Pensées 10 mars 2017

Bonjour à toutes et à tous

Pour les chevaliers autrefois, la courtoisie était plus qu’un idéal de conduite à tenir à l’égard des nobles dames et des damoiselles. C'était un code basé sur l'honneur qui inverse la hiérarchie traditionnelle et place la dame en position de supériorité par rapport à son ami. En échange de la dévotion totale qu’elle attend de lui, elle lui accorde son amour, plus souvent symbolique que concret tout en devenant sa suzeraine. Vive la reine et toutes nos belles petites princesses !

« La courtoisie est la partie principale du savoir-vivre, c'est un espèce de charme par où l'on se fait aimer de tout le monde. » ( Jacques Deval, Afin de vivre bel et bien ) Faire montre de courtoisie, c'est traiter les autres comme nous voudrions l'être. Nous pouvons agir avec courtoisie, même si nous sommes en colère, ou sous le coup d'une blessure, tout en restant fidèles à ce que nous croyons être la vérité. La courtoisie n'a rien à voir avec le fait d'avoir tort ou raison. C'est essentiellement une question de respect de soi, d'où naît le respect des autres. Alfred Jarry a écrit dans Les Jours et les Nuits : « Dieu en vain tu ne jugeras est la seule courtoisie valable ; il est ridicule de cracher sur son miroir. » Puisque nous sommes évidemment faits à Son image…

« Quant à ceux que nous n'aimons pas, nous pouvons commencer à exercer envers eux justice et courtoisie et peut-être nous donner la peine de les comprendre et de les aider. … La courtoisie, la bonté, la justice et l'amour sont les notes clés qui nous permettent d'entrer en harmonie avec presque tout le monde. Dans le doute, on peut toujours s'arrêter et dire : « Que ta volonté soit faite, et non pas la mienne.» ( 12 x 12, 10e Étape, pages 103-104)

La courtoisie s’apprend bien souvent à la maison, par l’exemple des parents entre eux et par la façon dont ils traitent leurs enfants, leurs propres parents et les voisins respectueusement. Montrer de la courtoisie aux enfants est riche de dividendes, le premier étant l'estime de soi que cette attitude permet à nos petits monstres de développer. C'est ce qui va leur servir à prendre des risques, de se respecter et de respecter les côtés lumineux et sombres des autres. « Un homme courtois ne marche pas sur l'ombre de son voisin. » (Proverbe chinois) Vivre et laisser vivre nous apprend aussi la tolérance et la courtoisie. Dieu sait toutes les manières et méthodes que notre Ps prend pour nous apprendre et pour que nous devenions à Son image.

Merci la Vie !!!
Gilles

----------------------------------------------

Une partie de mon rétablissement a consisté à changer certaines anciennes façons de penser. J'avais l'habitude d'éviter les situations et les émotions pénibles, d'opter pour la sécurité et de m'éloigner de tout risque. Mais la vie n'est qu'une suite de risques et certaines souffrances sont inévitables. Al-Anon m'aide à accepter la réalité. Au lieu de fuir, j'apprends à regarder la source de ma détresse. Comme résultat, je trouve que la souffrance passe beaucoup plus rapidement et je suis libéré de la peur. Al-Anon me donne des outils tels que l'inventaire suggéré dans la Quatrième Étape, avec lequel je peux jeter un regard honnête sur moi-même et ma situation. Le soutien d'un parrain, ma Puissance Supérieure, la Prière de Sérénité et de nombreuses réunions Al-Anon m'aident à trouver le courage de composer avec la peur, la souffrance et le risque.
Quand j'évitais de prendre des risques, la peur m'accompagnait toujours. Maintenant je la surmonte et souvent, j'en ressors sain et sauf. Je n'ai plus à être constamment sur mes gardes contre les dangers possibles. Je peux plutôt me consacrer à vivre.

Pensée du jour
Des choses merveilleuses peuvent se produire aujourd'hui parce que j'accepte le sentiment fantastique de participer à ma propre vie.

« À long terme, il n'est pas plus sûr d'éviter le danger que de s'y exposer ouvertement. Ou bien la vie est une audacieuse aventure ou elle n'est rien du tout. » Helen Keller

Al-Anon, Le Courage de Changer, 10 mars, page 70

----------------------------------------------

Le slogan « Vivre et laisser vivre » me rend nerveux, un peu comme l'animal de cirque proverbial qui refuse de sortir de sa cage même lorsque la porte est ouverte. Il m'a fallu un certain temps pour croire que je pouvais me fier à l'espoir et aux possibilités qu'offre ce slogan.
Lors d'une réunion Al-Anon, un conférencier a offert une métaphore qui m'aide à mieux comprendre « Vivre et laisser vivre » et à le mettre en pratique. Il a dit qu'il avait un jardin affectif à entretenir. Même s'il est important qu'il entretienne ce jardin dans son entier, il est tout aussi important de ne pas aller au-delà des limites de ce jardin. Cela m'a fait réaliser que je consacre souvent plus de temps à me concentrer sur les sentiments des autres — en essayant de les aider ou de les protéger — que sur les miens.
Les limites de mon jardin affectif ne sont pas toujours aussi évidentes que celles de mon jardin physique. Néanmoins, si je suis attentif aux signaux intérieurs que je reçois de ma Puissance Supérieure, je peux réaliser que je m’écarte aussi clairement que si j'avais grimpé à la clôture de mon voisin.

Pensée du jour
« Vivre et laisser vivre » m'aide à demeurer sur le terrain de mon propre rétablissement, là où je peux être le plus efficace, au lieu de perdre mon temps sur celui d'une autre personne.

« Notre seul souci devrait être notre propre comportement, notre propre amélioration, notre propre vie. Nous avons tous droit à notre opinion, mais nous n'avons pas le droit de l'imposer aux autres. » L'alcoolisme, un mal familial, page 20

Al-Anon, De l’espoir pour aujourd’hui, 10 mars, page 70

----------------------------------------------

Aujourd'hui, j'ai le choix

Mais invariablement, nous découvrons que dans le passé, nous avons pris une décision égoïste qui nous a exposés à être blessés plus tard. Les Alcooliques Anonymes, page 70

Lorsque j'ai été capable d'admettre que j'avais joué un rôle dans la tournure qu'avait prise ma vie, mon attitude a changé de façon spectaculaire. C'est à ce moment-là que le mode de vie des AA a commencé à fonctionner pour moi. Par le passé, j'avais toujours blâmé les autres (Dieu ou les gens) pour ce qui m'arrivait. Je n'avais jamais senti que j'avais le choix de changer de vie. Mes décisions, prises par peur, par orgueil ou par égoïste, m'avaient mené sur le sentier de l'autodestruction. Aujourd'hui, j'essaie de laisser ma Puissance supérieure me guider sur la voie de la raison. Je suis responsable de mes actions — ou de mon inaction — peu importe les conséquences.

Alcooliques Anonymes, Réflexions quotidiennes, 10 mars, page 78

----------------------------------------------

Donner sans rien demander en retour

Observez comment un membre qui a six mois d'abstinence s'y prend avec un nouveau cas de Douzième Étape. Si le nouveau lui dit : « Va au diable ! », notre membre de six mois se contente de sourire et se tourne vers un autre candidat. Il ne se sent ni frustré ni rejeté. Si le candidat suivant réagit bien et se met, à son tour, à dispenser amour et attention à d'autres alcooliques, tout en oubliant celui qui lui a transmis le message, son parrain se réjouit quand même. Il ne se sent pas rejeté mais se réjouit au contraire de voir son ex-protégé abstinent et heureux. Pour s'être dévoué sans rien demander en retour, il sait très bien que sa vie s'est enrichie d'un dividende de plus. Grapevine, janvier 1958

Alcooliques Anonymes, Réflexions de Bill, page 69

----------------------------------------------

10 mars - Pensée A.A. pour aujourd'hui
Nous fortifions aussi notre foi en aidant d'autres alcooliques et en découvrant que nous ne pouvons rien faire pour les aider sauf leur raconter notre propre vie pour leur indiquer comment nous avons trouvé une solution. Si l'autre personne est secourue, c'est par la grâce de Dieu et non pas par ce que nous pouvons faire ou dire. Notre propre foi est raffermie lorsque nous voyons un autre alcoolique trouver la sobriété en se tournant vers Dieu. Et enfin, nous raffermissons notre foi grâce à notre méditation de chaque matin. Est-ce que je demande à Dieu, pendant cette méditation, de me donner la force de demeurer sobre aujourd'hui ?

Méditation du jour
Mes cinq sens sont mes moyens de communication avec le monde matériel. Ils sont des liens qui rattachent ma vie physique aux manifestations matérielles autour de moi. Mais je dois rompre toute communication avec le monde matériel quand je veux demeurer en communication avec le grand Esprit de l'univers. Je dois imposer silence à mon esprit et exiger le calme de mes sens avant de pouvoir être dans l'état de pensée nécessaire pour entendre la musique des sphères célestes.

Prière du jour
Je demande de mettre mon esprit au diapason de l'Esprit de l'univers. Je demande, grâce à ma foi et à mon union à Dieu, de recevoir la force dont j’ai besoin.

Vingt-quatre heures par jour, Hazelden, page 72

----------------------------------------------

PENSÉE DU JOUR
J'avais l'habitude de considérer le succès comme une réussite extérieure et des gains matériels. Aujourd'hui, je vois le succès très différemment. Le véritable succès n'est pas extérieur mais intérieur. Chaque fois que j'ose et que je remets en question quelque chose, j'apprends plus à mon propre sujet et je sens que j'ai réussi. En me regardant en face, j'augmente ma compréhension et mon acceptation tant de mes points forts que de mes faiblesses. Cette compréhension crée de la compassion. Réussir à avoir de la compassion pour soi-même, c'est atteindre le succès. Seule la compassion pour nous-mêmes nous permet de garder la porte ouverte à la croissance continue.

MÉDITATION DU JOUR
Parce que je comprends jusqu'à quel point il est essentiel, pour continuer à grandir, d'avoir de la compassion pour moi-même, je demande d'avoir la capacité de me parler avec douceur au lieu de me rejeter.

AUJOURD'HUI, JE ME SOUVIENDRAI
Si nous n'avons pas appris à vivre avec nous-mêmes, quel bénéfice représentent les réussites et les gains matériels ?

Émotifs Anonymes, Aujourd’hui Seulement, 10 mars

----------------------------------------------

Notre propre rétablissement

« Les étapes sont notre solution. Elles sont notre « trousse de survie ». Elles sont notre défense contre la dépendance qui est une maladie mortelle. Nos étapes sont les principes qui rendent notre rétablissement possible. » Texte de base, pages 25-26

Il y a un tas de choses à apprécier dans Narcotiques Anonymes. Les réunions, entre autres, sont fantastiques. Nous y voyons nos amis, nous y entendons des récits édifiants, nous partageons nos expériences pratiques avec les autres et peut-être y rencontrons-nous même notre parrain (marraine). Les sorties, les danses et les congrès sont tous de merveilleux divertissements en compagnie d'autres dépendants en rétablissement ; mais le cœur de notre programme de rétablissement repose sur les Douze Étapes. En fait, c'est ça le programme !
On nous a expliqué que nous ne resterions pas abstinents simplement par osmose ; en d'autres termes, nous ne pouvons pas nous contenter d'assister à des réunions, peu importe le nombre, et nous attendre à ce que le rétablissement nous entre par les pores de la peau. Comme le dit une autre formule, le rétablissement se fait de l'intérieur. Et les outils dont nous nous servons pour accomplir ce « travail intérieur » sont les Douze Étapes. C'est une chose d'entendre continuellement parler d'acceptation ; mais appliquer la Première Étape à nous-mêmes, c'est quelque chose de très différent. Entendre quelqu'un raconter les amendes honorables qu'il a faites peut être inspirant, mais rien ne nous délivrera du remords comme de mettre nous-mêmes la Neuvième Étape en pratique. On pourrait dire la même chose de chacune des Douze Étapes.
Il y a beaucoup de choses à apprécier dans Narcotiques Anonymes, mais pour profiter au maximum de notre rétablissement, il nous faut pratiquer nous-mêmes les Douze Étapes.

Juste pour aujourd'hui, je veux tout ce que mon programme personnel a à offrir. Je travaillerai les étapes pour moi-même.

Narcotiques Anonymes, JUSTE POUR AUJOURD'HUI, 10 mars, page 74

----------------------------------------------

La vie est courte, mais elle nous laisse toujours du temps pour la courtoisie. Ralph Waldo Emerson

La courtoisie est synonyme d'amour. Être courtois, c'est montrer aux autres que nous nous soucions d'eux, de leur confort, de leur bien-être. Mais par-dessus tout, être courtois, c'est traiter les autres comme je voudrais qu'on me traite. Je peux agir avec courtoisie, même si je suis en colère ou blessé, sans renier mes convictions, ni mes principes. La courtoisie ne repose pas sur le fait d'avoir tort ou raison. C'est essentiellement une question de respect de soi-même, là où naît le respect des autres.
Il importe de montrer la même courtoisie aux enfants qu'aux adultes. La courtoisie s'apprend à la maison, par l'exemple des parents qui traitent leurs enfants poliment. De nombreux bienfaits découlent de la courtoisie que l'on témoigne aux enfants, le premier étant l'estime de soi que cette attitude permet aux petits de développer.

Pensée du jour : Agir avec courtoisie à mon égard ou à l'égard des autres m'aide considérablement à être bien avec moi-même et me permet de partager ce sentiment avec les autres.

Outremangeurs Anonymes, Aujourd'hui, 3e Éd., page 70

----------------------------------------------

« Mais nous savons que notre Puissance supérieure est en nous, peu importe nos maladresses. » Les Douze Étapes et les Douze Traditions des Outremangeurs Anonymes, page 145

Si les choses se déroulaient à ma manière, je marcherais toujours en ligne droite sur une route sans embûche qui me conduirait directement à mes buts. Or, ma Puissance supérieure semble voir les choses autrement. Même si la voie des Douze Étapes est très bien indiquée, je finis toujours par m'égarer sur des sentiers qui serpentent des territoires surprenants. Confier ma volonté et ma vie à Dieu tel que je Le conçois signifie que je cesse d'exiger la perfection de moi-même, des autres et de la vie. Au lieu de cela, je me détends et je jouis du paysage que m'offrent les détours étranges de mon cheminement. Il se peut que je me sente perdue et confuse, mais Dieu connaît le chemin. Parfois, je tente de prendre des raccourcis et, ce faisant, je me fais du mal et j'en fais aux autres. Lorsque cela se produit, je répare mes torts et je reprends la route. Mes gaffes m'indiquent les chemins qui mènent à des culs-de-sac, de sorte que je puisse les éviter à l'avenir. Je fais des erreurs, mais je ne suis jamais perdante lorsque je fais demi-tour et que je reprends le chemin de la Fraternité et des Douze Étapes.

Outremangeurs Anonymes, Les voix du rétablissement, 10 mars, page 70

----------------------------------------------

Pensée du jour
Nous fortifions notre foi en aidant d'autres joueurs et en découvrant que nous ne pouvons rien faire pour les aider sauf de leur raconter notre propre histoire afin de leur indiquer comment nous avons trouvé une solution à nos problèmes. Si l'autre personne est secourue, c'est par la Grâce Divine et non pas nécessairement par ce que nous pouvons faire ou dire. Notre propre foi est raffermie lorsque nous voyons un autre joueur trouver la sobriété et enfin, nous raffermissons notre foi grâce à nos moments de méditation quotidienne. Est-ce que je demande à Dieu pendant ces méditations, de me donner la force de demeurer sobre aujourd'hui ?

Méditation du jour
Mes cinq sens sont mes moyens de communication avec le monde matériel. Ils sont des liens qui rattachent ma vie physique aux manifestations matérielles autour de moi. Mais je dois rompre toute communication avec le monde matériel quand je veux demeurer en communication avec le grand Esprit de l'univers. Je dois imposer le silence à mon esprit et exiger le calme avant de pouvoir être dans l'état nécessaire pour capter les enseignements nécessaires à mon rétablissement.

Prière du jour
Je demande de mettre mon esprit au diapason de l'Esprit Divin. Je demande, grâce à ma foi et à mon union avec Lui, de recevoir la force dont j'ai besoin.

Joueurs Anonymes, 10 mars

----------------------------------------------

10 mars

Pourquoi ne pas utiliser se qui t'est donné d'utiliser ? À quoi bon avoir une lumière électrique si tu ne l'allume pas pour emplir ta chambre de lumière ? Pourquoi ne pas te tourner sans cesse vers MOI pour recevoir aide et force, et utiliser tous ses dons merveilleux qui sont là à t'attendre ? Cesse de lutter tout seul, car lorsque tu ME connaîtras et M'aimeras, tu voudras être toujours conscient de MOI et MA présence divine. Tu voudras marcher dans la lumière, car là où il y a lumière, il n'y a plus d'obscurité. Tu génères de la lumière par ta façon positive, constructive d'être et de vivre ; ainsi donc ne laisse rien de négatif en toi réduire cette lumière. Tu peux avoir besoin de le faire consciemment jusqu'à ce que toute négativité disparaisse et que tu apprenne à vivre tout le temps positivement. Cela peut être un réel effort pour toi au début, mais progressivement cela deviendra aussi naturel pour toi que de respirer.

La Petite Voix, Eileen Caddy

----------------------------------------------

Pour ceux et celles qui veulent en savoir plus sur les services que nous offrons, visitez notre site : http://www.centredelavie.qc.ca
Pour ceux et celles qui désirent lire les chroniques de Gilles sur le site Quand la drogue n'est plus un jeu : http://www.quandladrogue.com
Bon rétablissement pour toutes et tous !
Bonne journée !
Au Centre de la Vie n'est pas affilié à aucun groupe d'entraide. Par contre, l'expérience nous a démontré qu'adhérer à un groupe qui utilise les Douze Étapes pour se rétablir et mettre en pratique ce merveilleux mode de vie un jour à la fois peuvent nous aider à vivre de beaux moments de bonheur et de sérénité.

----------------------------------------------

10_mars_culs-de-sac_VR.jpg