QLDNP1J
Quand la drogue n'est plus un jeu

LA COCAÏNE - LE CRACK
SOURCE PHOTOGRAPHIE
mninter.net/~publish/photo
fsus.fsu.edu/general/


COCAÏNE - Son apparence physique présentée sous forme de poudre blanche floconneuse et cristalline (comme du sucre fin). Elle est peu soluble dans l'eau et d'une saveur amère. Elle provoque une sensation d'engourdissement (anesthésie) sur la langue lorsqu'on la goûte.

Le chlorhydrate de cocaïne est obtenu à partir des feuilles de l'Erythroxylon Coca, un arbuste d'Amérique du Sud. Il se présente sous forme d'une poudre blanche, qui est habituellement inhalée (sniffée) ou injectée.

Fine poudre cristalline blanche, souvent coupée à l'aide de sucre, de fécule de maïs, de poudre de talc, de laxatif, etc., ainsi qu'à l'aide d'autres substances qui procurent des effets d'engourdissements analogues, notamment la benzocaïne.
 
 

SOURCE PHOTOGRAPHIE
mninter.net/~publish/photo
fsus.fsu.edu/general/


CRACK - Le crack s'obtient par la transformation de la cocaïne selon une formule simple.  La cocaïne est mélangée avec du bicarbonate de soude, avec de l'éther ou avec de l'ammoniaque.

Les formules sont différentes comme les résultats.  Ainsi on trouve du crack sous forme de bloc de cristaux ou de poudre. La consommation se fait par voie respiratoire (le crack se fume).

Le crack et le freebase résultent du traitement que l'on fait subir au chlorhydrate de cocaïne à l'aide de solvants volatils ou d'une base légère comme le bicarbonate de soude. On obtient alors une préparation de cocaïne qui supporte la vaporisation, et permet la consommation par voie respiratoire (on peut fumer du crack ou de la freebase).

Mode d'utilisation
Modes d'utilisation de la cocaïne
  • Prisée (Sniffée populaire);
  • Injection intraveineuse (rarement);
  • Application sur les muqueuses (rarement).
Modes d'utilisation du crack
  • Fumé (CRACK);
  • Injection intraveineuse (rarement).


Le crack, ou cocaïne base, peut être fumé et est de plus en plus disponible. Mélange de bicarbonate et d'une solution de cocaïne.

Classification
Catégorie des stimulants.
Temps de réaction
Il faut environ 1/2 heure pour ressentir les premiers effets.

15 secondes par voie injectable pour atteindre l'euphorie.

Les effets
  • Sensation de plaisir et de bien-être;
  • Une grande énergie;
  • Sentiment d'invincibilité;
  • Euphorie;
  • Mauvaise coordination;
  • Hallucination visuelle, auditive (consommations répétées);
  • Tendance à la violence (consommations répétées);
  • Réflexes plus rapides;
  • Perte d'appétit;
  • Sécheresse de la bouche et/ou de la gorge;
  • Fièvre;
  • Changement du rythme cardiaque et de la tension artérielle;
  • Difficultés à respirer;
  • La cocaïne inhalée peut causer des dommages à la paroi nasale;
  • Par injection risque de contacter une infection grave;
  • Réduction de la performance sexuelle ou de la libido.


Effets secondaires (long termes)

  • Extrêmement paranoïaque (consommations répétées);
  • Anxiété, hallucination et paranoïa;
  • Dépression;
  • Perforation de la cloison nasale;
  • Rythme cardiaque et respiratoire est rapide;
  • Douleurs thoraciques;
  • Sudation est abondante;
  • La perte d'appétit amène une malnutrition;
  • Chez la femme, irrégularisation ou disparition du cycle menstruel.
Effets secondaires

 

Lors de la grossesse
  • L’abus de la cocaïne par les femmes enceintes réduits le poids à la naissance, augmente la fréquence de mortalité et accroît les malformations congénitales.
  • Risques d'accidents vasculaire intra-utérins.
Le nouveau né
  • Le nouveau né subit un stress considérable à la naissance en raison des effets du sevrage de la cocaïne.
  • Intoxication et/ou symptômes de sevrage; Irritabilité; Agitation; Augmentation du tonus; Tremblements; Frayeur, pleurs inconsolables;

  • Augmentation du rythme respiratoire, risques de convulsion, troubles du sommeil et de la  respiration; Possibilité de retard sur le développement et de troubles neuro-comportementaux.
Tolérance et dépendance
Dépendance physique : Possible
Dépendance psychologique : Très forte

L’utilisation de la cocaïne entraîne la tolérance (une plus grande quantité de drogues est requise pour obtenir l’effet initial).

La cocaïne et les amphétamines donnent lieu à une très forte dépendance psychologique.

Il peut également se produire une dépendance physique.

Overdose
Comportements changeants ou violents;
Une mauvaise coordination;
Des mouvements convulsifs;
Des hallucinations;
Des douleurs ou des pressions dans la poitrine;
Des nausées;
Une vision floue;
De la fièvre;
Des spasmes musculaires;
Des convulsions et la mort.
Sevrage
Des symptômes du sevrage peuvent comprendre la fatigue, un sommeil long mais troublé, une faim marquée, une irritabilité, une dépression et le recours à la violence.
MISE EN GARDE
 Certaines impuretés présentes dans la cocaïne vendue sur le marché noir peuvent provoquer une réaction allergique fatale. 
COMMENT ÇA MARCHE
Son fonctionnement

La cocaïne est classée dans la catégorie des stimulants, qui comme les amphétamines, la caféine et la nicotine, accroissent l’activité du système nerveux. La cocaïne agit en inhibant la réabsorption de la dopamine des neurotransmetteurs dans certaines parties du cerveau. La dopamine reste donc dans la synapse, ce qui provoque une augmentation des signaux sur la neurone postsynaptique. Cela provoque une stimulation de l’activité de la personne et une sensation d’euphorie. Quand la cocaïne est prise par le nez, elle atteint sa concentration maximum dans le sang au bout de 10 à 20 minutes. Ses effets durent de 1 à 2 heures.

Ses différentes formes

La cocaïne prise par le nez est généralement sous forme d’hydrochlorure de cocaïne. C’est la forme la plus courante. Toutefois, il existe d’autres formes: le freebasing, le speedballing et le crack.

Le crack: (aussi appelé rock, ready rock) la cocaïne HCL est mélangée avec une solution de bicarbonate de soude. Après évaporation de l'eau, il se forme des cristaux collés ensemble comme des cailloux  (d'où le nom de rock). Ces rocks sont chauffés dans une pipe pour en inhaler les vapeurs (la chaleur provoque des bruits de craquements, d'où le nom de crack). Le crack est plus dangereux que les autres formes, car les réactions sont difficiles à contrôler. Mais comme il est vendu en plus petite quantité et que son prix est plus bas que celui de la cocaïne, le crack est très populaire dans la rue, c’est la cocaïne des pauvres.

Ses effets

La cocaïne est considérée par ses utilisateurs comme une drogue récréative et sociale, comme la marijuana. Ils disent que cette drogue les relaxes dans les situations sociales, leur donne plus de confiance en eux-mêmes, facilite la communication, accroît les facultés de perceptions, tient éveillée, procure une sensation de bien-être et d’euphorie. Les effets secondaires sont l’insomnie, l’impossibilité de se relaxer, la nervosité, une augmentation du rythme cardiaque, une sécheresse de la bouche et de la gorge, un nez congestionné, et des maux de dents. Un usage régulier provoque un plus grand risque d’attaques cardiaques, des dommages aux cerveaux et cela affecte la mémoire, la pensée et les émotions. La cocaïne ne provoque pas de dépendance physique, toutefois la dépendance psychique est très forte et rend extrêmement difficile l’arrêt de la prise de la drogue pour beaucoup d’utilisateurs.

Auteur : vincy@urbanet.ch
SITE : ledefi.urbanet.ch/vincy/cocaine.htm
PUBLICATION : EXTRAIT-RÉSUMÉ

HISTORIQUE
 
C'est dans le continent sud américain que l'usage de la cocaïne s'est développé. Les origines de l'utilisation de la cocaïne remontent à la civilisation Inca. Sa mastication est une coutume si ancienne qu'elle est entré dans la mythologie de ces populations. Il existe de très nombreuses légendes sur la coca.

Lors de l'époque précolombienne, les feuilles de coca étaient réservées aux rois Inca. La coca également été utilisée et initialement réservée aux prêtres et aux castes incas élevées pour le rituels sacrés. On a retrouvé des feuilles de coca dans des tombes péruviennes datant de 2500 ans av. J-C.  Par la suite, elle a gagné toutes les couches de la population. Les autochtones utilisèrent la coca pour des buts mystiques, religieux, sociaux, nutritionnels et médicinaux. Ils utilisèrent ses propriétés stimulantes pour combattre la fatigue et la faim et pour augmenter l'endurance.

1500 - Lors de la conquête espagnole, les espagnols bannirent la coca, mais ils remarquèrent par la suite que ces feuilles permettaient aux autochtones de travailler plus durs et plus longtemps dans les champs ou dans les mines.

Les conquistadors qui rentraient l'introduisirent en Europe peu après la conquête du Pérou. La coca fut désignée comme "un élixir de vie". À cette époque, elle est employée par les médecins en infusion et décoction pour de nombreux traitements.

En 1814, un éditorial de Gentleman's Magazine recommandèrent vivement aux chercheurs de commencer les expériences pour que la coca soit utilisée comme "un substitut pour la nourriture, afin que les gens puissent vivre un mois sans manger...".

1855 - C’est un chimiste allemand le Dr Gaedeke que l’on attribue la découverte de l’alcoide du coca.

1858 - Le chimiste Albert Niemann de l'Université de Gottingen réussit à isoler la cocaïne de la plante. Peu de temps après des personnes commencèrent à l'inhaler par le nez (sniffer), ou à se l'injecter. Avant cette découverte, la cocaïne ne pouvait être consommée qu'à travers ces feuilles.

Utilisation de la cocaïne dans sa forme pure conduit à la première vague d'utilisation de cocaïne depuis la fin 1800 jusqu'au début 1900.

25 ans environ après la découverte de Niemmann, la cocaïne est utilisée en thérapeutique pour l'anesthésie des tissus profonds et pour les anesthésies locales.

À cette époque, les docteurs commencèrent à la prescrire en tant qu'antidote à la dépendance à la  morphine. Malheureusement, quelques patients prirent l'habitude de faire un mélange des deux drogues.

En 1880, la cocaïne est un des médicaments les plus recommandés pour combattre le rhume des foins. Peu à peu, cependant, on commença à signaler des cas d'accoutumance.

En 1884, dans un essais intitulé «De la cocaïne», Sigmund Freud déclarait avoir étudié des dizaines de fois sur lui-même les effets de la cocaïne. Elle combat la faim, le sommeil et la fatigue, et stimule les facultés intellectuelles.

En 1885, la société Parke, Davis & Co. vendait des feuilles de coca et de la cocaïne pure sous 15 formes différentes, allant des cigarettes à la solution pour injection hypodermique, en passant par les produits à inhaler.

À cette époque la cocaïne était vendue légalement. Elle était souvent utilisée dans les tonifiants, les remèdes contre les maux de dents et certains médicaments. D'après les mots de l'entreprise pharmaceutique Parke-Davis : "[cocaïne] could make the coward brave, the silent eloquent, and render the sufferer insensitive to pain" (traduction : la cocaïne pourrait rendre le lâche brave, le silencieux éloquent, et rendre le souffrant insensible à la douleur). Mélangée à l’alcool, la cocaïne renforçait la virilité. Par conséquent, la cocaïne devint un ingrédient populaire dans les vins. Le "vin-coca" reçut l'approbation de Premier ministre, rois, et même du Pape !

Le Coca-Cola fût introduit en 1886 en tant que "précieux tonifiant du cerveau et remède contre les problèmes nerveux. Il offrait "les vertus du coca sans les vices de l’alcool". Des dizaines de boissons gazeuses concurrentes se disputaient les faveurs du consommateur déprimé, et notamment Cola Coke, Rocola, Koca Nola, Nerv Ola et Wise Ola. Il y avait même une boisson baptisée tout simplement Dope.

Au début, beaucoup de personnes pensaient qu'il s'agissait d'une drogue sans danger. Comme de plus en plus de personnes se mirent à la cocaïne et devinrent dépendants, elle gagna une  réputation de drogue très dangereuse et entraînant une forte dépendance.

1904 - La formule de Coca cola remplace l’usage de la cocaïne par la caféine en raison des dangers que représente la consommation de cocaïne.

En 1907, l'État de New-York adoptait une loi restreignant la vente de la cocaïne aux personnes munies d'une ordonnance médicale.

En 1910, le président William Taft soumettait au congrès un rapport sur les stupéfiants. La cocaïne y était officiellement désignée comme l'ennemi public numéro 1.

En 1914, plus de 46 États américains avaient eux aussi adopté des lois anticocaïne plus ou moins sévères.

En décembre 1914, le congrès adoptait la loi Harrison, qui réglementait strictement la distribution et la vente des drogues et médicaments, et qui bannissait complètement la cocaïne.

La mauvaise réputation de la cocaïne combinée avec le durcissement des lois sur sa vente et sa possession conduisirent à une disparition quasi-totale aux alentours de 1930.

En 1950, les étudiants en médecine apprenaient qu'une drogue nommée cocaïne avait autrefois menacé la santé des américains.

Dans les années soixante la cocaïne revint avec une réputation de stimulant sans danger. Le "freebasing" fut développé et permit aux utilisateurs de convertir la forme injectable (sous forme de poudre).

Début des années 70, son usage est devenu à nouveau répandu, pour ceux qui pouvaient se l’offrir; car la cocaïne, était appelée le "champagne des drogues".

La deuxième vague de cocaïne semblait diminuer en 1984, mais c'est à ce moment là qu'un nouveau procédé pour parvenir à une forme fumable fut inventé, le tristement célèbre : crack. La méthode utilisée pour produire le crack permet aux vapeurs de la cocaïne freebase de pénétrer profondément dans les poumons. Cela procure une montée plus grande mais est également la manière la plus active de consommer la cocaïne. Avec la popularisation du crack, le prix de la cocaïne chuta, et son usage augmenta.

À notre époque, nous sommes devant la plus grande utilisation de cocaïne jamais enregistrée. Aux États-Unis, une personne sur deux entre 25 et 30 ans on déjà essayé la cocaïne. C'est également la drogue la plus mentionnée (même devant l’alcool) dans les urgences à l'hôpital.

Actuellement, il est estimé que 6% des adultes aux USA sont des consommateurs réguliers et 28% des jeunes affirment l’avoir déjà essayé une fois.

Aujourd'hui, la cocaïne n'est pratiquement plus utilisée que dans le domaine illicite.

Historique ou usage médical

La substance provient des feuilles du buisson de coca que l'on trouve en Amérique du Sud. La pratique consistant à priser la cocaïne débuta autour du début du siècle. On en consommait également sous forme de tonique et de boisson.

En 1911, l'usage de la cocaïne a commencé à être contrôlé par la loi au Canada.
(Sous toute réserve) - elle est toujours utilisée comme anesthésique local dans le cas de certaines interventions chirurgicales, mais elle a été remplacée pour une bonne part par des substances moins toxiques.

Saviez-vous?
  • Les personnes prenant de la cocaïne peuvent souffrir d'insomnie et de congestion nasale après en avoir consommé.
  • Les effets du crack sont immédiats et très intenses.
  • Un usage intensif de la cocaïne par voie nasale, provoque la gerçure des narines par la suite une atrophie de la cloison nasale avec perte d'olfaction, pouvant mener à une perforation du septum.

QLDNP1J © Copyright 1999-2013
quandladrogue.com