Pensées 09 septembre 2019

Bonjour à toutes et à tous

« La vie de l'homme dépend de sa volonté ; sans volonté, elle serait abandonnée au hasard. » ( Confucius ) La volonté ne fonctionne pas pour une personne qui vit une dépendance. Son idée de la volonté, c'est de se cogner le nez à multiples reprises et de persister à répéter les mêmes gestes dans l'espoir d'avoir des résultats différents. Nous avons entendu dire que c'est aussi difficile pour elle que de se soulever du sol en tirant sur ses lacets. Un dépendant est en difficulté au moins sur deux niveaux. Premièrement, il y a une différence physique permanente dans la façon dont le corps et l'esprit d'un dépendant réagit à la substance ou aux comportements toxiques dont il se sert pour se geler. Et d'autre part, quelque chose dans son inconscient bloque toute tentative d'arrêter de boire, de consommer, de manger avec excès, etc. « Nos parrains nous ont expliqué que nous étions victimes d'une obsession si puissante et si subtile qu'aucune volonté ne pouvait la vaincre. Il est tout simplement impossible, disaient-ils, de maîtriser tout seul une telle hantise par la seule force de la volonté. » ( 12x12, 1ère Étape, page 24 )

Si vous aviez failli mourir à chaque fois que vous avez mangé des fruits de mer, alors vous pouvez simplement arrêter de manger des fruits de mer. Ça semble une solution bien simple à ce problème. Mais, ce genre de solution ne semble pas fonctionner chez un dépendant, parce que sa volonté ne fonctionne pas quand il essaie d'arrêter de boire, de consommer ou de manger avec excès. Pour le diabétique et pour l’outremangeur compulsif dans le sucre est un élément déclencheur de frénésies alimentaires sans bornes, renoncer au sucre peut apparaître comme une grosse montagne impraticable et inaccessible. « Voyons, c'est renoncer à mes petites douceurs ! » — « C’est la seule chose qui m’apaise ! »

Ce qui est nécessaire est un substitut fiable pour la volonté, et c'est là que l'idée d'une Puissance supérieure prend toute sa signification. Quand le problème est assez important et que le bas-fond apparaît (et c'est la même chose pour les codépendants lorsqu'ils veulent cesser de vouloir contrôler les choses et veulent se mêler de leurs affaires), ils en viennent à reconnaître que, sans une sorte d'intervention divine, tout espoir d'abstinence est perdu. Souvent c'est là qu'ils commencent à chercher de l'aide en dehors d'eux-mêmes. « Le Bonheur, c’est comme du sucre à la crème. Quand t'en veux, tu t'en fais ! » ( Félix Leclerc )

Et étonnamment, c'est au plus profond de leur être qu'ils découvrent Dieu, sous l'aspect spirituel d'une Puissance supérieure. Cette gPs ( g pour gentille ) génère alors le désir et la bonne volonté de se rétablir. « La Bonne Volonté est la Volonté de Dieu. » ( Baden-Powell ) Même l'athée se tourne souvent vers son groupe d'entraide ou un parrain pour cette aide extérieure. En même temps que l'ego malade du dépendant perd son emprise et se dégonfle, la Puissance supérieure qui a toujours été là, semble alors entrer alors en action dans ce qui est perçu comme un profond mystère. Et c'est difficile de savoir si c'est la poule qui vient avant l'œuf...

Pour plusieurs d’entre nous, l'abstinence est un état de corps et la sobriété un état d'esprit. Et comme le corps et l'esprit ne sont pas séparables sinon dans la mort, ça vient souvent mais pas tout le temps ensemble. Notre Puissance supérieure nous en fait cadeau aujourd'hui et il ou elle nous donne aussi le désir de tout faire pour y arriver et la conserver. Notre Puissance supérieure fait pour nous ce que nous sommes incapables de faire nous-mêmes et fait par nous ce que sommes capables d'accomplir.

Merci la Vie !!!
Gilles

------------------------------------------------

Il m'arrive parfois d'assister à une réunion Al-Anon et de ne pas savoir comment demander de l'aide. Je peux me retrouver prisonnier de ma souffrance. Une chose innommable semble me déchirer intérieurement. Je fige, pensant que si je ne bouge pas, la chose partira. Alors je ne demande rien, je ne parle pas et ma souffrance s'intensifie.
Mon visage semble-t-il calme ? Ne soyez pas dupe. J'ai tout simplement peur de vous laisser voir la vérité. Vous pourriez penser que je suis stupide ou faible. Vous pourriez me rejeter. Alors je me tais et ma souffrance persiste.
Mais j'écoute. Et grâce aux autres membres, ma Puissance Supérieure fait pour moi ce que je suis incapable de faire moi-même. Quelqu'un, à la réunion, partage son expérience et exprime les mêmes sentiments que j'ai peur de formuler. Soudainement, mon univers s'élargit et je me sens un peu plus en sécurité. Je ne suis plus seul.

Pensée du jour
L'aide que je reçois m'arrive souvent quand j'en ai le plus grand besoin et constitue un des miracles que j'ai vécus dans Al-Anon. Quand je suis incapable de me résoudre à tendre la main pour avoir de l'aide, elle vient parfois à moi. Quand je ne sais pas quoi dire, les mots nécessaires sortent de ma bouche. Et quand je dis ce que j'ai au fond de mon cœur, il se peut que j'exprime ce que quelqu'un d'autre est incapable d'exprimer. Aujourd'hui, j'ai une Puissance Supérieure Qui connaît mes besoins.

« Pendant que je marche, que je marche, L'Univers marche avec moi. » extrait de la cérémonie de la danse de la pluie des Indiens Navajo

Al-Anon, Le Courage de Changer, 9 septembre, page 253

------------------------------------------------

Al-Anon me suggère de « Ne pas compliquer les choses ». J'avais l'habitude de croire que ne pas compliquer les choses signifiait faire en sorte que les autres ne se mettent pas en colère contre moi. Pas du tout ! Ne pas compliquer les choses signifie que je n'ai pas à faire dix choses en même temps pour que tout le monde soit heureux. Ce slogan m'indique que je n'ai même pas à penser à dix choses en même temps. Ne pas compliquer les choses implique également que je peux prendre des décisions tout en pensant à moi. Je n'ai pas à me compliquer la vie en essayant d'interpréter la conduite ou les sentiments des autres. Ne pas compliquer les choses m'aide à dire de remarquables phrases comme « J'ai besoin de temps pour y réfléchir » ou « Je t'informerai plus tard de ma décision ». « Je ne suis pas certaine » et « Je ne connais pas la réponse » sont aussi des réponses qui fonctionnent bien.
Ne pas compliquer les choses m'indique que je n'ai pas à réagir à la colère. Je n'ai pas à expliquer ma conduite à une personne irrationnelle. Ne pas compliquer les choses me suggère que je n'ai pas à endosser la culpabilité et la frustration des autres. Cela signifie que mon intégrité est protégée et qu'elle demeure intacte. Ne pas compliquer les choses me donne le temps d'apprécier les choses agréables et peu compliquées — comme respirer profondément, faire un large sourire, et rire de bon cœur !
Quand je m'efforce de « Ne pas compliquer les choses », mes choix et mes responsabilités sont clairs, alors je peux m'en occuper rapidement et continuer d'apprécier ma vie.

Pensée du jour
Qu'arrive-t-il quand je m'efforce de « ne pas compliquer les choses » ?

« Je remarque les choses simples qui m'entourent — un sourire, un magnifique lever de soleil, un sentiment chaleureux envers un ami — et j'essaie aujourd'hui de ne pas compliquer les choses dans ma vie. » Alateen - un jour à la fois, page 46

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 9 septembre, page 253

------------------------------------------------

Ouvrir de nouvelles portes

Ces promesses se réalisent parmi nous parfois rapidement, parfois lentement. Les Alcooliques Anonymes, page 95

Les « promesses » dont il est question dans cette citation se réalisent peu à peu pour moi. Ce qui m'a redonné espoir a été la mise en pratique de la Neuvième Étape. Elle m'a permis de me fixer des objectifs pour mon propre rétablissement.
Les vieilles habitudes et les anciens comportements ont la vie dure. La pratique de la Neuvième Étape me permet de tourner la page sur mon passé de buveur et de découvrir de nouvelles perspectives pour l'alcoolique abstinent que je suis. Il est essentiel pour moi de réparer directement mes torts. Restaurer mes anciennes relations et corriger mes vieux comportements facilitent une existence sobre.
Même si j'ai quelques années d'abstinence derrière moi, il y a des moments où de vieilles histoires du passé requièrent mon attention, et la Neuvième Étape est là pour ça ; il suffit que je m'en serve.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, 9 septembre, page 261

------------------------------------------------

Plus jamais seul



Notre alcoolisme nous isolait, même si nous étions entourés de gens qui nous aimaient. Une fois que notre égoïsme eût chassé tout le monde et que notre isolement fut total, nous avons dû chercher à nous donner de l'importance dans les bars mai famés et bientôt nous retrouver seuls dans la rue, comptant sur la charité des passants.
Nous cherchions encore la sécurité émotive en dominant les autres ou en étant dominés. Même quand nous n'avons pas dilapidé tout notre argent, nous nous sommes quand même retrouvés seuls au monde, et nous avons encore vainement tenté de retrouver notre sécurité dans quelque malsaine forme de domination ou de dépendance.
Pour ceux d'entre nous dont c'était le cas, le mouvement des AA prenait une signification bien particulière. Ici, nous apprenons peu à peu à établir des relations positives avec les gens qui nous comprennent ; désormais, nous n'avons plus à rester seuls. Les 12 Étapes et les 12 Traditions, page 131

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 252

------------------------------------------------

9 septembre - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Un alcoolique à qui est offerte une vie sobre par le programme A.A. va considérer la perspective de vivre sans alcool et demander : « Suis­ je condamné à une vie stupide, ennuyeuse et maussade comme celle que je vois vivre à certaines bonnes gens ? Je sais que je dois me passer d'alcool, mais comment faire ? Avez-vous quelque chose qui peut le remplacer ? » Ai-je trouvé quelque chose qui peut vraiment remplacer l'alcool ?

Méditation du jour
Quand vous êtes uni à Dieu, Sa force vous fait conquérir la vie. Votre puissance de conquête est la grâce de Dieu. Il ne peut y avoir de véritable échec avec Dieu. Voulez-vous réussir votre vie ? Alors vivez le plus près possible de Dieu, maître et source de toute vie. Vous ne regretterez pas de vous être fié à la puissance de Dieu. Votre récompense consistera tantôt en un regain de vigueur pour faire face à la vie, tantôt dans la maîtrise d'une mauvaise tendance, et tantôt dans la transformation de la vie de certaines personnes. Votre succès ne sera pas dû à vos seuls efforts mais surtout à l'œuvre de la grâce de Dieu.

Prière du jour
Je demande de m'efforcer de compter davantage sur la grâce de Dieu. Je demande de vivre une vie victorieuse.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 255

------------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Quand nous commençons à nous ouvrir à la vie, nous ressentons habituellement beaucoup de liberté. Mais nous sommes aussi conscients de notre peur. Soudainement, plusieurs choix s'offrent à nous. Toutefois nous ne voulons pas faire une erreur qui peut nous blesser plus tard. Mais nous ne voulons rien manquer non plus. Comme l'enfant qui commence à marcher nous sommes exposés à trébucher et à tomber.

MÉDITATION DU JOUR
Je demande à Dieu d'être patient envers moi-même quand je fais une erreur. Les erreurs peuvent être des expériences inattendues de croissance.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Le nombre de fois que je trébuche et tombe importe peu : ce qui importe, c'est que je me relève par moi-même, que j'apprenne et que je continue.

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 9 septembre

------------------------------------------------

Des pieds d'argile

« Les attentes irréalistes envers... les autres semblent être un des plus grands obstacles à notre rétablissement. » Texte de base, page 101

Plusieurs d'entre nous arrivent à Narcotiques Anonymes avec une très piètre opinion d'eux-mêmes. En comparaison, les dépendants en rétablissement que nous rencontrons dans les réunions peuvent démontrer une sérénité presque surhumaine. Ces gens sages et aimants vivent depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, en accord avec les principes spirituels, donnant d'eux-mêmes aux autres sans rien attendre en retour. Nous leur faisons confiance et nous les laissons nous aimer en attendant de nous aimer nous-mêmes. Nous attendons d'eux qu'ils arrangent tout.
Puis, l'enthousiasme du début du rétablissement commence à se dissiper et nous commençons à apercevoir le côté humain de nos amis N.A. et de notre parrain (marraine). Peut-être un membre de notre groupe d'appartenance nous fait-il faux bond alors que nous lui avions fixé rendez-vous pour prendre un café ; peut-être voyons-nous deux anciens se disputer dans une réunion de comité ; ou peut-être nous rendons-nous compte que notre parrain (marraine) a un ou deux défauts de caractère. Nous voilà atterrés, désillusionnés : ces dépendants en rétablissement ne sont donc pas parfaits ! Comment pouvons-nous encore leur faire confiance ?
Quelque part entre les « héros du rétablissement » et les « paumés de N.A. » se trouve la vérité : nos amis dépendants ne sont ni complètement bons ni complètement mauvais. Après tout, s'ils étaient parfaits, ils n'auraient pas besoin de ce programme. Nos amis et notre parrain (marraine) sont, comme nous, de simples dépendants en rétablissement. Nous pouvons nous identifier à leur simple expérience de rétablissement et nous en servir dans notre propre programme.

Juste pour aujourd'hui, mes amis et mon parrain (marraine) sont des humains, tout comme moi. Je me fie à leur expérience justement à cause de cela.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 9 septembre, page 265

------------------------------------------------

L'esprit, tout comme le corps, se retrouve souvent dans un état malsain et maladif du fait d'un confort excessif. Charles Dickens

L'excès détruit les qualités mêmes que je recherche dans tout ce qui m'intéresse, qu'il s'agisse de biens, d'activités ou de nourriture. Manger compulsivement donne l'illusion du confort, mais ce qui commence par une tentative de satisfaire des besoins non comblés finit rapidement par produire le contraire de l'effet désiré. En effet, le besoin est de plus en plus grand et la façon de le satisfaire de moins en moins efficace.
C'est dans l'équilibre physique et psychique de l'abstinence que l'on trouve le vrai bien-être. Celui-ci est si intense, si pur qu'il vaut la peine que je passe à travers maintes difficultés ou souffrances pour y arriver.

Pensée du jour : La sobriété alimentaire n'est pas un régime, mais un état d'esprit. Que Dieu m'en fasse cadeau aujourd'hui et, si nécessaire, qu'il me donne le désir sincère de tout faire pour y arriver.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 253

------------------------------------------------

« C'est le cas lorsque nous devons prendre une décision importante et que nous voulons agir conformément à la volonté de Dieu. Nos guides OA vont généralement nous suggérer de prier, de demander à Dieu de faire grandir notre désir de passer à l'action si vraiment nous devons le faire ou, au contraire, de nous détourner de notre projet si nous ne devons pas y donner suite. » Les Douze Étapes et les Douze Traditions des Outremangeurs Anonymes, page 115 Cette simple prière m'a aidée à faire de nombreux choix, qu'il agisse d'alimentation ou d'importantes décisions de vie. Avant d’arriver chez les OA, je me creusais la tête et me rongeais les sangs, à propos des choix même les plus minimes, parce que je croyais toujours devoir prendre la décision la plus propice aux résultats que j'attendais. Tout ce stress et ces soucis me donnaient une bonne excuse pour outremanger, ce qui ne m'aidait jamais à prendre la bonne décision.
À l'opposé, à la Troisième Étape, je confie ma volonté et ma vie aux soins de Dieu tel que je Le conçois, et cela comprend mes choix et les conséquences qui en découlent. Aujourd'hui, lorsque j’ai à prendre une décision, je peux me réserver du temps pour connaître la volonté de ma Puissance supérieure à mon égard.
J’ai confiance que la bonne réponse viendra, à condition que je sois à l’écoute.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 9 septembre, page 253

------------------------------------------------

Pensée du jour
Un joueur à qui est offerte une vie sobre par le programme J.A. considère sincèrement la perspective de vivre sans le jeu et se demande : « Suis-je condamné à une vie stupide, ennuyeuse et maussade comme celle que je vois vivre par certaines personnes ? Je sais que je dois envisager une vie sans jeu, mais comment le faire ? Avez-vous quelque chose qui peut le remplacer ? Ai-je trouvé quelque chose qui peut réellement remplacer le jeu ?

Méditation du jour
Quand vous êtes uni à Dieu, Sa Force vous fait conquérir la vie. Votre volonté de conquête vous est donnée par Sa Grâce. La Puissance Divine ne permet pas de véritable échec. Si vous voulez réussir votre vie, il vous suffit de vous rapprocher le plus possible de Dieu. Vous ne pouvez pas regretter de vous être fié à sa Divine Puissance. Vous êtes ainsi récompensé tantôt par un regain de vigueur pour vous aider à faire face à la vie, tantôt dans le contrôle de vos habitudes de vie, tantôt par la transformation du mode de vie de certaines personnes. Vos succès ne sont pas dus à vos seuls efforts, mais aussi à l'œuvre de la Grâce de Dieu.

Prière du jour
Je demande de m'efforcer de compter davantage sur la Grâce de Dieu. Je demande de vivre une vie remplie de victoires.

Joueurs Anonymes, 09 septembre

------------------------------------------------

9 septembre

Quand une âme a l'intention de tirer le plus de choses possibles de la vie sans donner, cette âme ne peut pas trouver de bonheur réel ni de joie réelle qui demeurent ; car c'est en pensant aux autres et en vivant pour eux qu'on trouve une joie et un contentement intérieurs profonds. Personne ne peut vivre sur lui-même et être heureux. Lorsqu'à n'importe quel moment de la vie, tu te trouves avec un sentiment de mécontentement et d'insatisfaction, tu peux être sûr que c'est parce que tu as cessé de penser aux autres et que tu t'es trop replié sur toi-même. La façon de changer est de commencer à penser à quelqu'un d'autre et à faire quelque chose pour cette personne de manière à t'oublier complètement. Il y a tant d'âmes dans le besoin qu'il y a toujours quelque chose de possible à faire pour quelqu'un d'autre. Alors pourquoi ne pas ouvrir les yeux, ouvrir ton cœur et laisser la lumière te montrer le chemin, laisser l'amour guider tes actes ? Que Mon amour te remplisse et t'enveloppe ; sois parfaitement en paix !

La Petite Voix, Eileen Caddy

------------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

------------------------------------------------

09 septembre bonheur Fleclerc FLeclerc.jpg