumer les conséquences quand les choses ne vont pas. Souviens-toi, lorsque tu sais ce qui est juste et que tu choisis de n'en faire qu'à ta tête, ta responsabilité est encore plus grande, car tu ne peux pas plaider l'ignorance. L'excuse selon laquelle il y a tant à faire que le temps pour tout accomplir fait défaut, cette excuse ne doit jamais être invoquée. Je te dis que lorsque tu mets les choses essentielles au premier plan, il y a du temps pour tout.

La Petite Voix, Eileen Caddy

------------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

------------------------------------------------

28 août amitié rires plaisirs KGibran.jpg