Pensées 07 septembre 2019

Bonjour à toutes et à tous

La morale que nous apprenons dans un milieu dysfonctionnel comme dans certaines de nos familles d'origine plutôt que nous encadrer souvent nous étouffe et va même jusqu'anéantir le développement de notre être, de nos valeurs profondes, de nos choix et de nos goûts. Nombreuses sont les personnes dont l’épanouissement est bloqué par de fausses croyances qui nous sont transmises, par des ambiguïtés qui nous rendent confus nos limites au point de ne pas distinguer l’abus de l’amour. C’est souvent avec la volonté de Dieu que ces personnes en arrivent à se libérer de ces chaînes invisibles et toxiques. Les barrières culturelles intrinsèques à la morale sont bien souvent énormes et difficiles à surmonter. Ce qui est ok dans certains pays, ne l'est pas dans d'autres. Le personnage qui incarne Thomas More un noble anglais dans le film A Man for All Seasons a répondu cette perle aux gens qui voulaient qu'il s'associe à un roi véreux. Il a été invité par ces gens à signer un serment d'allégeance « au nom de la camaraderie. » Il leur a répondu : « Quand vous irez au ciel après avoir suivi votre conscience, et que j'irai en enfer pour ne pas avoir suivi la mienne, vous joindrez-vous à moi par camaraderie ? »

Le regard et surtout le jugement des autres décuplent notre incapacité à franchir cet obstacle et à assumer pleinement nos véritables choix. Qui y a-t-il de si important dans l’approbation des autres ? Qu'est-ce qui fait que nous ne pouvons pas vivre pleinement nos désirs, nos fantasmes ? Nous pouvons apprendre à nous centrer, à nous ancrer, à faire confiance en notre Dieu d'amour et c'est ce qui nous permet de vivre pleinement le moment présent ici et maintenant et ainsi de faire abstraction des opinions et des gestes des autres. Il nous arrive d’apporter souvent des jugements de valeurs à travers nos différents périples et cheminements. « L'esprit intuitif est un don sacré et l'esprit rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don. » ( Albert Einstein, Comment je vois le monde ) Et ce don, il nous vient de notre Puissance supérieure.

'Plus on juge, moins on aime.' (Honoré de Balzac) Pour éviter le rejet de la part de notre entourage, nous cherchons dans notre tête comment dire ce que nous avons à dire afin de ne pas ressentir le jugement des autres. Alors nous tournons et retournons la phrase plusieurs fois, de différentes façons jusqu'à satisfaction. Si nous ne réfléchissons pas à cela, peut-être que la phrase vient tout naturellement sans que nous ayons à faire aucun effort après seulement quelques inspirations calmes.

Pour plusieurs cette difficulté d'expression verbale se répercute aussi dans l'écrit. Ça peut être gênant pour qui voue une grande passion pour l'écriture, pour ce merveilleux outil de rétablissement. Dans les groupes d'entraide, nous avons appris entre autres avec ce slogan que nous n'avons pas à juger qui que ce soit, surtout pas nous-mêmes : Juge moins, aime plus. « La façon dont je fais mon travail de Douzième Étape ne regarde que moi. Qui êtes-vous pour en juger ? » ( 12x12, 9e Tradition, page 195 ) Comme nous apprenons surtout par l'exemple, l'exemple des membres qui nous y accueillent et ne nous jugent pas est essentiel. Ces mêmes membres qui nous déclarent que nous sommes aimables en disant : « Nous allons t’aimer jusqu'à ce que tu puisses t'aimer toi-même. »

Merci la Vie !!!
Gilles

------------------------------------------------

Je n'avais jamais beaucoup réfléchi à la Septième Tradition, laquelle stipule que chaque groupe devrait subvenir entièrement à ses besoins. Je croyais que cela touchait uniquement le paiement du loyer. Mais récemment, j'ai fait partie d'un groupe qui subvenait à ses besoins financiers mais qui, cependant, ne subvenait pas entièrement à ses besoins parce que personne ne s'engageait dans le service. Je détenais déjà plusieurs fonctions et lorsque mes différents mandats ont été terminés, personne n'a accepté de me remplacer. J'ai fait quand même ce que je considérais comme un choix responsable de ma part et je me suis retiré. Le groupe a fermé ses portes. À mon avis, un groupe dont les membres ne peuvent assumer les fonctions de service ne subvient pas entièrement à ses besoins.
Aujourd'hui, dans d'autres groupes en plein essor, j'ai une meilleure compréhension de ma responsabilité face à cette Tradition. Je crois qu'à mesure que nous comblons les besoins de nos groupes, nous comblons nos propres besoins et nous nous en donnons les moyens. Nous pouvons apporter notre contribution ; nous pouvons faire des choix qui favorisent tant notre rétablissement que celui des autres.

Pensée du jour
Il ne suffit pas de payer le loyer pour subvenir entièrement aux besoins d'un groupe Al-Anon. La continuité dans le service est importante pour notre bien commun. Aujourd'hui, je réfléchirai à ma contribution dans mon groupe d'appartenance.

« Je peux subvenir aux besoins de mon groupe d'une foule de façons. Lors de la collecte, je peux donner selon mes moyens. Ce qui est tout aussi important, je peux donner mon temps et mon soutien moral pour faire de notre groupe le genre de groupe auquel je veux appartenir. » Alateen - un jour à la fois

Al-Anon, Le Courage de Changer, 7 septembre, page 251

------------------------------------------------

Quand je suis arrivé à Al-Anon, j'étais prêt à tout faire pour rendre les autres heureux. Je croyais que j'étais un suiveur né. Si on me disait de sauter, je demandais : « À quelle hauteur ? » Je ne me reconnaissais certainement aucun talent de meneur. J'avais plutôt des talents de suiveur. J'ai traîné cette attitude dans les réunions.
Cela n'a pas été long avant que je me retrouve impliqué dans des projets de service Al-Anon, un après l'autre. Je ne me croyais pas capable d'accomplir ces projets, mais cela n'empêchait personne de me demander de le faire. Quand j'ai admis que j'avais peur de faire des erreurs, des membres m'ont dit que nous en faisons tous, et que j'apprendrais grâce à mes erreurs. Cela m'a beaucoup aidé que des membres d'expérience soient à mes côtés, me guidant avec amour et acceptation. Je pouvais apprendre et progresser à mon propre rythme.
J'ai fini par me sentir plus à l'aise avec mes capacités et je me suis découvert des talents que je ne savais même pas que je possédais. J’en suis même venu à me sentir capable de faire ce qu'on me demandait. Avant même de le réaliser, j'étais celui qui guidait les autres avec amour. Cela m'a pris un certain temps à le constater, mais j'étais devenu un meneur.
Le Neuvième Concept dit notamment que « Des dirigeants ayant des qualités de chef sont essentiels à tous les niveaux de service. » Mon style de leadership est différent du style autoritaire exercé dans mon enfance dans le foyer d'une personne alcoolique. Je me contente de présenter mon expérience, ma force et mon espoir en offrant mon soutien et mon encouragement pour que les autres puissent faire de leur mieux. Je m'efforce à ce que ça commence par moi, ce qui est le véritable leadership Al-Anon à l'œuvre.

Pensée du jour
Al-Anon m'encourage à devenir un dirigeant, à la manière et au rythme voulus par ma Puissance Supérieure.

« Dans Al-Anon, nous apprenons que nous sommes capables d'assumer la responsabilité de notre vie. Nous sommes nos propres dirigeants. » Les Concepts : le secret d’Al-Anon... page 12

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 7 septembre, page 251

------------------------------------------------

Nos propres dégâts

Nous sommes là pour réparer les dégâts dont nous sommes responsables, conscients que nous ne pourrons rien faire de valable tant que le passé n'aura pas été nettoyé. Nous évitons de lui dire ce qu'elle devrait faire. Seuls nos torts à nous sont mentionnés, jamais les siens. Les Alcooliques Anonymes, pages 87-88

Peu de temps après avoir cessé de boire, je me suis excusé auprès de mon père, mais mes paroles sont tombées dans l'oreille d'un sourd parce que je le blâmais pour mes malheurs.
Après plusieurs mois, je me suis à nouveau excusé, cette fois en lui écrivant une lettre dans laquelle je ne lui adressais aucun reproche ni ne mentionnais ses torts. Cela a fonctionné. Enfin, j'avais compris ! Je ne suis responsable que de mes propres dégâts. Grâce à Dieu et aux AA, aujourd'hui ma maison est propre.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, 7 septembre, page 259

------------------------------------------------

Prier dans les moments de tension



Quand je me sens particulièrement tendu, j'allonge mes promenades quotidiennes et je répète la prière de la Sérénité, au rythme de ma respiration et de mes pas.
Lorsque j'ai l'impression que d'autres sont en partie responsables de ma peine, j'essaie de répéter « Seigneur, accorde-moi assez de sérénité pour aimer ce qu'il y a de meilleur en eux et ne jamais craindre ce qu'ils ont de pire ». Cette simple méthode d'apaisement par la répétition, que je dois parfois pratiquer pendant plusieurs jours, a rarement manqué de me redonner un minimum d'équilibre émotif et une meilleure vision des choses. Grapevine, mars 1962

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 250

------------------------------------------------

7 septembre - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Une autre des maximes A.A. est la suivante : « Peu à peu, sans trop d'effort, ça se fait.» C'est dire que dans le mouvement A.A. nous allons tout simplement, faisant de notre mieux, sans nous énerver à propos des problèmes qui surviennent dans A.A. ou ailleurs. Nous, les alcooliques, nous sommes des gens émotifs et nous avons touché l'excès dans tout ce que nous avons fait. Nous n'avons pas souvent agi avec modération. Nous n'avons pas su comment nous détendre. La foi en une Puissance supérieure peut nous enseigner à prendre les choses comme elles viennent. Nous ne dirigeons pas l'univers. Je ne suis qu'une personne parmi plusieurs. Nous avons résolu de vivre une vie normale et régulière. Notre expérience A.A. nous amène à comprendre cette maxime. Ai-je appris à agir sans énervement ?

Méditation du jour
« Le Dieu éternel est ton refuge et ses bras puissants te protègent. » Ces bras puissants expriment l'aimante protection de l'esprit de Dieu. Rien n'est plus nécessaire à l'homme, au milieu de ses difficultés, qu'un refuge, un endroit de détente, un lieu où il peut déposer son fardeau et être soulagé de ses soucis. Dites-vous : « Dieu est mon refuge ». Dites-le jusqu'à ce que cette vérité s'imprime au plus profond de votre âme. Dites-le jusqu'à ce que vous le sachiez et en soyez convaincus. Rien ne peut gravement vous troubler ou vous effrayer, si Dieu est vraiment votre refuge.

Prière du jour
Je demande de me réfugier en Dieu chaque jour pour rem­placer en moi la peur par la paix et la sécurité. Je demande de me sentir profondément en sécurité à l'aide de Son es­prit.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 253

------------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Souvent, je veux me débarrasser de toutes mes responsabilités. Voici quelques-uns de mes choix : je peux me laisser envahir par la frustration et l'agressivité, m'attaquer à ceux que j'aime et les écraser ( et alors je me sentirai plein de remords ) ;
OU
je peux soupirer et m'écraser moi-même sous le poids de l'imperfection, de la résignation ou de la futilité de toute chose ( et je vais perdre mon temps et me sentir coupable ) ;
OU
je peux ARRÊTER maintenant, prendre un moment de recul, regarder et écouter. Je verrai que je m'accable moi-même d'injures en m'infligeant un tel traitement, parce qu'à mon avis, je n'en ai pas fait assez. Ou, je vais ressentir la peur : peur d'être comme cette personne qui me casse tant les pieds. Aussi, je dois ME REGARDER AVEC BIENVEILLANCE et me rappeler de ne pas compliquer les choses. Alors, je peux me prendre en main et recommencer, faisant un autre pas, un pas plus assuré, vers la connaissance de qui je suis.

MÉDITATION DU JOUR
Mon Dieu, aide-moi à reconnaître que j'ai le choix.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Je suis plus doux avec moi-même et je me regarde avec bonté.

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 7 septembre

------------------------------------------------

Le ressentiment et le pardon

« Lorsque quelqu'un nous a fait du tort, le programme nous enseigne l'esprit de pardon. » Texte de base, page 15

Dans N.A., nous commençons à entrer en interaction avec notre entourage. Nous ne vivons plus dans l'isolement. Se libérer de l'isolement a toutefois un prix : plus nous sommes en interaction avec les gens, plus il nous arrive de nous faire marcher sur les pieds. Et telles sont les circonstances dans lesquelles naissent souvent les ressentiments.
Qu'ils soient justifiés ou non, les ressentiments sont dangereux pour notre rétablissement. Plus longtemps nous gardons nos ressentiments, plus amers ils deviennent ; éventuellement ils finissent par nous empoisonner. Pour rester abstinents, nous devons trouver la capacité de renoncer à nos ressentiments, la capacité de pardonner. Nous commençons à acquérir cette capacité en travaillant les Huitième et Neuvième Étapes, et nous les entretenons en faisant régulièrement une Dixième Étape.
Parfois, lorsque nous sommes peu disposés à pardonner, il est bon de nous rappeler que nous aussi, un jour, nous aurons peut-être besoin de nous faire pardonner quelque chose. N'avons-nous pas tous, un jour ou l'autre, fait quelque chose que nous regrettons amèrement ? Et ne sommes-nous pas apaisés dans une certaine mesure lorsque nos amendes honorables sincères sont acceptées ?
Il est plus facile d'adopter une attitude de pardon quand on songe que nous faisons tous de notre mieux. Et, un jour, nous aurons aussi besoin d'être pardonnés.

Juste pour aujourd'hui, je renoncerai à mes ressentiments. Aujourd'hui, si on me fait du tort, je pardonnerai, sachant que moi aussi j'aurai besoin qu'on me pardonne.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 7 septembre, page 263

------------------------------------------------

Personne ne peut juger ou condamner qui que ce soit en tout équité, puisqu'on ne peut jamais dire d'un autre qu'on le connaît vraiment. Sir Thomas Brown C'est facile de condamner ceux qui agissent mal, mais on ne rend justice à personne avec de tels préjugés. En effet, on ne sait jamais vraiment ce que l'autre ressent ni ce qu'il a vécu.
J'ai beau ne pas vouloir y penser, il n'en reste pas moins que l'enfance maltraitée et négligée est un fléau vieux comme le monde. Mais comment puis-je avoir la certitude qu'une personne qui se livre à des actes de violence injustifiée est foncièrement méchante ? Évidemment, il n'est pas question de laisser les autres abuser de moi, mais je ne peux pas non plus avoir deux poids deux mesures. N'ai-je pas appris avec les OA à reconnaître toutes mes erreurs, à me pardonner et à me faire pardonner ? Je ne peux traiter les autres avec moins d'égards, moins d'humanité.

Pensée du jour : Je n'ai pas à juger qui que ce soit.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 251

------------------------------------------------

« Nous devons reconnaître que chacun de nos défauts d'aujourd'hui nous a servis à un moment ou à un autre. » Les Douze Étapes et les Douze Traditions des Outremangeurs Anonymes, page 67

Après des années de rétablissement, j'ai encore peur des autres et je trouve encore difficile de leur exprimer mes besoins. Toutefois, c'est plus facile de rester sur la voie du rétablissement lorsque je reconnais que cette peur vient du fait que certains de mes proches les plus intimes étaient autrefois redoutables. En effet, ils aimaient découvrir quels étaient mes besoins simplement pour s’assurer qu'ils ne soient pas satisfaits. Ce que j'appelle aujourd'hui un défaut n'était donc à l'époque qu'un mécanisme de survie. Il est donc aussi futile de me reprocher d'avoir utilisé l'une de ces vieilles tactiques que d'aller me gaver, car ce faisant, je me retrouve avec deux problèmes plutôt qu'un seul : mon défaut et mes reproches. Aujourd'hui, lorsque j'agis sous l'influence d'un ancien défaut, je peux reconnaître la souffrance qu'il cache, la confier à Dieu et faire comme si je possédais la qualité correspondante. Par exemple, tout comme j'ai voulu plaire aux autres par le passé, je cherche aujourd'hui à plaire à ma Puissance supérieure.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 7 septembre, page 251

------------------------------------------------

Pensée du jour
Un des principes J.A. est : « Peu à peu, sans trop d'efforts, ça se fait. » Cela veut dire que nous allons de l'avant en faisant de notre mieux, sans nous énerver pour les problèmes qui surviennent. Nous, les joueurs, sommes des gens émotifs et avons touché l'excès dans tout ce que nous avons fait. Nous n'avons pas souvent agi avec modération. Nous n'avons pas su comment nous détendre. La foi en une Puissance Supérieure peut nous enseigner à prendre tout aisément. Nous ne dirigeons pas l'univers et nous ne sommes qu'une personne parmi tant d'autres. Nous avons résolu de vivre une vie normale et régulière. Notre expérience nous amène à comprendre ce principe. Ai-je appris à agir sans énervement ?

Méditation du jour
« Le Dieu Éternel est ton refuge et Ses Bras Puissants te protègent. » Ceci exprime la bienveillante protection de l'Esprit de Dieu. Rien n'est plus nécessaire à l'homme en difficulté qu'un refuge, un endroit de détente, un lieu où il peut déposer son fardeau et être soulagé de ses soucis. Dites-vous : « Dieu est mon refuge !» Dites-le jusqu'à ce que cette vérité s'imprègne au plus profond de votre âme. Dites-le jusqu'à ce que vous le sachiez et en soyez persuadé. Rien ne peut vous troubler ou vous effrayer quand Dieu est vraiment votre refuge.

Prière du jour
Je demande de me réfugier en Dieu chaque jour pour remplacer la peur par la paix et la sécurité. Je Le prie de me sentir profondément en sécurité, à l'abri avec l'aide de Son Esprit.

Joueurs Anonymes, 07 septembre

------------------------------------------------

7 septembre

Vis un jour à la fois. N'essaie pas de te précipiter en avant, plein de projets pour demain, car demain ne viendra peut-être jamais. Jouis pleinement d’aujourd'hui ; apprécie-le comme si c'était ton dernier jour. Fais toutes les choses merveilleuses auxquelles tu as aspiré, non pas négligemment, ni distraitement, mais avec une joie réelle. Sois comme un petit enfant qui n'a pas une pensée pour demain et a oublié ce qui est arrivé hier, mais vis simplement comme si le seul moment qui importait était maintenant.
Maintenant est le moment le plus passionnant que tu aies jamais connu, alors n'en manque pas une seconde. Vis sur le qui-vive : tout peut arriver à tout moment ! Si tu vis de cette manière, tu es prêt et ouvert à tout ce qui peut se passer. Les changements viendront et ils viendront très rapidement. Élève ton cœur en une profonde gratitude alors qu'ils arrivent, un par un. Vois toujours le meilleur dans chaque changement qui se fait.

La Petite Voix, Eileen Caddy

------------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

------------------------------------------------

07 septembre changements PVoix.jpg