Pensées 23 septembre 2019

Bonjour à toutes et à tous

« Les idées, les émotions et les attitudes qui dictaient jadis à ces hommes leur conduite sont soudainement mises de côté et ils deviennent dominés par un ensemble de conceptions et de principes entièrement nouveaux. » ( Les Alcooliques Anonymes, 4e Éd. chap. 2 Il y a une solution, page 31 ) Nos émotions au début de notre rétablissement et au cours de notre actif étaient comme blancs ou noirs (nous aimions ou nous détestions) puis tranquillement ont passé à toutes les teintes de gris (nous aimons un peu, beaucoup, passionnément, à la folie …). Une autre dimension lumineuse s’est ajoutée à la définition de nos émotions : la couleur. « Les couleur, comme les traits, suivent le flux des émotions. » ( Pablo Picasso )

Si nous éprouvons un ressentiment, de la colère, de la rage, nous pouvons imaginer, visualiser assez facilement une couleur rouge. Cette couleur est conforme à l’expression populaire « être rouge de colère ». Nous pouvons également observer manifestement à la surface du visage, un changement de couleur qui passe du rose au rouge écarlate parfois. Le corps, à ce moment, participe et vit l’intensité émotionnelle de la colère, de la rage. Le corps manifeste toujours nos émotions même celles qui nous sont encore méconnues de notre conscience. Les auteurs en médecine naturelle ont identifié les endroits sur le corps où la colère se cache et provoque des rougeurs, des inflammations (‘…ites’).

Si tout va pour le mieux et que nous sommes sur un petit nuage de bonheur ; alors l’expression populaire « voir la vie en rose » peut s‘appliquer. Nous pouvons de même ressentir l’effet de la couleur rose sur nos émotions intérieures comme être sur un nuage rose... Dans l’expression « avoir une peur bleue » nous avons une autre couleur qui se manifeste également sur notre visage par un changement de teinte de la peau lorsque nous avons par exemple risqué d'être victime d'un accident. Chaque contracture du visage et la libération de l’ocytocine lors de l’orgasme amènent aussi une coloration rouge du visage qui est due à une abondante vascularisation présente spécialement lorsqu'à plusieurs reprises, nous fermons les yeux, fronçons les sourcils ou ouvrons la bouche.

De la même façon que les couleurs peuvent susciter des émotions comme le calme, la détente, la sérénité avec le vert, la réflexion intérieure ou la spiritualité avec le bleu « ciel ». De même nous pouvons dire en retour que nos états émotionnels correspondent à telle ou telle couleur. Lorsque nous disons que nous « broyons du noir » cela signifie que nous sommes dans une obscurité intérieure, un mal être qui nous empêche de distinguer toute lumière d’espoir. Les couleurs sont souvent le reflet de l’état émotionnel de la personne au moment présent. Certains appellent cela l’aura. Quelques-uns disent l'apercevoir. Des illuminés - de l'intérieur ! « Certaines émotions refoulées depuis des années feront surface et s’évanouiront comme par magie aussitôt que vous les aurez révélées. Votre douleur s’apaisera, faisant place à une paix vivifiante. Et quand la sérénité est ainsi combinée à l’humilité, de grandes choses peuvent se produire. » ( Les Douze Étapes et les Douze Traditions, 5e Étape, page 69 )

« Le rire se termine vite. L'émotion, on l'emmène avec soi. C'est un peu pareil qu'entre faire l'amour et être amoureux. » ( Gérard Jugnot ) Toutes les peines, la confusion, les joies que nous ressentons n'ont rien d'exceptionnel, elles font partie des couleurs de la vie. Nous rendons grâce à Dieu, le peintre qui se sert de ces couleurs, pour celles que nous avons vécues hier et pour celles que nous percevons aujourd'hui. Merci pour cette diversité, ces couleurs intérieures et d’automne et aussi la diversité de tous ces arcs-en-ciel !!!!! En littérature, dans un sens figuré, l'automne désigne la vieillesse ou le déclin. « À l’automne des saisons, ce sont les feuilles qui meurent. À l’automne de la vie. ce sont nos souvenirs. » ( Flor des Dunes ) Et du point de vue astronomique, dans l’hémisphère nord, l’automne s’étend de l’équinoxe d’automne soit le 23 septembre 2019 (à Québec 02:50, HNE) au solstice d’hiver le 21 décembre 2019 (20:19 à Québec HNE). Curieusement, dans l’hémisphère sud, c’est le printemps. L’automne, c’est un beau moment rempli de couleurs et pour accumuler les doux moments et chaleurs que le soleil et notre Ps déposent sur notre chemin. « L’automne est un deuxième ressort où chaque feuille est une fleur. » ( Albert Camus )

Merci la Vie !!!
Gilles

-------------------------------------------------

Un de mes défauts de caractère consiste à rendre la pareille devant un comportement qui me touche directement — à réagir aux insultes par plus d'insultes, à la rudesse par de la rudesse. Je n'avais jamais songé à agir autrement jusqu'à ce que je commence à me rendre à mon travail avec un membre Al-Anon de longue date. Chaque jour, quand mon amie arrêtait pour acheter le journal du matin, la personne derrière le comptoir répondait d'un ton bourru et hostile. Peu importe avec quelle rudesse elle était traitée, mon amie se comportait immanquablement avec courtoisie. J'étais outrée ! Al-Anon ne nous dit-il pas que nous ne sommes pas obligés d'accepter un comportement inacceptable ? J'ai fini par lui en parler.
Elle m'a dit qu'étant donné que c'était le seul kiosque à journaux des alentours, elle préférait se détacher de ce comportement plutôt que de se passer de son journal du matin. Elle m'a expliqué qu'elle était impuissante devant l'attitude des autres, mais qu'elle n'avait pas à leur permettre de l'inciter à abaisser ses propres valeurs. Autant que possible, elle choisit de traiter tous les gens qu'elle rencontre avec courtoisie. Les autres sont libres de faire leurs propres choix.

Pensée du jour
Aujourd'hui, je ferai en sorte que « ça commence par moi ». Je ne suis pas obligé d'accepter un comportement inacceptable ; je peux commencer par ne pas me permettre ce même comportement. Je peux choisir de me comporter avec courtoisie et dignité.

« ... ma liberté et mon indépendance ne dépendent vraiment d'aucun acte de défi ou de confrontation. Elles dépendent de mes propres attitudes et sentiments. Si je réagis constamment, je ne suis jamais libre. » Al-Anon est pour les enfants adultes des alcooliques

Al-Anon, Le Courage de Changer, 23 septembre, page 267

-------------------------------------------------

Je souffrais d'un besoin compulsif d'être parfaite que j'avais développé en grandissant avec une mère alcoolique. J'avais constaté qu'essayer d'être parfaite était le meilleur moyen de défense contre sa colère. Il n'y avait aucune façon de prévoir ce qui allait irriter ma mère, et je croyais que des comportements et des accomplissements parfaits pourraient me protéger de ses réactions menaçantes.
Une amie qui avait remarqué l'habitude destructrice que j'avais de me critiquer moi-même m'a fait part d'une bévue qu'elle avait faite un beau matin. Au lieu de verser son jus d'orange dans un verre, elle l'avait versé dans son café comme si c'était de la crème. Elle savait que si j'avais commis la même bévue, je me serais vertement reproché mon imperfection, et elle avait bien raison. J'étais complètement déconcertée par la manière dont elle faisait fi de cette erreur. Je l'enviais d'avoir pu simplement jeter son mélange de jus et de café pour s'en faire un autre. Comment pouvait-elle rire si facilement de cet incident ? Je ne savais pas comment me traiter avec autant de bienveillance et d'indulgence.
Il y a un outil Al-Anon en particulier qui m'a aidée à mettre la leçon de mon amie en pratique dans ma propre vie. Entendre et relire souvent le slogan « Est-ce si important ? » m'a aidée à intégrer cette question dans ma vie quotidienne. J'ai finalement compris que verser du jus d'orange dans un café n'entraîne aucune conséquence grave. J'ai appris à distinguer les comportements ayant des conséquences graves de ceux qui n'en ont pas. J'ai finalement compris que nos actes sont une question de responsabilité, et non de jugement. J'ai maintenant appris à être aussi bienveillante à mon égard que je le suis à l'égard des autres.

Pensée du jour
Quel est le baromètre que j'utilise pour répondre à la question « Est-ce si important ? »

« La plupart du temps, je constate que ce que j’aurais pu considérer comme un désastre est en réalité sans importance. » Le Courage de changer, page 228

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 23 septembre, page 267

-------------------------------------------------

J'étais une exception

(Bill W.) me dit, doucement et simplement : « Crois-tu que tu es des nôtres ? » Alcoholics Anonymous, 3e Éd., page 413

À l'époque où je buvais, je me croyais une exception. Je croyais que j'étais au-dessus des obligations courantes et que je pouvais en être dispensé. Je ne me rendais pas compte que cette attitude me donnait en contrepartie l'impression de ne jamais avoir de place nulle part. À mes débuts dans le mouvement, je ne m'identifiais aux autres que par mon alcoolisme. Quel merveilleux réveil ce fut pour moi de m'apercevoir que si des êtres humains faisaient de leur mieux, je ne faisais pas autre chose moi-même ! Toutes les peines, la confusion, les joies qu'ils ressentent n'ont rien d'exceptionnel, mais font également partie de ma vie, comme de celle de tout le monde.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, 23 septembre, page 275

-------------------------------------------------

Remercier

Bien qu'il me soit encore difficile d'accepter chaque jour la douleur et l'angoisse en toute sérénité — comme ceux qui sont plus avancés que moi sur la voie spirituelle — je peux tout de même dire merci pour la douleur du moment.
Je trouve la bonne volonté qu'il faut pour prendre cette attitude en me rappelant les leçons des souffrances passées — des leçons qui m'ont procuré les bienfaits dont je jouis actuellement. Je me rappelle comment les angoisses de l'alcoolisme, les souffrances nées de la révolte et de l'orgueil contrarié m'ont souvent conduit à la grâce divine et à une liberté nouvelle. Grapevine, mars 1962

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 266

-------------------------------------------------

23 septembre - Pensée A.A. pour aujourd'hui
La douzième étape : « Comme résultat de ces étapes, nous avons connu un réveil spirituel, nous avons alors essayé de transmettre ce message aux alcooliques et de mettre en pratique ces principes dans tous les domaines de notre vie. » Notez que notre efficacité à porter le message aux autres dépend de la réalité de notre propre réveil spirituel. Si nous n'avons pas changé, nous ne pouvons servir d'instruments pour transformer les autres. Pour conserver les effets de ce programme, nous devons le communiquer aux autres. Nous ne pouvons l'accaparer pour nous-mêmes. Nous nous exposons à le perdre si nous ne le transmettons pas. Il ne peut pénétrer en nous et s'arrêter; il doit continuer en nous en même temps qu'il passe aux autres. Suis-je toujours prêt à transmettre ce que j'ai appris dans le mouvement A.A. ?

Méditation du jour
« Rapprochez-vous de Dieu et Il s'approchera de vous. » Lorsque vous devez affronter un problème qui vous dé­ passe, vous devez vous tourner vers Dieu dans un acte de foi. Cette habitude de vous tourner ainsi vers Dieu dans toute situation difficile, voilà ce qu'il vous faut cultiver. Vous pouvez le faire par joyeuse gratitude pour la grâce de Dieu dans votre vie. Votre appel à Dieu peut aussi avoir pour objet de réclamer Sa force pour faire face à une situation : vous constaterez ensuite, quand le temps sera venu, que vous êtes exaucé.

Prière du jour
Je demande d'essayer de me rapprocher de Dieu chaque jour dans la prière. Je demande de sentir sa présence et Sa force dans ma vie.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 269

-------------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
Je suis un coupable impénitent ! Le Programme des Douze Étapes m'aide à me sortir de ce penchant. Lentement, mes yeux s'ouvrent à la vérité de mon comportement et je comprends comment ce comportement nourrit ce penchant. Dans le passé, j'inondais mes journées de : « Je dois faire », « j'ai à faire » et « je devrais faire », de sorte que chaque soir, je me sentais exténué et coupable de ce qui n'avait pas été fait. Chaque matin commençait avec les restes de culpabilité découlant de mon comportement du jour précédent. Le futur m'apparaissait comme une répétition du passé : pas assez de temps pour atteindre l'accomplissement parfait de chaque devoir et de chaque désir. Dans la mise en pratique du Programme, je suis devenu conscient de mon penchant et du tort qu'il me faisait. Cette prise de conscience est suivie par l'acceptation, le pardon et ensuite l'action.

MÉDITATION DU JOUR
Aide-moi à me concentrer sur la Troisième Étape aujourd'hui. Cette Étape me rappelle constamment que Ta volonté à mon égard n'a pas « d'arrière-goût » de culpabilité.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Me sentir coupable est une complaisance qui me blesse toujours et m'empêche de jouir du moment présent. Je choisis de m'en libérer.

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 23 septembre

-------------------------------------------------

Le commérage

« En accord avec les principes de rétablissement, nous nous efforçons de ne pas juger, de ne pas mettre des étiquettes et de ne pas moraliser. » Texte de base, pages 13-14

Avouons-le, dans Narcotiques anonymes, nous vivons dans une sorte de cage en verre. Les autres membres en savent plus sur notre vie privée que quiconque auparavant. Ils savent avec qui nous passons notre temps, où nous travaillons, quelle étape nous travaillons, combien d'enfants nous avons, et ainsi de suite. Et ce que les membres ne savent pas, ils se l'imaginent probablement.
Nous pouvons être malheureux quand les autres font du commérage sur notre compte. Mais, si nous nous retirons de la fraternité et si nous nous isolons pour échapper aux commérages, nous nous privons également de l'amour, de l'amitié et de l'expérience unique de rétablissement que les autres membres ont à offrir. Le meilleur moyen pour faire face aux commérages est de tout simplement accepter les choses telles qu'elles sont, de nous accepter nous-mêmes tels que nous sommes et de vivre notre vie selon les principes du rétablissement. Plus nous nous sentirons ancrés dans notre programme personnel et dans nos décisions, plus nous nous sentirons guidés par notre Dieu d'amour, moins l'opinion des autres nous dérangera.

Juste pour aujourd'hui, je me suis engagé à m'impliquer dans la Fraternité N.A. L'opinion des autres n'influencera pas mon engagement dans le rétablissement.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 23 septembre, page 279

-------------------------------------------------

Mépriser aujourd'hui, c'est prouver qu'on n'a rien compris d'hier. Maurice Maeterlinck

Si j'aime la journée d'aujourd'hui, c'est parce que mon mode de vie m'a donné une profonde compréhension et une immense gratitude pour ce qui j'ai vécu hier. Lorsque je regarde ce que j'étais, j'ai l'impression d'avoir triomphé de l'indigence spirituelle et du désespoir pour accéder à ma foi nourricière d'aujourd'hui. Le bourgeonnement de ma vie actuelle - mon abstinence, ma belle apparence et ma joie de vivre — a pris racine dans ma vie d'hier : les excès alimentaires, l'embonpoint, la dépression et l'état maladif de mon corps, de mon âme et de mon cœur. Je rends grâce à Dieu pour ce que j'étais hier et pour ce que je suis aujourd'hui.

Pensée du jour : S'il m'arrive d'être nostalgique en pensant à hier, ce n'est jamais au détriment d'aujourd'hui.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 267

-------------------------------------------------

« Mais que devons-nous dire à Dieu dans nos prières ? Ce qui nous vient à l'esprit. » Les Douze Étapes et les Douze Traditions des Outremangeurs Anonymes, page 109

Autrefois, je croyais que le Dieu que j'avais choisi ne voulait pas m'entendre déblatérer ni Lui parler de mes peurs, de ma colère, ou de mon insécurité. Mais maintenant que je suis en rétablissement, ma conception de Dieu est celle d’un Être aimant, compréhensif et qui a le sens de l'humour. Mon Dieu est toujours prêt à m’aimer tel que je suis, même lorsque je n'y arrive pas moi-même. À présent, je sais à quel point je suis en paix lorsque je m'abandonne complètement et que je n'ai ni le besoin ni le désir de contrôler qui ou quoi que ce soit. Enfin, grâce à ma Puissance supérieure, je sais que peu importe comment je formule mes prières, je peux Lui confier mes problèmes et n'outremanger sous aucun prétexte !

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 23 septembre, page 267

-------------------------------------------------

Pensée du jour
La douzième étape : « Comme résultat de ces étapes, nous avons connu un réveil spirituel ; nous avons alors essayé de transmettre ce message aux joueurs et de mettre en pratique ces principes dans tous les domaines de notre vie ». Notez que notre efficacité à porter le message aux autres dépend de la réalité de notre propre réveil spirituel. Si nous n'avons pas changé, nous ne pouvons servir d'instruments pour transformer les autres. Pour conserver les effets de ce programme, nous devons le communiquer aux autres. Nous ne pouvons l'accaparer pour nous-mêmes, car nous nous exposons à le perdre si nous ne le trans­mettons pas. Ce programme ne doit pas uniquement s'arrêter en nous, il doit aussi, à travers nous, être transmis aux autres joueurs. Suis-je prêt à transmettre ce que j'ai appris dans le mouvement J.A. ?

Méditation du jour
« Rapprochez-vous de Dieu et Il s'approchera de vous. » Lorsque vous devez affronter un problème qui vous dépasse, vous devez vous tourner vers Lui dans un acte de foi. Cette habitude de vous tourner ainsi vers Lui dans toute situation difficile, voilà ce qu'il vous faut cultiver. Vous devez le faire par gratitude pour la grâce qu'il vous ac­corde. Demandez également à votre Force Supérieure de vous transmet­tre la force de faire face aux situations diffici­les. Elle répond toujours à vos demandes.

Prière du jour
Je demande d'essayer de me rapprocher de Dieu chaque jour dans la prière. Je demande de sentir Sa Présence et Sa Force dans ma vie.

Joueurs Anonymes, 23 septembre

-------------------------------------------------

23 septembre

Tu ne peux pas faire une partie de tennis en restant simplement debout avec une raquette et une balle entre les mains. Tu dois lever la raquette, et frapper la balle pour l'envoyer par dessus le filet. Tu dois agir. Il en est de même avec la foi. Tu dois faire quelque chose pour te prouver à toi-même que ça marche quand tu vis par elle. Plus tu l'essaies et vois que ça marche, plus tu deviens confiant, jusqu'à ce que tu sois prêt à faire n'importe quel pas dans la foi, sans hésitation, parce que tu sais que nous le faisons ensemble. Tout est possible quand tu es prêt à faire cela.
Tu dois avoir foi en ta capacité à nager avant de sauter dans l'eau profonde en toute confiance; autrement tu te noieras. Tu dois croire à la possibilité de vivre par la foi avant de pouvoir le faire. La foi engendre la foi. Comment peux-tu dire si tu peux Me faire confiance ou non, si tu n'essaies pas pour voir s'il en est ainsi ?

La Petite Voix, Eileen Caddy

-------------------------------------------------

Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
L'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

-------------------------------------------------

23_septembre_le_rire_GJugnot.jpg